COE: Hielke Wolters, apôtre des stratégies de la mission


Le pasteur Hielke Wolters lors de la réunion avec l’Alliance évangélique mondiale à Bossey, en Suisse. © Marianne Ejdersten/COE

Par Marianne Ejdersten*

Le pasteur Hielke Wolters quitte le Conseil œcuménique des Églises (COE) après y avoir travaillé pendant neuf ans, notamment au poste de secrétaire général associé ces sept dernières années, mais il ne quitte pas le mouvement œcuménique auprès duquel il est engagé depuis qu’il est étudiant. Officiellement, il prend sa retraite, mais seulement sur le papier. Il retourne aux Pays-Bas et a beaucoup d’idées et de projets pour servir, d’une manière ou d’une autre, l’Église ou le mouvement œcuménique au sens large. Le pasteur a déclaré au centre de presse du COE, avec un sourire: «je suis ouvert à toutes les suggestions et je sais que Dieu me guidera dans la bonne direction le moment venu.»

Nous nous retrouvons dans son bureau du Centre œcuménique à Genève. Malheureusement, j’ai dix minutes de retard à cause de demandes urgentes de médias. Je présente des excuses que mon collègue, très organisé, accepte. Il a très bien préparé l’entretien. Il a des notes à la main. Il est détendu, mais sait parfaitement quelle histoire nous allons raconter à la communauté fraternelle. Pour lui, c’est très important d’apporter sa contribution à cette communauté. Les relations œcuméniques sont au cœur du travail et de la vie de M. Wolters. Il est déterminé – c’est un véritable stratège en matière de mission, d’opérations et d’administration – mais adopte pourtant une attitude chaleureuse et bienveillante. «Quand vous travaillez pour le monde, vous devez être un peu stratège», dit-il. Ses collègues le décrivent comme un pasteur réformé très pragmatique au grand cœur œcuménique. Ils précisent: «il n’est inquiet que lorsqu’un processus est trop lent; c’est frustrant pour lui.»

Du Bangalore à la mission urbaine

Commençons par sa biographie. Hielke Wolters appartient à l’Église protestante des Pays-Bas. Théologien et pasteur, il est engagé depuis de nombreuses années pour la justice sociale, le dialogue interreligieux et le développement. Sa relation avec le COE a commencé lorsqu’il était étudiant et qu’il a découvert, assez jeune, l’importance des stratégies de la mission et le rôle des Églises minoritaires. Étudiant, il a écrit une lettre au COE pour demander conseil: «où devrais-je faire mon doctorat? J’aimerais étudier dans une université anglophone, dans une culture entièrement différente.» Il a reçu une réponse lui suggérant de postuler au United Theological College de Bangalore ou au Serampore College près de Calcutta. Il a opté pour Bangalore et son doctorat portait principalement sur les travaux du théologien indien M.M. Thomas, président du COE de 1968 à 1975.

Après avoir été pasteur en milieu rural et urbain aux Pays-Bas, puis directeur du bureau œcuménique néerlandais pour la mission industrielle et rurale, il a été nommé directeur de Stichting Oikos, un institut œcuménique qui aide les Églises à mettre en place des activités de sensibilisation de la population dans les domaines de la coopération internationale et du développement durable.

Un long cheminement pour définir le nouveau rôle du COE

M. Wolters est arrivé au COE le 1er juillet 2007 au poste de directeur du programme Justice, diaconie et responsabilité envers la création. Le pasteur a joué un rôle important grâce à sa solide expérience. En effet, il avait déjà souvent associé la réflexion théologique à des compétences de gestion de projets axés sur les résultats. Son expérience et ses connaissances ont été très appréciées après l’Assemblée de Porto Alegre en 2006. En 2007, dans l’un de ses premiers entretiens, il a déclaré que les principaux défis du programme seraient «de mettre en place des initiatives créatives qui peuvent donner espoir à ceux qui se battent quotidiennement pour survivre; d’encourager la solidarité entre les Églises malgré les divisions dues à la mondialisation économique; et de soutenir les mouvements et les initiatives en faveur du développement durable afin de lutter contre les effets des changements climatiques.» Après avoir été secrétaire général associé par intérim pour différents programmes pendant un certain nombre d’années, il a été nommé secrétaire général associé pour l’unité, la mission et les relations œcuméniques en 2011. Il a alors retrouvé son domaine de prédilection avec une orientation claire sur les stratégies de la mission permettant de renforcer les relations entre les Églises membres.

