Portes Ouvertes: persécutions antichrétiennes en hausse sensible

L’association Portes Ouvertes est présente dans une soixantaine de pays pour soutenir les chrétiens persécutés. Comme chaque année, elle publie l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens. A l’intention du public le plus large, elle inventorie les faits de violence contre les chrétiens. Son constat est sans appel : ces faits de violence ont doublé et l’extrémisme islamique, première source de persécution, s’enracine chaque année. L’année qui vient de s’écouler est l’année des débordements.

La persécution n’est pas seulement des chiffres, mais des personnes


Le point de vue de Michel Varton, directeur de Portes Ouvertes France

 Ce qui les touche nous touche

L’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2016 signale une augmentation de la persécution contre les chrétiens, et ce, sur 4 continents. Mais ce qu’il nous révèle particulièrement cette année, c’est que nous ne sommes plus des spectateurs lointains d’une situation qui ne nous concerne guère.

D’abord, parce que la violence, vécue par tant de communautés chrétiennes, a fait irruption directement chez nous, à deux reprises, dans des événements tragiques, en janvier et novembre 2015, perçant les entrailles de notre société et menaçant nos certitudes. Ensuite parce que nous sommes confrontés aux flots de réfugiés, venant du Moyen-Orient et de l’Afrique, tels que Portes Ouvertes l’avait soulevé dans l’index 2015. Parmi eux, des milliers de chrétiens.

Il existe aussi une autre raison importante pour laquelle la persécution des chrétiens nous concerne de près. C’est le fait que la liberté de croire, sœur intime de la liberté de conscience et de la liberté de pensée, est à la base de toutes nos valeurs occidentales. Lorsqu’elle est supprimée, la tyrannie est à la porte. C’est notre liberté qui est menacée.

C’est pourquoi j’invite chacun à prendre connaissance des résultats de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2016.


Synthèse

 

Cette année, la persécution est encore en hausse (2,6 points en moyenne) par rapport à l’année dernière. La Corée du Nord arrive en tête de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens pour la 14e classement. L’extrémisme islamique constitue le principal mécanisme de persécution dans 35 des 50 pays de l’index. Autres mécanismes en nette augmentation : le nationalisme religieux et le totalitarisme. 

Corée du Nord – 14 ans en tête de l’index 

La Corée du Nord est en tête des pays où les chrétiens sont le plus persécutés pour la 14e qui se passe dans le pays, on estime qu’au moins 50 000 chrétiens souffrent dans des camps de travaux forcés. 

L’Érythrée (N°3) et le Pakistan (N°6) – Fortes progressions en haut du classement 

L’Érythrée: surnommée «la Corée du Nord de l’Afrique», elle se range parmi les pires pays en termes de liberté de religion et de liberté de la presse. Les droits humains y sont gravement bafoués. Le régime totalitaire du président Afewerki constitue le principal mécanisme de persécution dans le pays. Tout chrétien qui ose s’exprimer et protester contre le traitement réservé aux chrétiens est emprisonné ou arrêté, quelle que soit sa position sociale. De nombreux chrétiens tentent de fuir le pays. Leur destination de prédilection: l’Italie où 22% de tous les réfugiés qui arrivent par Unies datant de novembre 2014). 

Au Pakistan, la violence contre les chrétiens a atteint des records en 2015. Le pays se hisse au même niveau de violence soudaine que le Nigéria. On se souvient du meurtre d’un couple chrétien qui travaillait dans un four à briques le 4 novembre 2014 et de la double attaque à la bombe lancée contre deux églises à Lahore le 15 mars 2015, faisant 25 morts et des dizaines de blessés. 

Cette violence se manifeste aussi par l’abus quotidien de jeunes filles chrétiennes, lesquelles sont enlevées, violées, forcées de se marier et de se convertir à l’islam. Aucun domaine de la vie courante du chrétien n’est épargné par la persécution. 3,8 millions de chrétiens pakistanais se sentent de plus en plus menacés. 

