2016

Le site officiel de l’Église évangélique méthodiste lance sa version francophone


Le département Communications de l’Église méthodiste unie (EEM/UMC) a lancé un portail en langue française sur UMC.org, le site officiel de l'Église évangélique méthodiste. Le site fournit toute une documentation sur la dénomination, retrace son histoire, publie des dépêches ainsi que d'autres éléments d’information, y compris des détails sur la Conférence générale 2016, l'événement mondial législatif quadriennal prévu du 10 au 20 mai à Portland, Oregon. L'URL du nouveau site est francophone.umc.org.

Le département de communication de l’Église évangélique méthodiste (EMU/UMC) lance une version francophone du site en marque de soutien de l’Église méthodiste francophone de par le monde. La prochaine étape sera d’offrir dans les quatre ans à venir une version  du site web umc.org dans les autres langues officielles de l’EEM. Le portail existe déjà en anglais, espagnol et coréen.

L'Église évangélique méthodiste dénombre plus de 12 millions de membres à travers le monde, y compris des membres dans les pays francophones, comme la France et la Suisse, et la Côte d'Ivoire de l'Afrique et la République démocratique du Congo.

Pour les communautés africaines, où l’accès à l’information peut s’avérer limitée, l'accès au portail de langue française est particulièrement important, reconnaît Isaac Broune, natif de Côte d'Ivoire, une des personnes en charge du portail francophone.


19 avril 2016

d’après umc.org

Église évangélique méthodiste : position des évêques africains sur le terrorisme et la sexualité humaine

Photo d’archives 2012 par Kathleen Barry, UMNS

L’Evêque Eben Nhiwatwa du Zimbabwé (centre) s’adresse aux évêques africains à la suite d’une cérémonie de la Conférence Générale 2012

Exemple d’article diffusé sur le nouveau portail francophone de l’Église évangélique méthodiste (UMC) à l’approche de la Conférence générale 2016 (10-20 mai à Portland, USA)

Par Heather Hahn

Les évêques Africains ont appelé l’Eglise Méthodiste Unie à combattre le terrorisme international et à maintenir la doctrine actuelle de l’Eglise au sujet de la sexualité humaine.

« En tant que leaders de l’Eglise, nous croyons qu’il y a des questions plus importantes qui nous unissent que le débat sur l’orientation sexuelle, » ont dit les évêques dans “une déclaration sur la nature globale de l’Eglise Méthodiste Unie et notre monde commun.”

« En tant qu’Eglise, nous sommes appelés à vivre en solidarité avec ceux qui souffrent des conséquences des systèmes politiques injustes, des guerres, des famines, de la pauvreté, des catastrophes naturelles, des maladies, de l’analphabétisme, etc. Nous croyons que nous pouvons nous unir autour de ces questions au lieu de nous déchirer par les questions sur l’orientation sexuelle. »

Les évêques ont tiré la sonnette d’alarme sur la montée des groupes tels l’EI (Groupe Etat Islamique) dans le Moyen Orient, Boko Haram au Nigeria et Al Shabab en Afrique de l’Est. Les insurrections de ces groupes ont entrainé des « violations massives des droits humains sur les innocents, les impuissants et les familles sans défense… sans oublier l’effroyable crise de réfugiés qui ont envahi certains pays de l’Europe et de l’Afrique, » selon leur déclaration.

Les évêques se sont dits « profondément attristés » parce que tel qu’ils le voient, certains Méthodistes Unis dans leurs ministères envers les lesbiennes, les homosexuels, les bisexuels et les personnes transsexuelles ignorent la Bible et le Livre de Discipline, le document de politique générale de l’Eglise Méthodiste Unie. Ils ont aussi souligné que l’enseignement de l’église prône uniquement les relations sexuelles monogamiques et le mariage hétérosexuel, et non les unions entre conjoints de même sexe ou la polygamie.

L’évêque de la région de Sierra Leone John K. Yambasu, qui a coordonné cette déclaration, a dit que les évêques espéraient que leur propos puisse contribuer à la promotion d’un débat parmi les membres de l’Eglise.

« Pendant longtemps, la voix de l’Eglise Africaine est restée inaudible, surtout sur les questions globales, » a-t-il confié à l’United Methodist News Service. « Nous avions senti qu’à ce moment critique de l’histoire de notre Eglise, nous devions faire entendre notre voix à l’église globale. Et cela peut entrainer davantage de conversations à tous les niveaux de l’église afin que nous soyons conscients, en tant que dénomination, des réalités d’aujourd’hui. »

Selon, l’évêque de la région de San Fransisco Warner Brown Jr., président du conseil des évêques, ses collègues africains parlaient en fonction de leur contexte. Il a aussi dit à l’UMNS que le conseil au grand complet, qui comprend les évêques en activité et les retraités, n’a pas encore eu l’occasion de se prononcer sur cette déclaration.

« Malheureusement, le débat sur la sexualité humaine donne la mauvaise impression que c’est la seule question que nous devrions aborder » a-t-il affirmé. « Nous travaillons activement ensemble, y compris avec les personnes en désaccord avec la sexualité, sur les questions liées à la justice et la guérison. »


Historique de la déclaration

La déclaration des évêques Africains fait suite à leur rencontre du 7 au 11 Septembre 2015 au Zimbabwé. Ils ont finalisé la déclaration lors de la retraite des évêques en activité, réunis à Lake Junaluska (Caroline du Nord-USA), a dit Yambasu. Cette réunion n’était pas ouverte à la presse.

13 évêques Africains en activité et un évêque retraité ont signé la déclaration.

Cette déclaration intervient au moment où les leaders de l’Eglise préparent la Conférence Générale, la plus haute instance de législation de la dénomination. Cette session, qui étudie généralement les propositions en rapport avec la sexualité humaine ainsi que la position de l’Eglise face aux questions mondiales, va se réunir du 10 au 20 Mai 2016, à Portland (Oregon-USA).

Les évêques ont recommandé que la Conférence Générale 2016 inclut dans son agenda des prières quotidiennes « pour le retour de notre dénomination aux enseignements bibliques, pour l’unité de l’Eglise » ainsi que pour la fin du « terrorisme international (tout en se souvenant des millions des réfugiés) et la cessation des guerres dans le monde. »

Etant donné que le flux des réfugiés a augmenté cet Eté, les évêques Européens, Américains ont plaidé pour que ces « frères pèlerins » accueillis dans leurs pays.

Cependant, Yambasu a appelé les Méthodistes Unis à faire plus pour résoudre les causes de la crise des réfugiés, notamment l’instabilité, la pauvreté et la violence.

« L’Eglise Méthodiste Unie est une église mondiale, et nous sommes dans presque chaque coin du globe, » a-t-il mentionné. « Nous avons des réseaux partout, mais nous n’avons pas été capables d’activer nos réseaux pour œuvrer dans nos propres pays, dans nos propres régions, afin de commencer à résoudre ces questions. »

Un débat parmi les évêques

Dans leur déclaration, les évêques Africains ont aussi invité « le conseil des évêques à démontrer leurs responsabilité de berger (1 Pierre 5:2-4) en agissant conséquemment selon la Sainte Bible. »

Alors que les évêques, dans leur ensemble, acceptent l’accueil de l’étranger et condamnent la violence, ils ne sont pas unis sur l’interprétation de la Bible, surtout en rapport avec les personnes LGBT (Lesbiennes, Homosexuels, Bisexuels, et Transgenres).

Depuis 1972, Le Livre de Discipline soutient que chaque personne a une valeur sacrée mais que "la pratique de l’homosexualité est incompatible avec l’enseignement chrétien."

Le débat autour de cette question s’est intensifié au cours de ces 4 dernières années étant donné que plusieurs nations dans le monde, y compris les Etats Unis, ont légalisé le mariage des personnes de même sexe.

Depuis 2011, plus de 1000 pasteurs Méthodistes Unis ont annoncé leur volonté de défier l’interdiction de la célébration des mariages des personnes de même genre. Le Rév. Melvin G. Talbert, évêque à la retraite a officié à une union de ce genre en 2013, et par conséquent a fait face à une plainte sur la base de la législation de l’église. Cela a été résolu au début de cette année.

Au même moment, les actes homosexuels sont criminalisés dans 38 des 54 pays Africains, y compris 18 pays Africains qui enverront des délégués à la Conférence Générale.

Certains Méthodistes Unis ont appelé l’Eglise à considérer une séparation sur la question.

Néanmoins, Yambasu pense que l’Eglise donne au débat sur l’homosexualité une représentation sans rapport avec la réalité. Il soutient que la polygamie est un problème majeur en Afrique mais que cela ne devrait pas dominer la Conférence Générale. Il y a d’autres questions de vie et de mort que l’Eglise devrait, plutôt, résoudre, a-t-il affirmé.

« Nous pensons que seule la législation pourra résoudre nos problèmes, et la législation ne pourra pas résoudre tous nos problèmes, » a-t-il dit. « Nous avons besoin de nous mettre ensemble en tant que frères et sœurs dans cette Eglise, nous asseoir et voir dans quelle direction Dieu conduit cette Eglise et comment nous pouvons être des instruments entre ses mains. »

Brown a ajouté que les Méthodistes Unis étaient unis dans un engagement commun à honorer l’appel du Christ. 

« Il est facile de nous égarer sur les points de divergence, » a-t-il dit. « Mais, même dans ces désaccords, la plupart d’entre nous sommes en accord sur la plupart des questions. »

4 Nov. 2015

francophone.umc-org

Les enjeux de la Conférence générale de l’Église évangélique méthodiste pour Good News


Les délégués en pleine discussions à la Conférence générale 2012 de l’Église évangélique méthodiste à Tampa, Floride. Une photo UMNS de Mike DuBose.


