Iran: derrière les barreaux Saeed Abedini passait l’essentiel de son temps à prier


Sa première interview à Fox News après sa libération pour revenir sur ces années de détention, une expérience douloureuse


Le pasteur américain Saeed Abedini a passé l’essentiel de son temps de détention dans les prisons iraniennes à prier. « La meilleure chose que je puisse faire en prison, c’était de prier », a déclaré Abedini à la chaîne de télévision américaine Fox News.

L’homme de 35 ans, qui, à coté de sa citoyenneté américaine, possédait également la nationalité iranienne, a été condamné à huit ans d'emprisonnement en 2012 pour être passé de l’islam au christianisme et en raison de ses activités d'évangélisation.

Le 16 janvier, il a été libéré avec trois autres Américains. En retour, sept Iraniens détenues aux États-Unis ont été libérés. En septembre 2015, le président iranien Hassan Ruhani avait suggéré un tel échange de prisonniers. Plus tôt, les cinq représentants permanents du Conseil de sécurité de l'ONU et l'Allemagne ont convenu avec l'Iran d’une inspection de ses installations nucléaires par l'Agence internationale de l'énergie atomique. L'accord a mis fin au différend qui depuis 2005 opposait le pays à la communauté internationale sur son programme nucléaire.

Abedini voulait construire un orphelinat en Iran

Abedini séjourne actuellement pour se reposer sur le campus de Billy Graham Company à Charlotte dans l'État américain de Caroline du Nord. Comme il a continué à le dire dans l'interview qu'il avait été accusé devant le Tribunal en Iran, « d’avoir mis en place des églises de maison dans la théocratie islamique et d’avoir tenté de renverser le gouvernement par le biais du christianisme ». Il a rejeté l'accusation. Il avait plutôt parcouru le pays pour construire un orphelinat avec le soutien du gouvernement.

« Le juge dit que je suis ici parce que je me sers du christianisme pour renverser le gouvernement, mais ce ne fut pas le cas, je ne voulais pas faire ça, je suis juste venu ici pour démarrer un orphelinat, aimer les gens et partager l'Évangile avec les gens et juste ça », a-t-il dit.

Et quand le juge lui a reproché de se servir du christianisme pour « renverser le gouvernement », Abedini lui a répondu qu'il prierait pour lui.

Il a aussi été torturé

Le plus difficile pour lui quand il était en détention, c’était de faire un bon usage de son temps. Il a donc prié jusqu'à 20 heures par jour. Selon ses propres déclarations, Abedini a été interrogé et torturé à plusieurs reprises - mentalement et physiquement, parce qu’il avait refusé de signer des documents où il devait admettre des crimes qu'il n'avait pas commis : « Il est arrivé une fois qu’ils m'ont vraiment violemment battu parce qu'ils voulaient que j’écrive quelque chose que je ne voulais pas ».

Selon Abedini, ses geôliers iraniens ne lui ont donné pas de vêtements ni de la lecture tout le temps qu'il était en isolement cellulaire.

Il avait été le témoin de graves violations des droits de l'homme derrière les barreaux. Il a été ainsi le témoin de l’exécution publique de musulmans sunnites : « La pire chose que j’ai vue, c’était quand ils ont pris certains sunnites pour les exécuter, cela se passait sous nos yeux, et ils en ont pris des dizaines d'entre eux pour les pendre, tous les mercredis » a-t-il précisé.

Fox News diffusera d’autres parties de cet interview dans les prochaines semaines.

En Iran, 95 % des 75 millions d'habitants de l'Iran sont chiites, le reste principalement sunnites. 360.000 habitants sont chrétiens.

Traduction eemni

idea/26.01.2016

Idea / Fox News