La persécution marteau – C’est au Nigéria qu’on a tué le plus de chrétiens en 2015 

Les pays où la violence dirigée contre les chrétiens a atteint les plus hauts niveaux ont été : Le Nigéria (N°12), le Pakistan (N°6), l’Irak (N°2), la Syrie (N°5), le Myanmar (N°23), la République Centrafricaine (N°26), l’Égypte (N°22), le Mexique (N°40), le Soudan (N°8) et l’Inde (N°17).

Au Nigéria, Boko Haram est responsable de la plupart des violences commises contre les chrétiens. Ainsi, plus de 4 000 chrétiens ont perdu la vie dans des attaques de Boko Haram en 2015. Les chrétiens, notamment les fermiers, subissent aussi des atrocités de la part des tribus peules (Hausa-Fulani), à majorité musulmane, dans les ces attaques. Et au moins 30 000 chrétiens ont été chassés par les Peuls dans le seul atrocités commises par les bergers peuls contre les fermiers chrétiens. Ces exactions sont passées sous silence mais elles ressemblent à un nettoyage ethnique sur la base d’une appartenance religieuse. 

La persécution étau – 10 premiers pays en Afrique, Asie et Moyen-Orient 

La persécution étau est une persécution au quotidien, celle dont on ne parle jamais, car peu visible. Il s’agit d’une persécution d’usure dont l’objectif poursuivi est le même que la persécution marteau: la disparition de la présence chrétienne. Un des buts de l’index est de mesurer cette persécution dans 5 domaines particuliers: la vie privée, la vie familiale, la vie sociale, la vie civile et la vie ecclésiale. Les 10 premiers pays particulièrement concernés par ce type de persécution sont: La Somalie, la Corée Yémen et la Syrie. 

Le Niger (N°49) et Bahreïn (N°48) – Nouveaux entrants 

Le Niger passe graduellement d’un islam modéré, caractéristique des pays d’Afrique grandit et l’avancée de Boko Haram a généré une nette augmentation de la violence contre les chrétiens. 

Le Bahreïn a longtemps été considéré comme un des pays les plus tolérants de la Péninsule Arabique en matière de liberté religieuse. Mais depuis que l’émir a intro- duit progressivement la charia, la liberté d’expression des chrétiens, déjà limitée, a encore diminué. 

Le Sri Lanka et la Mauritanie : Situation toujours critique 

Présents dans l’index l’année dernière, le Sri Lanka et la Mauritanie sont sortis du classement cette année. Non pas que la persécution ait baissé dans ces pays, mais parce qu’elle a augmenté au Niger et à Bahreïn, les deux nouveaux pays entrants. 

Au Sri Lanka, des églises sont encore attaquées par les communautés bouddhistes locales, malgré une nouvelle espérance de protection des minorités religieuses au travers du nouveau gouvernement récemment élu. 

La Mauritanie fait partie des 4 seuls pays au monde étant officiellement une République islamique. L’influence d’al-Qaïda au Magreb Islamique va en grandissant dans le pays. Toute activité chrétienne est toujours sous surveillance. 

Les chrétiens – Victimes des califats autoproclamés en Irak (N°2), Syrie (N°5), Somalie (N°7) et Libye (N°10) 

Ces califats autoproclamés sont responsables de la persécution antichrétienne dans 4 des 10 pays en tête de l’index (l’Irak, la Syrie, la Somalie et la Libye) et ils sont également très actifs dans un cinquième, l’Afghanistan. 

Aujourd’hui, le groupe Etat Islamique (EI) contrôle une région aussi vaste que la Grande-Bretagne. Les chrétiens sont toujours plus nombreux à partir. La plupart d’entre eux fait le même constat : « On ne veut pas de nous ici, or nous devons assurer un avenir à nos enfants. » 

D’autres groupes extrémistes, comme Boko Haram au Nord du Nigéria et les Shebab en Somalie ont prêté allégeance au groupe EI et travaillent à élargir leur champ d’action aux pays voisins dont le Niger, le Tchad et le Kenya. De fait, le Kenya a vécu son pire attentat depuis 15 ans, le 2 avril 2015, quand des extrémistes ont pris en otage 700 étudiants à l’Université de Garissa et qu’ils ont massacré 148 chrétiens après les avoir consciencieusement séparés des musulmans. 