Tous les quatre ans se tient la Conférence générale de l’Église évangélique méthodiste (Église méthodiste unie, The United Methodist Church). Venant des quatre coins du monde, les délégués pasteurs et laïques délibèrent sur les questions intéressant la marche de l’Église en général. Un courant est en première ligne depuis des décennies pour défendre l’approche évangélique sur les questions éthiques, Good News. Son vice-président Thomas Lambrecht partage sur le blog de Good News le programme qu'il défendra à la Conférence générale sous couvert de la Coalition pour le Renouveau et la Réforme (the Renewal and Reform Coalition).

Par Thomas Lambrecht*

Tous les quatre ans, les délégués venus du monde entier se réunissent pour représenter le méthodisme uni mondial (UMC/EMU). Nous célébrons le culte ensemble, soulignons les réalisations essentielles, et passons la plupart de notre temps à essayer de discerner la meilleure voie à suivre pour l'Église évangélique méthodiste (EMU/UMC) pour les quatre années à venir. Plus de 1000 pétitions seront examinées par la Conférence générale 2016 à Portland. Certaines pétitions apportent des modifications mineures à la façon dont nous fonctionnons comme Église, selon le Règlement de notre Église. D'autres pourraient entraîner des changements radicaux.

Depuis 1976, Good News a cru qu’il était important de parler au nom des méthodistes unis orthodoxes et traditionnels dans un environnement où prédominent le plus souvent les voix progressistes et révisionnistes. Au cours  des trois dernières périodes quadriennales, Good News a été rejoint par d'autres associations internes à l’Église évangélique méthodiste pour former  the Renewal and Reform Coalition (Coalition pour le Renouveau et la Réforme). Ensemble, nous représentons un large éventail des préoccupations évangéliques au sein de notre Église. Le Mouvement confessant (The Confessing Movement), l’UMCaction et Lifewatch font tous partie de la coalition. Transforming Congregations (un groupe qui travaille avec les personnes et les familles souffrant d’échecs sexuels) et le Renew Network (un ministère auprès des femmes basé sur la Bible) sont maintenant des programmes de Good News et font également partie de la coalition.

Les priorités pour la Coalition

La Coalition Renewal and Reform Coalition a trois grandes priorités à Portland:

  1. défendre l'enseignement biblique sur la vie, le mariage et la sexualité humaine,
  2. restaurer et renforcer l'intégrité et la responsabilité de notre connexion et de notre alliance en tant que méthodistes unis, et
  3. promouvoir la représentation équitable et l'autonomisation de nos frères et sœurs méthodistes à l'extérieur des États-Unis Permettez-moi de résumer quelques-unes des propositions importantes relatives à nos priorités.

La vie, le mariage et la sexualité humaine

Avortement. Au cours de la dernière décennie, nos déclarations méthodistes unies sur l'avortement sont devenus plus pro-vie. Nous continuons à travailler à renforcer nos déclarations pour défendre la vie des enfants à naître et de leurs mères. L'obstacle le plus important au plaidoyer de notre dénominations pro vie est l’affiliation de notre commission Eglise et Société et du Carrefour des Femmes à la Religious Coalition for Reproductive Choice (Coalition religieuse pour le choix en matière de reproduction - CRCR).

Le méthodisme uni ne doit pas être stigmatisé comme faisant partie d'un groupe de défense marginal pro-avortement. Tout au plus, notre dénomination est-elle un partisan réticent de l'avortement légalisé.

La CRCR appuie l'avortement comme un moyen de contraception. Le méthodisme uni ne le fait pas. La CRCR appuie l'avortement comme méthode de sélection entre les sexes. Le méthodisme uni ne le fait pas. La CRCR appuie l'avortement pour les bébés souffrant de handicaps physiques ou mentaux potentiels ou réels. Le méthodisme uni ne le fait pas. La CRCR favorise même l’horrible procédure d'avortement tardif connue comme avortement par naissance partielle. Le méthodiste uni ne le fait pas.

Soyons clairs, la CRCR n'a jamais soutenu la moindre restriction du droit à l'avortement, quelle qu’elle soit. Les positions radicales de la CRCR sont en contradiction avec notre compréhension nuancée méthodiste unie. Par conséquent, nous faisons la promotion de la législation qui obligerait les organisations de l’EEM à quitter la coalition CRCR.

Mariage et sexualité

Mariage et Sexualité. Depuis 1972, l'Église évangélique méthodiste a maintenu sa position équilibrée et biblique, à savoir que toutes les personnes sont aimés par Dieu et ont un caractères sacré, et que notre sexualité ne doit se pratiquer que comme Dieu l’a prévu, dans les limites du mariage monogame, hétérosexuel. Cela signifie que nous considérons la pratique de l'homosexualité comme « incompatible avec l'enseignement chrétien », que nous ne permettons pas à des pasteurs de célébrer des mariages ou des unions de personnes de même sexe et que nous n'acceptons pas des personnes homosexuelles déclarées comme pasteurs ordonnés.

Depuis 1972, cependant, il y a eu des efforts concertés pour inverser ou abandonner cette position de principe qui s’accorde avec 2000 ans d'enseignement chrétien et avec 95 % de tous les chrétiens du monde entier. La Conférence générale de Portland ne fera pas exception.

Règlement de l'Église

Nombreuses sont les pétitions tendant à réécrire nos déclarations dans le Règlement de l’Église pour inverser nos normes bibliques et empreintes de compréhension pour le mariage et la sexualité. Notre coalition plaidera contre de telles pétitions.

D’autres pétitions déclarent aussi que dans l'Église évangélique méthodiste, tous n’étant pas du même avis, il fallait donc laisser à la conscience de chacun de célébrer des mariages de personnes de même sexe ou d’approuver l’ordination comme pasteurs de personnes homosexuelles déclarées. Cet effort de préserver l'unité de l'Église au prix de l'abandon de l’enseignement biblique clair et net créerait une forme de congrégationalisme au sein du méthodisme qui est étranger à notre éthique connexionnelle. Notre coalition contrera également ces efforts.

Changement de structure

Une autre façon de gérer le conflit autour du mariage et de la sexualité est de changer la structure de notre Église. La version la plus subtile de cette approche est de créer une nouvelle Conférence centrale des Etats-Unis qui permettrait aux États-Unis de définir pour ses pasteurs des normes et des codes de conduite différentes des normes et des codes de conduite prévalant pour les méthodistes unis dans les autres parties du monde. Par exemple, cette approche pourrait permettre des mariages de personnes de même sexe et des pasteurs homosexuels déclarés aux États-Unis, tandis que d'autres parties de l'Église pourraient maintenir les normes en vigueur. Une autre version de cette approche permettrait à chaque juridiction au États-Unis de fixer ses propres normes pour les ministres du culte, puis de permettre aux Conférences annuelles et aux églises locales de s’affilier à l’instance qui représenterait le mieux leur compréhension du ministère.

Ces propositions structurelles, dans certains cas, ajouteraient un niveau  supplémentaire de bureaucratie coûteuse dans l'Église, et entraîneraient dans tous les cas l’affaiblissement de notre connexion dans le monde entier en tant que méthodistes unis. De nombreux conservateurs dans l'Église ne pourraient pas accepter de faire partie d'une dénomination qui permettrait d'inverser ou d'abandonner l'enseignement de notre dénomination sur le mariage et la sexualité. Ceci est une recette pour le schisme ou la séparation, et nous nous opposons donc à ces propositions.

Intégrité et responsabilité

Nous ne voyons pas le désaccord sur le mariage et la sexualité comme une menace majeure pour l'avenir du méthodisme uni. Après tout, nous avons survécu à 40 ans de controverse. Au lieu de cela, la principale cause de schisme potentiel est la désobéissance et la contestation délibérées de nos politiques et de nos exigences confessionnelles.

Dans de nombreuses régions des États-Unis, des pasteurs effectuent des mariages et des unions de personnes de même sexe sans en subir les conséquences, et souvent avec le soutien de leur évêque. Des personnes homosexuelles déclarées, souvent mariées ou vivant avec une personne du même sexe, sont des pasteurs ordonnés en activité et sans entraves. Nos normes méthodistes unies sont en train de perdre de leur pertinence dans certaines parties de l'Église.

Cette désobéissance flagrante et croissante sape la confiance et la connexion qui nous lient ensemble en tant que méthodistes unis. Si certaines parties du Règlement peuvent être ignorées en toute impunité, pourquoi pas d'autres parties? Si les uns et les autres sont autorisés à continuer…, cet état d'esprit finira par détruire notre dénomination ou à la transformer en une confédération plus ou moins structurée de congrégations et de Conférences annuelles.

Nos propositions

Notre seul espoir de rester unis comme Église est de rétablir l'intégrité et la responsabilité de notre alliance. Voilà pourquoi notre coalition plaidera en faveur des propositions suivantes. Notre coalition :

• exige que les personnes qui déposent des plaintes contre les pasteurs acceptent impérativement le règlement de ces plaintes (au lieu de permettre de déposer des plaintes contre les pasteurs qui célèbrent des mariages de personnes de même sexe tout en les laissant tranquillement en fonction sans conséquences pour eux).

• exige que tout règlement d'une plainte inclue des excuses et la promesse de ne pas répéter l'infraction.

• exige que l’on revoie le processus de reddition de comptes pour les évêques, afin que les plaintes contre les évêques soient gérées par une instance mondiale formée de pasteurs et de laïcs, plutôt que par les propres collègues de l'évêque.

• demande l’imposition d'une peine minimale obligatoire pour le pasteur reconnu coupable de la célébration d’un mariage de personnes de même sexe, - d’une suspension d'un an pour une première infraction et de la restitution des papiers d’ordination pour une deuxième infraction.

• exige que tout avocat de l'Église soit d'accord avec la disposition selon laquelle le défendeur est accusé de violer (au lieu de permettre aux évêques de nommer des personnes qui sont en désaccord avec le Règlement d'agir comme procureur et de faire respecter le Règlement dans cette affaire).

