CG2016: plaidoyer de l’évêque Abrahams en faveur d’une Église intégrant les laissés pour compte

L’évêque Ivan Abrahams, président du Conseil méthodiste mondial, a prononcé le sermon au matin du 17 mai lors du culte matinal de la Conférence générale méthodiste unie 2016  qui se tenait à Portland, Oregon. Photo de Mike DuBose, UMNS.

Pour une Église des laissés pour compte et non pour une Église du statu-quo

Par Linda Bloom

Le concept d’«empire» est devenu une réalité du 21ème siècle, dit l'évêque Ivan M. Abrahams, président du Conseil méthodiste mondial, et les chrétiens doivent se méfier de toute forme d’allégeance à quelqu’un d'autre que Jésus.

Dans son sermon du 17 mai à la Conférence générale 2016 portant sur Matthieu 18: 10-14, Abrahams, membre de l'Eglise méthodiste d'Afrique australe, a utilisé le sous-thème: «Allez au nom de Jésus de Palestine plutôt qu’au nom de Jésus de Constantine ». Il a invité la Conférence à parler du type d’Église que nous voulons être: l’Église des « moindres d’entre eux » ou l'Église du statu quo.

Les habitants de la Palestine, de tous temps, étaient en quête de liberté, a-t-il noté. « Cette aspiration à la liberté a engendré de nombreux mouvements messianiques, et c’est dans ce contexte que nous devons comprendre la venue de Jésus pour démarrer une nouvelle communauté de sœurs et de frères où les relations seraient « égalitaires », en signe du Royaume de Dieu ».

Tout comme Jésus s’était opposé à César, les premières communautés chrétiennes, principalement issues de classes économiques inférieures « ont désavoué la domination et la tyrannie romaines », a déclaré Abrahams. « Elles ont contesté la seigneurie de César, et pour cette raison été sévèrement persécutés ».

Mais en 313 apr. J.-C., l'empereur Constantin a publié l'édit de Milan, qui cherchait à gagner «les cœurs et les esprits» des chrétiens et à apporter la cohésion sociale, n’hésitant pas à invoquer le christianisme pour justifier les guerres saintes. Douze ans plus tard, Constantin a institutionnalisé la foi comme religion d'Etat. « Malheureusement, l'Église séduite par le pouvoir politique, a approuvé le statu quo », a déclaré Abrahams.

Depuis ce temps, a-t-il déclaré, l'histoire a été jonchée d'exemples d’une Église encline à construire ses propres empires. « Aller au nom de Jésus de Constantine, c’est vivre confortablement avec le pouvoir, le prestige et le profit sans entendre la voix des ‘moindres d’entre eux’ », dit Abrahams, en faisant passer le profit avant les gens et en prêchant le Christ sans la croix.

‘Les pauvres n’ont pas de chaussures’

« Combien de fois n’ai-je pas entendu dire certains que les pauvres avaient besoin d’utiliser leurs propres forces (litt. leurs propres chaussures) pour se redresser ? » A-t-il ajouté. « Quelle cruauté de leur part ! Ils ne comprennent pas la réalité… La plupart des pauvres ne disposent pas de chaussures ».

À partir du moment de sa naissance - dans une mangeoire « où tout le monde et n’importe qui, même les animaux, étaient les bienvenus » - Jésus de Palestine a été accessible à tous, souligne l'évêque.

« Aller au nom de Jésus de Palestine n’est pas un appel à la pitié ou au patronage, mais un appel à la justice », a-t-il déclaré. « Les pauvres ne sont pas pauvres par un accident de l'histoire, et leurs vies ne peuvent pas être hypothéquées à des sociétés transnationales qui servent les idoles de politiques économiques néo-libérales dans une économie ‘casino’ ».

Le salut est lié à notre réponse au moindres d’entre eux, dit Abrahams, et cela veut dire qu’il va falloir témoigner de Jésus de Palestine en dehors des sanctuaires religieux. « Il est le Seigneur de tous les domaines de la réalité, de notre vie sociale, politique, culturelle et économique », a-t-il souligné.

« Jésus attend de nous une spiritualité et une vie de disciples exigeantes qui ressent la douleur du monde », a déclaré Abrahams. «  Toute théologie chrétienne est une théologie publique façonnée à l’aune (ndlt: « l’enclume ») de la justice pour ceux qui sont à la marge ».

Voilà le chemin que les disciples de Wesley ont besoin de redécouvrir et de réaffirmer. « L'historien David Hempton fait valoir que le méthodisme était une religion des pauvres, un mouvement des dessous de l'histoire, qui a cherché à transformer le monde grâce à l'émancipation de gens ordinaires », a-t-il dit. « Le mouvement se composait principalement de femmes, et le chant était une façon de faire de la théologie publique. Le mMéthodisme s’était impliqué vis-à-vis de ceux qui étaient à la marge ».

« Conférence », a-t-il demandé, « est-ce encore vrai pour nous aujourd’hui ? »

Bloom est reporter multimedia de l’Agence de presse méthodiste unie, UMNS à New-York. 

16 mai 2016

Traduction eemni

umc.org