Le COE et l’AEM se rencontrent et explorent des champs de coopération future


COE/Marianne Ejdersten

Les responsables et représentants de l’Alliance évangélique mondiale (AEM) et du Conseil œcuménique des Églises (COE) se sont rencontrés à l’Institut œcuménique de Bossey, en Suisse, pour étudier les champs de coopération possibles à l’avenir et pour en discuter.

La réunion du 20 mai était consacrée à la présentation du travail de l’AEM et du COE. Les participants ont réfléchi ensemble aux évolutions actuelles de la société et des Églises, ainsi qu’aux mouvements évangélique et œcuménique. Le secrétaire général du COE et celui de l’AEM participaient à l’événement.

Les deux organisations ont partagé leurs projets et discuté des possibilités d’intensification de la collaboration sur des thèmes tels que «le témoignage public et la consolidation de la paix dans les contextes interreligieux» et «réflexion, éducation et formation théologique».

Il s’agissait de la deuxième rencontre entre les responsables et les représentants, mais c’était la première fois que les dirigeants des deux organisations étaient présents et que les perceptions de l’AEM et du COE étaient abordées.

Le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, a déclaré: «dans le monde entier, les chrétiens et leurs communautés savent qu’aujourd’hui, la vie elle-même est menacée comme elle ne l’a jamais été. L’humanité court tellement de dangers qui peuvent nous faire perdre espoir: le changement climatique, mais aussi la pauvreté, les injustices économiques, les risques pour la santé et le bien-être, la violence et la guerre.

M. Tveit a ajouté: «le travail et la collaboration œcuménique en faveur de la défense des droits, pour faire entendre la voix de ceux qui ont besoin d'être accompagnés sur le chemin de la justice et de la paix, constituent des tâches légitimes pour une association d’Églises qui expriment ensemble leur foi en un Dieu de vie trin.»

«La dimension de foi du combat pour la justice et la paix devrait être porteuse d’espoir. Je pense que la volonté d’apporter l’espoir doit également représenter un critère pour la critique de la religion.»

«C’est pourquoi le Conseil œcuménique des Églises appelle toutes les Églises à agir ensemble, à envisager leur vie commune, leur cheminement de foi, comme faisant partie intégrante du pèlerinage vers la justice et la paix, et à se rassembler pour des tâches concrètes destinées à transformer le monde, a souligné le pasteur. Nous devons nous réunir pour parler, écouter et prier.»

La nécessité d’une coopération plus étroite entre l’AEM et le COE a été énoncée par le secrétaire général de l’AEM, l’évêque Efraim Tendero: «Notre coopération croissante peut s’appuyer sur des années de discussion et de compréhension mutuelle. Tout ceci ne se fait pas dans la précipitation. Il s’agit d’une évolution réfléchie vers une plus grande collaboration entre chrétiens à l’échelle mondiale. Nous devons à nos fidèles de discuter avec les responsables des organismes chrétiens du monde entier, de chercher à mieux les comprendre et à coopérer davantage avec eux lorsque c’est possible.»

La réunion a notamment permis d’aborder un enjeu important: les préoccupations croissantes concernant la religion et la violence dans différentes parties du globe.

«Toutes les religions peuvent créer des extrémistes, a fait remarquer M. Tendero, mais l’enseignement chrétien sur le salut par le Christ rejette tout type de violence religieuse.»

Il a toutefois ajouté: «L’affirmation de vérités sur ce qui, fondamentalement, existe et sur la relation des êtres humains au divin fait partie de la nature des religions.»

«Une religion devient extrémiste lorsqu’elle fait appel à la force ou à la violence pour imposer ces vérités à d’autres personnes ou pour appliquer ces affirmations à ses propres fidèles. En tant que responsables religieux, nous devons appeler à défendre, à enseigner et à favoriser la paix dans nos traditions.»

