2016

ENroute: mise en ligne du N°124 Nov/Déc 2016

Le dernier ENroute, bimestriel francophone de l’Union de l’Église évangélique méthodiste de France est en ligne (N°124 Novembre / Décembre 2016.

Deux sujets majeurs sont traités dans ce dernier numéro de l’année 2016, à savoir l’Église de Jésus-Christ appelée à sortir de son sommeil latent pour vivre le réveil et l’implication sociale de John Wesley.


Éditorial: l’Église, du sommeil au réveil

JP Waechter

La peur paralyse, que ce soit la peur de l'accident, la peur de ne pas être à la hauteur en cas de dysfonctionnement ou de difficulté, la peur de l'échec, la peur de l’abandon, la peur de l'exclusion et de la solitude la peur de la persécution et de la violence, ou encore la peur de la mort qui approche…

En guise d’antidote à ces maux majeurs de notre temps, l’évêque Heinrich Bolleter préconise la lumière de l’espérance allumée par Dieu dans le coeur avec l’avènement de Son Fils et la pasteure Claire-Lise Meissner l’espérance qui jaillit en effet dans notre quotidien à l’annonce et à l’accueil de la Parole écrite et incarnée.

De fait, Jésus-Christ nous vaut l’espérance et la fraternité ; avec son pardon, tout passé et passif cesse de plomber notre vie, et l’heure est au renouveau et au réveil (2Co 5.17) : le Seigneur crée du neuf dans nos vies comme au sein de nos communautés locales, nous rappelle l’évêque Patrick Streiff, à l’exemple de l’église d’Agen mobilisée actuellement pour agrandir ses murs, prête à vivre ainsi les surprises que le Seigneur lui réserve.

Avec le pasteur Georges Freemann, nous redécouvrons les secrets d’une Église en éveil : l’exercice assidu de la prière, l’implication sans répit ni repos dans la mission, l’instruction des enfants et des jeunes sans compter l’attractivité des cultes :« Un réveil est le seul moyen par lequel une église puisse être sanctifiée, croître dans la grâce et être rendue propre pour les cieux » (Charles Finney).

À ces vertus, John Wesley ajoutera l’amour du prochain et l’engagement social, pierres de touche d’une foi mue par l’amour.

Avec cet article et cet éditorial s’achève mon engagement à la tête de la commission de communication de notre Église. Le Comité directeur vous avisera de la suite qui sera donnée.

Faisons nôtre la question que Bob Dylan, prix Nobel de littérature 2016, pose dans une de ses chansons« Tu m'as donné la vie à vivre. Comment puis-je vivre pour Toi? »

Sommaire

EEMNI

Suisse: J-2… Le compte à rebours est lancé pour One’ !


Lévénement rassembleur de talents, didées, et de générations est pour samedi le 5 novembre 2016 à Fribourg (Suisse).

One’ sera l’occasion de découvrir les Mark Zuckerberg ou Mix & Remix des milieux évangéliques en 2016 ! Quatre fédérations d’Eglises romandes créent un nouvel événement rassembleur d’idées, de talents et de générations. Il aura lieu au Forum Fribourg ce samedi 5 novembre. 1600 personnes ont déjà acquitté leur finance d’inscription.

Dans un souhait de connexion entre chrétiens de divers milieux et générations, plusieurs oeuvres et fédérations d’Eglises évangéliques* se sont retrouvées depuis l’automne passé pour organiser One’. Ce nouvel événement se veut rafraîchissant, pertinent et actuel, en traitant de questions de foi et de société, où chacun peut s’y retrouver. Les témoignages poignants, les réalisations visionnaires et les vocations de vie des intervenants inspireront chaque chrétien. Le rassemblement, qui aura lieu ce samedi 5 novembre à Fribourg, réunira plus de 1’500 personnes de tous âges, en proposant des activités adaptées à chaque génération. « Nous désirons voir les générations et les diversités spirituelles chrétiennes de Suisse romande se réunir, se connecter ensemble et avec Dieu », explique Sébastien Demierre, président du comité d’organisation de l’événement.

