Attentat de Nice : réactions de différentes instances (CNEF, FPF, EPUdF, COE, CEC/KEK, FEEB, UEPAL, FEPS, Portes Ouvertes, FEA)

Nous avons collecté sur cette page diverses réactions d’instances chrétiennes à l’attentat terroriste du 14 juilllet 2016 qui a causé la mort à 84 personnes jeudi 14 juillet 2016 à Nice:  le Conseil national des évangéliques de France (Cnef), la Fédération protestante de France (FPF), l'Église protestante unie de France (ÉPUdF), le Conseil oecuménique des Églises et la Conférence des Églises européennes (CEC/KEK), la Fédération des Églises évangéliques baptistes (FEEBF), l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL), la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS), Portes Ouvertes et l’Union des Fédérations Adventistes (UFA) ont réagi à l’attentat par les communiqués qui suivent:

Le Conseil national des évangéliques de France réagit (CNEF)

Au moment où la ville de Nice pleure ses morts et panse ses blessés au lendemain de l’ignoble attentat perpétré sur la promenade des Anglais, le Conseil national des évangéliques de France tient à exprimer toute sa compassion et sa solidarité aux blessés et aux familles des victimes.

Il propose que, lors des cultes dominicaux du 17 juillet, un temps de prière en faveur des familles endeuillées, des nombreux blessés, des forces de l’ordre et des autorités de notre pays soit organisé dans toutes les Églises protestantes évangéliques. Et il compte sur les nombreuses communautés présentes à Nice et sur la Côte d’Azur pour manifester concrètement la solidarité des protestants évangéliques.

En à peine plus de dix-huit mois, la France a été touchée par trois épisodes terroristes d’une violence inouïe qui nous laissent abasourdis. Face à ces attaques dont tous s’accordent à dire qu’elles sont difficilement prévisibles et qu’aucun niveau de sécurité ne pourra totalement les éviter, le Conseil national des évangéliques de France invite tous nos concitoyens à se tourner vers Dieu, le Dieu de Jésus- Christ, seul capable de transformer le cœur humain et d'offrir la véritable paix.

En attendant, refusons de céder à la panique comme à la haine. Resserrons les liens de la solidarité nationale en ces temps troublés. Et n’oublions pas qu’en ce moment même des millions de chrétiens à travers le monde prient pour la France.

À cause même de l'Évangile, le CNEF se tiendra toujours aux côtés de tous ceux, quelles que soient leur origine, leur nationalité ou leur religion, qui voudront défendre la vie et la liberté, biens précieux d'une humanité aujourd'hui bafouée.


Le communiqué de la FPF :

Au moment où la France est touchée par un acte meurtrier d'une horreur insupportable, au moment où les valeurs mêmes de la République sont visées, la Fédération protestante de France veut en premier lieu, se tenir dans la prière et la solidarité aux côtés des personnes et des familles victimes de cet attentat.

Devant les défis si grands de la violence et du terrorisme, elle rappelle par ce message son soutien aux autorités du pays et notamment aux personnes qui ont en charge la responsabilité de veiller inlassablement à la paix, à la sécurité, au soin et à l’accompagnement des personnes.

Enfin, elle veut plus que jamais, témoigner d'une espérance imprenable en Christ et appeler à la fraternité qui unit chacun des citoyens de ce pays.

Dans l’épreuve nous sommes amenés à nous tenir ensemble.

François Clavairoly

Président de la Fédération protestante de France

Le communiqué de l'ÉPUdF

L’effroi, l’horreur, l’absurde nous assaillent, après l’épouvantable attentat du 14 juillet à Nice. Ils nous assaillent à nouveau hélas, dans une sorte de tragique répétition qui rappelle d’autres attaques et d’autres morts violentes en France et dans le monde. Le sentiment de sidération, renforcé par le contexte d’union et de fête populaire, ressurgit et nous laisse désemparés.

Nous prions pour les victimes, leurs familles et leurs proches, pour les personnes choquées d’avoir été témoins de ce massacre, pour les services de sécurité et les équipes de secours qui sont à l’oeuvre.

Nous prions également pour les responsables locaux et nationaux, qui ont la lourde tâche de réagir de manière juste, de prévenir d’autres attaques possibles, de veiller à la protection de chacun dans un État de droit. Dimanche, à l’occasion des cultes qui nous rassembleront, nous prierons et intercéderons encore.