• demande de permettre aux congrégations et aux pasteurs qui ne peuvent pas en leur âme et conscience respecter le Règlement de quitter la dénomination avec leurs biens et l’intégralité de leur pension.

• demande l'élargissement de la définition de «personnes homosexuelles déclarées » de sorte que ceux qui sont mariés à une personne de même sexe ou qui ont reconnu publiquement être un homosexuel déclaré ne soient plus en mesure de servir l’Église comme pasteurs.

• demande l’ajout d'une infraction à charge «venir perturber la vie de la Conférence générale ou d’un autre organisme ou agence méthodiste unie pour les empêcher de mener à bien leurs activités, afin de contrecarrer les perturbations que des militants peuvent causer au sein de la Conférence générale et d'autres organismes.

• exige que toutes les pétitions qui passent à un comité législatif à la Conférence générale fassent l’objet d’un vote en session plénière (au lieu de laisser les opposants faire obstruction et retarder le processus pour éviter l'action).


Représentation et autonomisation équitable

L'Eglise évangélique méthodiste (UMC) et ses prédécesseurs ont commencé comme une Église des Etats-Unis avec des missions étrangères. Nous sommes maintenant en train de devenir une Église mondiale de partenaires égaux. Les méthodistes unis extérieur aux États-Unis représentent environ 40 % du nombre total de membres de notre dénomination. L'égalité de notre partenariat, cependant, est encore entravée, à la fois par une attitude occasionnelle de supériorité des Etats-Unis et par l'absence d'une représentation égale au sein des organes directeurs de l'Église. Certaines de nos agences générales d'Église ont fait des progrès au service de l'Église mondiale, et non pas seulement au service des États-Unis. D'autres organismes ont encore à franchir cette étape.

Un des plus grands obstacles à la perception de l'égalité est d'ordre financier. Environ 99 % de tout l’argent collecté provient des membres d'église américains. Cependant, les églises en dehors de la États-Unis contribuent à la hauteur de 1 million $ par année environ sur une base strictement volontaire (principalement de l'Europe).

Pour la première fois, la Conférence générale est sur le point d'adopter une formule de répartition pour toutes les églises en dehors des États-Unis Cette formule fixera des objectifs pour toutes les églises non-américaines, en fonction de leur capacité financière, elle permettra une expression plus complète du partenariat et aidera les églises non-américaines à renforcer leur capacité à participer sur un pied d'égalité au soutien financier des ministères de l'Église. La Coalition pour le Renouveau et la Réforme (Renewal and Reform Coalition) appuie cette démarche.

Une autre façon pour certaines Conférences centrales d’être traitées de façon inégale est dans l'attribution des évêques. Aux États-Unis, la fourchette de membres dont chaque évêque est responsable varie considérablement. Le diocèse le plus petit compte 33.000 membres, tandis que le plus grand compte 362.000 membres. En Afrique, en revanche, le diocèse le plus petit compte près de 13.000 membres, tandis que le plus grand compte près de 1,4 million de membres!

Les régions africaines qui ont plus de membres par évêque que toute région aux États-Unis sont le Nigeria (458.000), Côte d'Ivoire (677.000), Congo australe (1055000), et le Nord Katanga (1.382.000). Les routes et les autres carences en infrastructure rendent beaucoup plus difficile le travail adéquat de supervision et de leadership des évêques africains.

Les demandes d'évêques supplémentaires pour l'Afrique ont été faites en 2012, mais la Conférence en a reporté l’examen. Maintenant, le Comité permanent des affaires centrale de la Conférence reconnaît que cinq nouveaux évêques sont nécessaires en Afrique, mais veut en reporter la décision en 2020. Pendant ce temps-là, les diocèses les plus dynamiques dans l'Église souffrent avec les évêques qui ne peuvent pas accompagner cet essor. La Coalition pour le Renouveau et la Réforme (Renewal and Reform Coalition) appuie la demande africaine pour des évêques supplémentaires pour le Nigeria, le sud du Congo et du Nord Katanga dès 2016. Cette demande ne peut pas attendre encore quatre ans.

La représentation équitable des églises en dehors des États-Unis à la Conférence générale a été améliorée, mais il y a encore des problèmes. Alors que les églises africaines totalisent à elles seules près de 40 % des membres de la dénomination, elles n’ont droit qu’à  30 % de délégués à la Conférence générale. En effet, l'Europe et les Philippines ont davantage que leur juste part de délégués. Le déséquilibre est causé par l'exigence que chaque Conférence annuelle a droit à au moins à deux délégués à la Conférence générale. La Coalition pour le Renouveau et la Réforme (Renewal and Reform Coalition) appuie une proposition visant à garantir un minimum de deux délégués par diocèse, ce qui porte davantage les chiffres à l’équilibre.

Le dernier domaine où la représentation équitable est nécessaire est au niveau des commissions et des agences de l’Église en général. À l'heure actuelle, les membres de l'Église en dehors des États-Unis représente plus de 40 % de tous les méthodistes unis, mais seulement environ 10 % de membres des commissions et des agences. Même la Table Connexionnelle, agence de coordination la plus importante du méthodisme, ne dispose que de sept membres non-américains sur 59. La Coalition pour le Renouveau et la Réforme (Renewal and Reform Coalition) appuie les efforts visant à accroître les membres non-américains dans nos commissions et nos agences, au service de l’Église globale.

En résumé

Les enseignements bibliques, l'intégrité et la responsabilité, ainsi que la représentation équitable et l'autonomisation sont au cœur du programme de la Coalition pour le Renouveau et la Réforme (Renewal and Reform Coalition) à la Conférence générale 2016. Nous croyons que ces thèmes ne reflètent pas un programme bassement partisan, mais incarnent ce qui est nécessaire pour aider l'ensemble de l’Église évangélique méthodiste (UMC) à prendre des mesures positives en vue de son renouveau. Alors que nous sommes confrontés à la crise de baisse du nombre de membres et du soutien financier, notre Église a besoin

  • de s'unir autour de son tronc commun d'enseignements bibliques,
  • de tenir ses dirigeants et ses membres responsables de l'intégrité de notre alliance,
  • et de faire de ses membres non-américains des partenaires égaux dans une ministère mondial partagé.

Ceci est vraiment la voie à suivre pour notre Église bien-aimée.


Thomas Lambrecht est pasteur méthodiste uni et vice-président de Good News.

13 avril 2016

Traduction eemni

GOOD NEWS


FEPS : oui à la loi sur l’asile le 5 juin (en Suisse)

feps

 


 La révision de la loi sur l’asile en votation le 5 juin vise à raccourcir les procédures d’asile. Pour garantir que les droits fondamentaux des demandeurs d’asile soient respectés malgré des délais plus court, la nouvelle loi prévoit de leur mettre à disposition une assistance juridique. La Fédération des Eglises Protestantes de Suisse soutient cette révision.  
 

La FEPS est favorable à la révision de la loi sur l’asile, car elle permettra aux requérants de rester moins longtemps dans l’incertitude sur leur sort. Les procédures actuelles peuvent durer des années, durant lesquelles les personnes en demande d’asile peinent à s’intégrer socialement et professionnellement. Or l’asile est finalement accordé à la majorité des requérants. Des procédures plus courtes sont donc avantageuses pour les requérants et pour la Suisse. 

L’accélération des procédures ne doit toutefois pas se faire au détriment de la justice des décisions. C’est pourquoi l’assistance juridique pour les requérants prévue par la loi est nécessaire. Une procédure d’asile équitable n’est pas un abus de gentillesse, mais le simple respect des droits de la personne. La plupart des demandeurs d’asile disposent de peu de moyens, ils ne parlent pas forcément une langue nationale, ni ne connaissent le système juridique suisse. Garantir que leurs droits soient respectés, alors que leur vie même peut être en jeu, est indispensable.

Dans un Etat de droit, assurer le respect des droits fondamentaux des personnes est un devoir de l’Etat. Avec la modification de loi, et les besoins d’assistance juridique accrus qui en découlent, ce devoir ne doit plus être délégué à d’autres acteurs comme c’est le cas aujourd’hui. Actuellement ce sont en effet les Eglises, leurs œuvres d’entraide et d’autres organisations non-gouvernementales qui rendent possibles les services de conseil juridiques aux demandeurs d’asile.

La Suisse ne peut certes pas résoudre la situation des réfugiés au niveau mondial à elle-seule. Mais elle peut contribuer à atténuer leur détresse. Dire oui à la révision de la loi sur l’asile est un pas dans cette direction. 

La position de la Fédération des Eglises protestantes de Suisse peut être lue en entier ici.

Elle est résumée dans le dépliant « Pour une procédure d’asile rapide et juste », qui peut être commandé ici.
.
Berne, le 21 avril 2016

Fédération des Églises protestantes de Suisse

FPF: lettre de diffusion N°11 - avril 2016


Terre créée, terre abîmée, terre promise... 
La FPF s'engage pour le climat !

puce

 Zoom sur l'actualité

puce

Cérémonie de signature de l'Accord de Paris le 22 avril au siège de l'ONU à New York

Une cérémonie officielle de signature de l'Accord de Paris sur les changements climatiques aura lieu le 22 avril 2016 - Journée internationale de la Terre nourricière - au siège de l'ONU à New York. Les pays auront alors un an pour ratifier l'Accord. Le traité prévoit son entrée en vigueur 30 jours après sa ratification par au moins 55 Etats représentant au moins 55% du volume total des émissions de gaz à effet de serre.
Lettre d'invitation aux chefs d'états et de gouvernements

puce

Le Jeûne pour le climat se poursuit

A Paris, le Collectif Jeûne pour le Climat s'est associé à l'Appel de Pau en appelant à un rassemblement le vendredi 1er avril de 12h à 14h à la Défense, devant le siège de Total.

