Digne est l’agneau - Jean 1.19-31

Samedi 3 Décembre 2016 

LIRE : Jean 1 : 19-31 (Sg)

19Voici le témoignage de Jean, lorsque les Juifs envoyèrent de Jérusalem des sacrificateurs et des Lévites, pour lui demander: Toi, qui es-tu? 20Il déclara, et ne le nia point, il déclara qu'il n'était pas le Christ. 21Et ils lui demandèrent: Quoi donc? es-tu Élie? Et il dit: Je ne le suis point. Es-tu le prophète? Et il répondit: Non. 22Ils lui dirent alors: Qui es-tu? afin que nous donnions une réponse à ceux qui nous ont envoyés. Que dis-tu de toi-même? 23Moi, dit-il, je suis la voix de celui qui crie dans le désert: Aplanissez le chemin du Seigneur, comme a dit Ésaïe, le prophète. 24Ceux qui avaient été envoyés étaient des pharisiens. 25Ils lui firent encore cette question: Pourquoi donc baptises-tu, si tu n'es pas le Christ, ni Élie, ni le prophète? 26Jean leur répondit: Moi, je baptise d'eau, mais au milieu de vous il y a quelqu'un que vous ne connaissez pas, qui vient après moi; 27je ne suis pas digne de délier la courroie de ses souliers. 28Ces choses se passèrent à Béthanie, au delà du Jourdain, où Jean baptisait. 29Le lendemain, il vit Jésus venant à lui, et il dit: Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde. 30C'est celui dont j'ai dit: Après moi vient un homme qui m'a précédé, car il était avant moi. 31Je ne le connaissais pas, mais c'est afin qu'il fût manifesté à Israël que je suis venu baptiser d’eau.


Jésus dit : «Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. »
- Marc 12 : 30 

Nous savons tous combien il est difficile d’accepter la critique, surtout quand nous sommes pleinement convaincus que nous avons raison. Quand nous recevons de notre professeur le texte le mieux écrit par nos soins, nous grinçons des dents face à tous les commentaires critiques de notre professeur, écrits à l’encre rouge, dans la marge !

Pensée du jour

Aujourd’hui, je vais me détourner de ce qui est le moindre pour ce qui est le plus grand : Jésus-Christ.

Mais, plus tard, nous avons appris à apprécier la critique faite avec amour : de notre conjoint ou d’amis fidèles qui sont prêts à relever nos fautes et à nous appeler au changement. Un tel ami, c’est Jean le Baptiste. Quand nous nous apprêtons à recevoir le Christ qui vient à nous à tout moment de notre vie, nous nous souvenons de Jean qui nous appelle à faire demi-tour et à prendre un nouveau départ dans nos vies chaque jour. Le baptême de Jean est un baptême «de repentance pour la rémission des péchés » (Marc 1 : 4, Luc 3 : 3, TOB, NIV), un repentir qui nous appelle à nous détourner de notre attachement aux choses qui passent, pour nous concentrer sur ce qui importe vraiment.

Jean souligne soigneusement à ses disciples qu’il n’est pas celui qu’ils devaient chercher. Il est tout simplement un prédicateur qui montre la source ultime de la vie dans toute sa plénitude – Jésus – comme il le proclame : « Voici l’Agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ! » (Jean 1 : 29, TOB). 

En cette saison de l’Avent, nous faisons le point sur les choses secondaires et les personnes qui exigent notre attention et notre fidélité et nous retournons à notre engagement envers le Christ, source ultime de joie et de paix.

Thomas Thangaraj (Inde)

Prière : O Dieu, donne-nous la sagesse de reconnaître les choses les moins importantes et de nous tourner vers toi pour t’adorer comme notre source ultime de la vie. Amen. 

SUJET DE PRIÈRE: ceux qui rejettent toute critique.