Le pasteur Sam Kobia, ancien secrétaire général, puis le pasteur Olav Fykse Tveit, nouveau secrétaire général, lui ont demandé de coordonner le processus visant à réorienter et à restructurer les travaux du COE de Porto Alegre à Busan. Il précise: «il s’agissait d’une période décisive pour définir clairement le rôle du COE dans le mouvement œcuménique et plus globalement, dans le monde. Quelle devait être la mission principale du COE? La communauté fraternelle était confrontée à de nombreux défis.»

M. Wolters souligne notamment la création de l’Alliance œcuménique «agir ensemble» et la formation de l’Alliance ACT, fondées par des partenaires spécialisés pour diriger les activités dans le domaine de l’aide humanitaire, du développement et de la défense des causes.

Il ajoute: «que devait et que pouvait être le rôle du COE dans un mouvement œcuménique développé? Nous devions également faire face à des difficultés financières et nous avons dû réorganiser nos activités et essayer de les hiérarchiser davantage.»

M. Wolters insiste: «toutes les facettes et toutes les tensions du monde se retrouvent à Genève. Cette diversité est nécessaire au Conseil œcuménique des Églises. Le COE vit cette diversité puisqu’il travaille au nom des Églises membres. Nous sommes chargés d’une tâche particulière et avons reçu un mandat pour agir en respectant la diversité de nos membres.»

Le leadership du pasteur Olav Fykse Tveit est clairement axé sur la communauté fraternelle et le travail avec les personnes et partenaires de bonne volonté, notamment depuis l’Assemblée de Busan en 2013. Le COE est doté d’un nouveau visage et d’un modèle opérationnel plus structuré comprenant des plans élaborés lors de consultations avec les partenaires et des évaluations de la gestion.

Tout est grâce

De quoi êtes-vous le plus fier? Il reste silencieux un moment avant de répondre: «dans ma tradition, nous n’utilisons pas le mot "fier". J’ai grandi avec l’idée que tout est grâce. Mais je vais vous donner quelques exemples de ce que nous avons réussi au COE au cours des neuf dernières années, de mon point de vue.»

Le travail avec les partenaires œcuméniques, et notamment les partenaires spécialisés, constitue un exemple concret. «Nous avons organisé des réunions régulières grâce au concept Travailler ensemble et Table ronde afin de rassembler leurs représentants pour parler de la planification stratégique du COE. Au cours des deux dernières années, nous avons également invité les responsables des partenaires spécialisés au Forum œcuménique stratégique afin d’approfondir la discussion sur le rôle du COE. Je suis très satisfait du résultat de ces discussions, comme de la création du réseau des responsables œcuméniques des Églises membres; tout cela est très important et utile pour l’avenir du COE.»

Un défi: le rôle de la mission

M. Wolters aborde également le sujet de la nouvelle déclaration sur la mission du COE, Ensemble vers la vie, présentée lors de la Dixième Assemblée du COE à Busan (République de Corée) en 2013. La déclaration, explique-t-il, propose une nouvelle perspective sur la situation et les défis missionnaires des Églises dans les sociétés multireligieuses et sécularisées.

Le pasteur fait allusion à son travail dans le domaine de la mission industrielle et urbaine. «Pour de nombreuses Églises, notamment en Europe et en Amérique du Nord, il s’agit d’une question urgente et centrale. C’est également un problème œcuménique partagé par toutes les Églises membres du COE.»

«Les Églises membres du COE s’intéressent beaucoup à la mission dans les contextes laïques, affirme M. Wolters. Les responsables de ces Églises sont parfaitement conscients qu’il est urgent d’adopter de nouvelles approches. Ils s’aperçoivent que leurs communautés vieillissent et qu’ils ont du mal à toucher les jeunes. C’est pourquoi le soutien du mouvement œcuménique et tout espace offert pour une réflexion et une action communes sont très appréciés.»

«L’une des principales difficultés de la mission en contexte laïque est l’absence de sensibilité au langage religieux, au niveau individuel et collectif,» explique M. Wolters.

«Parler de Dieu ou du salut ne conduit pas toujours à une conversation fructueuse. Il est nécessaire de comprendre les questions fondamentales que se posent les personnes sécularisées, par exemple sur les dilemmes auxquels elles sont confrontées ou sur leurs doutes quant au sens de la vie. Les Églises doivent mettre au point un nouveau langage et de nouvelles approches du partage des expériences vécues si elles veulent transmettre de manière convaincante le message chrétien de foi, d’espoir et d’amour.»

