Dieu veille - Matthieu 6.25-34

Jeudi 16 février 2017

LIRE : Matthieu 6 : 25-34 (Traduction Œcuménique de la Bible (2010))

Les soucis

25« Voilà pourquoi je vous dis : Ne vous inquiétez pas pour votre vie de ce que vous mangerez, ni pour votre corps de quoi vous le vêtirez. La vie n’est-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que le vêtement ? 26Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, ils n’amassent point dans des greniers ; et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? 27Et qui d’entre vous peut, par son inquiétude, prolonger tant soit peu son existence ? 28Et du vêtement, pourquoi vous inquiéter ? Observez les lis des champs, comme ils croissent : ils ne peinent ni ne filent, 29et je vous le dis, Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’a jamais été vêtu comme l’un d’eux ! 30Si Dieu habille ainsi l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien plus pour vous, gens de peu de foi ! 31Ne vous inquiétez donc pas, en disant : “Qu’allons-nous manger ? qu’allons-nous boire ? de quoi allons-nous nous vêtir ?” 32– tout cela, les païens le recherchent sans répit –, il sait bien, votre Père céleste, que vous avez besoin de toutes ces choses. 33Cherchez d’abord le Royaume et la justice de Dieu, et tout cela vous sera donné par surcroît. 34Ne vous inquiétez donc pas pour le lendemain : le lendemain s’inquiétera de lui-même. A chaque jour suffit sa peine.

« L’Éternel est celui qui te garde, l’Éternel est ton ombre à ta main droite. » - Psaume 121 : 5 (LSG)


Il y a treize ans, je souffrais d’un grave accident vasculaire cérébral. J’avais seulement 52 ans et j’étais en bonne santé. Un accident vasculaire cérébral m’a laissé totalement paralysé depuis le cou et sans la capacité de parler ou de manger. En deux minutes, ma vie avait changé.

Pensée du jour

Dieu veille sur moi aujourd’hui.

J’ai passé l’année suivante à essayer de retrouver une partie de ce que j’avais perdu. Dieu veillait sur moi. Je suis allé d’une salivation, personne immobile incapable de respirer sans une machine à oxygène à quelqu’un capable de respirer par elle-même et de déplacer la tête. Après le travail acharné d’un an, je pouvais rentrer à la maison. Mais que serait la suite pour moi ? La télévision ou la musique toute la journée ? J’ai essayé cela pendant les premières années ; mais je n’étais pas satisfaite car j’avais besoin de garder mon esprit actif. Encore une fois, Dieu veillait sur moi et a pourvu au travers d’un ami en me donnant une façon de fonctionner avec plus d’indépendance. Je peux maintenant contrôler mon fauteuil roulant avec ma tête et l’appui-tête. Et chaque lettre et mot de cette histoire ont été écrits avec l’utilisation de mes yeux.

Dieu veille sur nous et voit ce dont nous avons besoin - que ce soit une autre personne ou même une machine pour nous aider à exprimer nos pensées.

(Mme) Gail Babula (New Jersey)

Prière : Merci Seigneur de prendre soin de nous lorsque nous sommes dans le besoin. Amen.

SUJET DE PRIÈRE : ceux qui sont paralysés.