Wilf Gasser, secrétaire général associé de l’AEM, a ajouté que la question de la religion et de la violence était capitale dans le contexte de l’afflux croissant de réfugiés. «Nous sommes très heureux d’entendre les histoires des nombreux réfugiés qui ont trouvé la paix grâce à leur foi en Jésus. Mais nous étudions également la manière dont les Églises peuvent apporter leur soutien sans attiser les tensions entre les religions. Nous travaillons avec un code de conduite qui définit les relations éthiques entre mission et soutien matériel.»

Il y a près de cinq ans, l’AEM, le COE et le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux (CPDI) du Vatican ont publié un document historique sur l’éthique de la mission chrétienne intitulé «Le témoignage chrétien dans un monde multireligieux: recommandations de conduite.»

Le pasteur Hielke Wolters, secrétaire général associé du COE pour l'unité, la mission et les relations œcuméniques, a déclaré: «ce document historique constitue notamment une réponse aux critiques adressées aux chrétiens par certaines communautés religieuses contre ce qu’elles percevaient comme l’emploi de méthodes non éthiques pour accomplir la mission.»

«Dans certains cas, ces objections à la mission avaient entraîné l’adoption de lois anti-conversion et conduit à des violences. Les trois principales organisations chrétiennes mondiales ont répondu avec ce document qui non seulement identifie l’appel biblique à l’évangélisation, mais décrit également le mandat éthique attaché à l’Évangile.»

Pour Clare Amos, responsable du programme du COE pour la coopération et le dialogue interreligieux, à l’heure actuelle, toutes les traditions religieuses ne reconnaissaient pas facilement que leur propre religion peut être complice de violences.

«On a tendance à essayer de protéger la religion elle-même de cette accusation en assurant que ceux qui commettent des actes de violence ne sont pas d’authentiques représentants de cette tradition religieuse», a-t-elle expliqué.

Placer les droits humains à leur «juste place», celle de concept-clé de la vision chrétienne du monde, voilà la thèse centrale présentée par le prof. Thomas Schirrmacher lors de cette rencontre. Il a insisté sur le fait que «les droits humains prennent racine dans la création des êtres humains par Dieu, et pas uniquement dans leur rédemption. C’est pourquoi tous les êtres humains ont les mêmes droits, et des personnes de confessions très diverses peuvent être touchées par la protection de ces droits.»

M. Schirrmacher a ajouté: «les fondements profonds des droits humains résidant dans l’œuvre du Dieu créateur, chacun a droit à la dignité et peut avoir accès à cette notion qui constitue la base des droits humains.»

La rencontre entre le COE et l’AEM s’est révélée être une étape importante vers l’intensification des relations et de la coopération entre les deux organisations. Devant les situations sensibles que connaissent actuellement de nombreuses parties du monde, le sentiment que les chrétiens doivent s’unir pour soutenir tous les efforts en faveur de la justice et de la paix était très fort.

Les représentants de l’AEM étaient: 

  • L’évêque Efraim Tendero, secrétaire général/président
  • Wilf Gasser, secrétaire général associé
  • Thomas K. Johnson, ambassadeur de l’AEM auprès du Vatican, conseiller principal de la commission théologique
  • Thomas Schirrmacher, président de la commission théologique de l’AEM et modérateur des relations intrareligieuses et interreligieuses de l’AEM.

Les représentants du COE étaient: 

  • le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général
  • Georges Lemopoulos, secrétaire général adjoint
  • Isabel Apawo Phiri, secrétaire générale associée pour le témoignage public et la diaconie,
  • le pasteur Hielke Wolters, secrétaire général associé pour l'unité, la mission et les relations œcuméniques
  • Clare Amos, responsable du programme du COE pour la coopération et le dialogue interreligieux
  • Odair Pedroso Mateus, directeur de Foi et constitution

26 mai 2016

COE


juin 2016

Un délégué à l’Assemblée de 1948 présent à Trondheim

Peder Borgen, qui avait participé à la première Assemblée du COE à Amsterdam en 1948, était présent à Trondheim à la réunion du comité central du COE.

