COE: le peuple du Soudan du Sud a besoin d’aide et de paix juste


Des réfugiés du Soudan du Sud dans le camp de réfugiés de Leitchuor, en Éthiopie, 2014. © ACT/Christof Krackhardt/Diakonie K

Entretien avec le père James Oyet-Latansio, secrétaire général du Conseil chrétien du Soudan du Sud et M. Ferdinand von Habsburg-Lothringen, conseiller en matière de réconciliation, Conseil des Églises du Soudan du Sud.

Par Robert Bartram*

Q: Quelle est la situation en ce moment à Juba?
Ferdinand von Habsburg-Lothringen: Le cessez-le-feu est dans l’ensemble respecté. Il ne s’est pas désintégré pour laisser place à un affrontement militaire [...] Les tensions militaires s’intensifient et on signale des mobilisations.

Q: Avez-vous constaté une augmentation du nombre de personnes déplacées?

FHL: À Juba, le nombre de personnes vivant dans des sites de la Protection civile a plus que doublé, passant de 20 000 à 45 000, ce qui est considérable. Ailleurs, les chiffres demeurent stables. En d’autres termes, la situation n’est pas encore assez bonne pour que les gens puissent quitter les sites de la Protection civile.

Q: Quel a été le rôle de l’Église? Comment a-t-il évolué depuis le début de la crise?

FHL: L’année dernière, les responsables des Églises se sont réunis à Kigali pour définir une vision de la consolidation de la paix et pour assurer un réconciliation à long terme. Un plan d’action pour la paix y a été élaboré, reposant sur trois piliers. Le premier est le plaidoyer. Il consiste en un plaidoyer régional auprès des pays limitrophes du Soudan du Sud. Cet aspect recouvre en outre la communication entre le peuple et les dirigeants et entre les dirigeants et le peuple. Le fossé qui les sépare est énorme, ce qui laisse le champ libre à la manipulation. Nous devons permettre aux sans-voix de se faire entendre afin de faire connaître les souffrances du peuple. Par ailleurs, la Commission de suivi et d’évaluation compte parmi ses membres un représentant du Conseil des Églises du Soudan du Sud, l’évêque Enock Tombe.

Le deuxième pilier est constitué de ce que nous appelons les «forums neutres». Les gens ont encore beaucoup de respect pour l’Église, qui jouit d’une crédibilité sans commune mesure parmi les institutions du pays. Les forums rassemblent des Sud-Soudanais provenant de toutes les strates de la société: du peuple mais aussi des instances dirigeantes – armée, monde politique, société civile – en tentant de mélanger tous ces éléments. À Wau, le Conseil des Églises aide le comité inter-Églises à rassembler toutes les parties, étudiant toute les personnalités pour entamer le dialogue. Ce processus est déjà en marche. Ici, à Juba, nous essayons de faire en sorte que les femmes aient davantage confiance en elles, au niveau politique comme dans d’autres domaines, pour parler de ce qui se passe à Juba et au Soudan du Sud en général.

Le dernier pilier est la réconciliation. Pour y parvenir, il faut tout d’abord la paix. Cependant, l’objectif à long terme est de déterminer comment toutes les parties peuvent cohabiter.

Q: Que fait l’Église à l’heure actuelle?

FHL: Il existe un programme dont le but est de nouer le dialogue avec les pays de l’Autorité intergouvernementale pour le développement pour leur expliquer la position des Églises en ce qui concerne la paix. L’idée est de faire connaître le point de vue du peuple sud-soudanais pour que les dirigeants de la région comprennent les enjeux humains concrets. Ce n’est pas seulement un enjeu politique, mais un enjeu humain. La souffrance est terrible. À Juba et Wau, des gens vivent dehors, ils n’ont nulle part où s’abriter et pas grand-chose à manger, le choléra se propage et des entrepôts du Programme alimentaire mondial ont été pillés. On oublie facilement ces problèmes parce que les gens parlent du partage du pouvoir.

Q: Que fait l’Église pour soulager les souffrances immédiates et sur le plan de l’aide humanitaire?