De nombreux autres mouvements extrémistes, présents jusqu’en République Démocratique du Congo, cherchent à faire partie des califats chapeautés par le groupe EI. 

Les chrétiens dans les points névralgiques des conflits – Irak (N°2), Yémen (N°11), Kenya (N°16) 

Plusieurs zones de conflit du monde sont des régions où les chrétiens particulièrement vulnérables. 

Irak: Nul n’ignore les batailles et les bombardements concernant le groupe EI. Ce que l’on mesure moins, c’est l’ampleur de la radicalisation des populations, effectuée en coulisse et ce, même dans les pays où l’organisation n’a pas de présence apparente. Par exemple, la région kurde du Nord de l’Irak (l’Irak est monté de 4 points, en 2e position) est pour le moment un havre de paix et une protection pour des milliers de réfugiés chrétiens venant de Mossoul et de la Plaine de Ninive. Mais, à cet endroit même, le gouvernement kurde incite à la discrimination à l’achat, en donnant l’ordre aux propriétaires de vendre leurs terres de préférence à des familles musulmanes dans plusieurs régions et villes essentiellement chrétiennes. Ce « processus de renversement démographique » en cours dans de nombreuses régions où les chrétiens sont majoritaires, force les chrétiens à vivre dans des conditions précaires et les pousse à l’exode. 

Yémen : C’est le champ de bataille entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. Presque tous les Occidentaux ont fui, laissant quelques milliers de chrétiens d’arrière-plan musulman dans le pays. L’Église ne tient qu’à un fil.

Kenya: Dans le Nord et les régions côtières, la population musulmane est de plus en plus radicalisée. Les attaques des extrémistes Shebab ont tué 28 chrétiens dans un bus de Mandera le 22 novembre 2014, 148 étudiants chrétiens de l’université de Garissa le 2 avril 2015 et 14 ouvriers chrétiens travaillant dans les carrières, à Mandera le 7 juillet 2015. La majeure partie de ces attaques furent des meurtres de « type exécution » : Les chrétiens ont été séparés des musulmans et spécifiquement visés.

Afrique – 16 pays sur 50, situés sur le continent africain 

Cette année encore, les pays africains sont nombreux dans le classement de l’index : 16 sur 50, dont 7 dans les 20 premiers. Parmi les 15 pays qui se tiennent à la porte de l’index et qui risquent d’y entrer dans les prochaines années, on trouve 9 pays africains, principalement en Afrique Subsaharienne. Cette région constitue le premier foyer d’extrémisme islamique au monde après le Moyen-Orient. 

Les 6 pays qui comptent le plus grand nombre de chrétiens assassinés pour leur foi en 2015 sont tous des pays d’Afrique Subsaharienne: le Nigéria, la Centrafrique, le Tchad*, la République Démocratique du Congo*, le Kenya et le Cameroun*. 

Inde (N°17) – Les extrémistes hindous de nouveau au pouvoir 

Pour la 1re fois, l’Inde fait partie des 20 premiers pays de l’index en zone de persécution forte. En mai 2014, la plus grande démocratie du monde a élu Narendra Modi, nationa- liste hindou radical. Depuis son arrivée au pouvoir, les auteurs d’exactions contre les silencieux devant les attaques contre les églises et les responsables de communautés qui se sont multipliées en 2015. La police ne se déplace plus et une saisine de la justice n’a guère de chance d’aboutir. Le gouvernement amnistie tous ceux qui s’en prennent aux chrétiens. 

