S’il te plaît, Seigneur, comble-moi - Esaïe 35.3-10

Lundi 28 Novembre 2016 

LIRE : Ésaïe 35 : 3-10 (PdV)

3Redonnez de la force aux bras fatigués, rendez plus solides les genoux tremblants.

4Dites à ceux qui perdent courage : « Soyez forts ! N'ayez pas peur ! Voici votre Dieu. Il vient vous venger et rendre à vos ennemis le mal qu'ils vous ont fait, il vient lui-même vous sauver. »

5Alors les yeux des aveugles verront clair, les oreilles des sourds entendront.

6Les boiteux bondiront comme des gazelles, et la bouche des muets s'ouvrira pour exprimer leur joie. De l'eau jaillira dans le désert, des fleuves couleront dans la terre sèche.

7Le sable brûlant se changera en lac, la terre de la soif deviendra une région de sources. À l'endroit où les chacals habitaient, le roseau et le papyrus pousseront.

8Il y aura là une route qu'on appellera « le chemin de Dieu ». Aucune personne impure n'y passera, 

Il sera réservé au peuple du SEIGNEUR. Les gens stupides ne viendront pas s'y perdre.

9On n'y rencontrera pas de lion, pas de bête sauvage, aucune ne viendra là. Seuls ceux que le SEIGNEUR aura libérés prendront cette route.

10Ceux que le SEIGNEUR aura délivrés reviendront. Ils arriveront à Sion en criant de joie. Un bonheur sans fin éclairera leur visage, une joie débordante les accompagnera, souffrance et plaintes disparaîtront.

Jésus a dit à [la foule] : « Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »
- Jean 6 : 35 

En tant qu’ancien encadreur technique pour les métiers de l’eau, voyageant souvent à travers l’ouest du Texas, j’ai vu plusieurs fois la sécheresse de très près. Pour moi, la sècheresse est plus effrayante que n’importe quelle autre catastrophe naturelle. Lorsque les incendies ou les inondations frappent, nous pouvons évaluer les dégâts et ensuite commencer à nettoyer. Mais la sécheresse est comme un cancer, lentement et régulièrement elle appauvrit la terre. Jour après jour, le soleil cuit la terre ; les cultures et les champs se fanent et meurent, et au bout du compte, même la terre très sèche se désagrège. Je me souviens d’une petite ville avec un petit lac comme seule source d’eau. Comme le niveau d’eau descendait de plus en plus bas, quelqu’un avait planté un panneau à côté de la jauge de profondeur avec une inscription qui en disait long : Il y était simplement écrit : « S’il te plaît, Seigneur, comble-moi ».

Pensée du jour

En période de sécheresse spirituelle, Dieu peut me combler d’espérance.

Il faut une très grande foi pour pouvoir se maintenir en de tels moments. Mais cela en vaut la chandelle lorsque les pluies finissent par arriver. Littéralement du jour au lendemain, le ciel s’éclaircit et la poussière se tasse. Ensuite, la terre qui, quelques jours auparavant; était un désert, commence à fleurir à nouveau. Cela est toujours vrai. Nous pouvons creuser des trous dans le sol de la foi, mais Dieu seul peut les remplir avec l’eau de la vie. 

(M.) Mark A. Carter (Texas) 

Prière : Seigneur, aide-nous à toujours nous rappeler que, quel que soit le niveau de stérilité de nos vies, tu peux les faire reverdir à nouveau. Amen. 

SUJET DE PRIÈRE : Les communautés touchées par la sécheresse.