La violence terroriste cherche à provoquer l’affolement en chacune et chacun, la suspicion généralisée, la surenchère des "y a qu’à" nourrie du sentiment d’impuissance, la division et la désignation des boucs émissaires.

Venu d’un tout autre contexte, cet appel porté par le prophète Ésaïe nous rejoint pourtant, ici et maintenant, et nous mobilise : "votre force est dans le calme et la confiance" (Esaïe 30.15).

  • Pasteurs Thibaut Delaruelle et Paolo Morlacchetti, pasteurs de l’Église protestante unie de Nice
  • Pasteure Sibylle Klumpp, présidente du Conseil régional Provence‐Alpes‐Corse‐Côte d’Azur de l’Église protestante unie de France
  • Pasteur Jean‐Frédéric Patrzynski, inspecteur ecclésiastique luthérien régional
  • Pasteur Laurent Schlumberger, président du Conseil national de l’Église protestante unie de France


Le COE condamne la violence et appelle à la prière et à l’action après les atrocités de Nice

Le Saint-Esprit représenté sous la forme d’une colombe : détail d’une tapisserie tissée à Aubusson, en France, pour le COE.


Georges Lemopoulos, le Secrétaire général suppléant du Conseil œcuménique des Églises (COE), a appelé à la prière et aux actes de bienveillance après une attaque meurtrière menée contre des estivants dans la ville de Nice, dans le sud de la France.

Selon l’Agence France Presse (AFP), près de 84 personnes ont été tuées et des dizaines d’autres blessées dans la station balnéaire méditerranéenne lorsqu’un poids-lourd a foncé dans la foule des noctambules qui s’étaient rassemblés pour regarder un feu d’artifice le jour de la fête nationale, en l’honneur de la libération des prisonniers détenus à la Bastille, à Paris, le 14 juillet 1789.

Le chauffeur aurait été tué par balles par les forces de police.

François Hollande, le président français, s’est adressé à la nation dans un discours télévisé à 3h30 du matin, le 15 juillet. Il a reconnu que l’incident était probablement un acte terroriste et a prolongé l’état d’urgence dans le pays, en vigueur depuis le mois de janvier 2015, et ce pendant trois mois supplémentaires.

S’exprimant pour le compte du COE, Georges Lemopoulos a affirmé: «Nous prions pour les victimes et leurs familles et pour tout le peuple français, comme le font de nombreux chrétiens et nos interlocuteurs issus d’autres religions du monde.»

Il a poursuivi: «Le 14 juillet est une grande célébration de la liberté et de l’assistance mutuelle en France. Nous condamnons cette attaque qui a porté sur des êtres humains innocents, mais également sur les valeurs de justice et de communauté. Ceux qui célébraient l’unité nationale ont été visés de façon délibérée.»

«Pour l’heure, les raisons de cette injustice font toujours l’objet d’une enquête, a-t-il ajouté. Quelle que soit l’issue de cette investigation, il est essentiel de maintenir l’esprit d’unité ; aucune communauté minoritaire ne doit servir de bouc émissaire pour les crimes de quelques-uns.»

«Les gens de bonne volonté doivent réagir. Au COE, nous nous engageons à réaliser des actions positives et directes dans le cadre d’une réponse commune à cette attaque brutale, a affirmé George Lemopoulos. L’heure est à la prière, mais également à l’action pour les organisations confessionnelles, en partenariat avec les agences de l’État et les agences laïques.»

Églises membres du COE en France

Communiqué de l'Eglise protestante unie de France

Communiqué de la Conférence des Églises européennes (en anglais)


CEC / KEK : Attaque terroriste de Nice : au milieu de l'effusion de sang, construisons la paix avec tous les hommes de foi et de bonne volonté

La Conférence des Eglises européennes (CEC/KEK) déplore la mort d'au moins 84 personnes et de nombreux autres blessés hier soir à Nice (France). …

La KEK/CEC est attristée et choquée par ce nouvel acte de violence aveugle sur des gens ordinaires en Europe. Il vient à la suite d'autres attaques meurtrières récentes à travers le monde, y compris en Irak, Syrie, Bangladesh, Libye, Somalie, et plus encore. La violence d'hier est symbolique, car elle a eu lieu le 14 Juillet, Jour de la Prise de la Bastille, jour où les citoyens français commémorent le début de la Révolution française.