Libye – L’anarchie ouvre la voie à toutes les exactions 

En 2015, alors que le monde semble avoir oublié la Libye, celle-ci fait pour la 1re fois divisé en trois régions distinctes et où les partisans du groupe EI gagnent rapidement du terrain. La petite communauté de chrétiens d’arrière-plan musulman doit se faire totalement invisible pour survivre et les migrants chrétiens, notamment en provenance du Soudan et de l’Erythrée sont pris pour cible. Des dizaines d’entre eux ont été tués 

Asie Centrale – Détérioration de la liberté religieuse 

La crainte de la montée de l’extrémisme islamique est utilisée comme prétexte par Toute la société est concernée, particulièrement les groupes religieux, dont les chrétiens. L’Ouzbékistan (N°15) et le Turkménistan (N°19) font partie des 20 premiers de l’index cette année. Le Tadjikistan (N°31) et l’Azerbaïdjan (N°34) font partie des pays en forte hausse en 2015, montant respectivement de 14 et 12 places dans le classement des 50 pays où les chrétiens souffrent le plus en raison de leur foi. 

Amérique Latine – Les narcotrafriquants étendent leur champ d’action 

Même sur le continent le plus christianisé du monde, la persécution antichrétienne augmente. Il s’agit de pays où le gouvernement a du mal à contrôler son territoire, ou y a renoncé totalement. 

De puissants mouvements de guérilla passés au trafic de drogue comme les FARC en Colombie (N°46), ainsi que des syndicats du crime de type maffieux sont présents sur tout le continent, armés, prêts à tuer quiconque se met en travers de leur route. Ils pratiquent également la corruption. Souvent, les seuls qui s’opposent à ce racket violent sont les responsables d’églises. Ces derniers peuvent s’attendre à être agressés, voire assassinés. 

Dans une ville du Mexique, les malfrats sont venus trouver le pasteur et lui ont dit : « nous avons compté qu’il y avait 550 personnes dans votre église, cela signifie que vous devez nous donner 10 000 dollars par mois... Si vous payez, vous resterez en vie. » 

Les chiffres de la persécution

PERSÉCUTION EXTRÊME 

Plus de 150 millions de chrétiens sont persécutés dans le monde aujourd'hui !

LES CHIFFRES DE LA PERSÉCUTION 

(du 1er novembre 2014 au 31 octobre 2015) 

Ces chiffres ne concernent que les assassinats de chrétiens prouvés de manière certaine. Ils sont donc en dessous de la réalité. Ils combinent les informations du terrain et celles publiées dans la presse et sur internet. En 2015, l’équipe de recherche de Portes Ouvertes a compté : 

- Au moins 7 100 chrétiens tués pour des raisons liées à leur croyance, soit une augmentation de 63 % par rapport à l’année dernière où on en comptait 4 344. Chaque année ce nombre ne cesse d’augmenter, montrant une croissance de la persécution contre les chrétiens dans le monde (en 2013, ils étaient 2 123 et en 2012, 1 201). 

- Au moins 2406 églises ciblées1, soit plus du double par rapport à l’année dernière où on en comptait 1 062 (en 2013, elles étaient 1 111). 

NOMBRE DE CHRÉTIENS TUÉS 

Comme l’année précédente, le Nigéria est le pays où le plus grand nombre de chrétiens ont été tués pour des raisons liées à leur croyance en 2015. Ce nombre, 4028 a été presque multiplié par 2 par rapport à 2014 (2484), et multiplié par 6 par rapport à 2013 (612). 

Dans certains pays, les chrétiens ont subi des violences physiques à grande échelle. Les chrétiens de pays situés en Afrique Subsaharienne, où des groupes terroristes islamiques comme Boko Haram, la Séléka, la rébellion de l’ADF Nalu et les Shebab sont actifs, subissent de fortes pertes humaines. C’est le cas du Nigéria, de la Centrafrique2, du Tchad, de la RDC, du Kenya et du Cameroun. 