James Oyet-Latansio: Quand la guerre a éclaté, la plupart des gens sont allés vivre dans des églises. Mais celles-ci n’étaient pas prêtes. Le Comité international de la Croix-Rouge a immédiatement répondu à notre appel en fournissant des denrées de base – sucre, farine de blé, haricots, lentilles – pouvant répondre aux besoins des gens pour quelques jours. Ces denrées ont été distribuées à 4 500 personnes dans l’enceinte de l’église catholique Saint-Joseph, à 1 500 personnes dans la cathédrale de la Toussaint et à 6 500 personnes dans la cathédrale catholique de Juba.

Q: Que peuvent encore faire les États et l’ONU?

FHL: Ce qui est important, c’est que l’Église mette en avant ses partenaires humanitaires auprès des Sud-Soudanais afin de trouver des solutions aux problèmes ici même au lieu de se tourner vers la communauté internationale. Le plaidoyer a pour objectif de d’inciter les pays de la région à s’engager davantage. L’Église est en contact avec tout un éventail d’acteurs par l’intermédiaire de réseaux en Europe, aux États-Unis et ailleurs.

Q: Pour finir, quel message souhaiteriez-vous transmettre?

JOL: Je tiens à remercier nos partenaires au Conseil œcuménique des Églises (COE) pour avoir soulevé la question du Soudan du Sud. Par l’intermédiaire du COE, j’appelle la communauté internationale à apporter son soutien au Soudan du Sud. Le peuple sud-soudanais ne mérite pas une telle souffrance.

FHL: Les gens cherchent à mettre fin au conflit dans les plus brefs délais. L’aspect sécuritaire est important, mais à bien plus long terme, il faut dès maintenant s’attaquer aux causes fondamentales du conflit afin d’établir une paix véritable. Il va falloir y travailler d’arrache-pied pendant des années.

Églises membres du COE au Soudan du Sud

Communiqué de presse du COE du 15 juillet (en anglais) – COE: Les responsables d’Église du Soudan du Sud demandent des denrées alimentaires et la paix juste de toute urgence

Communiqué de presse du COE du 15 juillet (en anglais) – Le Soudan du Sud au seuil d’une crise humanitaire de grande ampleur, affirment des responsables d’Église

Faire un don, aide humanitaire:

Fédération luthérienne mondiale – les Sud-Soudanais s’enfuient en Ouganda (en anglais)

Fédération luthérienne mondiale – Quarante et une personne réfugiée par minute(en anglais)

Alliance ACT – Afflux de réfugiés sud-soudanais en Ouganda (en anglais)

Conférence des Églises de toute l’Afrique – Message de solidarité adressé aux responsables d’Église du Soudan du Sud concernant la crise actuelle (en anglais)

*Robert Bartram est un spécialiste de la communication qui a plus de vingt ans d’expérience dans diverses organisations gouvernementales, intergouvernementales et médiatiques. Il est basé à Genève.

27 juillet 2016

COE


 juillet 2016

Pour le COE, après l’attaque qui s’est déroulée au Japon, il est indispensable de réaffirmer l’importance de toutes les vies humaines

Le COE a condamné l’attaque meurtrière contre des personnes handicapées au Japon, et a présenté ses condoléances. D’après de nouvelles informations sur les meurtres de 19 personnes souffrant de handicap mental, âgées de 18 à 70 ans, au centre Tsukui Yamayure-en de Sagamihara le 26 juillet, l’assaillant a été identifié comme un ancien employé de 26 ans.


Le COE présente ses condoléances à la communauté française après la prise d’otages

Aujourd’hui, à Saint-Étienne-du-Rouvray, un prêtre âgé célébrant la messe a été pris en otage, avec deux religieuses et plusieurs laïcs , et assassiné avant que les deux preneurs d’otages ne soient eux-mêmes tués dans la confrontation avec la police, a déclaré le ministre français de l’Intérieur.


La passion de contribuer à la paix

Contribuer à la paix suppose de la conviction, une indépendance politique, de l’endurance. Ajoutons-y une bonne dose de passion, et Salpy Eskidjian, originaire de Chypre, correspond parfaitement à la description du poste. Depuis 2011, elle est coordinatrice exécutive de l’organisation Religious Track of the Cyprus Peace Process (RTCYPP, Suivi religieux du processus de paix à Chypre), qui travaille sous les auspices de l’ambassade de Suède à Nicosie. Elle a inlassablement – et avec succès – cherché à impliquer les responsables religieux dans le dialogue en faveur de la paix.


