200318

MERCREDI 18 mars 2020

Notre incrédulité

LIRE : Marc 9 : 14-29

Jésus lui dit :… Tout est possible à celui qui croit. Aussitôt le père de l’enfant s’écria : Je crois ! Viens au secours de mon incrédulité !

- Marc 9 : 23-24


Dans Marc 9, lorsque certains disciples n’ont pas été en mesure de guérir un garçon possédé d’un mauvais esprit, Jésus a rassuré le père du garçon, qui a alors répondu : « Je crois ! Viens au secours de mon incrédulité ! »

Pensée du jour

La bonté de Dieu couvre ma faiblesse.

Quelle prière profonde ! L’homme désespéré faisait de son mieux pour croire, mais il savait qu’il avait besoin d’aide. Jésus a accepté la foi imparfaite du père et guéri l’enfant.

Apparemment, la guérison ne dépendait pas de la foi du père, mais de la justice de Jésus.

C’est une bonne nouvelle pour ceux d’entre nous qui ont du mal à croire. Jésus a été brutalement battu, crucifié et enterré. Même après une mort violente, le troisième jour, Jésus est ressuscité d’entre les morts et est apparu à 500 disciples. Cette histoire est la pierre angulaire de la foi chrétienne.

Mais beaucoup dans le monde, et même beaucoup dans l’Église, peuvent affronter la vérité de cette histoire avec une prière honnête : « Seigneur, nous croyons. Aide-nous à surmonter notre incrédulité ».

La bonne nouvelle, c’est que Jésus nous rencontre là où nous sommes. La bonté de Jésus a compensé le manque de foi du père en Marc 9, et elle compensera aussi notre manque de foi.

Le Christ nous invite à venir tels que nous sommes. Quand nous nous offrons nous-mêmes - notre incrédulité et tout le reste - Jésus nous rachète.

(M.) Kevin Thomas (Alabama, États-Unis)

PRIÈRE : Seigneur, nous croyons en toi, mais parfois nous doutons. Aide-nous à surmonter notre incrédulité. Amen.

SUJET DE PRIÈRE : quelqu’un dont la foi vacille.