 

DES CHIFFRES SOUS-ESTIMÉS 

PAYS OÙ DES CHRÉTIENS ONT ÉTÉ TUÉS POUR LEUR FOI EN 2015 

Plus de 1000 chrétiens tués Entre 100 et 999 chrétiens tués Entre 10 et 99 chrétiens tués Entre 1 et 9 chrétiens tués 

Nos estimations du nombre de chrétiens tués sont en dessous de la réalité. En effet, trois catégories d’assassinats n’ont pas pu être comptabilisées de manière exhaustive : 

1. Catégorie des oubliés : les chrétiens dont la mort n’est pas rapportée dans les médias, soit parce que ces derniers sont contrôlés (comme en Corée du Nord), soit parce que leur mort n’est pas considérée comme une information intéressante (comme en Inde). 

2. Catégorie des fragilisés : les chrétiens tués car devenus très vulnérables en raison d’une guerre (comme en Syrie ou en Centrafrique). Du fait de leur neutralité et de leur refus de se rallier à un camp ou à un autre, ils deviennent une cible. Ils sont également très faciles à attaquer car ils ne sont pas protégés par une milice ou une armée. 

3. Catégorie des étouffés : les chrétiens qui décèdent en raison d’une discrimination à long terme qui les prive des droits les plus élémentaires tels que l’accès à l’eau potable et aux soins médicaux (comme au Mexique ou au Nigéria du Nord). Ils ne sont pas tués de manière directe mais après des années de privations. 

NOMBRE D’ÉGLISES CIBLÉES 

C’est en Chine que l’on compte le plus grand nombre d’églises ciblées en 2015. Suivent trois pays africains, le Nigéria, la Centrafrique et le Niger qui ont aussi connu plus de 100 destructions et endommagements d’églises. Le graphique ci-dessous présente les 10 pays où on a constaté le plus grand nombre d’églises ciblées en 2015 :

Une attaque sur une église peut avoir un effet destructeur sur tous les chrétiens qui fréquentaient cette église et ce pour longtemps. Les chrétiens auront peur de retourner à l’église avec leur famille. Cette peur peut aussi se propager à d’autres communautés chrétiennes. Une église détruite et qui n’est jamais reconstruite reste un témoin de la vulnérabilité des chrétiens et de l’impunité des persécuteurs. Parfois, la destruction d’église peut entraîner un déplacement de population, qui facilite l’expulsion d’une population indésirable d’un territoire. Ce fut le cas en Indonésie en octobre 2015, où la seule annonce de destruction d’église dans la Province d’Aceh a entraîné la fuite de 8 000 chrétiens. 



Découvrez les 5 pays où la persécution des chrétiens est la plus forte selon l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2016

Tendances 2016

1 En haut du classement

En tête de l’index, on trouve pour la 14e année consécutive la Corée du Nord, suivie respectivement de l’Irak et de l’Érythrée. En 2015, trois pays ont fait une poussée de fièvre antichrétienne : l’Erythrée, le Pakistan et la Libye. Le Pakistan figure en 6e  place, son plus haut rang jamais atteint.

2 Une progression constante de la persécution

Cette année, de nouveau, la persécution des chrétiens augmente. La violence meurtrière et exterminatrice contre les chrétiens et leurs églises a aussi augmenté, avec l’enregistrement de 7100 cas de chrétiens tués en 2015 pour des raisons liées à leur foi, soit une augmentation de 63% par rapport à l’année dernière où on en comptait 4344. Plus de 2406 églises ont été ciblées par des procédures de fermeture arbitraire, des attaques et des destructions en 2015, soit plus du double par rapport à 2014 (1 062). 

Pour faire court, il devient de plus en plus difficile, dans un nombre de pays qui va croissant, de pratiquer sa foi chrétienne.

3 L’Inde : violences en toute impunité contre les chrétiens

En Inde, l’arrivée au pouvoir des nationalistes hindous a exacerbé les tensions contre les chrétiens. Les exactions contre la minorité chrétienne ont augmenté, et ce, en toute impunité. Rajeshwar Singh, dirigeant influent proche du pouvoir, a annoncé un plan politique d’élimination totale des minorités religieuses au profit de l’hindouisme d’ici le 21 décembre 2021.

