180405 - Une course à trois jambes

Jeudi 5 avril 2018

LIRE : Esaïe 49 : 13-18

L'Éternel dit : « Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite ? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ? Quand elle l’oublierait, moi je ne t’oublierai point. Voici, je t’ai gravée sur mes mains. »

- Ésaïe 49 : 15-16


Au pique-nique du quartier, mon petit frère et moi avons attaché une corde autour de ma cheville droite et de sa cheville gauche. Au milieu des rires, nous avons clopiné et nous nous sommes balancés jusqu’à la ligne de départ. « À vos marques, prêts, partez ! » Nous avons réussi à synchroniser nos enjambées et à franchir la ligne d’arrivée en premier.

Pensée du jour

Avec Dieu, je ne suis jamais seul, abandonné ni oublié.

Esquissant un large sourire, j’ai regardé tous les parents, mais il n’y avait pas d’yeux ni d’appareils photos dirigés vers nous. J’ai pensé, nous avons gagné, alors pourquoi personne ne nous regarde ni ne nous applaudit ? Personne ne se soucie de nous ? Tous les yeux des parents étaient fixés sur leurs propres enfants, et mon frère et moi n’avions pas de parents pour nous applaudir. Ils étaient tous les deux morts quelques années auparavant.

Depuis, le verset d’aujourd’hui m’a appris que j’ai toujours eu et que j’aurai toujours un Père céleste qui m’aime et qui m’apprécie. Je me suis rendu compte que la pensée que je n’avais pas de parents pour m’applaudir était erronée.

Dieu, notre parent céleste, nous observe toujours et nous encourage.

(M.) Jim Good (Ohio)

Prière : Père céleste, rappelle-nous, surtout ceux d’entre nous qui n’ont pas de parents terrestres, que nous tous nous t’avons. Amen.

SUJET DE PRIÈRE : LES ENFANTS DONT LES PARENTS SONT DÉCÉDÉS.