Israël, Aéroport de Tel Aviv: les autorités israéliennes ont infligé un traitement excessif, démesuré et injustifié aux représentants du COE


La basilique de la Nativité à Bethléem. Photo: Albin Hillert/COE


À leur arrivée à l’aéroport Ben-Gourion de Tel Aviv la semaine dernière, pour assister à une réunion sur la justice climatique, des membres du personnel et des partenaires du Conseil œcuménique des Églises (COE) ont été placés en détention ou expulsés dans des conditions sans précédent que le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, qualifie d’intolérables.

«Le COE proteste vivement contre le traitement excessif, démesuré et totalement injustifié infligé par les autorités israéliennes à ces représentants et représentantes d’Églises membres et du personnel du COE, qui venaient participer à une consultation sur les changements climatiques et l’écologie à l’invitation des Églises membres du COE dans la région, hôtes de la réunion», a-t-il déclaré.

Les membres du Groupe de travail du COE sur les changements climatiques, qui provenaient de treize pays différents, ont indiqué avoir été retenus pour des interrogatoires de plusieurs heures où on leur a fait subir de sévères intimidations dans des conditions de détention quasi carcérales, pendant une durée de trois jours: une expérience éprouvante, a dit le pasteur Tveit. «Nous réagissons à ce genre d’expériences de différentes manières sur le plan émotionnel. Je pense que les membres du groupe étaient loin de s’attendre à une expérience aussi troublante, qui a été un choc pour la plupart d’entre eux, car ils n’avaient jamais rien subi de tel auparavant.»

Bien qu’il y ait déjà eu de petits incidents dans le passé, aucun n’avait jamais laissé entrevoir le niveau d’intimidation qui vient d’être atteint, a ajouté le pasteur Tveit.

Les membres du Groupe de travail sur les changements climatiques se rendaient en Israël dans un esprit de solidarité œcuménique pour se pencher sur les enjeux communs à l’ensemble de la planète dans les domaines de la protection de l’environnement, de l’atténuation des changements climatiques et de l’adaptation à leurs effets.

Les voyageurs ont été placés en détention, soumis à un interrogatoire et exposés à des intimidations. Faisant part de son inquiétude quant aux conséquences que peut avoir un tel traitement sur des individus, le pasteur Tveit a affirmé qu’il n’avait aucune raison de penser que des problèmes surviendraient pour se rendre à cette réunion, dans la mesure où des rencontres sont organisées depuis de nombreuses années dans la région, consacrées non seulement aux changements climatiques mais aussi aux relations œcuméniques, aux efforts de paix et à la réflexion théologique. Depuis de nombreuses années, le COE s’appuie sur des ressources et des interlocuteurs tant en Israël qu’en Palestine pour créer des conditions propices à des relations de paix et une coexistence pacifique.

Tous les participants du Groupe du travail qui s’étaient rendus en Israël sont désormais en sécurité hors du pays. Le COE a demandé au gouvernement israélien de présenter des excuses et de renoncer à se comporter de façon agressive à l’égard des Églises membres et du personnel du COE à l’avenir. «Nous sommes convaincus qu’il est aussi dans l’intérêt du gouvernement israélien de faire la lumière sur ces incidents extrêmement désagréables, pour les personnes souhaitant se rendre dans le pays à l’avenir, et d’éviter qu’ils ne se reproduisent.»

Texte complet de la déclaration du COE sur les événements

Églises membres du COE en Israël et Palestine

09 mai 2016

COE