En cet anniversaire, nous sommes particulièrement conscients de l'héritage de cette révolution du 18ème siècle qui a promu les valeurs d'égalité, de légalité, et un État visant à traiter toutes les religions sur un pied d’égalité.

« Comme Églises et croyants, nous devons nous demander: « Quel est notre rôle dans ces événements ? » s’interroge le Secrétaire Général de la CEC/KEK,  Fr Heikki Huttunen, lors d’un temps de prière au Centre œcuménique à Bruxelles. «Comment ce genre de tragédie nous interpelle et nous appelle à la repentance plutôt qu’à la vengeance? »

«Je suis horrifié d'entendre parler de l'attaque à Nice la nuit dernière », a déclaré le président de la CEC/KEK, le Rev. Christopher Hill KCVO, DD. « Mes pensées et mes prières sont avec toutes les personnes concernées et en fait avec la France elle-même ».

En étant artisans de paix et de réconciliation, nous, dans les Églises, nous devons favoriser l’instauration d’un climat de confiance et d’acceptation mutuelles avec tous les hommes de foi et de bonne volonté. La CEC/KEK encourage tous à poursuivre et à renforcer les efforts pour bâtir des sociétés où tous les gens se sentent en sécurité et les bienvenus. Nos prières sont … avec ceux qui restent blessés et dans un état critique, avec les survivants, avec toutes les personnes touchées par cette tragédie, et avec ceux qui ont mis généreusement et courageusement leur propre vie en danger pour le bien des autres.


La Fédération des Églises évangéliques baptistes de France (FEEBF)

La Fédération des Églises évangéliques baptistes de France (FEEBF) exprime aux familles endeuillées, aux personnes meurtries physiquement et psychologiquement, aux forces de l'ordre, au personnel soignant, à toutes nos autorités, sa compassion, son soutien et sa solidarité. Avec toutes ses communautés, elle se tient à côté de ceux qui souffrent et prie pour chacun afin que la paix trouve le chemin de tous les coeurs. Derrière la violence aveugle de ce lâche attentat se cache le spectre froid et ignoble d'un terrorisme fanatique qui s'impose à nos portes. Ce que veulent les théoriciens qui promeuvent de tels actes meurtriers, c'est le règne de la peur et du chaos. Il serait alors facile de céder au repli sur soi, à la vengeance aussi aveugle qu'inefficace, à la stigmatisation ciblée ou inconsciente.

Lutter contre la barbarie, quelqu'elle soit et d'où qu'elle vienne, c'est d'abord accepter de changer soi-même ! Comme l'a écrit Gustave Le Bon dans Le Fatalisme moderne, "La barbarie change souvent de nom, mais il faut sans cesse lutter contre celle du dedans et celle du dehors." Le chemin de l'Evangile de Jésus-Christ ne propose pas autre chose, à savoir la conversion, c'est-à-dire le changement de mentalité et de vie. Les églises de notre Fédération, avec beaucoup d'autres en France, invitent nos contemporains à emprunter ce chemin de réconciliation et de paix, alors que, de nouveau, la consternation s'est abattue sur notre pays.

C'est pourquoi toutes les communautés de la FEEBF, leurs membres et sympathisants, sont encouragées à réserver un temps particulier dans la prière et l'intercession lors de leurs prochains cultes autour des sujets suivants :

  • Les familles des victimes
  • Les blessés
  • Les services de secours mobilisés (gendarmerie, police, hôpitaux, pompiers, médecins, etc..)
  • Les nombreuses communautés chrétiennes dont les deux églises baptistes de la FEEBF (francophone et anglophone) de Nice
  • Notre nation et ses dirigeants


Message adressé aux paroisses de l'UEPAL

Il n'y a plus de mots pour exprimer la tristesse et l'horreur suscités par le drame qui vient une nouvelle fois de frapper notre pays, en tuant des innocents, dont des enfants, et en s'en prenant symboliquement aux valeurs fondatrices de notre République le jour de la fête nationale. Nos pensées vont d'abord aux victimes et à leurs familles si durement éprouvées. En signe de solidarité, nous vous invitons à vous associer au deuil national de trois jours décrété par le Président de la République en faisant sonner le glas samedi 16, dimanche 17 et lundi 18 juillet 2016 à 18h. Nous vous invitons à porter celles et ceux qui sont dans le deuil dans vos prières personnelles et la prière communautaire lors de vos prochains cultes.