Des idées inspirantes et percutantes

Les conférences seront brèves, concrètes et inspirantes, suivant le style actuel des TED Talks, dont le slogan est : « Des idées qui valent la peine d’être diffusées ». Les orateurs nombreux et variés proposeront des pistes concrètes pour aider à relever plusieurs défis actuels. En abordant des thèmes comme la justice sociale, le monde professionnel, la souffrance, l'environnement, les arts, les médias, l’Eglise, One’ veut motiver chacun à faire ce petit quelque chose qui, grâce à l'action de Dieu, peut changer bien des choses !

Un village de talents et de stands

One’ sera aussi l’occasion de découvrir de nombreux talents en provenance de Romandie et au-delà, ainsi que des œuvres agissant avec pertinence en Suisse et à l’étranger. Dans le cadre d’un village de talents, des artistes professionnels ou amateurs, des domaines culinaire, visuel, sportif, littéraire ou musical se présenteront, partageront et encourageront d’autres à se lancer ! La journée est garantie haute en couleurs grâce

à un village de stands, de la petite restauration, des interventions artistiques et plusieurs groupes de louange formés pour l’occasion !

Programme et infos pratiques : www.one-event.ch

  • L’Association vaudoise d’Eglises évangéliques (AVEE),
  • les Eglises évangéliques apostoliques romandes (EEAR),
  • la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE)
  • et l’Union des Eglises évangéliques de Réveil (UEER),
  • en lien avec le Réseau évangélique suisse (RES). 

Saint-Prex, le 3 novembre 2016

La FREE

CNEF: sa lettre de diffusion

Journée juridique du Cnef 2016


Avec 170 participants venus de toute la France, la "Journée juridique" du Cnef a fait carton plein !
Le thème : "Église et droit associatif : quelles solutions ?". Ouverture par le Bureau des Cultes du Ministère de l'Intérieur, puis réflexion historique et stratégique. La table ronde a démontré que la créativité est possible, et les ateliers que l'expertise peut répondre à nombre de questions.

AG AEE

L'Assemblée générale de l'Alliance évangélique européenne s'est interrogée sur les paradoxes de l'Europe : elle fait exception par son sécularisme mais les millions de migrants, tous religieux, étonnent les européens. Elle n'a jamais connu une si longue période de paix, alors pourquoi un tel succès des populismes ?

Nouvel audition des religions
Le 11 octobre a eu lieu une audition des religions sur la gestion et le financement des lieux de culte. Le Cnef a pu évoquer son inquiétude face à la multiplication des propositions de lois visant à contrôler les cultes et signaler les difficultés rencontrées dans l'établissement de nouveaux lieux de culte évangéliques. Sur la question du financement, il a signalé que la provenance des fonds était très majoritairement hexagonale et exclusivement d'origine privée. Lire le texte de l'intervention.

Semaine universelle de prière du 8 au 15 janvier 2017
Reconnaissance et intercession !

En 2017 seront célébrés les 500 ans de la Réforme. Merci Seigneur pour les réformateurs que tu as suscités et pour la Bible qui est accessible à tous. En 2017, ensemble prions pour la France, nos élus, nos villes, nos quartiers, afin de bénir notre pays.

Le ministre du culte : un lobbyiste ?
L'amendement 488 de la "Loi Sapin" qui prévoyait de transformer le statut des ministres du culte en lobbyistes sous certaines conditions a été rejeté le 29 septembre 2016 par l'Assemblée Nationale. Le Cnef a pu signaler sa préoccupation à plusieurs parlementaires avant que cette loi ne soit examinée.

Prédication subversive ?
Les députés ont rejeté la proposition de loi de “Prédication subversive de NKM. Ce texte suggérait une peine de 5 ans de prison et 75 000 euros d'amende pour l'auteur d'une prédication subversive, c'est-à-dire « la communication d'une idéologie qui fait prévaloir l'interprétation d'un texte religieux sur les principes fondamentaux de la République ». Le Cnef a communiqué son désaccord aux parlementaires concernés avant qu'elle ne soit présentée au parlement.

Assemblée générale des AFP

Le président du Cnef, Étienne Lhermenault, a rappelé lors de son discours que la désagrégation des familles avait de multiples conséquences négatives dans la société dont le désarroi croissant d'une jeunesse en mal d'identité.  À cette occasion, il a annoncé le renforcement concret du partenariat entre le Cnef et les AFP.