Les célébrités donnent un coup de projecteur sur l’épidémie de sida

Le prince Harry, Elton John, Charlize Theron, l’archevêque Thabo Makgoba, Bill Gates – des princes, des célébrités, des responsables religieux et des philanthropes se sont joints aux chercheurs, aux personnalités politiques, aux professionnels de la santé et aux militants – dont certains sont religieux – lors de la 21e Conférence internationale sur le sida à Durban.


La communication joue un rôle essentiel dans la construction d’une paix juste

Des étudiants en communication et en théologie vont aborder des questions concernant les médias et la mondialisation, puis ils examineront le lien entre ces questions et le sujet de la religion dans les médias. Tel sera le thème d’une université d’été internationale qui se déroule du 23 au 31 juillet à la Jamaïque.

«Il faut en finir!» – Les communautés confessionnelles réaffirment leur volonté d'éradiquer le VIH et le sida

Lors de la session de clôture de la pré-conférence confessionnelle sur le VIH et le sida, les communautés confessionnelles se sont réengagées à venir à bout de la maladie et à ne pas relâcher la pression face à la lassitude qui pourrait gagner tous les intervenants.

AIDS 2016: «L’ostracisme tue plus de monde que le VIH»

Plus de 150 personnes ont assisté à la pré-conférence interconfessionnelle, qui s’est ouverte le 16 juillet à Durban. Elles ont ainsi pu s’informer sur les défis urgents que sont la réduction de l’ostracisme et de la discrimination, l’amélioration de l’accès aux services afférents au VIH et la défense des droits de l’homme, élément essentiel pour éradiquer le sida avant 2030. La maladie est une véritable menace pour la santé publique.

Agenda du COE

Formation CAS en études interreligieuses

25 juillet - 12 août 2016Bossey, Suisse

«Que pouvons-nous faire, nous, gens de convictions, pour surmonter les enjeux les plus pressants de notre temps, comme la violence et les conflits, et édifier ensemble des sociétés mutuellement redevables, fondées sur le respect et la coopération?» C'est sur cette question qu'une trentaine de jeunes chrétiens, musulmans et juifs du monde entier se pencheront à l'occasion d'un séminaire d'été organisé à l'Institut œcuménique du Conseil œcuménique des Églises, à Bossey (Suisse).


École œcuménique de gouvernance, d’économie et de gestion

22 août - 02 septembre 2016Hong Kong (RAS de Chine)

Afin de donner plus de voix aux Églises sur le thème de l’économie mondiale, un petit groupe de responsables actuels et futurs représentant les Églises auront la possibilité de participer à la première École œcuménique de gouvernance, d’économie et de gestion pour une économie de la vie, à Hong Kong en 2016.


Un temps pour la Création

01 septembre - 04 octobre 2016
Dans le monde entier

Du 1er septembre – premier jour de l'année liturgique orthodoxe – au 4 octobre – fête de François d'Assise, saint patron des animaux et de l'environnement dans la tradition catholique –, les Églises sont appelées à participer activement à un Temps pour la création.


Semaine mondiale pour la paix en Palestine Israël

18 - 24 septembre 2016

Pendant toute la semaine de sensibilisation et d'action en faveur d'une paix équitable en Palestine et en Israël, les Eglises membres du COE et les organisations qui leur sont liées témoigneront ensemble pour la paix.


Journée internationale de prière pour la paix

21 septembre 2016
Dans le monde entier

Le Conseil œcuménique des Églises appelle les Églises et paroisses du monde entier à observer la Journée internationale de prière pour la paix le 21 septembre. Cette journée coïncide avec la Journée internationale de la paix, mise en place sous l'égide des Nations Unies.


Lancement du parcours de la Réforme 2017 en Europe

03 - 04 novembre 2016
Genève, Suisse

L’année 2017 marque le cinq-centième anniversaire de la Réforme. Une chaîne de commémorations reliera des villes des Pays-Bas, d’Italie, de Hongrie, de Suisse, de Slovénie, d’Irlande et d’Allemagne. Chaque étape durera 36 heures: des partenaires régionaux et œcuméniques inviteront les gens à des temps festifs comportant de multiples activités afin de découvrir des traces locales de l’histoire de la Réforme.