Une collaboration plus étroite avec les évangéliques

M. Wolters veut également mettre l’accent sur la collaboration avec l’Alliance évangélique mondiale (AEM) et le Forum chrétien mondial.

Les responsables et représentants de l’AEM et du COE se sont rencontrés le 20 mai 2016 à l’Institut œcuménique de Bossey, en Suisse, pour étudier et examiner les possibilités de coopération future. M. Wolters ajoute: «il s’agissait de la deuxième rencontre officielle entre les responsables, cette fois en présence du secrétaire général du COE et de celui de l’AEM. C’était un moment historique, une nouvelle étape positive, un nouveau départ.»

Comment tout cela a-t-il commencé? M. Wolters répond: «en fait, tout a commencé lors d’une pause café pendant la séance du Comité central en 2011. J’ai discuté brièvement avec l’un des responsables de l’AEM et nous avons décidé de nous retrouver plus tard pour approfondir la discussion.»

M. Wolters raconte qu’une autre évolution positive a eu lieu à la même période: la rencontre entre les responsables de l’Alliance biblique universelle et du COE en avril 2016. «Nous sommes reconnaissants de pouvoir consolider cet important travail en coopération avec les Églises et organisations des traditions catholique, pentecôtiste et évangélique», ajoute-t-il.

En novembre 2015, près de 150 personnes appartenant à différentes traditions chrétiennes se sont réunies sous l’égide du Forum chrétien mondial, en Albanie. L’évènement était organisé par Sa Béatitude l’archevêque Anastasios, autour du thème «Discrimination, persécution, martyre: Suivre ensemble le Christ.» Cette rencontre a rassemblé des représentants des Églises et communautés chrétiennes qui ont été confrontées à la discrimination et à la persécution dans leurs contextes locaux.

M. Wolters a déclaré: «le fait que des Églises et organisations œcuméniques aux origines si diverses soient prêtes à travailler ensemble pour aider les chrétiens qui traversent des moments difficiles est un immense signe d’espoir.» Il a ajouté que «la liberté religieuse est importante pour nous tous, qu’on soit chrétien, musulman ou fidèle d’une autre religion».

Le pasteur Wolters a poursuivi en disant que cette initiative collective s’inscrivait dans la droite ligne des efforts menés par le COE pour accompagner les chrétiens et les Églises dans des pays comme la Syrie, l’Irak, l’Égypte et le Nigeria.

Le COE doit être utile et faire bouger les choses

Une dernière question: actuellement, quelle est la priorité du COE?

Le message de M. Wolters est clair: «nous devons être utiles. Comment le COE fait-il bouger les choses dans le monde? Nous devons placer les Églises au centre; nous devons renforcer la théologie et la spiritualité.»

Il ajoute: «nous avons besoin des couleurs œcuméniques dans le témoignage de justice et de paix, pour être un moteur du changement.»

Au bout de neuf ans, le pasteur Hielke Wolters peut regarder en arrière avec une joie immense et est très reconnaissant. Il a participé à de nombreux processus, réunions historiques et documents théologiques importants et a été responsable de certains. Il est très heureux que le COE dispose désormais d’un plan stratégique comprenant tous les aspects de son travail avec une structure de rapports claire pour le Comité central et le Comité exécutif. C’est un véritable «apôtre des stratégies» dans le domaine de la mission comme dans celui des opérations et de l’administration.

Nous lui adressons tous nos vœux pour l’avenir et nous espérons le retrouver dans le mouvement œcuménique, le cheminement de toute une vie. Nous penserons toujours à lui, car nous avons une responsabilité envers nos organes directeurs et, surtout, envers ceux qui cherchent l’espoir dans le monde entier.

Merci Hielke pour le temps que tu as consacré à partager ta sagesse et ton savoir!

Par Marianne Ejdersten, directrice de la Communication du Conseil œcuménique des Églises depuis 2015.

01 août 2016

Ensemble vers la vie: Mission et évangélisation dans des contextes en évolution

Commission de Foi et constitution du COE

Qu’est-ce que la foi et la constitution?