CNEF

Strasbourg: session de préparation pour les volontaires  de VISA-AD


VISA-AD coordonne des sessions de formation pour ses volontaires qui débutent leur Service Civique.Pour ce troisième départ, cinquante jeunes de toute la France et d’Europe ont rendez-vous au CIARUS à Strasbourg du 31 octobre au 3 novembre.

VISA-AD, c’est quoi ?

Volontariat International au Service des Autres, l’Année Diaconale (VISA-AD), est une association protestante, reconnue « d’Education et de Jeunesse Populaire », engagée depuis 1959 dans le volontariat(Service Civique, Service Volontaire Européen et Internationaler Jugendfreiwilligendienst). VISA-AD développe des missions de volontariat à long terme dans les domaines de l’action sociale, l’éduc...Afficher la suite


Ce moment permet de leur donner toutes les clés pour appréhender correctement leur volontariat. Plusieursateliers sont organisés autour des thématiques sur l’engagement, sur le volontariat et la citoyenneté. Mais aussi surSœur Emmanuelle qui est la « personnalité repère » de la promotion 2016-2017. Ce choix d’une personnalitéféminine s’explique car sa manière d’interpeller le monde pour lutter contre la précarité est un exemple pour les jeunes. Cette session est aussi l’occasion pour les volontaires de prendre du recul sur eux-mêmes et leurs motivations. Ils sont les propres acteurs de leurs apprentissages. VISA-AD leur donne des pistes de réflexion que chacun mène à leur façon.

Que vont faire ces jeunes prêts à s’engager pendant  9 mois au service d’autrui ?

Le volontariat est une année à part dans la vie d’un jeune. Ils évolueront dans des associations auprès de publics variéscomme les personnes âgées, les sans-abris, les handicapés ou les enfants. Leurs missions tournent autour de thèmes divers comme l’environnement, la culture, l’éducation pour tous, la santé...

Par solidarité ils ont choisi d’être un élément moteur pour la société. Le Service Civique est une école de la vie etVISA-AD sera là pour les épauler dans cette expérience riche en découvertes. VISA-AD met en place des cycles de formations renforcés pour un accompagnement unique et 95 % de réussite des missions.

 VISA-AD

CNEF: l’UNESCO réécrit l’histoire de Jérusalem


photo wikipedia

Le jeudi 13 octobre 2016, le lendemain de Yom Kippour, le Conseil exécutif de l’UNESCO a adopté une résolution sur Jérusalem-Est portée par des pays arabes, au nom de la protection du patrimoine culturel palestinien (24 pays pour, 26 abstentions dont la France et 6 contre : Allemagne, Estonie, Etats-Unis, Grande- Bretagne, Lituanie et Pays-Bas).

L’usage exclusif des termes arabes pour désigner les lieux saints de la Vieille ville a conduit Israël à dénoncer une négation du lien millénaire qui unit les juifs à ces lieux. Leur colère porte en particulier sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l'islam et site le plus sacré pour les juifs puisqu’il s’agit du Mont du Temple.

Ce que l’on pourrait considérer comme une erreur regrettable s’apparente en fait à une volonté répétée de l’UNESCO de réécrire l’histoire. Le 16 avril dernier, la résolution n° 199 de l’UNESCO, confirmant la résolution n° 197, requalifiait déjà les tombeaux des patriarches et de Rachel comme exclusivement patrimoine palestinien et statuait sur Jérusalem de manière ambiguë. La résolution avait été adoptée avec le soutien d’un certain nombre d’États européens, dont la France, ce qui avait provoqué une crise diplomatique entre Paris et Jérusalem.

Après coup, de nombreux gouvernements, français y compris, avaient reconnu leur erreur et s'en étaient excusés. Peine perdue, les représentants de nombreux États viennent de soutenir de façon inique une résolution du même acabit ou se sont lâchement abstenus comme l’a fait la France.