« Pourquoi ? Protester contre ce Sommet des pétroliers de Pau et leur demander d'étudier les énergies renouvelables et les méthodes permettant d'augmenter l'efficacité énergétique ». + d'infos

puce

 Revue de presse

Dans le dossier Ecologie : Changement climatique Ecologie

 


puce

Les protestants et le climat

puce

François Clavairoly signe la Déclaration interreligieuse à l'occasion de la cérémonie de signature de l'Accord de Paris

" En amont de la Cérémonie de signature de l'Accord de Paris qui se tiendra au siège des Nations unies le 22 avril 2016, nous nous tenons ensemble, comme leaders religieux et spirituels, pour demander instamment à tous les chefs d'Etat de signer et ratifier rapidement cet accord ". + d'infos

Lire le texte complet

Signer la déclaration interreligieuse

puce

Paroisse protestante (EPUdF) d'Oullins La Sarra : Le jardin partagé sort de terre 

Jardinage ouvert : le potager et les arbres à fruits du parc sont travaillés et entretenus par le groupe. Ouvert à tous, quel que soit son niveau de jardinage. 
Jardinage solidaire : la production est faite pour être donnée, partagée par la communauté. 
Jardinage naturel : on évitere les pesticides et les traitements non naturels. Objectif culture bio à tous les étages ! 
Jardinage zen : pas de stress !
Toutes les infos sur le site de la paroisse.

puce

Le COE organise un congrès en Afrique du Sud sur le droit à la nourriture dans le contexte de El Niño, le 18 avril

En Afrique du Sud, environ 28 millions de personnes sont confrontées à l'insécurité alimentaire due à la sécheresse provoquée par la force d'El Niño en 2015-2016.

Le Conseil oecuménique des Églises - Ecumenical Advocacy Alliance organise une consultation régionale pour planifier une action en faveur de l'agriculture durable, l'agro-écologie et d'autres méthodes de résilience face au changement climatique.
Lire (en anglais)

pucepuce

Pour mieux comprendre

 Réfugiés climatiques en détresse - le dernier numéro de Causes Communes

Le numéro d'avril de Causes Communes, la revue de La Cimade, a pour thème les réfugiés climatiques.
Lire en ligne l'édito de Jean-Claude Mas, secrétaire général de La Cimade : 
" À l’horizon 2050, l’ONU prévoit 250 millions de « réfugiés » environnementaux dans le monde…, de quoi donner des sueurs froides à l’Union européenne actuelle... ".

puce

Ecoutez Radio Climat

Pour la première fois en mars 2016, la barre de 2% de réchauffement a été franchie dans l'hémisphère nord. Un vrai signal d'alarme ! Martin Kopp présente le processus mis en place par l'Accord de Paris, au micro de Paul Meyer. Ecouter

puce

Climat : le thermomètre et le philosophe

Dominique Bourg, philosophe et professeur à l'université de Lausanne explique pourquoi il est si difficile de réagir à la crise climatique.

puce

 Fiches pratiques

Un coup de fourchette pour le climat

Une publication du Réseau Action Climat qui donne des chiffres clefs pour comprendre, et surtout une floraison d'astuces pratiques pour diminuer l'impact de notre alimentation sur le climat : à la maison, lors de nos achats, à la cantine, au restaurant, etc.

Trouver un fournisseur d'électricité "verte"

Une électricité est dite "verte" quand elle est produite à partir de sources d'énergies renouvelables. Comment s'y retrouver ? Un article de jechange.fr donne quelques pistes. A ce jour, Enercoop est le seul fournisseur en France d'électricité 100 % renouvelable.

 


FPF

L’archevêque de Canterbury appelle le Conseil consultatif anglican à étudier, à prier et à aborder les enjeux sous l’angle théologique


Photo: Anglican Archives

La Communion anglicane doit être «consciente de la crise importante que nous traversons», a déclaré l’archevêque de Canterbury Justin Welby dans un discours adressé aux membres du Conseil consultatif anglican réunis à Lusaka (Zambie). 

«Parce que nous vivons aux quatre coins du globe, et parce que des différences nous séparent, comme nous l’avons vu cette semaine, nous sommes tentés de ne penser qu’aux questions internes ou aux enjeux traditionnels, sans nous apercevoir que le monde est en plein bouleversement», a-t-il ajouté.

Parfois, les problèmes auxquels nous sommes confrontés, même s’ils ne sont pas nouveaux, prennent une tout autre résonance et nous obligent à repenser la manière dont nous travaillons et dont nous mettons en œuvre les dons de Dieu, a précisé M. Welby dans un discours prononcé le 15 avril.

«Je dirais qu’aujourd’hui, deux acteurs dominent la scène mondiale, a poursuivi l’archevêque.

Le premier est la violence pour motifs religieux, et l’autre est le changement climatique.»

«Le monde a tendance à oublier que ces deux phénomènes ne peuvent être combattus que par une approche théologique et idéologique, par un récit suffisamment puissant pour venir à bout de l’égoïsme naturel d’une génération, ou de celui de pays plus stables», a fait remarquer M. Welby.

Ces difficultés sont de nature théologique, et nécessitent un approfondissement de nos ressources, a-t-il ajouté. «Nous ne pouvons les surmonter qu’en les confrontant à la réalité d’un Dieu que nous étudions, prions et abordons sous l’angle théologique.»

Le rôle du Conseil consultatif anglican est de faciliter la coopération entre les Églises de la Communion anglicane membres du Conseil œcuménique des Églises (COE).

19 avril 2016

COE


15 - 21 avril 2016

Le Réseau œcuménique de défense des personnes handicapées du COE planifie sa croissance

Le Réseau œcuménique de défense des personnes handicapées du Conseil œcuménique des Églises va se développer et participera à l'amélioration de l'éducation et du dialogue, ont déclaré les responsables du programme lors d'une rencontre au Kenya du 10 au 15 avril derniers.


Les Palestiniens luttent pour la justice de l’eau parce que «les Israéliens accaparent les ressources»

Pour Hind Khoury, la question de la justice de l’eau est très simple. Elle est convaincue qu’il n’y a pas de justice de l’eau en Palestine parce que, si l’accès à l’eau potable ou utilisable pour les installations sanitaires existe en Israël, ce n’est pas le cas dans les territoires palestiniens qu’il occupe.


Le groupe réunissant le COE et l’Église catholique romaine entame un nouveau mandat

L’avenir de la collaboration entre l’Église catholique romaine et le Conseil œcuménique des Églises (COE) était au cœur des discussions de la dernière réunion des responsables de leur Groupe mixte de travail (GMT), qui s’est tenue à Genève les 11 et 12 avril 2016.

Des organisations d’inspiration religieuse présentent leurs préoccupations lors d’une séance des Nations Unies consacrée au VIH

Le 6 avril, à New York, des organisations d’inspiration religieuse ont apporté une contribution importante à l’occasion d’une séance des Nations Unies avec des représentantes et représentants de la société civile, qui préludait à une réunion de haut niveau consacrée au VIH.


Le pasteur Tveit parle du thème de la sécurité à la cathédrale d’York (Royaume-Uni)

Depuis plus d’un siècle, la sécurité tient une large place dans les préoccupations du mouvement œcuménique et, à bien des égards, elle a été l’un des éléments qui ont poussé à la création du Conseil œcuménique des Églises au milieu du xxe siècle.


Le COE observe la Journée mondiale de la santé, qui coïncide avec la publication du premier rapport mondial sur le diabète de l’OMS

La Journée mondiale de la santé, le 7 avril, est consacrée cette année au diabète. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de publier son premier rapport mondial sur le diabète, qui révèle que le nombre d’adultes diabétiques dans le monde a presque quadruplé depuis 1980: 422 millions de personnes sont concernées, soit 8,5 % de la population adulte mondiale.

COE

En mémoire de Daniel Husser (13 avril 1932 - 26 mars 2016)

Daniel Husser


Annelyse et René Gerber 

C’est dans la paix du Seigneur que Daniel Husser s’est éteint le 26 mars 2016, samedi de Pâques, après 3 semaines d’hospitalisation pour des problèmes cardiaques.

Il laisse en nous le souvenir d’un homme consacré au service de Dieu et dévoué à l’Eglise. 

Daniel et son épouse Annie née Brinkert se sont engagés en 1958, peu de temps après leur mariage, dans une activité professionnelle d’enseignants et de missionnaires au collège protestant de Lomé au Togo. Malgré des moments difficiles, mouvements politiques violents, sérieux problèmes de santé, ce séjour leur a laissé des souvenirs impérissables, et c’est avec une joie sincère, - peut-être empreinte de nostalgie ? - que Daniel, occasionnellement, en a parlé.

De retour en France, en 1968, Daniel Husser, au fil des ans, a mis ses compétences au service de l’Église de Sion de Strasbourg, entre autres comme président du Comité directeur, prédicateur laïc et membre de la Commission de Vie spirituelle. Il a œuvré au sein du Comité directeur de l’UEEM, d’abord comme membre, puis comme secrétaire et enfin en tant que président. Son charisme est perçu au-delà des frontières : Daniel Husser a été intégré aux instances responsables de l’Église méthodiste Suisse-France (Kirchenvorstand), au Comité exécutif de la Conférence centrale, et au Conseil européen des Églises Méthodistes. Membre de la Commission « Communication », il a été rédacteur du bulletin mensuel de l’UEEM, le Messager chrétien- ENroute. Président du Centre Méthodiste de Formation Théologique de 1989 à 2004, il s’est préoccupé de la formation des futurs pasteurs francophones et de la croissance de l’Église par la connaissance des Écritures et l’attachement au Seigneur. Daniel a été actif au sein de l’Entente des Églises libres de la CUS, de Connexio, du Centre de vacances Landersen dont il a organisé pendant 20 ans les rencontres de Pâques. 

Homme de paix, il s’est attaché à trouver des solutions à divers conflits, à la satisfaction des uns et des autres. Son talent d’orateur et sa foi ont fait de lui un prédicateur laïc apprécié et souvent sollicité par de nombreuses paroisses. 