 


Le parcours de la Réforme 2017 en Europe reliera les sites historiques de 67 villes dans 19 pays

Une célébration du cinq-centième anniversaire de la Réforme, baptisée «parcours de la Réforme 2017 en Europe», entamera en novembre 2016 à Genève un tour de ses lieux importants qui durera jusqu’en mai 2017.


 

La «réalité laïque» de l'Allemagne de l'Est, un nouveau défi à la tradition de la Réforme

L'Allemagne de l'Est est le cœur de la Réforme protestante de Martin Luther, mais elle est aujourd'hui l'une des régions les plus sécularisées au monde, a déclaré la sociologue allemande Monika Wohlrab-Sahr.


 

Des responsables d'Églises envisagent une nouvelle étape de vérité et réconciliation en Afrique du Sud et au-delà

Quarante ans après le soulèvement de Soweto, des dirigeants d'Églises de pays déchirés par des conflits se sont réunis en Afrique du Sud pour examiner les voies de paix et de réconciliation.


 

Un délégué à l’Assemblée de 1948 présent à Trondheim


Peder Borgen, qui avait participé à la première Assemblée du COE à Amsterdam en 1948, était présent à Trondheim à la réunion du comité central du COE.

 

La plénière sur l’unité réaffirme l’importance vitale de l’Église

Quel est l’état de la recherche œcuménique de l’unité chrétienne ? Comment cette recherche se rattache-t-elle au travail pour la justice et la paix ? Que peut-on dire de l’Église dans ce contexte ?

 

Le Conseil œcuménique des Églises lance un manuel sur la mission


Le lancement d’un manuel détaillé sur la mission marque un moment important dans la vie de la Commission de mission et d’évangélisation du Conseil œcuménique des Églises.

 

Le COE salue l’accord de cessez-le-feu en Colombie


Dans une déclaration adoptée par son Comité central réuni à Trondheim, en Norvège, le COE «accueille favorablement la nouvelle de l’accord historique de cessez-le-feu bilatéral conclu à La Havane, le 23 juin 2016, entre le gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC-EP)».

 

Y a-t-il de l’espoir pour le Moyen-Orient?


La guerre, le conflit ethnique, des millions de réfugiés, une situation humanitaire qui se dégrade, la discussion sur le Moyen-Orient se déroule dans un contexte sinistre.

 

Foi commune, expression peu commune


La réunion 2016 du comité central du COE a conclu sa troisième journée par un service de prière l’après-midi dans l’une des plus belles églises de Trondheim. Édifiée en 1715, l’église Bakke, avec son architecture et ses décorations remarquables, est l’un des bâtiments les plus anciens du quartier de Bakklandet, à Trondheim.

 

La ministre norvégienne de la culture salue les potentialités de changement associées à la foi


« Cette rencontre symbolise ce dont nous avons de plus en plus besoin : davantage de dialogue et de fraternité par-delà les frontières » a déclaré Linda Hofstad Helleland, ministre norvégienne de la culture. « Alors, nous pourrons créer du changement et du mouvement ».

 

L’évêque Helga Haugland Byfuglien : une présidence marquée par la conviction et la précision


Première femme évêque chargée de présider l’Église de Norvège, elle dit qu’il lui a fallu apprendre à être bien au clair sur ses positions à propos de sujets controversés, comme le mariage entre personnes de même sexe – qui a son soutien – tout en exprimant son respect pour le point de vue de collègues qui y sont opposés.

 

La formation théologique est essentielle à l’autonomisation des femmes au sein de l’Église


Les témoignages de femmes responsables au sein d’Églises sont essentiels pour faire émerger une nouvelle génération de femmes panafricaines leaders, affirment des intervenantes de la réunion organisée par le Conseil œcuménique des Églises.

 

Le Synode orthodoxe: un «don spirituel» fait aux autres Églises


Alors que le Saint et Grand Concile s’ouvre cette semaine en Crète (Grèce), le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE) a assisté aux célébrations de la Pentecôte avec la communauté orthodoxe, apportant ses prières et son soutien.

