Ecouter Dieu ou Goliath ? - 1 Samuel 17.41-51

Dimanche 5 février 2017

LIRE : 1 Samuel 17 : 41-51 (Louis Segond 1910)

41Le Philistin s'approcha peu à peu de David, et l'homme qui portait son bouclier marchait devant lui. 42Le Philistin regarda, et lorsqu'il aperçut David, il le méprisa, ne voyant en lui qu'un enfant, blond et d'une belle figure. 43Le Philistin dit à David: Suis-je un chien, pour que tu viennes à moi avec des bâtons? Et, après l'avoir maudit par ses dieux, 44il ajouta: Viens vers moi, et je donnerai ta chair aux oiseaux du ciel et aux bêtes des champs. 45David dit au Philistin: Tu marches contre moi avec l'épée, la lance et le javelot; et moi, je marche contre toi au nom de l'Éternel des armées, du Dieu de l'armée d'Israël, que tu as insultée. 46Aujourd'hui l'Éternel te livrera entre mes mains, je t'abattrai et je te couperai la tête; aujourd'hui je donnerai les cadavres du camp des Philistins aux oiseaux du ciel et aux animaux de la terre. Et toute la terre saura qu'Israël a un Dieu. 47Et toute cette multitude saura que ce n'est ni par l'épée ni par la lance que l'Éternel sauve. Car la victoire appartient à l'Éternel. Et il vous livre entre nos mains. 48Aussitôt que le Philistin se mit en mouvement pour marcher au-devant de David, David courut sur le champ de bataille à la rencontre du Philistin. 49Il mit la main dans sa gibecière, y prit une pierre, et la lança avec sa fronde; il frappa le Philistin au front, et la pierre s'enfonça dans le front du Philistin, qui tomba le visage contre terre. 50Ainsi, avec une fronde et une pierre, David fut plus fort que le Philistin; il le terrassa et lui ôta la vie, sans avoir d'épée à la main. 51Il courut, s'arrêta près du Philistin, se saisit de son épée qu'il tira du fourreau, le tua et lui coupa la tête. Les Philistins, voyant que leur héros était mort, prirent la fuite.

David dit au Philistin : « Tu marches contre moi avec l’épée, la lance et le javelot ; et moi, je marche contre toi au nom de l’Éternel des armées, du Dieu de l’armée d’Israël, que tu as insultée. »
- 1 Samuel 17 : 45 (LSG)


Lorsque David a combattu Goliath, il avait le choix. Il pouvait croire soit les railleries de Goliath soit les promesses de Dieu. Répondant au Philistin avec le verset d’aujourd’hui, David a choisi Dieu – et Goliath a perdu sa tête.

Pensée du jour

Je peux avoir confiance dans les promesses de Dieu aujourd’hui et tous les jours.

Chaque jour, nous avons des choix à faire sur les messages que nous allons croire, soit ceux qui viennent du monde qui nous entoure, soit ceux de notre Dieu. Quand j’ai le sentiment que le monde me dit : « Tu es un perdant, un complet échec. Personne ne t’aime », Dieu réplique : « Tu es mon enfant et je t’aime inconditionnellement ». « Tu es au chômage et tu vas mourir de faim », viennent les doutes exprimés. Cependant, Dieu dit : « Je pourvoirai à tes besoins ». Quand nous entendons : « Vous avez six mois à vivre », Jésus nous rappelle : « En moi, vous avez la vie éternelle ». Quand une voix intérieure nous harcèle en disant : « Vos enfants prodigues sont perdus », Dieu nous donne de l’espérance : « Je peux les ramener à la maison ».

Même quand nous nous sentons complètement seuls, les paroles de Jésus nous rappellent que nous sommes aimés : « Et voici, je suis avec vous tous les jours […] » (Matthieu 28 : 20). Nous avons le choix. Quelles promesses allons-nous croire : les railleries qui font résonner nos doutes, ou les promesses qui viennent de l’amour de Dieu ?

(M.) James N. Watkins (Indiana)

Prière : Père, aide-nous à écouter ta voix au travers des Écritures, d’autres croyants, et de ton Esprit. Amen.

SUJET DE PRIÈRE : quelqu’un qui peine à croire en l’amour de Dieu.