A Strasbourg, Daniel, président de l’Entente évangélique durant 11 ans, s’est impliqué avec bonheur dans différentes campagnes d’évangélisation. Il savait convaincre avec sagesse et mobiliser conseillers, choristes etc…

Vers la fin des années 1990, il s’est investi avec ténacité dans un travail missionnaire et humanitaire au Cambodge, contribuant à l’éclosion d’une Église méthodiste cambodgienne. Il y est allé une quinzaine de fois dans le cadre de Connexio, pour enseigner, visiter et encourager les futurs pasteurs et les paroisses naissantes. Ses collaborateurs cambodgiens ont apprécié sa patience et sa disponibilité.

Durant 40 années, Daniel a fait partie des Gédéons, dont il parlait volontiers lors de certains cultes. Également membre et vice-président du Comité Protestant pour la Dignité Humaine (CPDH), il a été confronté aux problèmes éthiques et sociétaux agitant les esprits ces dernières années.

Pédagogue dans l’âme, Daniel a toujours aimé communiquer avec passion son savoir encyclopédique.

Durant une vingtaine d’années, secondé par son épouse et une équipe d’amis, il « a exploré » le pourtour méditerranéen « Sur les traces de l’apôtre Paul », en alliant avec bonheur le plaisir touristique de la découverte, aux moments spirituels d’édification…

Eclectique, il s’est également intéressé à l’Histoire de la Réforme à Strasbourg, du temps de Bucer, en réalisant une thèse de 3ème cycle concernant Kaspar Schwenckfeld. Pour autant, Daniel ne dédaignait pas l’Histoire contemporaine en tant que coauteur d’un ouvrage à visée œcuménique : « Les Catholiques et les Protestants se questionnent mutuellement ».

Daniel Husser a toujours accepté de présenter le Méthodisme lors de conférences ou de rencontres œcuméniques. Ses interventions bien documentées en firent un orateur apprécié. 

A ses côtés, sa fidèle épouse Annie, son aide indéfectible, accueillait et veillait au bien-être des nombreux hôtes et amis de passage, sans négliger la famille proche : deux fils, Philippe et Michel et leurs épouses, leurs 5 petits-enfants et leurs deux arrière-petits-enfants.

Gardons de Daniel Husser le souvenir reconnaissant d’un ami fidèlement engagé, d’un « berger et veilleur pour son Église », Église qu’il portait dans la prière avec tous ceux qui l’entouraient.

Que résonne en nos cœurs son ultime témoignage : « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi » (2Ti 4.7).


EEMNI

AG de l’Union de l’Église évangélique méthodiste de France 2016, les 19 et 20 mars à Codognan


thumb P1070358 1024


JP Waechter

Samedi le 19 mars au matin, rendez-vous était donné à la Salle des fêtes de Codognan aux délégués pasteurs et laïcs des communautés locales membres de l’UEEMF pour son Assemblée générale annuelle.

Collaborateurs au service du Maître

thumb P1070407 1024

Après l’accueil des délégués par le président Marc Berger, le pasteur-stagiaire et aumônier militaire Julien Teissonnière (Anduze) partage une courte méditation sur la base du texte de 1Co 3.5-9 : Paul a planté, Apollos a arrosé, mais c’est Dieu qui fait croître. Selon ses dires, nous sommes tous, qui que nous soyons, ouvriers avec Dieu dans le champ de Dieu, de simples serviteurs, appelés à nous compléter dans nos différences : à chaque ouvrier, le Maître confie un travail particulier et le qualifie à cet effet. Chacun contribue alors discrètement, fidèlement à l’avancement du Royaume de Dieu. L’un plante et l’autre arrose. Paul et Apollos servent l’un et l’autre le Seigneur et son projet divin. « Tout par un maître, tout pour un maître » (Godet) : « Celui qui fait croître est unique, Dieu source de la vie dans tous les ordres existants ». Il est le seul qui prime, et nous, nous n’avons pas à nous mettre en avant. Nous nous en rappellerons quand, à notre tour, nous tâcherons d’être de fidèles et bons serviteurs sur le terrain où il nous place…

Le président au rapport

thumb P1070361 1024

L’Église est une communauté d’hommes et de femmes qui s’engagent à la suite de Jésus-Christ, note d'emblée le président Marc Berger. Il rend hommage aux disparus de l’année qui ont fidèlement servi l’Église leur vie durant, que ce soit Nicole Schmidt, Sœur Louise Muller ou Frédéric Aeschlimann. Il salue ensuite le pasteur Daniel Nussbaumer accompagné de son épouse Jane-Marie en partance pour la retraite après 41 ans de loyaux services.

En même temps que Christophe Waechter, Daniel Nussbaumer quitte aussi le Comité directeur.

Plus douloureux a été la nécessité de mettre fin au ministère du pasteur de Mont-de-Marsan. Depuis Agen, Jean-Ruben Otge supplée à l’absence d’un pasteur sur place.

Le CD a arrêté la collaboration et le soutien du projet de Bertrand de Maleprade à Agde. Enfin, un étudiant a arrêté ses études de théologie et retiré sa candidature pour le ministère pastoral.

Le groupe ReAJ (Responsables Animation Jeunesse) s’est retrouvé du 28 au 30 août 2015 à Chamaloc pour un WE de formation des responsables de GdJ à la grande joie des participants et reconduit la rencontre en 2016. L’initiative est jugée très encourageante par le président.

Bertrand Mathys participe à l’organisation de BTF « Bouge ta France », projet initié par le CNEF à l’horizon 2017.

Le président évoque les délégués actuels de l’Union au CNEF, à savoir Jean-Marc Bittner, Bertrand Mathys ainsi qu’Étienne Rudolph. Et c’est Marc Berger qui représentera l’Union au sein de la coordination évangélique (en remplacement de JP Waechter) comme au sein de l’AG de la FPF. Marc Berger évoque brièvement le travail de réflexion en cours au sein de la FPF sur la nature du lien fédératif aux lendemains de la prise de décision de l’EPUdF (bénédiction de mariages de personnes de même sexe).

ENroute est un sujet récurrent au sein du CD. Sa raison d’être n’est pas mise en cause, le journal répondant au besoin de tisser des liens entre églises. Si l’équilibre financier est atteint à ce jour, il n’en demeure pas moins que le nombre d’abonnés diminue. Le président juge opportun de réfléchir à la forme que la communication doit prendre au sein de l’Église en ce temps de changements rapides, surtout après le départ à la retraite de son rédacteur JP Waechter.

En 2015, la Commission Bâtiments s’est restructurée ; en l’espace d’une année, elle a fourni un énorme travail ; elle s’est déplacée dans plusieurs églises et leur a fourni du conseil entre autres sur l’accessibilité des locaux aux personnes à mobilité réduite (A.D.A.P.).

Le président lance pour finir un appel aux diverses compétences présentes dans l’Union : nombreuses sont en effet les personnes talentueuses susceptibles de contribuer au travail d’une commission (immobilier, communication). Qui accepte de relever le défi ?

Sur le plan financier, il note un excédent financier pour l’exercice 2015, vu l’économie faite d’un poste pastoral complet. « Nous prions et travaillons pour que la situation ne dure pas », déclare-t-il.

Le point avec le surintendant

L’Union et le CD sont proches des églises locales comme des personnes qui se sont vues confier des responsabilités, affirme d’emblée le surintendant Étienne Rudolph qui ne cache pas que 2015 a été une année de turbulences et de crises sérieuses dans l’Union entraînant la révision des affectations pastorales planifiées pour 2016. Voici les changements prévus cet été : Daniel Nussbaumer partant à la retraite, Byeong Koan Lee prend le relais à Mulhouse. Pour Mont de Marsan, c’est Pascal Maurin qui a accepté de servir l’église. Alain Puglia, prédicateur laïque, lui succèdera à Codognan. Antoine da Silva s’installera à Strasbourg et Sébastien Schopperlé à Bischwiller. Quant à Daniel Morata, il s’est vu proposer le poste de Fleurance. Jean-Marc Bittner rejoint l’église de Montélimar et Joël Déjardin accepte de servir l’église de Metz. Quant à l’église de Munster, elle n’aura pas de pasteur résident, mais bénéficiera de l’accompagnement du pasteur Daniel Osswald depuis Colmar. La desserte d’Anduze sera assurée par Julien Teissonnière, qui sera par ailleurs aumônier des Armées, tout en suivant des études à l’IBN de Genève.

Les communautés de Valleraugue et de Caveirac traversent diverses difficultés.

Le surintendant termine son intervention par une évidence criante : « nous manquons de pasteurs… ». Il reprend à son compte la proposition que le pasteur Daniel Kéo avait faite par le passé, à savoir que chaque église locale prie pour qu’une personne de chaque église locale se lève et s’engage dans le ministère pastoral : « nous entrons dans une période de vaches maigres, peut-être devons-nous retrouver les sources du méthodisme avec des pasteurs itinérants ? » Peut-être faut-il chercher et trouver de nouvelles pistes pour concevoir l’Église en mouvement ?

En tant que surintendant, Étienne Rudolph reçoit régulièrement des candidatures, plus ou moins intéressantes. Il demande prière et sagesse dans l’évaluation de ces candidatures.