Commission de Mission et d’évangélisation


Août 2016


Hielke Wolters: apôtre des stratégies de la mission

Le pasteur Hielke Wolters quitte le COE après y avoir travaillé pendant neuf ans, notamment au poste de secrétaire général associé ces sept dernières années, mais il ne quitte pas le mouvement œcuménique auprès duquel il est engagé depuis qu’il est étudiant. Officiellement, il prend sa retraite, mais seulement sur le papier. Il retourne aux Pays-Bas et a beaucoup d’idées et de projets pour servir, d’une manière ou d’une autre, l’Église ou le mouvement œcuménique au sens large. Le pasteur a déclaré au centre de presse du COE, avec un sourire: «je suis ouvert à toutes les suggestions et je sais que Dieu me guidera dans la bonne direction le moment venu.»


Évangélisme et éducation débattus lors d’un colloque en Afrique du Sud

Un colloque de cinq jours ayant pour thème «L’évangélisme dans l’éducation théologique et la formation missiologique en Afrique» a accueilli quelque 25 participants qui se sont demandé ce que signifiait vivre le témoignage chrétien authentique dans des contextes laïcs, multiculturels et multireligieux.


J.O. de Rio: le COE rejoint la campagne de soutien à l’équipe des réfugiés

Un événement historique approche, et nous vous invitons à y participer en manifestant votre soutien. Lors des Jeux olympiques de Rio 2016, une équipe représentera pour la toute première fois les femmes, les hommes, les filles et les garçons déplacés de chez eux par une crise. Le COE encourage toutes les personnes et toutes les Églises à acclamer la très symbolique équipe olympique des réfugiés, un groupe de dix athlètes de haut niveau originaires du monde entier.

Rio: pour les responsables religieux, la dignité humaine passe avant les Jeux olympiques

Les représentants de plus de 25 courants religieux et 30 organisations de la société civile se sont réunis lors d’une manifestation publique au centre de Rio de Janeiro (Brésil), pendant la semaine d’ouverture des Jeux olympiques 2016, pour montrer leur engagement en faveur de la dignité des êtres humains, de la planète Terre et de la défense des droits des personnes.

Un groupe d’étude s’intéresse au discernement moral au sein des Églises

L’unité de l’Église est de plus en plus menacée par les différences de position sur des questions morales. Pour répondre à ce problème, la Commission de Foi et constitution du COE continue à étudier la manière dont les Églises parviennent aux décisions éthiques qu’elles prennent.

À Beyrouth, protestants et non-protestants mettent la Réforme à l’honneur

Que signifie le 500e anniversaire de la Réforme en dehors de son berceau européen? Au Moyen-Orient, la Réforme représente un héritage fort, mais aussi l’avenir incertain d’une minorité infime et éclatée. Les Églises de la Réforme restent importantes dans la constellation des groupes chrétiens, disons des chrétiens non évangéliques, qui les appellent à mener des actions œcuméniques s’adressant à des groupes charismatiques et pentecôtistes plus récents.

Les documents personnels de Philip Potter sont désormais disponibles aux archives du COE

Les chercheurs du monde entier disposent d’une nouvelle ressource pour étudier l’histoire du mouvement œcuménique: les documents personnels de Philip Potter, secrétaire général du COE de 1972 à 1984. Ces documents sont désormais disponibles sur demande écrite ou peuvent être consultés dans la salle de lecture des archives du COE à Genève.

Owe Boersma cherchera l’équilibre en tant que coordinateur de l’EAPPI

Le pasteur Owe Boersma prendra ses fonctions de coordinateur du programme international de l’EAPPI à Genève le 26 septembre 2016. Il succède à M. Manuel Quintero qui, atteignant l’âge de la retraite après huit années de service à ce poste, quittera fin août le bureau international de l’EAPPI au COE.

Le Forum social mondial, semeur d’espérance dans l’hémisphère Nord 

Une délégation du COE a assisté au douzième Forum social mondial, qui s’est conclu le 14 août, à Montréal, au Canada. Plus de 30 000 participantes et participants du monde entier se sont réunis pour débattre de questions mondiales au regard de leur expérience locale, créer des réseaux avec d’autres personnes confrontées à des problèmes analogues et lancer de nouvelles initiatives communes tournées vers l’avenir et le progrès.

La spiritualité autochtone doit enrichir et transformer le Pèlerinage de justice et de paix

Alors que les communautés autochtones du monde entier se battent pour être reconnues, pour survivre et pour avoir le droit d’exister en tant que peuples distincts et autodéterminés, le COE organise un colloque sur la spiritualité et la théologie autochtones à Darwin, en Australie (Territoire du Nord).

