2016

Conférence annuelle 2016 de l’Église évangélique méthodiste: culte chez Guillaume Tell

5e7a55c245


Comme beaucoup de nations ou de peuples, la Suisse a aussi son mémorial fondateur, un récit qui nourrit le sentiment national de liberté et montre un tant soit peu peu de quoi est faite la conscience nationale de la Suisse en tant que nation. En Suisse, c’est l'histoire de Guillaume Tell et le serment du Grütli, - dont on dit qu'il aurait fondé la libération du pays de (la tyrannie de) dirigeants étrangers -, qui servent de récit fondateur.

La légende entourant Guillaume Tell, qui est devenu tyrannicide après une brutale provocation du dirigeant de l’époque et l'histoire relative au serment du Grütli, où trois cantons unissent leurs forces pour se révolter contre les oppresseurs des Habsbourg, sont - à côté d'une histoire d'amour - à la base de la pièce de Friedrich Schiller.


Le spectacle a été créé en 1804 plusieurs années après la formation de l’État moderne. Remarque: en 1789, l'Assemblée nationale française a proclamé la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Ce fut un acte révolutionnaire, non seulement en France à cette époque, mais aussi pour toute l'Europe. Et si Schiller dans sa pièce, Guillaume Tell, ne fait pas directement référence à la Révolution française, son texte est pourtant conçu comme révolutionnaire: Un thème majeur de ce drame est la tension entre la liberté individuelle et la solidarité humaine et le droit de résister à la violence injuste de l'État. C’était révolutionnaire non seulement dans la transition du 17ème au 18ème siècle - cela le reste encore aujourd'hui.

Si je devais résumer la pièce « Guillaume Tell », je dirai que les hommes, les nations, les groupes dans ce monde souffrent souvent de l'oppression, que les droits humains sont bafoués, et que le salut n’est pas seulement affaire individuelle, mais aussi affaire collective**.

La Conférence annuelle 2016 s’achèvera dimanche dans le Théâtre de verdure des Jeux de Tell à Interlaken. Des personnes engagées de l’EEM Interlaken sont déjà à l’oeuvre pour préparer le programme du dimanche. C’est une expérience inédite pour l’EEM que d’organiser une aussi grande manifestation dans un environnement naturel - mais sous une tribune couverte.

La journée du dimanche débute par un culte et un programme pour les enfants le 19/6/2016 à 10 heures. Après la pause déjeuner, l’EEM est invitée à assister à une représentation de la pièce "Guillaume Tell" de Friedrich Schiller. Le Comité directeur de l’EEM et les membres de l’EEM Interlaken se réjouissent d’accueillir beaucoup de monde.

Par ailleurs: même si le texte actuel ne fait mention que des hommes - les fortes personnalités dans cette saga sont des femmes.

  • ndlr littéralement « l’affaire du monde de Dieu » dans le sens du monde que Dieu a aimé au point de donner son Fils (Jn 3,16).

Traduction eemni

EEMNI

Rimlishof: formation par la Ligue à l’animation biblique


Voici une formation à l'animation biblique ou comment animer un temps d'étude biblique de façon innovante et dynamique.

C'est début mars au Rimlishof !


Contenu de la formation :

Samedi 5 mars :

Apports théoriques sur l’animation et pratiques par tous
Modules 1 : Animer un groupe, accompagner son évolution (gestion des conflits, cohésion, ouverture du groupe)

Module 2 : Le rôle de l’animateur
Soirée surprise !

Dimanche 6 mars

Les outils de l’animation biblique
Module 3 : Le rôle de l’animateur
Module 4 : Étapes de préparation d’une animation biblique.
Méthodes d’animation bibliques
Introduction aux différentes approches textuelles (corporelle, cérébrale, artistique …) et leur adéquation avec le public, la durée, le cadre.

Intervenante : Amélie Franco, animatrice biblique à la Ligue pour la Lecture de la Bible

Public : tous sans pré-requis


La ligue

La journée du SEL 2016 dans les églises locales

bandeau

 

« Fiers de nos partenaires ! » 

Le dimanche 20 mars 2016, le SEL propose aux Églises d’organiser un culte spécial de reconnaissance pour l’action de chrétiens du Sud qui luttent contre la pauvreté dans leur pays. Le SEL travaille en partenariat avec des structures chrétiennes locales composées d’hommes et de femmes ordinaires avec qui Dieu réalise des projets extraordinaires pour faire reculer la pauvreté.

En s’inscrivant sur le site www.journeedusel.selfrance.org, les Églises disposeront de ressources multimédias pour animer cet évènement.

