Jamais seul - Esaïe 53.1-6

Mardi 2 Août 2016 

LIRE : Esaïe 53 : 1-6  (PdV)

1Qui a cru à la nouvelle 

que nous avons apprise ? 

Qui a reconnu la puissance du SEIGNEUR ? 

2Devant le SEIGNEUR, le serviteur a grandi comme une petite plante, 

comme une racine qui sort d'une terre sèche.

Il n'avait ni la beauté ni le prestige

qui attirent les regards.

Son apparence n'avait rien pour nous plaire.

3Tout le monde le méprisait et l'évitait. 

C'était un homme qui souffrait, 

habitué à la douleur.

Il était comme quelqu'un

que personne ne veut regarder.

Nous le méprisions, nous le comptions pour rien.

4Pourtant, ce sont nos maladies qu'il supportait, 

c'est de notre souffrance qu'il s'était chargé.

Et nous, nous pensions : 

c'est Dieu qui le punit de cette façon, 

c'est Dieu qui le frappe et l'abaisse.

5Mais il était blessé à cause de nos fautes, 

il était écrasé à cause de nos péchés.

La punition qui nous donne la paix

est tombée sur lui.

Et c'est par ses blessures

que nous sommes guéris.

6Nous étions tous comme des moutons perdus, 

chacun suivait son propre chemin.

Et le SEIGNEUR a fait retomber sur lui

nos fautes à nous tous.

Cependant, ce sont nos souffrances qu’il a portées, 

c’est de nos douleurs qu’il s’est chargé ; et nous l’avons considéré comme puni, frappé de Dieu, et humilié.

- Esaïe 53 : 4 

Quand ma fille était au CM2, on lui a diagnostiqué une scoliose (une courbure latérale de la colonne vertébrale). Elle était équipée d’un corset en plastique dur qu’elle devait porter tout le temps. Elle se réveillait souvent la nuit en criant de douleur. Quand j’en ai parlé au docteur, il m’a dit que la scoliose ne provoquait pas ce genre de douleur. Nous ne savions pas quoi faire de ses plaintes et ne comprenions pas la gravité de sa douleur. 

Pensée du jour

Comment puis-je reconnaître la présence de Dieu dans ma peine ?

Quelques années plus tard, on m’a diagnostiqué une sténose cervicale et la maladie dégénérative du disque. Je n’ai été en mesure de comprendre la douleur de ma fille que quand j’ai été moi-même aux prises avec ma propre douleur. Je lui ai présenté alors mes excuses pour n’avoir pas compris sa souffrance. 

Tout comme je suis en mesure de mieux comprendre la douleur de ma fille en raison de ma propre douleur, je suis réconfortée dès lors que je sais que Dieu comprend ma douleur, parce que Dieu s’est incarné dans un corps humain. Jésus comprend donc notre souffrance, notre douleur et nos pertes. 

Dans toutes nos épreuves, notre Sauveur est avec nous. Lorsque d’autres souffrent, nous pouvons partager la bonne nouvelle que nous ne traversons pas de tels moments tout seuls. Notre Dieu souffre avec nous. 

(Mme) Jacqui Rose-Tucker (Géorgie) 

Prière : Dieu de grâce, aide-nous à nous identifier aux autres et de rechercher à être le Christ pour ceux qui souffrent. Rappelle-nous que tu es avec nous à travers toutes les épreuves. Amen. 

SUJET DE PRIERE : les personnes souffrant de maladie cérébro-spinale.