Sans connaître encore la motivation exacte de ce crime, nous voulons également dire à nouveau avec force que le terrorisme djihadiste, ce cancer de l'islam, ne doit en aucun cas nous conduire à stigmatiser les musulmans de notre pays. Paisibles dans leur immense majorité, ils sont eux-mêmes susceptibles d'être victimes de la folie meurtrière des terroristes, comme cela a été récemment le cas en Turquie. Nous remercions les responsables musulmans de ne laisser aucune prise aux thèses hérétiques porteuses de mort.

Nous savons désormais, si nous n'en étions pas déjà convaincus, que cette folie meurtrière peut nous atteindre toutes et tous, nous, nos enfants et petits-enfants, à toute occasion et en tout lieu. Mais il ne faut pas laisser prise à la peur, qui serait déjà une victoire des forces du mal. Nous redisons notre reconnaissance à nos forces armées, à la gendarmerie et à la police qui font depuis des mois un travail remarquable et épuisant, et qui seront encore davantage mobilisées dans les semaines qui viennent, sans oublier les services de secours, de soin et d'accompagnement. Nous demandons aux autorités de l'État de renforcer l'action diplomatique et militaire internationale pour éradiquer le mal absolu qui veut mettre notre planète à feu et à sang.

En ces heures sombres où le mal semble triompher, nous ne pouvons que nous associer à la prière du psalmiste : « L'Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me dirige près des eaux paisibles. Il restaure mon âme, il me conduit dans les sentiers de la justice, à cause de son nom. Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort, je ne crains aucun mal, car tu es avec moi : ta houlette et ton bâton me rassurent. Tu dresses devant moi une table, en face de mes adversaires ; tu oins d'huile ma tête, et ma coupe déborde. Oui, le bonheur et la grâce m'accompagneront tous les jours de ma vie, et j'habiterai dans la maison de l'Éternel jusqu'à la fin de mes jours. » (Psaume 23)
Christian Albecker
Président de l'Union des Églises protestantes d'Alsace et de Lorraine

La Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS


«C’est avec la plus grande fermeté que je condamne l’attentat du 14 juillet à Nice. Le nombre effarant de victimes me laisse sans voix.

Au nom du Conseil de la FEPS, j’exprime mes sincères condoléances aux familles des victimes. Et j’appelle les Eglises et paroisses de notre pays à prier pour tous les hommes, femmes et enfants touchés par cette attaque.»

Gottfried Locher, président du Conseil de la FEPS

Portes Ouvertes

Nice, Turquie : le combat est spirituel

La France est secouée par un nouvel attentat, sanglant et incompréhensible. Beaucoup de questions surgissent. Pourquoi ? Qu’est-ce qui peut motiver de telles personnes ? Dans quel but ? Sommes-nous en sûreté ? Et pourquoi toujours la France ? Puis nous pensons aux victimes… le chagrin et la tristesse.

Ce même week-end, le grand pays musulman voisin de l’Europe était secoué par une tentative de coup d’État. Coup d’État qui a échoué, mais qui a coûté aussi des vies humaines et la liberté pour beaucoup de gens accusés d’être des conspirateurs. La Turquie n’est pas un pays anodin. Il partage une frontière avec la Syrie et est sous l’emprise d’une lutte avec le peuple kurde, qui prend de plus en plus confiance en lui-même dans le contexte des combats en Irak. La frontière est poreuse. Le groupe État Islamique est sous pression militairement et risque de vouloir réagir par la violence ici et là. Les chrétiens du Moyen-Orient en sont les victimes.

Un début de réponse

Porteurs d’espérance pour le Moyen-Orient est le nom de la campagne que Portes Ouvertes mène pour cette partie du monde. Pourtant, au fond de nous-même, nous avons peut-être plutôt envie de dire « à quoi bon » ? Cela en vaut-il la peine ? Peut-on avoir de l’espérance ?

La semaine dernière j’ai parlé à un collègue qui est rentré du Liban, et qui m’a dit que, jamais auparavant il n’a vu autant de chrétiens d’arrière-plan musulman dans les églises. « Cela me fait penser aux débuts du réveil en Iran » m’a-t-il dit. Ce sont souvent des réfugiés syriens musulmans, qui se retrouvent dans un pays à majorité musulmane, et qui, pourtant, se tournent vers les églises, et qui cherchent, et qui trouvent la foi en Jésus. Peut-être que là se trouve un début de réponse à nos questions… 

Voilà pourquoi je pense qu’il est important de continuer de prier et de rester fidèle dans le combat spirituel. Qu’il est important de ne pas laisser notre cœur se remplir de haine et de désespoir, mais de compter sur Dieu dans cette situation. 