Le surintendant rappelle enfin le rendez-vous annuel incontournable, la CA. Cette année, la Conférence annuelle aura lieu en Suisse du 16 au 19 juin près de Münsingen – Interlaken. Tous sont invités à s’y rendre en particulier le dimanche pour le culte solennel d’ordination le matin et la représentation de l’histoire de Guillaume Tell l’après-midi. À l’ordre du jour de la CA, la poursuite de la réflexion sur notre façon de communiquer l’Évangile : « comment parlons-nous du salut aujourd’hui ? »

Les modalités d’une communication réussie

avec Grégoire Chahinian

Dans la ligne de la prochaine CA, le pasteur Grégoire Chahinian invite les délégués à réfléchir sur leur communication de l’Évangile sur la base de l’Écriture Sainte (1Co 9.15-23). Loin de tout patois de Canaan, notre communication se fondera sur notre identification à l’autre : vivons notre « co-humanité » avec nos interlocuteurs et faisons-nous tout à tous pour en gagner quelques-uns si possible. Et de préférence avec douceur et patience…

En petits groupes, l’assemblée des délégués discutera du sujet avec attention et passion. Cette discussion sera rapportée en plénière en ces termes…

thumb P1070379 1024


Partage des différents groupes

- Apprendre à aimer, écouter, connaître et pour cela créer des événements conviviaux réguliers et prier pour toutes les personnes qui viennent à ces rencontres,

- Être présent, attentif, être à l’écoute, accompagnement dans l’amour, dans l’humanité et dans le cheminement, c’est Christ qui se manifeste, être dans la prière,

- Se savoir aimé par Dieu pour savoir que l’autre est aussi aimé par Dieu tel qu’il est,

- Aller vers l’autre, c’est rejoindre l’autre, l’accueillir, l’écouter,

- Mener une qualité de vie qui nous mène vers l’autre, sans diluer le message, sans se substituer au Saint-Esprit, saisir les occasions ou les provoquer quand ceux qui nous entourent savent que vous êtes chrétiens,

- La joie d’être un pécheur grâcié, savoir que l’autre est aussi pécheur mais pas condamné,

- Interpellation individuelle : comment être porteur de l’évangile, comment se faire tout à tous, comment rentrer dans la « carte du monde » de notre interlocuteur alors que nous consacrons notre temps et notre énergie à des « activités internes » et que pour la plupart d’entre nous, nous avons été « éduqués » dans l’idée que nous ne sommes pas de ce monde (Jn 17.15)

- Interpellation communautaire : rechercher, discerner, se mettre d’accord sur une vision, (ou deux ou trois) pour annoncer l’Évangile à nos contemporains, s’engager en tant que communauté

- Être sauvé, comment le vivre ? Toute attitude construite de notre part est porteuse du message.

ENroute

Le président ouvre le débat sur le devenir du journal ENroute. Convaincu de la nécessité pour l’Union de garder un lien entre les communautés locales qui la composent, il esquisse trois pistes possibles :

- Le journal est envoyé à tous les membres de l’Église, décision déjà prise en ce qui concerne le journal K+W au sein de l’EEM Suisse. Cette piste a l’avantage de toucher tous les membres, mais elle présente un inconvénient, son coût, et l’obligation d’en intégrer le coût au budget de l’UEEMF, soit un coût de 18 € par année, soit 700 exemplaires (un exemplaire par famille).

- Maintenir un journal ENroute papier et progressivement offrir ENroute en ligne. La diminution du nombre d’abonnements n’est pas étrangère à sa diffusion en ligne.

- Plus radical encore, on abandonne le papier, ce qui élimine le coût du papier et de l’envoi et on passe à la diffusion intégrale sur le net.

Interpellée par le président, l’assemblée ne retiendra vraiment aucune des pistes proposées. Mais le débat fera ressortir le désir du plus grand nombre de continuer la double diffusion (papier et net). Sur la base de cette consultation, le CD gérera la suite.

Culte solennel

thumb P1070387 1024


Après une nuit de repos, délégués et membres des églises méthodistes du secteur se retrouvent dans une même salle des fêtes de Codognan pour célébrer le culte. D’emblée, le pasteur Pascal Maurin accueille le Maire lequel salue l’assemblée par des paroles fort chaleureuses. Le groupe musical formé pour l’occasion entraîne l’assemblée dans la louange. En ce jour des Rameaux (Mt 21), le surintendant Étienne Rudolph la fera réfléchir sur la portée de la venue de Jésus-Christ. Adulé un jour, décrié l’autre jour, Jésus demeure toujours et encore signe de contradiction dans le monde, mais aussi chez ses disciples de toujours. « Inconstances, contradictions, paradoxes, ce n’est pas nouveau et nous le savons bien. Parfois, nous pouvons même en arriver à avoir le sentiment de marcher à côté de nous-mêmes, de vivre dans un personnage que les circonstances et nous-mêmes avons fabriqué pour tenter d’apprivoiser ces contradictions … ». Et de souligner la Bonne Nouvelle que, jusque dans nos contradictions, Dieu se rend présent en Jésus contre toute attente, et qu’en Lui nous pouvons trouver le chemin de la guérison et de la réconciliation, hors de nos contradictions.

Le Président clôt le culte par une parole de bénédiction avant le départ des délégués dans leurs églises respectives.

Retrouvez l’AG 2016 dans le détail sur le site de l’UEEMF

eemni

L’Église méthodiste unie du Sénégal s’initie à "LA FOI PAS À PAS"



IMG_2214

Du 12 au 14 avril 2016 une formation réunissant les pasteurs et les prédicateurs laïcs de l’église méthodiste unie du Sénégal s’est déroulée à Dakar au Sénégal.

Elle visait à permettre l’utilisation et la pratique du matériel de la « Foi – pas à pas ». C’est avec reconnaissance et plein d’enthousiasme que les différents responsables de cette jeune église au Sénégal ont travaillé durant trois jours pour se former sous la conduite de Daniel Nussbaumer, pasteur à Mulhouse, France.

Avec cet événement c’est aussi un parcours spécifique qui arrive à son terme. La « Foi – pas à pas » en français a vu le jour il y a 17 ans. Une équipe francophone inter-église s’était constituée pour traduire ce matériel en français, créer et enregistrer des vidéos avec des pasteurs et professeurs des églises méthodistes, mennonites et de l’église protestante unie de Belgique.

Comme le Sénégal est aussi un pays à majorité musulmane, Connexio, l’organe missionnaire de notre conférence annuelle Suisse-France-Afrique du Nord, désire promouvoir des échanges d’expériences avec nos églises sœurs en Algérie et en Tunisie. Connexio s’engage en Afrique et particulièrement dans les églises en pays francophones. 

L’Église méthodiste unie du Sénégal est une mission, actuellement en lien avec l’église en Côte d’Ivoire, une toute jeune église dont les premières communautés ont été créées en 1999. A ce jour elle compte mille membres avec 21 églises et 9 pasteurs ordonnés et 36 prédicateurs laïques.

Daniel Nussbaumer

eemni

Conférence annuelle 2016 : la grâce multiforme de Dieu


La Conférence annuelle 2016 axera ses travaux sur le thème de la communication de l’Évangile : « le salut comment le dire ? » Pour faire court, il y va de la foi, ou pour dire autrement : « le salut, allons à l’essentiel ! »

01


Samedi, le 18/06/2016, le Schlossgut de Münsingen sera particulièrement animé. Urs Rickenbacher introduit la journée par un moment de « chant libéré » avec quelque 400 personnes attendues pour la journée de formation et de rencontre. La journée continue avec des présentations passionnantes, des réunions, des conférences et du théâtre.

Dr. Michael Nausner, professeur au Séminaire Théologique de Reutlingen, invite à «émettre un nouveau son » quand il parle de «l’éclat multiforme de la grâce ». Parmi les autres invités et interlocuteurs figurent le Dr. Ralph Kunz de l'Université de Zurich et Heidi Schnegg, responsable du secteur «55 ans et après?» de l’EEM, pour parler du thème suivant : « Grandir comme un arbre – Un processus de maturation qui se poursuit tout au long de la vie ».

Et découvrez par vous-même le rapport qui peut exister entre le Taekwondo, les arts martiaux asiatiques et le sujet du «salut», lorsque le pasteur Stefan Pfister vous interpellera.

Pour finir la journée, cinq comédiens illustreront les histoires de la journée sous forme d’improvisations. 

EEMNI

Une journée dédiée à la mémoire d’ "un saint américain », l’évêque méthodiste Francis Asbury



Des centaines de personnes ont assisté à une journée spéciale au Musée Vivant (Black County Living Museum), Dudley, le samedi 9 avril pour célébrer le 200e anniversaire de la mort d'un homme local qui a contribué à façonner l'Amérique moderne, l'évêque Francis Asbury.


Des chœurs costumés, des services spéciaux et des discussions ont eu lieu tout au long de la journée au sein du musée, en présence de centaines de méthodistes de partout du Royaume-Uni, en plus de visiteurs réguliers du musée.

Etaient également présents des invités spéciaux de l'Église méthodiste unie en Amérique, où Asbury est vénéré comme l'un de ceux qui ont aidé à définir la nation.

Humble tourneur-fraiseur du Pays Noir devenu pasteur méthodiste itinérant, Asbury répondra à une demande formulée aux prédicateurs par John Wesley, l'un des fondateurs de l'Église méthodiste, de partir servir en Amérique.

La passion et la détermination de Asbury signifiaient que le méthodisme avait survécu à la guerre d'Indépendance américaine et était devenu une partie des valeurs fondatrices du jeune pays.

L’Église qui comptait à l’origine moins de 1200 membres, est passée à plus de 210.000 membres grâce aux efforts de Asbury.

Diverses célébrations ont eu lieu en l'honneur de Asbury au Black Country Museum, dont :

  • des cultes spéciaux célébrés dans l'ancienne chapelle du Musée, -Methodist New Connexion Providence -, par le révérend Steve Wild, Président de la Conférence méthodiste et le Dr Jill Barber, vice-présidente.
  • Un chœur Flash-mob d'environ 30 chanteurs de deux chorales locales, tous vêtus de costumes d’époque et chantant des hymnes entraînants.
  • des tables rondes avec un pasteur méthodiste, le révérend Ward Jones, membre du Comité du patrimoine méthodiste, et des représentants de l'Eglise méthodiste unie aux Etats-Unis - l’évêque Mary Ann Swenson; Fred Day Revd, Secrétaire Général de la Commission générale UMC en charge des archives et de l'histoire, et M. John Strawbridge, vice-président et président du développement de l'United Methodist Historical Society.
  • Exposition de portraits et de souvenirs personnels de Asbury en provenance de sites du patrimoine méthodiste au Royaume-Uni et aux USA.
  • des bus du patrimoine, qui ont emmené les visiteurs du musée à proximité Newton, Great Barr, et au petit chalet du XVIIIe siècle où Asbury a passé son enfance.

