Des dirigeants méthodistes reçus le 7 avril par le Pape François - Inauguration du Bureau oecuménique méthodiste de Rome



Ouverture du Bureau oecuménique méthodiste à Rome

Au cours de la matinée du jeudi 7 avril, le Pape François a reçu en audience privée le Secrétaire de la Conférence méthodiste, le pasteur Gareth J Powell, ainsi que d’autres dirigeants du Conseil méthodiste mondial, du Conseil méthodiste européen et de l'Église méthodiste en Grande-Bretagne.

L'audience a été suivie d'une réunion avec les membres du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens (CPPUC).

Ces dirigeants méthodistes ont aussi fait le voyage de Rome pour inaugurer un nouveau centre œcuménique à Rome, le Bureau oecuménique méthodiste, une initiative saluée par le Pape François. «C’est le signe, a-t-il dit, de l’intensification de nos relations et de notre désir commun de surmonter les obstacles qui nous empêchent de parvenir à la pleine communion». Il souhaite que ce Bureau devienne un lieu de rencontre ainsi que « le lieu où faire connaître, célébrer et avancer les progrès accomplis à travers notre dialogue théologique ».

Il encourage les rencontres régulières entre paroisses catholiques et méthodistes et gagnent en estime réciproque : « Puisse le Seigneur bénir le travail de ce bureau et en faire un lieu où catholiques et méthodistes peuvent se rencontrer et progresser dans l’appréciation de la foi les uns des autres ».

Ils ont beaucoup à apprendre les uns des autres en servant ensemble le monde avec amour : «Catholiques et méthodistes ont beaucoup à apprendre les uns des autres sur le sens de la sainteté et la manière de la vivre. Même là où les divergences persistent, les deux communautés peuvent et doivent devenir un facteur de réflexion et de dialogue. Par leur service humble et courageux, elles peuvent atteindre le cœur et la vie de tant de personnes qui attendent Jésus souvent sans le savoir.»


Le pasteur Robert Gribben est pasteur de l'Eglise unie d'Australie et président au sein du Conseil méthodiste mondial du comité en charge des relations œcuméniques. A ce moment important de la vie de la communauté mondiale, il a partagé quelques réflexions sur l'importance de travailler à l'unité des chrétiens et de l'importance - pour les méthodistes - de cette année jubilaire de la miséricorde.

Gribben se dit convaincu que les théologiens ont fait « un excellent travail en ouvrant la voie pour que nous marchions ensemble …. »

Un des obstacles, dit-il, est «l'immobilisme des gens » - ou « peut-être leur incapacité à croire que ces bonnes choses se sont réellement passées … »

Faire évoluer les structures de l'église locale est un énorme défi, note-t-il, en particulier dans un monde où la foi chrétienne est attaquée, nous avons tendance à être sur la défensive et à nous accrocher à ce que nous connaissons …

Gribben dit que le terme de «miséricorde» figure en bonne place dans les hymnes de Charles Wesley .... excepté le terme d’ «amour», dit-il, «il ne pouvait guère être de mot plus important dans toute la doctrine et pratique chrétiennes ».


Catholiques et méthodistes: 50 ans de dialogue fructueux

Au sein d’une commission théologique conjointe, catholiques et méthodistes mènent un dialogue constant depuis 50 ans, dans un climat respectueux et fraternel.

Après les catholiques et les luthériens, le Conseil méthodiste mondial (CMM) a apposé en 2006 sa signature à la DÉCLARATION COMMUNE SUR LA DOCTRINE DE LA JUSTIFICATION, moment historique. Un autre document conjoint est actuellement en préparation sur l’appel à la sainteté est en préparation et devrait être publié d’ici la fin de l’année.


Catholiques et méthodistes: ensemble en marche au service du monde

Au cours de cette audience historique, le Pape François admettait que  « si nous ne pouvons pas encore penser de la même façon en toutes choses, nous pouvons au moins aimer pareillement ». 

Ces paroles ont été écrites à l’origine par John Wesley, l'un des fondateurs du mouvement méthodiste, dans sa «Lettre à un catholique romain» au milieu du 18ème siècle. Wesley a également souligné que catholiques et méthodistes étaient appelés « à s’entraider en tout ce qui ... conduit au Royaume ».