Un événement pour encourager le développement incluant le handicap en Afrique de l’Est

Quarante personnes représentant les conseils nationaux des personnes handicapées du Burundi, du Kenya, du Rwanda, de Tanzanie et d’Ouganda se sont réunies à Kigali (Rwanda) du 8 au 11 août pour étudier les moyens d'encourager un développement incluant le handicap en Afrique de l’Est.

Un nouveau partenariat consolidé par une action commune de défense des droits des réfugiés aux Nations Unies

L’Entraide luthérienne mondiale du Canada et le COE prévoient une action commune de défense des droits des réfugiés maintenant que l’adhésion au COE de l’organisation ecclésiale canadienne a été approuvée. Le CLWR devrait collaborer avec le COE pour les initiatives de défense des causes par l’intermédiaire du Bureau du COE auprès des Nations Unies (EUNO) à New York.

Le handicap, la justice et la spiritualité au centre d’une conférence organisée en Australie 

La «Conférence sur l’exclusion et l’inclusion: handicap, justice et spiritualité» s’est tenue à Melbourne, en Australie, du 20 au 24 août. Cette conférence multireligieuse s’est notamment intéressée à la question de la foi dans les expériences vécues de handicap. Les participantes et participants se sont penchés sur des thèmes tels que l’éthique, l’accompagnement, l’inclusion dans les communautés de croyants, l’amitié, la discrimination, l’amour, la justice et la libération. Samuel Kabue, secrétaire exécutif du Réseau œcuménique de défense des personnes handicapées (EDAN) du Conseil œcuménique des Églises, a fait un exposé intitulé «Handicap/théologie dans les programmes des institutions théologiques».

L’interdiction des armes nucléaires doit être négociée dès l’année prochaine, affirme un groupe de travail de l’ONU

«Négocier un instrument juridiquement contraignant pour interdire les armes nucléaires.» Le faire «en 2017». Veiller à ce que les négociations soient «ouvertes à tous les États» et mobilisent la société civile. Voici les points essentiels qui ressortent d’un rapport adopté la semaine dernière à Genève au terme d’âpres négociations par un groupe de travail des Nations Unies composé de plus d’une centaine de pays. Le rapport contenant ces recommandations audacieuses a été adopté à une majorité de trois contre un tout en bénéficiant d’un vaste soutien interrégional en dépit du boycott des puissances nucléaires et d’une vive résistance de la part de leurs alliés.

Un professeur de l’Institut œcuménique récompensé tandis que la confiance entre les religions progresse

Établir le respect et la confiance entre les religions se révèle difficile dans les communautés du monde entier, en particulier dans les contextes où le besoin d’instaurer la paix se fait cruellement sentir. C’est pourquoi la journée du 11 août est à marquer d’une pierre blanche dans l’histoire de l’Institut œcuménique de Bossey, en Suisse. Ce jour-là, en effet, la première promotion d’étudiants a reçu son diplôme de certificat d’études avancées (CAS) en études interreligieuses. En marge de cette cérémonie, le père Lawrence Iwuamadi, professeur à l’Institut, s’est vu décerné le «Prix de l’entre-connaissance», attribué chaque année par la Fondation de l’entre-connaissance, une association musulmane à but non lucratif. C’est à son engagement positif et sincère en faveur du dialogue interreligieux et des relations humaines que le père Iwuamadi doit cette récompense.

Des jeunes commentent leurs études interreligieuses

Au mois d’août 2016, 17 étudiantes et étudiants ont obtenu leur certificat d’études avancées (CAS) en études interreligieuses à l’Institut œcuménique de Bossey. Cette formation de 6 semaines, accréditée par l’Université de Genève, se divise en un enseignement à distance et une expérience en internat d’importance égale.

Nigeria: inauguration historique d’un centre pour la paix islamo-chrétien

Des chrétiens et des musulmans du Nigeria se sont réunis le 19 août pour l’inauguration du Centre international pour la paix et l’harmonie interreligieuses (ICIPH, International Centre for Inter-Faith Peace and Harmony). Le Centre se situe dans la ville de Kaduna, où plus de 2 000 personnes ont trouvé la mort dans divers conflits au cours des trente dernières années.

Un séminaire sur l’engagement des jeunes, la religion et la violence

Quarante jeunes provenant de quatorze pays différents se sont réunis la semaine dernière au Caire à l’occasion d’un séminaire intitulé «Engagement des jeunes, religion et violence». Du 18 au 22 août, des participantes et participants venus d’Europe, d’Afrique, d’Asie et du Moyen-Orient se sont penchés sur des thèmes tels que l’influence du discours religieux en tant que contribution à la consolidation de la paix et générateur de tensions violentes.