  • Des témoignages vidéos de partenaires du SEL
  • Trois textes de réflexion biblique
    • Dieu fait de grandes choses avec des gens ordinaires
    • Dieu peut-il être fier de nous ?
    • Comment les chrétiens peuvent-ils contribuer au bien de la société ?
  • Une trame pour animer le culte
  • Une animation pour groupes d’enfants
  • Une animation pour un temps en petit groupe
  • Une fiche présentant un projet à soutenir (centre de santé en RD Congo)


Lors de ce rendez-vous annuel, le SEL offre aux Églises la possibilité de réserver un dimanche consacré aux personnes vivant dans l’extrême pauvreté, dans les pays en développement. Le thème de cette année veut souligner que Dieu fait de grandes choses avec des gens ordinaires. Le SEL souhaite ainsi encourager à la reconnaissance pour ce que Dieu fait pour nous et pour ce qu’il fait par ceux qu’il appelle à son service.

bandeau2


C’est l’occasion d’exprimer notre reconnaissance envers Dieu pour toutes les actions qu’Il permet à nos partenaires chrétiens locaux de réaliser, l’occasion aussi de découvrir des hommes et des femmes ordinaires avec qui Dieu réalise des projets extraordinaires pour faire reculer la pauvreté.

Les premières ressources sont enfin disponibles pour vous permettre de préparer la Journée du SEL qui aura lieu le 20 mars 2016.

Ne tardez pas à vous inscrire ici pour accéder gratuitement à toutes ces ressources, nécessaires à la bonne préparation de ce grand rendez-vous ecclésial de sensibilisation à la lutte contre la pauvreté.

En vous inscrivant, vous recevrez aussi prochainement les nouvelles ressources que nous vous proposerons (vidéos de partenaires, canevas de culte, support d'animation pour enfants,  ...). 

partenaires sel


SEL Service d’Entraide et de Liaison

COE: le pasteur Olav Fykse Tveit et les « 10 commandements » relatifs à la nourriture


Le pasteur Olav Fykse Tveit.

Le 21 janvier 2016, à l’occasion d’une séance du Forum économique mondial consacrée à la manière dont les choix en matière de nourriture peuvent favoriser des changements positifs, le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE), a présenté aux responsables financiers et politiques réunis à Davos «Dix commandements» relatifs à la nourriture.

«Si nous considérons la nourriture dans l’optique de la justice, chaque assiette de nourriture nous rappelle certains défis et chances. Il importe que nous ayons conscience des efforts, des investissements et de la vie des créatures et plantes sacrifiées pour que nous ayons de quoi manger», a-t-il expliqué à la suite de cette rencontre.

Voici les Dix commandements du pasteur Tveit relatifs à la nourriture:

1. Tu rendras grâces pour la nourriture que tu consommes.

2. Tu donneras de la nourriture à ceux qui n’en ont pas.

3. Tu mangeras de manière consciente et avec modération.

4. Tu seras reconnaissant à celles et à ceux qui cultivent et préparent la nourriture que tu trouves sur ta table.

5. Tu ne gaspilleras pas la nourriture.

6. Tu réduiras l’empreinte écologique de la production et de la distribution de nourriture.

7. Tu protégeras la biodiversité des sources de nourriture.

8. Tu contribueras à ce que tous les agriculteurs qui produisent de la nourriture obtiennent des revenus équitables.

9. Tu t’engageras pour que tous les humains aient accès à des aliments nutritifs et abordables.

10. Tu seras reconnaissant du don sacré de la nourriture et tu la partageras avec tous.

Le pasteur Tveit ajoute: «La nourriture est sacrée, car c’est un don de Dieu destiné à nous soutenir dans le partage, la célébration, la gratitude, le sacrifice et le renouveau. Dans notre demeure commune – la Terre – nous devons coopérer pour limiter les changements climatiques et tout ce qui fait obstacle à la sécurité alimentaire, afin que tous aient accès à la nourriture, maintenant et au cours des années à venir.»

Il souligne que la nourriture est indispensable à la vie. Dans le monde, près d’une personne sur neuf est chroniquement sous-alimentée, tandis qu’une sur douze environ souffre des effets de l’obésité.

Le COE est actif dans le domaine de la sécurité alimentaire par l’intermédiaire de l’Alliance œcuménique «agir ensemble» (EAA-COE) et de sa campagne mondiale «L’alimentation pour la vie». Au premier plan des efforts de l’EAA-COE figurent l’élimination de la faim, le souci d’une nutrition adéquate et la lutte pour instaurer des systèmes alimentaires justes et durables.