Au cours de cette audience, le pape François reconnaissait que « beaucoup restait à faire en ce qui concerne les ministères ordonnés et les questions éthiques. Toutefois aucune de ces différences ne constitue un obstacle qui puisse nous empêcher d’aimer de la même façon et d’offrir un témoignage commun face au monde». «Un monde aujourd’hui blessé par de nombreux maux», reconnaissait le Pape. «En servant ensemble concrètement ceux qui sont dans le besoin, catholiques et méthodistes peuvent, selon lui, faire grandir leur communion. Nous croyons que Jésus est le Seigneur et que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, a-t-il souligné, cette foi baptismale nous rend réellement frères et sœurs».


Une allocution à l’adresse de l’Évêque de Rome*

Lors de l’audience, le pasteur Gareth Powell a fait la présentation suivante au pape François:

Votre Sainteté,

Nous vous apportons les salutations du peuple méthodiste.

Il nous est particulièrement agréable de vous saluer en l'année même où la communauté méthodiste anglophone, ici à Rome, célèbre 60 ans de culte et ministère à l’Église Ponte Sant' Angelo.

Le travail de cette église locale, et l'engagement œcuménique de ses ministres, a conduit à d'importants échanges de connaissances et de sagesse, alors qu’ensemble nous cherchons à proclamer l'amour de Dieu.

Le dialogue entre méthodistes et catholiques continue à enrichir notre compréhension de l'autre comme aussi de nous-mêmes.

Que le dialogue formel ait lieu à un niveau international est essentiel à notre compréhension de l'étendue de la création de Dieu. Que les églises dans cette ville et dans toute une variété de communautés locales trouvent à exprimer notre foi commune en Christ est essentiel à notre fidèle recherche d’une unité profonde.

Nous vous sommes reconnaissants pour l'encouragement que vous nous donnez à viser ensemble à l’unité dans la fidélité au Christ et à la mission de l'Église.

La déclaration de Votre Sainteté d'une Année de la Miséricorde est une des déclarations les plus prisées par les méthodistes. La proclamation de la miséricorde d'un Dieu d'amour est au cœur de tout ce que John Wesley, notre fondateur, a défendu. Son frère Charles l’a exprimé dans un de ses hymnes;

Apprête le réceptacle de ta grâce, Embellis-moi des habits de louange, Et la miséricorde sera tout mon chant; la Miséricorde pour tous ceux qui ne connaissent pas Dieu, la Miséricorde pour tous dans le sang de Jésus, la Miséricorde, qui transcende la terre et le ciel ; L'amour qui comble les saints dans la lumière … [584, Methodist Hymn Book]

Nous sommes reconnaissants à Votre Sainteté de nous offrir une compréhension approfondie de la Miséricorde de Dieu. Votre appel à une compréhension renouvelée de la miséricorde de Dieu doit sûrement trouver son expression dans nos actions communes et dans la façon dont nous vivrons notre mission et façonnerons nos communautés ecclésiales.

Dans ce don d'une copie des Hymnes sur la Cène du Seigneur par John et Charles Wesley, vous retrouverez un peu l’accent du méthodisme sur la profondeur des desseins d'amour de Dieu.

Nous prions pour qu’ensemble, nous puissions trouver un sens plus profond de notre vocation commune. Puissions-nous avoir, grâce à notre participation à la célébration de la victoire de l'amour sur la mort, un sens plus dynamique et urgent de notre mission. Dans ces hymnes et dans tout ce que nous faisons en tant que disciples du Christ ressuscité, puissions-nous élever nos voix dans la proclamation de notre Évangile commun et l'offre de la miséricorde.

Les événements de jeudi ont suivi l’inauguration du nouveau Bureau œcuménique méthodiste de Rome (MEOR) tenue à Ponte Sant'Angelo.

L'initiative MEOR vise à promouvoir une meilleure compréhension de la communion dans le monde entier grâce à des programmes éducatifs et à l'accueil qu'elle peut offrir vu son emplacement juste en face du Tibre et de la basilique Saint-Pierre.

Le pasteur Dr Tim Macquiban, directeur de MEOR, a déclaré: « Nous demandons à tous de porter dans vos prières le travail œcuménique du bureau à cette étape importante de son développement.