En avril 2016, le Grand Rabbin de Bruxelles, Albert Guigui, avait fort opportunément écrit à propos de la résolution n° 199 :

Ce vote nie et efface les caractères ethnique, religieux, historique et géographique du peuple juif et de la confession juive sur la cité de Jérusalem [...] Si le monde accepte qu’il n’y ait aucun lien entre les juifs et Jérusalem, entre les juifs et le Mont du Temple, alors Jésus ne serait plus qu’une légende inventée. Et les Évangiles qui parlent de la présentation de Jésus au Temple, de sa rencontre dans ce même Temple avec les docteurs de la loi ou de sa venue sur place lors des grandes fêtes de pèlerinage, seraient-ils une pure invention ? Ces textes fondamentaux du christianisme sont-ils un tissu de mensonges ?

Le christianisme peut-il se passer de Jérusalem, sa matrice ? Jésus foula-t-il le sol d’un Temple en terre juive ou d’une mosquée en terre musulmane1

Il faut ici rappeler que l'Islam et le Coran n'existaient pas au temps de Jésus et que le Coran ne mentionne jamais le nom de Jérusalem, alors que la Bible (Ancien et Nouveau Testaments, livres fondamentaux à la fois des juifs et des chrétiens) le fait plusieurs centaines de fois. Il faut ajouter qu’en plus des très nombreux documents et textes anciens, de sources variées, certains vieux de plusieurs millénaires, qui nous sont parvenus, toutes les découvertes archéologiques anciennes et récentes prouvent le lien indéfectible du Peuple juif avec Jérusalem, bien au-delà de sa simple présence dans ces lieux. Et par "filiation", il en est de même pour nous, protestants évangéliques.

Pour toutes ces raisons, le Conseil national des évangéliques de France tient à :

– exprimer sa profonde et extrême indignation devant une telle falsification de l’histoire de la part de l’UNESCO, dont le but devrait être de préserver la vérité historique, géographique, archéologique, culturelle et littéraire de tous les peuples de la terre, quels qu'ils soient.

– exprimer son soutien et son affection au Peuple juif, une fois de plus atteint au cœur de sa foi et de son histoire et qui est de façon continue menacé par la haine inaltérable des antisémites anciens et modernes.

NB : ce texte s’inspire en partie, avec autorisation, d’un communiqué publié le 18 octobre dernier par EVACOM, le service de communication du Synode fédéral des Églises protestantes et évangéliques de Belgique. 

1-“Si je t’oublie Jérusalem” dans « La Libre Belgique » du 2 juin 2016, http://www.lalibre.be/debats/opinions/si-je-t- oublie-jerusalem-574efd8535708ea2d60f26ce

27 octobre 2016

CNEF

Suisse, Genève : coup d’envoi des célébrations des 500 ans de la Réforme


30115505243 b23c748777 z

Une App gratuite

R-CITY GUIDE




La Fédération des Eglises protestantes de Suisse publie l’application gratuite « R-City Guide » qui propose des parcours interactifs dans dix localités suisses de la Réforme. Cette application est disponible gratuitement dès maintenant dans l’Apple Store et sur Google Play.

Les parcours guidés par GPS indiquent l’emplacement précis et conduisent d’une étape importante à l’autre des cités les plus notables de la Réforme. Ces dernières sont illustrées par des mots, des images et des sons. Les utilisateurs et utilisatrices découvriront la maison dans laquelle Zwingli est né à Wildhaus dans le Haut-Toggenbourg, apprendront quelle était la toile de fond derrière la fenêtre de la dispute qui eut lieu dans la cathédrale de Lausanne, visiteront la Hasenstube à Coire dans la cure de Saint-Martin et feront le tour du plus grand clocher d’Europe à Zurich.

Pour compléter l’application « R-City Guide », un calendrier des manifestations nationales est fourni, de même que des liens renvoient vers les sites internet des Eglises cantonales protestantes impliquées et vers les sites internet touristiques cantonaux. La version publiée à ce jour comprend les cités de Bâle, Berne, Coire, Genève, Ilanz, Lausanne, Neuchâtel, Saint-Gall et Wildhaus. Schaffhouse devrait y être intégrée l’année prochaine.