La campagne «L’alimentation pour la vie»

La campagne «L’alimentation pour la vie» de l’Alliance œcuménique «agir ensemble» a pour objectifs l’élimination de la faim, le souci d’une nutrition adéquate et la lutte pour instaurer des systèmes alimentaires équitables et durables. Elle met notamment l’accent sur les pratiques agricoles durables, la situation des petits exploitants, leur accès aux ressources naturelles comme la terre, l’eau et les semences et la possibilité d’en disposer librement.

Communiqués de presse du COE sur les mêmes sujets:

La COP 21 examine le droit à la nourriture dans le contexte des changements climatiques (15 décembre 2015, en anglais)

La faim n’a pas sa place dans un monde d’abondance (2 octobre 2015)

26 janvier 2016

COE

COE: la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens en Lettonie


Service œcuménique dans la cathédrale de Riga, 2015. © Kaspars Upitis

Par Ivars Kupcis*

En Lettonie, au-delà du culte œcuménique – auquel participent des Églises des traditions luthérienne, catholique romaine, orthodoxe, apostolique arménienne, baptiste, adventiste, pentecôtiste, méthodiste et parfois même des représentants de la communauté des Vieux-Croyants – l’unité chrétienne prend la forme d’une coopération concrète, notamment par des conférences théologiques communes, une coopération en matière de formation théologique ou encore la préparation du programme œcuménique d’enseignement religieux pour les écoles publiques. Aussi les chrétiens de diverses confessions ont-ils su adopter une position commune dans leurs relations avec les autorités de l’État: la capacité de parler d’une seule voix a permis aux Églises de communiquer leurs valeurs plus efficacement.

«On peut dire qu’ici, les différentes Églises et les paroisses de diverses confessions entretiennent des relations de confiance, qui sont exceptionnellement bonnes. Les responsables des Églises ne sont pas seulement des collègues, mais aussi des amis proches», a affirmé Janis Vanags, archevêque de l’Église évangélique luthérienne de Lettonie. «Cela s’explique essentiellement par les persécutions de l’époque soviétique, qui nous ont appris à mettre de côté nos différends et nos rivalités et à voir que nous sommes tous chrétiens, enfants du même Père céleste.» En même temps, l’archevêque admet que le manque de théologiens suffisamment compétents en matière d’œcuménisme est un obstacle au dialogue œcuménique en Lettonie. C’est pour cette raison qu’il n’y a pratiquement pas d’expressions du dialogue œcuménique local, ni même assez d’études et de discussions autour des documents issus du processus œcuménique mondial.

Néanmoins, la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens est une sorte d’aboutissement de la coopération œcuménique et une bonne occasion de témoigner auprès du grand public. En Lettonie, cette année, l’un des principaux événements de la Semaine de prière était un service œcuménique organisé le jeudi 21 janvier à la cathédrale Saint-Jacques de Riga avec la participation de l’archevêque catholique romain Zbigņevs Stankevičs, métropolite de Riga, l’archevêque Janis Vanags de l’Église évangélique luthérienne de Lettonie, l’évêque Pēteris Sproģis de l’Union des baptistes lettons, le métropolite orthodoxe Alexandre de Riga et de toute la Lettonie, ainsi que des représentants du clergé d’autres organisations ecclésiales chrétiennes. Des étudiants en théologie et des croyants de diverses Églises et confessions ont aussi assisté au service.

La Semaine de prière pour l’unité des chrétiens a aussi incité les paroisses à organiser des activités communes ailleurs en Lettonie. Chaque jour de la Semaine, des services œcuméniques ont été célébrés à Sigulda et dans ses environs, dans les églises des traditions catholique, luthérienne et baptiste, dans la chapelle de l’hôpital de Sigulda et dans les églises d’Inčukalns, de Mālpils, de Krimulda et de Turaida. Chaque soir, des rassemblements œcuméniques ont également eu lieu à Madona. Le mercredi, par exemple, des paroisses de Madona se sont rassemblées pour la prière du soir à la chapelle de prière œcuménique, où des participants des confessions luthérienne, catholique et baptiste assurent un service de prière 24 heures sur 24, chaque jour de l’année. Le samedi, des membres du clergé des églises de Madona et des représentants des médias locaux ont participé à un débat public sur l’œcuménisme en Lettonie et sur l’expérience de l’unité parmi les chrétiens de Madona.