4 L’extrémisme islamique : encore la première source de persécution

D’année en année, cette tendance ne fait que se renforcer et a des répercussions partout dans le monde.

Dans 35 pays sur les 50 que comptent  l’index, l’extrémisme islamique est le principal mécanisme de persécution, que ce soit dans des pays du Moyen-Orient, d’Afrique Subsaharienne ou d’Asie (Centrale et du Sud-Est).

L’influence de l’extrémisme islamique et notamment du groupe Etat Islamique a pour effet une radicalisation des sociétés musulmanes, même au Kurdistan irakien, abri précaire pour 120 000 réfugiés chrétiens. La conséquence est un rejet de plus en plus grand de toute présence chrétienne, pas seulement de la part des djihadistes mais de la part de la société toute entière qui se rallie à une vision fondamentaliste de l’islam. 

La crainte de la montée de l’extrémisme islamique amène certains États à prendre des mesures de restriction générale opérant un contrôle strict sur toute forme d’ex- pression religieuse au-delà des seules manifestations de radicalisation. Les chrétiens en sont aussi victimes. C’est le cas en Ouzbékistan, ou au Myanmar. 

5 Un refus de coexister avec les chrétiens

La persécution prend une forme de nettoyage ethnique qui refuse toute cohabitation entre les communautés chrétiennes et musulmanes. On le constate au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie.

Au Moyen-Orient et en Afrique, le désir d’exterminer les églises sur certains territoires est sans précédent. Au Nigéria (Nord, Nord-Est et ceinture centrale), en Syrie, en Irak, au Soudan (monts Nouba), en Somalie, au Kenya (Nord-Est), la persécution a pour but de chasser les chrétiens de leurs terres ancestrales. 

Jamais auparavant nous n’avions assisté à une telle migration de chrétiens. En Syrie, au Nigéria, au Kenya ou encore en Érythrée, des villes et des régions entières se vident de leur population chrétienne. Même les chrétiens pakistanais fuient vers les pays d’Asie du Sud-Est, demandant l’asile pour cause de persécution. 

Ce refus de vivre ensemble est aussi caractérisé par une persécution souvent invisible : la persécution de type étau, qui vise l’anéantissement des communautés chrétiennes par les discriminations et les brimades répétées sur la durée. Les 10 pays où les chrétiens souffrent le plus de cette persécution sont: la Somalie, la Corée du Yémen et la Syrie. 

6 La persécution d’État, toujours d’actualité

Certains États instrumentalisent la religion pour des raisons nationalistes. En Corée du Nord, on peut parler d’une « religion athée ». En Inde, l’hindouisme est utilisé pour cimenter la nation aux dépens des minorités.

La Corée du Nord se situe en tête de liste pour la 14e année consécutive. Le christianisme y est considéré comme «ennemi d’État». Pourtant, on estime que 300000 chrétiens y vivent, cachant leur foi. Si leur croyance est découverte, ils sont envoyés, ainsi que toute leur famille, sur plusieurs générations, en camp de travaux forcés. 

En Erythrée, le gouvernement notamment, exerce une forte pression sur l’Église et persécute les chrétiens dans leur vie privée, familiale, civile, sociale et ecclésiale. Cette répression est étroitement liée au caractère autoritaire du régime érythréen. Des chrétiens y sont enfermés dans des conteneurs en métal, dans le but de leur faire renier leur foi. 

En Inde, l’arrivée au pouvoir des nationalistes hindous a exacerbé les tensions contre les chrétiens. Les exactions contre la minorité chrétienne ont augmenté, et ce, en toute le 21 décembre 2021. 

Le prochain album de Leader Vocal dédié aux chrétiens persécutés sort en mars 2016


Sur Tweeter


PORTES OUVERTES