En savoir plus

Le camion de la Réforme en route vers 67 villes européennes depuis Genève

Les célébrations des 500 ans de la Réforme ont débuté aujourd’hui à Genève, cité de la Réforme. Le Conseiller fédéral Alain Berset a prononcé l’allocution d’ouverture. Le camion de la Réforme a été présenté pour la première fois lors des célébrations internationales. Il sillonnera l’Europe au départ de Genève et fera escale dans 67 cités de la Réforme réparties dans 19 pays. Dans le cadre de l’anniversaire de la Réforme, des manifestations auront lieu en Suisse et dans toute l’Europe au cours des prochains mois. L’objectif principal n’est pas de nous retourner sur une date mystique, mais de nous demander ce que la Réforme signifie pour les générations d’aujourd’hui et de demain.

Dans son discours, le conseiller fédéral Alain Berset a décrit la Réforme comme «un mouvement dont la dynamique spirituelle, culturelle, sociale et politique continue de marquer les quatre coins du monde depuis un demi-millénaire». Le chef du Département fédéral de l’intérieur a également souligné le rôle déterminant qu’a joué la Suisse dans l’histoire de la Réforme: «La Suisse était l’un des épicentres de ce séisme spirituel et social». Le conseiller fédéral Alain Berset a exhorté l’auditoire à célébrer le 500 e anniversaire de la Réforme dans l’œcuménisme et à approfondir le dialogue. Les liens qui unissent les protestants aux ca- tholiques sont en effet bien plus forts que ce qui les sépare.

Les célébrations de l’anniversaire sous le signe de la liberté

Gottfried Locher, le président de la Fédération des Églises protestantes de Suisse, a lui aussi insisté sur l’importance de l’œcuménisme en cette année d’anniversaire. Les réformateurs d’hier ne voulaient pas diviser l’Église. Ils cherchaient uniquement à renouveler l’Église existante. La Fédération des Églises ne met pas l’accent sur l’épisode contesté de l’affichage des thèses à Wittenberg il y a 500 ans mais sur la question de savoir ce que la Réforme signifie pour les générations d’aujourd’hui et de demain. «Oser penser – pouvoir agir – aimer croire», tel est le slogan des 500 ans de la Réforme que la Fédération des Églises a imaginé. Pour Gottfried Locher, il s’agit avant tout de la notion de liberté réformatrice: «Tous les êtres humains sont égaux devant Dieu. Cette conviction portée par les réformateurs il y a 500 ans représentait un message d’émancipation. Aujourd’hui encore, elle constitue un message de liberté». Selon lui, la Réforme joue en effet un rôle primordial aussi bien pour les réformés que pour les personnes d’autres croyances et les non-croyants.

Le camion de la Réforme sur le parcours européen des cités de la Réforme

Le camion de la Réforme qui sillonnera les routes d’Europe pendant six mois a été inauguré solennellement à Genève. «Le camion de la Réforme, qui se rendra dans 19 pays, montre clairement que la Réforme est une citoyenne du monde», affirme Heinrich Bedford-Strohm, le président du Conseil de l’Église protestante d’Allemagne. À chaque escale, le camion de la Réforme fera une halte de 36 heures pour conter l’histoire de la Réforme. Le parcours prendra fin à Wittenberg, la ville théâtre des activités de Martin Luther, où débutera le 20 mai 2017 l’exposition mondiale de la Réforme intitulée les «Portes de la liberté». La Suisse y sera représentée avec un concept artistique. Le pavillon d’exposition a été conçu par le bureau d’architectes bâlois Christ & Gantenbein.

Genève, ville de la Réforme, cité de la Paix

Au cours des deux prochains jours, un programme riche en activités se déroulera sur la plaine de Plainpalais à Genève, où le camion de la Réforme pourra faire l’objet d’une visite. Une soirée interculturelle et interreligieuse pour la jeunesse y est notamment prévue. «Il s’agit de montrer que Genève est justement devenue une cité de la Paix en raison de son passé réformateur», explique Emmanuel Fuchs, organisateur et président de l’Église protestante de Genève. Genève abrite de nombreuses organisations internationales telles que le Conseil œcuménique des Églises (COE), auquel appartiennent près de 350 Églises différentes regroupant plus de 500 millions de fidèles. Pour Olav Fykse Tveit, le secrétaire général du COE, le mouvement unitaire actuel des Églises démontre symboliquement «qu’il existe une voie vers la compréhension mutuelle, vers la réconciliation et finalement vers la paix».

