Un cadeau précieux - Hébreux 13.7-16

Jeudi 2 mars 2017

LIRE : Hébreux 13 : 7-16 (La Colombe)

7Souvenez-vous de vos conducteurs qui vous ont annoncé la parole de Dieu ; considérez l'issue de leur vie et imitez leur foi. 8Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui et pour l'éternité. 9Ne vous laissez pas entraîner par toutes sortes de doctrines étrangères. Car il est bon que le cœur soit affermi par la grâce, et non par des aliments qui n'ont servi de rien à ceux qui en ont usé. 10Nous avons un autel dont les desservants du tabernacle n'ont pas le droit de tirer leur nourriture. 11Car les corps des animaux dont le sang a été offert pour les péchés dans le sanctuaire par le souverain sacrificateur, sont brûlés hors du camp. 12C'est pourquoi Jésus aussi, pour sanctifier le peuple par son propre sang, a souffert hors de la porte. 13Sortons donc hors du camp pour aller à lui, en portant son opprobre. 14Car nous n'avons pas ici de cité permanente, mais nous cherchons celle qui est à venir. 15Par lui, offrons sans cesse à Dieu un sacrifice de louange, c'est-à-dire le fruit de lèvres qui confessent son nom. 16Cependant, n'oubliez pas la bienfaisance et la libéralité, car c'est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir.

« Je t’offrirai un sacrifice d’actions de grâces, et j’invoquerai le nom de l’Éternel. » Psaume 116 : 17


J‘ai toujours observé le Carême en sacrifiant quelque chose pour aider à me rappeler le saint sacrifice du Christ pour moi. Mais au fil des années, un peu de ma passion pour cette pratique s’est estompée et j’ai commencé à remettre en question mes motivations pour observer cette discipline spirituelle. Est-ce que le Christ trouve vraiment du plaisir dans ma "souffrance" ? Je devais reconnaître que la réponse était un non retentissant. Après tout, le Christ m’aime !

Partagé entre le désir de faire une offre sincère à Dieu et l’ambivalence que je ressentais, je me débattais. Je désirais donner à Dieu ce que je considérais de plus précieux – et avec une certaine réticence, je comprenais que le plus précieux pour moi était mon temps. La plupart du temps, je sentais que je n’avais pas une seconde à perdre.

Pensée du jour

Un des plus grands cadeaux que je puis donner à Dieu est mon temps.

S’engager à donner à Dieu une heure par jour est un véritable sacrifice – mais comme tout ce que j’ai donné dans le passé, mon temps appartient déjà à Dieu. Ces 60 minutes – à me prosterner dans la prière, à lire la Bible, ou à faire du bénévolat – me rendent plus forte et plus heureuse. Je partage maintenant une relation plus intime avec le Christ que jamais dans le passé. Après tout, je n’ai pas vraiment renoncé à quoi que ce soit. J’ai découvert les richesses du temps bien dépensé dans la présence de Dieu.

(Mme) Heidi Gaul (Oregon)

Prière : Seigneur, je te remercie pour ton sacrifice et pour la bénédiction que nous recevons quand nous passons du temps plus près de toi – jour après jour, heure après heure. Amen.

SUJET DE PRIÈRE : les bénévoles.