190104 - Le réconfort après une épreuve

VENDREDI 4 janvier 2019

LIRE : Jérémie 31 : 12-14

Heureux les affligés, car ils seront consolés !

- Matthieu 5: 4



J’ai toujours prévu d’avoir des enfants. Un an après notre mariage mon conjoint et moi, avons été ravis d’apprendre que nous attendions notre premier enfant. Mais deux semaines plus tard, nous avons perdu l’enfant à la suite d’une fausse couche et en étions très affectés.

C’était incroyable de constater à quel point nous étions déjà attachés en seulement treize jours à cette vie minuscule qui grandissait en moi. Avec empressement, nous avions partagé notre actualité avec de nombreux amis et membres de la famille, incapables de retenir notre enthousiasme. Nous devions maintenant faire le deuil de l’enfant que nous n’allons jamais avoir l’occasion de connaître.

Pensée du jour

Le deuil me conduit à rechercher le réconfort de Dieu.

J’ai beaucoup pleuré au sujet de ce bébé perdu et de tous les rêves que nous avons perdus, le rêve de tenir notre bébé, d’entendre son premier mot, de voir notre enfant grandir et développer une personnalité unique. Ne pas savoir si nous aurions un autre enfant était pénible et effrayant. Ne serions-nous jamais parents ?

Même dans notre chagrin et nos souffrances, nous avons été bénis. Notre communauté ecclésiale, notre famille et nos amis nous ont entourés d’amour et de compassion, nous ont écoutés et réconfortés alors que nous étions affligés. En partageant notre chagrin, mon mari et moi avons fini par nous comprendre et nous faire confiance, et à croire plus profondément en Dieu.

En Christ, nous avons trouvé la force d’aller de l’avant. Finalement, nous avons pu avoir deux enfants en bonne santé ; mais la présence de Dieu pendant cette période de chagrin nous assura que quoi qu’il soit arrivé, Dieu aurait quand même été bon.

(Mme) Kate Underwood (Kentucky)

PRIÈRE : Dieu, merci de nous réconforter lorsque nous sommes en deuil. Rappelle-nous que le deuil est une bénédiction, car il nous rapproche de toi. Amen.

SUJET DE PRIÈRE : les femmes en deuil suite à une fausse couche.