Discours et documents:

- Discours par Locher (pdf)

- Discours par Bedford-Strohm (pdf)

- Discours par Tveit (pdf)

- Discours par Fuchs (pdf)

- Fiche d'information sur le camion (pdf)

- Discours par Locher (pdf)

- Discours par Longchamp (pdf)

03 novembre 2016

Ce communiqué a été produit en collaboration entre le Conseil œcuménique des Églises, la Fédération des Églises protestantes de Suisse, la Comunion d'Églises Protestantes en Europe, et l’Église évangélique d’Allemagne.

Suède, Lund: commémoration commune luthéro-catholique de la Réforme

«Ce qui nous unit l’emporte sur ce qui nous divise», affirment catholiques et luthériens lors de la commémoration de la Réforme

Pendant le service à la cathédrale de Lund. © Magnus Aronson/Ikon

Par Stephen Brown*

Lors d’un service commun organisé dans la ville de Lund, en Suède, près de 500 ans après le début de la Réforme luthérienne, catholiques et luthériens ont présenté leurs excuses pour les divisions et conflits qui les ont opposés dans le passé et se sont engagés à approfondir leurs relations et leur service commun dans le monde.

Le pape François s’est joint à l’évêque Munib Younan et au pasteur Martin Junge – respectivement président et secrétaire général de la Fédération luthérienne mondiale (FLM) – pour célébrer le service à la cathédrale de Lund le 31 octobre, date à laquelle, en 1517, a débuté la Réforme.

Environ 500 fidèles ont rempli la cathédrale, où ils ont pu entendre une prédication commune dite en espagnole par le pape François et le secrétaire général de la FLM.

«Catholiques et luthériens, nous avons commencé à marcher ensemble sur un chemin de réconciliation», a déclaré le pape François. «À présent, dans le contexte de la commémoration commune de la Réforme de 1517, nous avons une opportunité nouvelle pour prendre un chemin commun».

Le pape a martelé que catholiques et luthériens ne devraient pas se résigner «à la division et à l’éloignement que la séparation a provoqués» entre eux. Au contraire, a-t-il dit, il se présente une occasion «de réparer un moment crucial de notre histoire, en surmontant les controverses et les malentendus qui souvent nous ont empêchés de nous comprendre les uns les autres.»

«Avec gratitude, nous reconnaissons que la Réforme a contribué à mettre davantage au centre la Sainte Écriture dans la vie de l’Église», a-t-il déclaré plus tard.

Le secrétaire général de la FLM a appelé catholiques et luthériens à «prendre [leurs] distances avec un passé terni par le conflit et la division et à prendre les chemins de la communion.»

Ce qui unit catholiques et luthériens l’emporte largement sur ce qui les divise, a déclaré le pasteur Junge. «Nous sommes un dans le baptême. C’est pourquoi nous sommes ici pour cette commémoration commune: pour redécouvrir qui nous sommes en Christ».

Intitulée «Du conflit à la communion – ensemble dans l’espérance», cette première commémoration commune luthéro-catholique de la Réforme au niveau mondial s’inscrit dans le sillage de cinquante ans de dialogue international entre l’Église catholique et la FLM.

«Au fil de ce cheminement, l’entente et la confiance mutuelles se sont renforcées», a déclaré Munib Younan, qui est évêque de l’Église évangélique luthérienne de Jordanie et de Terre Sainte, dans un mot de bienvenue à la célébration.

L’assistance a applaudi spontanément quand le pape François et l’évêque Younan ont, à l’issue du service, signé une déclaration commune engageant les catholiques et les luthériens à approfondir leur communion et leur témoignage commun en faveur de la justice.

«Bien qu’il ne soit pas possible de changer le passé, on peut transformer ce dont on se souvient et la façon de s’en souvenir», y est-il écrit. «Nous prions pour la guérison de nos blessures et des mémoires qui obscurcissent notre perception l’un de l’autre. Nous rejetons catégoriquement toute manifestation de haine et de violence, passée et présente, en particulier quand elles sont exprimées au nom de la religion.»