«Cette initiative donne aux méthodistes du monde entier la possibilité de contribuer à un dialogue œcuménique continu et de promouvoir l’entente oecuménique à travers des programmes éducatifs de choix »


Méthodistes: «Quand nous lisons les Écritures dans un climat de prière…»**

A une délégation du Conseil méthodiste mondial

Discours du Pape François 

Chers frères et sœurs,

Je vous adresse mes salutations chaleureuses en ce temps pascal, alors que nous célébrons la résurrection de notre Seigneur qui illumine le monde entier. Je tiens en particulier à remercier Mgr Oliveira et le Révérend Powell pour leurs aimables paroles. Nous sommes unis dans la foi en Jésus qui est Seigneur et en Dieu qui l’a relevé d’entre les morts. Cette foi baptismale fait véritablement de nous des frères et sœurs. Je salue aussi les corps que vous représentez : le Conseil méthodiste mondial, le Conseil méthodiste d’Europe et l’Église méthodiste en [Grande-] Bretagne.

J’ai été heureux d’apprendre l’ouverture du Bureau œcuménique méthodiste à Rome. C’est un signe de notre proximité croissante et, en particulier, de notre désir commun de dépasser tout ce qui se dresse sur notre chemin vers la pleine communion. Puisse le Seigneur bénir le travail de ce bureau et en faire un lieu où catholiques et méthodistes peuvent se rencontrer et progresser dans l’appréciation de la foi les uns des autres, qu’il s’agisse de groupes de pèlerins, de personnes en formation en vue du ministère ou de celles qui guident leur communauté. Puisse ce bureau être aussi le lieu où faire connaître, célébrer et avancer les progrès accomplis à travers notre dialogue théologique.

Presque cinquante ans ont passés depuis que notre commission conjointe a commencé son travail. Bien que des différences demeurent, notre dialogue est basé sur le respect et la fraternité, il enrichit nos deux communautés. Le document en préparation actuellement, qui devrait être publié plus tard dans l’année, en témoigne clairement. Fondé sur l’acceptation méthodiste de la Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification, il a pour thème : « L’appel à la sainteté ». Catholiques et méthodistes ont beaucoup à apprendre les uns des autres sur la façon dont nous comprenons la sainteté et dont elle peut être vécue. Nous devons les uns et les autres faire tout notre possible pour garantir que les membres de nos congrégations respectives se rencontrent régulièrement, apprennent à se connaître et s’encouragent mutuellement à chercher le Seigneur et sa grâce. Quand nous lisons les Écritures, seuls ou en groupe, mais toujours dans un climat de prière, nous nous ouvrons à l’amour du Père donné en son Fils et dans le Saint-Esprit. Même là où demeurent des différences entre nos communautés, elles peuvent et doivent devenir un élan pour la réflexion et le dialogue.

John Wesley, dans sa Lettre à un catholique romain, a écrit que les catholiques et les méthodistes sont appelés à « s’aider mutuellement en tout ce qui (…) conduit au Royaume ». Puisse la nouvelle déclaration commune encourager méthodistes et catholiques à s’aider réciproquement dans la vie de prière et d’engagement. Dans la même lettre, Wesley écrivait aussi : « Si nous ne pouvons pas encore penser de la même façon en toutes choses, nous pouvons au moins aimer pareillement. » Il est vrai que nous ne pouvons pas encore penser de la même façon en tout et que, sur des questions concernant le ministère ordonné et l’éthique, il reste encore beaucoup à faire. Cependant, aucune de ces différences ne constitue un obstacle pour nous empêcher d’aimer de la même façon et d’offrir un témoignage commun au monde. Nos vies de sainteté doivent toujours inclure un service d’amour pour le monde ; catholiques et méthodistes ensemble sont tenus de travailler de différentes manières afin de rendre un témoignage concret à l’amour du Christ. Quand nous servons les personnes démunies, notre communion grandit.

Dans le monde d’aujourd’hui, frappé par tant de mal, il est plus que jamais vital que, comme chrétiens, nous offrions un témoignage commun inspiré par la lumière de Pâques, devenant un signe de l’amour de Dieu qui est victorieux dans la résurrection de Jésus. Puisse cet amour, y compris à travers notre service humble et courageux, atteindre les cœurs et les vies de tous nos frères et sœurs qui cherchent un tel amour, parfois sans le savoir. « Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ » (1 Co 15,57).

* Texte communiqué par l’Église méthodiste de Grande Bretagne et traduit par eemni

** Traduction de Zenit, Constance Roques

eemni / Radio Vatican / zenit / Église méthodiste de Grande Bretagne