Des responsables d’Église d’aujourd’hui et de demain se réunissent à l’École GEM pour dessiner une architecture financière et économique nouvelle 

Le monde actuel est régi par un système économique s’appuyant sur la surconsommation et la cupidité et il est grand temps de changer ce paradigme en œuvrant pour une nouvelle architecture financière et économique. Le COE réunit en ce moment à Hong Kong, en collaboration avec la CMER, la toute première École œcuménique de gouvernance, d’économie et de gestion pour une économie de la vie.

Les Églises appellent à un dialogue pacifique en Éthiopie 

Suite aux récentes informations sur les violentes manifestations de grande ampleur qui ont eu lieu à Addis Abeba et dans d’autres régions d’Éthiopie, les responsables d’Église locaux et les membres du COE ont appelé de concert les parties en cause à entamer un dialogue pacifique et à faire preuve de retenue.

Pour son coordinateur sortant, l’EAPPI est un artisan de paix mondial

Manuel Quintero prend sa retraite après huit années de service en tant que coordinateur international du Programme œcuménique d’accompagnement en Palestine et en Israël (EAPPI) mis en œuvre par le Conseil œcuménique des Églises (COE).

Les Églises accompagnent l’équipe olympique de réfugiés et d’autres athlètes

Comme tous ceux qui suivaient et acclamaient les Jeux olympiques de Rio 2016 à travers le monde, des responsables d’Églises ont exprimé leur soutien à l’équipe olympique des réfugiés et évoqué la place de choix qu’elle offrait aux réfugiées et aux réfugiés en compétition.

Agenda du COE


École œcuménique de gouvernance, d’économie et de gestion

22 août - 02 septembre 2016
Hong Kong (RAS de Chine)

Afin de donner plus de voix aux Églises sur le thème de l’économie mondiale, un petit groupe de responsables actuels et futurs représentant les Églises auront la possibilité de participer à la première École œcuménique de gouvernance, d’économie et de gestion pour une économie de la vie, à Hong Kong en 2016.

Un temps pour la Création

01 septembre - 04 octobre 2016
Dans le monde entier

Du 1er septembre – premier jour de l'année liturgique orthodoxe – au 4 octobre – fête de François d'Assise, saint patron des animaux et de l'environnement dans la tradition catholique –, les Églises sont appelées à participer activement à un Temps pour la création.


Semaine mondiale pour la paix en Palestine Israël

18 - 24 septembre 2016

Pendant toute la semaine de sensibilisation et d'action en faveur d'une paix équitable en Palestine et en Israël, les Eglises membres du COE et les organisations qui leur sont liées témoigneront ensemble pour la paix.

Semaine d’action des Églises pour l’alimentation

09 - 16 octobre 2016
Dans le monde entier

La Semaine d’action des Églises pour l’alimentation offre aux chrétiens et chrétiennes et à d’autres la possibilité d’agir ensemble en faveur de la justice alimentaire et de la souveraineté alimentaire. Il s’agit d’un moment privilégié pour sensibiliser l’opinion publique aux méthodes agricoles qui permettent de développer la résilience des individus et des communautés et de lutter contre la pauvreté. La Campagne de l’«Alimentation pour la vie» est axée sur les pratiques agricoles durables et la situation des petits paysans, notamment leur accès aux ressources naturelles – terre, eau et semences en particulier – et les moyens d’action qu’ils ont sur celles-ci.


Journée internationale de prière pour la paix

21 septembre 2016
Dans le monde entier

Le Conseil œcuménique des Églises appelle les Églises et paroisses du monde entier à observer la Journée internationale de prière pour la paix le 21 septembre. Cette journée coïncide avec la Journée internationale de la paix, mise en place sous l'égide des Nations Unies.


Lancement du parcours de la Réforme 2017 en Europe

03 - 04 novembre 2016
Genève, Suisse

L’année 2017 marque le cinq-centième anniversaire de la Réforme. Une chaîne de commémorations reliera des villes des Pays-Bas, d’Italie, de Hongrie, de Suisse, de Slovénie, d’Irlande et d’Allemagne. Chaque étape durera 36 heures: des partenaires régionaux et œcuméniques inviteront les gens à des temps festifs comportant de multiples activités afin de découvrir des traces locales de l’histoire de la Réforme.