Des représentants et représentantes d’autres communions chrétiennes mondiales et organisations œcuméniques, telles que le Conseil œcuménique des Églises (COE), étaient présents au service. Pour les organisateurs de l’événement, cela met en lumière le fait que les progrès accomplis entre catholiques et luthériens ne peuvent pas avoir lieu indépendamment de leurs nombreuses autres relations œcuméniques.

«C’est un événement qui concerne l’ensemble de la famille œcuménique et qui montre qu’il y a une voie à suivre qui peut inspirer d’autres organisations», a dit le pasteur luthérien norvégien Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, à l’approche du service.

Il s’est félicité de cette commémoration commune, la décrivant comme un exemple de redevabilité mutuelle entre Églises.

Le pasteur Odair Pedroso Mateus, directeur de la Commission de Foi et constitution du COE, estime que le dialogue entre les Églises au sujet des divisions du passé doit s’intensifier, car selon lui il est impératif de faire face ensemble à la difficulté croissante de témoigner dans le monde aujourd’hui.

«Dans ce contexte général, une commémoration commune de la Réforme constitue en elle-même une immense avancée», a-t-il déclaré.

Le service liturgique à la cathédrale de Lund a été suivi d’un rassemblement public à la Malmö Arena, toute proche, où le pape François et l’évêque Younan ont réagi aux témoignages présentés par des défenseurs luthériens et catholiques de la justice sociale et des questions climatiques provenant du Burundi, de Colombie, de l’Inde, du Soudan du Sud et de Syrie. Lors de ce rassemblement, le Département d’entraide mondiale de la FLM et l’agence catholique Caritas Internationalis ont signé une déclaration d’intention visant à renforcer la collaboration humanitaire entre les deux organisations.

*Stephen Brown est journaliste indépendant.

01 novembre 2016



7 octobre au 3 novembre 2016

À Assise, les responsables religieux parlent de paix

À Assise, des responsables musulmans, juifs, hindous, chrétiens et bouddhistes se sont réunis pour parler de paix, tandis que de l’autre côté de l’Atlantique, à New York, les leaders politiques du monde entier, rassemblés aux Nations Unies, discutaient d’un monde agité.

Le COE rédige une réponse inter-orthodoxe au texte de convergence

Le COE a organisé une consultation inter-orthodoxe à Chypre, du 6 au 13 octobre, afin de répondre au document de convergence «L'Église: vers une vision commune» présenté par la Commission de Foi et constitution du COE.

Kenya: la voix des communautés religieuses est essentielle pour vaincre le VIH

«Existe-t-il un moyen d’agir contre la stigmatisation et la discrimination au sein des communautés religieuses, pour montrer l’exemple, afin que celles et ceux qui sont là pour rendre service et prodiguer des soins ne stigmatisent pas les personnes malades? Car lorsqu’il s’agit de lutter contre le VIH et le sida, peu importe que l’on soit chrétien ou musulman, femme ou homme, nous devons agir en tant qu’êtres humains.»

La réadmission de l’Église réformée hollandaise d’Afrique du Sud, illustration du «retour du fils prodigue»

Lorsque l’Église réformée hollandaise d’Afrique du Sud (ou Nederduitse Gereformeerde Kerk, NGK) a été réadmise parmi les membres du COE en juin dernier, après 55 ans d’exclusion, les autres Églises du pays se sont réjouies du «retour du fils prodigue».

Le COE organise une visite de solidarité en Éthiopie

Les 21 et 22 octobre, une délégation du COE, conduite par la présidente du Comité central du COE, Mme Agnes Abuom, s’est rendue à Addis-Abeba, en Éthiopie, en signe de solidarité avec les Églises membres de ce pays. La délégation a rencontré des responsables des Églises membres, des membres du Conseil interreligieux de l’Éthiopie et des représentants du gouvernement.

Agenda du COE

Semaine de prière pour l'unité des chrétiens

18- 25 janvier 2017Dans le monde entier (hémisphère Sud)

Au moins une fois par an, les chrétiens sont invités à se remémorer la prière de Jésus à ses disciples pour que tous soient un afin que le monde croie (cf. Jean 17,21). Les cœurs sont touchés et les chrétiens se rassemblent pour prier pour leur unité. Dans le monde entier, des communautés et paroisses échangent leurs prédicateurs ou organisent des célébrations œcuméniques et services de prières spéciaux.

COE