Le pasteur Fred Day a commenté: « Cela a été une journée merveilleuse et excitante pour nous. Asbury n’est pas aussi bien connu qu’il devrait l’être, étant donné son importance dans l’histoire des États-Unis. Il a voyagé quelques 270.000 miles à cheval, parlé aux gens de la foi, et a même été un ami de George Washington. "

Jo Hibbard, directeur de l’Engagement au sein de l'Eglise méthodiste de Grande-Bretagne, a ajouté: «La journée a été un grand mélange de plaisir et d'histoire, avec pour beaucoup d'entre nous la découverte d’un homme du Pays Noir parti influencer ce qui allait devenir, l'une des plus puissantes nations de la terre ».

Traduction eemni

13 avril 2016

Église méthodiste de Grande Bretagne

Des dirigeants méthodistes reçus le 7 avril par le Pape François - Inauguration du Bureau oecuménique méthodiste de Rome



Ouverture du Bureau oecuménique méthodiste à Rome

Au cours de la matinée du jeudi 7 avril, le Pape François a reçu en audience privée le Secrétaire de la Conférence méthodiste, le pasteur Gareth J Powell, ainsi que d’autres dirigeants du Conseil méthodiste mondial, du Conseil méthodiste européen et de l'Église méthodiste en Grande-Bretagne.

L'audience a été suivie d'une réunion avec les membres du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens (CPPUC).

Ces dirigeants méthodistes ont aussi fait le voyage de Rome pour inaugurer un nouveau centre œcuménique à Rome, le Bureau oecuménique méthodiste, une initiative saluée par le Pape François. «C’est le signe, a-t-il dit, de l’intensification de nos relations et de notre désir commun de surmonter les obstacles qui nous empêchent de parvenir à la pleine communion». Il souhaite que ce Bureau devienne un lieu de rencontre ainsi que « le lieu où faire connaître, célébrer et avancer les progrès accomplis à travers notre dialogue théologique ».

Il encourage les rencontres régulières entre paroisses catholiques et méthodistes et gagnent en estime réciproque : « Puisse le Seigneur bénir le travail de ce bureau et en faire un lieu où catholiques et méthodistes peuvent se rencontrer et progresser dans l’appréciation de la foi les uns des autres ».

Ils ont beaucoup à apprendre les uns des autres en servant ensemble le monde avec amour : «Catholiques et méthodistes ont beaucoup à apprendre les uns des autres sur le sens de la sainteté et la manière de la vivre. Même là où les divergences persistent, les deux communautés peuvent et doivent devenir un facteur de réflexion et de dialogue. Par leur service humble et courageux, elles peuvent atteindre le cœur et la vie de tant de personnes qui attendent Jésus souvent sans le savoir.»


Le pasteur Robert Gribben est pasteur de l'Eglise unie d'Australie et président au sein du Conseil méthodiste mondial du comité en charge des relations œcuméniques. A ce moment important de la vie de la communauté mondiale, il a partagé quelques réflexions sur l'importance de travailler à l'unité des chrétiens et de l'importance - pour les méthodistes - de cette année jubilaire de la miséricorde.

Gribben se dit convaincu que les théologiens ont fait « un excellent travail en ouvrant la voie pour que nous marchions ensemble …. »

Un des obstacles, dit-il, est «l'immobilisme des gens » - ou « peut-être leur incapacité à croire que ces bonnes choses se sont réellement passées … »

Faire évoluer les structures de l'église locale est un énorme défi, note-t-il, en particulier dans un monde où la foi chrétienne est attaquée, nous avons tendance à être sur la défensive et à nous accrocher à ce que nous connaissons …

Gribben dit que le terme de «miséricorde» figure en bonne place dans les hymnes de Charles Wesley .... excepté le terme d’ «amour», dit-il, «il ne pouvait guère être de mot plus important dans toute la doctrine et pratique chrétiennes ».


Catholiques et méthodistes: 50 ans de dialogue fructueux

Au sein d’une commission théologique conjointe, catholiques et méthodistes mènent un dialogue constant depuis 50 ans, dans un climat respectueux et fraternel.

Après les catholiques et les luthériens, le Conseil méthodiste mondial (CMM) a apposé en 2006 sa signature à la DÉCLARATION COMMUNE SUR LA DOCTRINE DE LA JUSTIFICATION, moment historique. Un autre document conjoint est actuellement en préparation sur l’appel à la sainteté est en préparation et devrait être publié d’ici la fin de l’année.


Catholiques et méthodistes: ensemble en marche au service du monde

Au cours de cette audience historique, le Pape François admettait que  « si nous ne pouvons pas encore penser de la même façon en toutes choses, nous pouvons au moins aimer pareillement ». 

Ces paroles ont été écrites à l’origine par John Wesley, l'un des fondateurs du mouvement méthodiste, dans sa «Lettre à un catholique romain» au milieu du 18ème siècle. Wesley a également souligné que catholiques et méthodistes étaient appelés « à s’entraider en tout ce qui ... conduit au Royaume ».

Au cours de cette audience, le pape François reconnaissait que « beaucoup restait à faire en ce qui concerne les ministères ordonnés et les questions éthiques. Toutefois aucune de ces différences ne constitue un obstacle qui puisse nous empêcher d’aimer de la même façon et d’offrir un témoignage commun face au monde». «Un monde aujourd’hui blessé par de nombreux maux», reconnaissait le Pape. «En servant ensemble concrètement ceux qui sont dans le besoin, catholiques et méthodistes peuvent, selon lui, faire grandir leur communion. Nous croyons que Jésus est le Seigneur et que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, a-t-il souligné, cette foi baptismale nous rend réellement frères et sœurs».


Une allocution à l’adresse de l’Évêque de Rome*

Lors de l’audience, le pasteur Gareth Powell a fait la présentation suivante au pape François:

Votre Sainteté,

Nous vous apportons les salutations du peuple méthodiste.

Il nous est particulièrement agréable de vous saluer en l'année même où la communauté méthodiste anglophone, ici à Rome, célèbre 60 ans de culte et ministère à l’Église Ponte Sant' Angelo.

Le travail de cette église locale, et l'engagement œcuménique de ses ministres, a conduit à d'importants échanges de connaissances et de sagesse, alors qu’ensemble nous cherchons à proclamer l'amour de Dieu.

Le dialogue entre méthodistes et catholiques continue à enrichir notre compréhension de l'autre comme aussi de nous-mêmes.

Que le dialogue formel ait lieu à un niveau international est essentiel à notre compréhension de l'étendue de la création de Dieu. Que les églises dans cette ville et dans toute une variété de communautés locales trouvent à exprimer notre foi commune en Christ est essentiel à notre fidèle recherche d’une unité profonde.

Nous vous sommes reconnaissants pour l'encouragement que vous nous donnez à viser ensemble à l’unité dans la fidélité au Christ et à la mission de l'Église.

La déclaration de Votre Sainteté d'une Année de la Miséricorde est une des déclarations les plus prisées par les méthodistes. La proclamation de la miséricorde d'un Dieu d'amour est au cœur de tout ce que John Wesley, notre fondateur, a défendu. Son frère Charles l’a exprimé dans un de ses hymnes;

Apprête le réceptacle de ta grâce, Embellis-moi des habits de louange, Et la miséricorde sera tout mon chant; la Miséricorde pour tous ceux qui ne connaissent pas Dieu, la Miséricorde pour tous dans le sang de Jésus, la Miséricorde, qui transcende la terre et le ciel ; L'amour qui comble les saints dans la lumière … [584, Methodist Hymn Book]

Nous sommes reconnaissants à Votre Sainteté de nous offrir une compréhension approfondie de la Miséricorde de Dieu. Votre appel à une compréhension renouvelée de la miséricorde de Dieu doit sûrement trouver son expression dans nos actions communes et dans la façon dont nous vivrons notre mission et façonnerons nos communautés ecclésiales.

Dans ce don d'une copie des Hymnes sur la Cène du Seigneur par John et Charles Wesley, vous retrouverez un peu l’accent du méthodisme sur la profondeur des desseins d'amour de Dieu.

Nous prions pour qu’ensemble, nous puissions trouver un sens plus profond de notre vocation commune. Puissions-nous avoir, grâce à notre participation à la célébration de la victoire de l'amour sur la mort, un sens plus dynamique et urgent de notre mission. Dans ces hymnes et dans tout ce que nous faisons en tant que disciples du Christ ressuscité, puissions-nous élever nos voix dans la proclamation de notre Évangile commun et l'offre de la miséricorde.

Les événements de jeudi ont suivi l’inauguration du nouveau Bureau œcuménique méthodiste de Rome (MEOR) tenue à Ponte Sant'Angelo.

L'initiative MEOR vise à promouvoir une meilleure compréhension de la communion dans le monde entier grâce à des programmes éducatifs et à l'accueil qu'elle peut offrir vu son emplacement juste en face du Tibre et de la basilique Saint-Pierre.

Le pasteur Dr Tim Macquiban, directeur de MEOR, a déclaré: « Nous demandons à tous de porter dans vos prières le travail œcuménique du bureau à cette étape importante de son développement.