 

Le Comité central du COE célèbre le solstice d’été en Norvège


Les feux de joie sur les montagnes et les joyeuses célébrations sur la côte norvégienne annoncent la fête du solstice d’été, également appelée Jonsok, Sankthansaften (veille de la Saint-Jean ou fête de la Saint-Jean), ou encore fête de la Saint-Jean-Baptiste.

 

Le Pèlerinage de justice et de paix: informations et enseignements


Les encouragements, l’inspiration et les récits ont animé la discussion plénière du Comité central du Conseil œcuménique des Églises (COE) consacrée au Pèlerinage de justice et de paix.

 

«Il est temps de reconnaître le rôle des femmes panafricaines dans l’œcuménisme mondial», déclarent des femmes responsables au COE


Depuis des dizaines d’années, les femmes d’origine africaine constituent une force au sein du mouvement œcuménique mondial, mais leur contribution n’est pas encore reconnue à sa juste valeur. Il est temps que cela change, affirment les fondatrices d’un réseau de théologiennes panafricaines – laïques et ordonnées – au sein du Conseil œcuménique des Églises (COE).

 

Sur le chemin de Saint Olaf, revisiter le passé pour envisager l’avenir des Églises


Le long chemin de saint Olaf, reliant la vieille ville d’Oslo à la cathédrale de Nidaros à Trondheim, fut pendant cinq siècles pris d’assaut par les pèlerins. La route, prisée et très fréquentée jusqu’à la Réforme, fut restaurée et rendue à nouveau praticable en 1997.

 

Le Comité central du COE se réunit à Trondheim, en Norvège


La session 2016 du Comité central du COE a été ouverte par sa présidente, Mme Agnes Abuom, de l’Église anglicane du Kenya, le 22 juin au matin à Trondheim, en Norvège.

 

Des responsables d'Églises envisagent une nouvelle étape de vérité et réconciliation en Afrique du Sud et au-delà


Quarante ans après le soulèvement de Soweto, des dirigeants d'Églises de pays déchirés par des conflits se sont réunis en Afrique du Sud pour examiner les voies de paix et de réconciliation.


Agenda du COE

  

Pré-conférence interreligieuse à AIDS 2016

16 - 17 juillet 2016

Durban, Afrique du Sud

Tous les deux ans, la Conférence internationale sur le sida réunit plus de 20'000 chercheurs, responsables politiques, militants et personnes atteintes du VIH, entre autres, qui partagent les dernières avancées, tentent d’identifier les obstacles à l’éradication de la pandémie, et de s’y attaquer.

 

Un temps pour la Création

01 septembre - 04 octobre 2016

Dans le monde entier

Du 1er septembre – premier jour de l'année liturgique orthodoxe – au 4 octobre – fête de François d'Assise, saint patron des animaux et de l'environnement dans la tradition catholique –, les Églises sont appelées à participer activement à un Temps pour la création.

 

 

Journée internationale de prière pour la paix

21 septembre 2016

Dans le monde entier

Le Conseil œcuménique des Églises appelle les Églises et paroisses du monde entier à observer la Journée internationale de prière pour la paix le 21 septembre. Cette journée coïncide avec la Journée internationale de la paix, mise en place sous l'égide des Nations Unies.


 

Semaine mondiale pour la paix en Palestine Israël

18 - 24 septembre 2016

Pendant toute la semaine de sensibilisation et d'action en faveur d'une paix équitable en Palestine et en Israël, les Eglises membres du COE et les organisations qui leur sont liées témoigneront ensemble pour la paix.


 

Lancement du parcours de la Réforme 2017 en Europe

03 - 04 novembre 2016

Genève, Suisse

L’année 2017 marque le cinq-centième anniversaire de la Réforme. Une chaîne de commémorations reliera des villes des Pays-Bas, d’Italie, de Hongrie, de Suisse, de Slovénie, d’Irlande et d’Allemagne. Chaque étape durera 36 heures: des partenaires régionaux et œcuméniques inviteront les gens à des temps festifs comportant de multiples activités afin de découvrir des traces locales de l’histoire de la Réforme.


COE