Merci pour vos prières, pendant les 30 jours pour le monde musulman, pour l’action de Portes Ouvertes et pour nos équipes sur place. Merci de rester dans le combat.

Michel Varton
Directeur de Portes Ouvertes France

L’Union des Fédérations Adventistes (UFA)

Soutien aux victimes du drame de Nice

Au moins 84 personnes sont décédées, et des dizaines sont gravement blessées, victimes d’un conducteur fou hier soir à Nice à l’occasion des festivités du 14 juillet. Les responsables de l’Église adventiste dans le sud de la France se sentent profondément concernés par la souffrance de tous ceux qui ont été touchés par cet acte horrible.

Trois personnes de la même famille, membres de l’Église adventiste de Nice, ayant été blessées, sont hospitalisées. Leurs jours ne sont pas en danger. La Fédération des Églises adventistes du sud de la France exprime son total soutien à la population niçoise, aux autorités, aux forces de l’ordre ; elle prie particulièrement pour les familles touchées par ce drame, et pour le personnel médical qui en prend soin.

La Fédération des Églises adventistes du sud de la France invite tous ses membres à la prière, au soutien fraternel, à être acteurs d’unité et à rester dans le réconfort et l’espérance.

En solidarité avec les trois jours de deuil national décrétés, les administrateurs de la Fédération des Églises adventistes du sud de la France invitent toutes les communautés à observer une minute de silence et à vivre un temps de prières lors de leur service de culte de ce samedi. Le pasteur Ruben de Abreu, président de l’Union franco-belge des églises adventistes, ainsi que le président et le trésorier de la Fédération du sud de la France, les pasteurs Daniel Monachini et Philippe Aurouze, seront présents demain samedi 16 juillet en l’église de Nice pour soutenir la communauté et partager une célébration religieuse (culte) spécifique.

Emanuel Lopes, pasteur, chargé de la communication

NICE, (ALPES-MARITIMES), FRANCE – RÉACTIONS À LA TRAGÉDIE DE NICE

Le président de l’Union des Fédérations adventistes (UFA), Ruben de Abreu, lié par son épouse à la ville de Nice, est consterné par la tragédie et le bouleversement qu’elle entraine au niveau des familles.

«  Ce drame doit aussi être l’occasion pour les chrétiens adventistes de Nice de manifester leur solidarité et leur implication dans la société. Il ne suffit pas de prier pour les familles des victimes mais de répondre positivement aux appels du don de sang. Donnez son sang est un acte élémentaire de compassion d’urgence et nécessite notre disponibilité ».

Le pasteur Daniel Monachini, président de la Fédération du Sud de la France exprime toute sa compassion aux victimes et à leurs familles en condamnant cet attentat.

Trois personnes de la même famille, membre adventistes ayant été blessés, sont hospitalisées. Leurs jours ne sont pas en danger. La Fédération du Sud de la France exprime son total soutien aux autorités et aux forces de l'ordre ; elle prie particulièrement pour les familles touchées par ce drame, et pour le personnel médical qui en prend soin. Elle invite tous ses membres à la prière, au soutien fraternel, à être acteurs d'unité et à rester dans le réconfort et l'espérance. En solidarité avec les trois jours de deuil national décrétés, les administrateurs de la Fédération du Sud de la France invitent toutes les communautés à observer une minute de silence et à vivre un temps de prière lors de leur service de culte de ce samedi.

De son côté, le pasteur Mario Brito, président de la Division Inter-européenne déclare : 

« Je suis vraiment consterné par cette action terroriste qu’une fois de plus frappe durement la France et crée un climat de tension et de peur. Je prie pour les victimes et leurs familles et je vous demande de bien vouloir transmettre toute mon affection et ma solidarité aux membres d’église qui ont été touchés par cet acte de violence gratuite et  inqualifiable. »

Le président Ruben de Abreu sera présent ce week-end à Nice et assurera le service cultuel le samedi 16 juillet. Le président Daniel Monachini de la Fédération du Sud de la France ainsi que le trésorier, le pasteur Philippe Aurouze, seront également présents pour soutenir la communauté de l'Eglise adventiste de Nice et partager cette célébration religieuse.

Tweets de circonstance


CNEF / FEF / EPUdF / COE / KEK