«Cette initiative donne aux méthodistes du monde entier la possibilité de contribuer à un dialogue œcuménique continu et de promouvoir l’entente oecuménique à travers des programmes éducatifs de choix »


Méthodistes: «Quand nous lisons les Écritures dans un climat de prière…»**

A une délégation du Conseil méthodiste mondial

Discours du Pape François 

Chers frères et sœurs,

Je vous adresse mes salutations chaleureuses en ce temps pascal, alors que nous célébrons la résurrection de notre Seigneur qui illumine le monde entier. Je tiens en particulier à remercier Mgr Oliveira et le Révérend Powell pour leurs aimables paroles. Nous sommes unis dans la foi en Jésus qui est Seigneur et en Dieu qui l’a relevé d’entre les morts. Cette foi baptismale fait véritablement de nous des frères et sœurs. Je salue aussi les corps que vous représentez : le Conseil méthodiste mondial, le Conseil méthodiste d’Europe et l’Église méthodiste en [Grande-] Bretagne.

J’ai été heureux d’apprendre l’ouverture du Bureau œcuménique méthodiste à Rome. C’est un signe de notre proximité croissante et, en particulier, de notre désir commun de dépasser tout ce qui se dresse sur notre chemin vers la pleine communion. Puisse le Seigneur bénir le travail de ce bureau et en faire un lieu où catholiques et méthodistes peuvent se rencontrer et progresser dans l’appréciation de la foi les uns des autres, qu’il s’agisse de groupes de pèlerins, de personnes en formation en vue du ministère ou de celles qui guident leur communauté. Puisse ce bureau être aussi le lieu où faire connaître, célébrer et avancer les progrès accomplis à travers notre dialogue théologique.

Presque cinquante ans ont passés depuis que notre commission conjointe a commencé son travail. Bien que des différences demeurent, notre dialogue est basé sur le respect et la fraternité, il enrichit nos deux communautés. Le document en préparation actuellement, qui devrait être publié plus tard dans l’année, en témoigne clairement. Fondé sur l’acceptation méthodiste de la Déclaration conjointe sur la doctrine de la justification, il a pour thème : « L’appel à la sainteté ». Catholiques et méthodistes ont beaucoup à apprendre les uns des autres sur la façon dont nous comprenons la sainteté et dont elle peut être vécue. Nous devons les uns et les autres faire tout notre possible pour garantir que les membres de nos congrégations respectives se rencontrent régulièrement, apprennent à se connaître et s’encouragent mutuellement à chercher le Seigneur et sa grâce. Quand nous lisons les Écritures, seuls ou en groupe, mais toujours dans un climat de prière, nous nous ouvrons à l’amour du Père donné en son Fils et dans le Saint-Esprit. Même là où demeurent des différences entre nos communautés, elles peuvent et doivent devenir un élan pour la réflexion et le dialogue.

John Wesley, dans sa Lettre à un catholique romain, a écrit que les catholiques et les méthodistes sont appelés à « s’aider mutuellement en tout ce qui (…) conduit au Royaume ». Puisse la nouvelle déclaration commune encourager méthodistes et catholiques à s’aider réciproquement dans la vie de prière et d’engagement. Dans la même lettre, Wesley écrivait aussi : « Si nous ne pouvons pas encore penser de la même façon en toutes choses, nous pouvons au moins aimer pareillement. » Il est vrai que nous ne pouvons pas encore penser de la même façon en tout et que, sur des questions concernant le ministère ordonné et l’éthique, il reste encore beaucoup à faire. Cependant, aucune de ces différences ne constitue un obstacle pour nous empêcher d’aimer de la même façon et d’offrir un témoignage commun au monde. Nos vies de sainteté doivent toujours inclure un service d’amour pour le monde ; catholiques et méthodistes ensemble sont tenus de travailler de différentes manières afin de rendre un témoignage concret à l’amour du Christ. Quand nous servons les personnes démunies, notre communion grandit.

Dans le monde d’aujourd’hui, frappé par tant de mal, il est plus que jamais vital que, comme chrétiens, nous offrions un témoignage commun inspiré par la lumière de Pâques, devenant un signe de l’amour de Dieu qui est victorieux dans la résurrection de Jésus. Puisse cet amour, y compris à travers notre service humble et courageux, atteindre les cœurs et les vies de tous nos frères et sœurs qui cherchent un tel amour, parfois sans le savoir. « Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ » (1 Co 15,57).

* Texte communiqué par l’Église méthodiste de Grande Bretagne et traduit par eemni

** Traduction de Zenit, Constance Roques

eemni / Radio Vatican / zenit / Église méthodiste de Grande Bretagne

En visite au COE, le ministre grec des Affaires étrangères fait part de sa préoccupation pour les réfugiés


Le pasteur Olav Fykse Tveit et le ministre adjoint des Affaires étrangères de Grèce, M. Ioannis Amanatidis.

M. Ioannis Amanatidis, ministre adjoint des Affaires étrangères de Grèce a rencontré le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises, le 8 avril 2016. M. Amanatidis a transmis au COE les chaleureux remerciements du gouvernement grec pour sa coopération et sa solidarité avec la Grèce et a demandé que se poursuive son soutien aux efforts déployés par la Grèce face à la crise sans précédent de réfugiés.

C’était la seconde fois que M. Amanatidis venait au Centre œcuménique cette année. Il était déjà venu en mars suite à la conférence de haut niveau entre le COE et l’ONU consacrée à la crise des réfugiés en Europe, qui a eu lieu les 18 et 19 janvier au Centre œcuménique.

Le pasteur Tveit et M. Amanatidis sont convenus de dire que la situation des réfugiés est quelque chose qu’il convient de traiter avec le plus grand sérieux.

«Nous avons besoin les uns des autres dans l’Europe d’aujourd’hui, a déclaré le pasteur Tveit. Il nous faut œuvrer à l’adoption d’une solution pacifique au conflit au Moyen-Orient et sauvegarder les minorités religieuses. Nous percevons aussi la claire nécessité d’élaborer des plans communs et d’œuvrer à développer et renforcer le dialogue inter-religieux.»

Les gens s’enfuient sans nourriture, sans eau et sans logis, a-t-il ajouté. «Ce sont des gens qui ont fui pour sauver leur vie.»

Les Églises constituent une source de force, a-t-il encore déclaré. «Nous avons l’occasion de nous attaquer ensemble à cette situation et de contribuer à une solidarité qui transcende les frontières, pour construire des ponts entre différents groupes et sauvegarder les personnes vulnérables de la société.»

En mars 2016, Hiéronyme II, archevêque d’Athènes et de toute la Grèce, a écrit une lettre au COE lui demandant instamment de l’aide afin que les Grecs ne soient pas laissés seuls face à la crise massive de réfugiés à laquelle l’Europe est confrontée.

Mgr Hiéronyme a demandé instamment aux Églises internationales et à la communauté globale de pousser l’Union européenne à revenir sur sa décision de limiter le nombre de réfugiés qu’elle accepte.

Le COE collabore avec des partenaires œcuméniques et des Nations Unies sur la situation des réfugiés en Europe et au Moyen-Orient. Une équipe de médias du COE se rendra en Grèce du 12 au 18 avril.

Liens à suivre:

Une conférence du COE et de l’ONU appelle à une action coordonnée face à la crise des réfugiés(communiqué de presse du COE du 20 janvier 2016)

M. Amanatidis, ministre adjoint des affaires étrangères de Grèce, rencontre le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (communiqué de presse du Ministère hellénique des Affaires étrangères, 9 avril, en anglais)

M. Amanatidis, ministre adjoint des Affaires étrangères de Grèce, en visite au Centre œcuménique (communiqué de presse du COE du 3 mars 2016, en anglais)

L’archevêque de Grèce appelle l’UE à assumer ses responsabilités envers les réfugiés(communiqué de presse du COE du 31 mars)

Campagnes pour intensifier la réinstallation de réfugiés en Europe (communiqué conjoint de la Commission des Églises auprès des migrants en Europe (CEME), la Conférence des Églises européennes (KEK) et le Conseil œcuménique des Églises, 23 mars 2016)

12 avril 2016

COE


Agenda du COE

 

Europe: Quelle identité? Quelles valeurs?

21 avril 2016

Genève, Suisse

Sans tomber dans le piège d’une mémoire idéologiquement refermée sur elle-même, le Conseil œcuménique des Eglises et le Mouvement des Focolari nous invitent de nous demander ce qui a contribué à forger la notion d’une «identité européenne» (constituée ou comme processus), en quels termes celle-ci peut se définir et ce qui a suscité l’idéal d’une unité européenne (susceptible de se manifester ensuite dans des formes politiques).


Réunion du Comité central

22 - 28 juin 2016

Trondheim, Norvège

Un nouveau Comité central a été élu par la 10e Assemblée du COE. Il constitue l'organe législatif suprême du COE jusqu'à la prochaine Assemblée. Il est responsable de l'exécution de la politique adoptée par l'Assemblée, passe en revue et supervise les programmes du COE et adopte le budget de celui-ci.


Pré-conférence interreligieuse à AIDS 2016

16 - 17 juillet 2016

Durban, Afrique du Sud

Tous les deux ans, la Conférence internationale sur le sida réunit plus de 20'000 chercheurs, responsables politiques, militants et personnes atteintes du VIH, entre autres, qui partagent les dernières avancées, tentent d’identifier les obstacles à l’éradication de la pandémie, et de s’y attaquer.


Semaine mondiale pour la paix en Palestine Israël

18 - 24 septembre 2016

Pendant toute la semaine de sensibilisation et d'action en faveur d'une paix équitable en Palestine et en Israël, les Eglises membres du COE et les organisations qui leur sont liées témoigneront ensemble pour la paix.


Lancement du parcours de la Réforme 2017 en Europe

03 - 04 novembre 2016

Genève, Suisse

L’année 2017 marque le cinq-centième anniversaire de la Réforme. Une chaîne de commémorations reliera des villes des Pays-Bas, d’Italie, de Hongrie, de Suisse, de Slovénie, d’Irlande et d’Allemagne. Chaque étape durera 36 heures: des partenaires régionaux et œcuméniques inviteront les gens à des temps festifs comportant de multiples activités afin de découvrir des traces locales de l’histoire de la Réforme.

COE