Parallèlement, il existe en Lettonie des églises et des régions qui, depuis longtemps, font l’expérience de la communauté œcuménique tout au long de l’année. Quatre églises d’un quartier de Riga – l’église de Luther à Tornkalns, l’église baptiste à Agenskalns et les églises catholiques de Sainte-Thérèse et Marie-Madeleine, dont l’amitié œcuménique dure depuis deux décennies – en sont un bon exemple. Les responsables de ces églises se réunissent une fois par mois pour discuter de l’actualité et, chaque année, chacune accueille à tour de rôle des réunions plus grandes de membres de ces églises. Les paroisses publient également un calendrier commun qui est largement diffusé au sein de leurs communautés, et les églises ont un ministère commun d’accompagnement spirituel à l’hôpital pour enfants de Riga.

«L’harmonie entre les Églises de différentes confessions renforce la crédibilité du témoignage chrétien, et la paix entre traditions religieuses est un facteur de stabilité dans la société», a indiqué l’archevêque de l’Église évangélique luthérienne Jānis Vanags à la lumière des récents événements survenus dans le monde. «Des Églises qui ne s’affrontent pas sont davantage susceptibles de devenir des artisans de paix crédibles, œuvrant ensemble à soulager les souffrances du monde blessé», a-t-il ajouté.


La Semaine de prière pour l’unité des chrétiens s’apprête à commencer (communiqué de presse du COE du 14 Janvier 2016, en anglais)

Les textes de la Semaine de prière sur smartphone avec «Bible App» (communiqué de presse du COE du 11 Janvier 2016)

Plus d’informations sur la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

Accès à la documentation pour la Semaine de prière au moyen du lecteur de Bible YouVersion (en anglais)

*Ivars Kupcis est journaliste indépendant et photographe. Il vit en Lettonie.

21 janvier 2016

COE

CNEF:  ça bouge du côté de BOUGE TA FRANCE

Bouge ta France, c’est quoi ?

"Bouge ta France" est une dynamique nationale d'évangélisation conduite par le CNEF, les églises locales et les associations, pour bénir, aider et servir le pays! Les églises et les communautés qui les entourent sont donc parties intégrantes de ce projet. 

A vivre en trois temps forts : 

un grand évènement pour les jeunes de 15 à 25 ans au stade Océane du Havre les 11, 12 et 13 juillet 2017 avec plusieurs milliers de jeunes ;

un méga rassemblement chrétien pour tous le 14 juillet suivi d’activités pour les familles et de témoignages de la foi autour du stade ;

A partir du 15 juillet : l’envoi des jeunes dans toutes les régions de France pour des actions citoyennes et d’évangélisation !

Ces projets auront été labellisés BTF en amont par les soins de BRF, soit directement après le rassemblement du Havre, soit plus tard dans l’année.

Verset star du mois


Actualités : de nouvelles ressources !

BTG a son site internet ! On y trouve toutes sortes d’informations !


A partager sans modération !

BTF a fait notre entrée remarquée sur les réseaux sociaux !

IMPORTANT : Les appels à projets et à contributions sont disponibles !

Certains les attendaient depuis longtemps ! Les voici, ils sont enfin là !
Le lien pour proposer votre projet d’évangélisation qui accueillera les jeunes à partir du 15 juillet.
Le lien pour proposer vos talents divers et variés, c’est par ici !

Une ville située sur une montagne


Patrick Dudas, l'une des personnes à l'initiative du projet Bouge ta France et président du comité de pilotage, retrace pour nous le chemin parcouru depuis sa création jusqu’à aujourd’hui.

L’année 2015 se termine, et elle a été particulièrement décisive pour l’élaboration de Bouge Ta France, mais que d’étapes parcourues depuis le début…

A la fin 2012, Il a fallu attendre de recevoir, dans la prière, les prémices de la vision : « équiper pour envoyer » sur une thématique d’évangélisation.

En 2013, lors de deux rencontres rassemblant une quarantaine de représentants des œuvres et des unions du CNEF, le thème de la France a clairement émergé, et je revois tout le monde en prière autour d’une grande carte de France et des départements d’Outre-Mer posée au sol.

En 2014, le nom « Bouge Ta France » s’est imposé à chacun avec l’idée de proposer deux temps forts : un temps de rassemblement de quelques jours suivi d‘actions d’évangélisation en région. C’est aussi là que les appels à candidatures pour le lieu du grand rassemblement ont été lancés.

En janvier 2015, lors de la convention du CNEF,  BTF fut officiellement présenté.

Lire plus

BTF : Servir son prochain ou la fin de l'égoïsme !


Thierry Legall, directeur de la communication du CNEF et membre actif dans l’organisation de BTF, nous expose ici son rêve et le rêve des jeunes de servir Dieu en France.

“La question n’est pas “Qu’est-ce que je peux avoir ?” mais “Qu’est-ce que je peux donner dans la vie ?” Baden POWELL – Fondateur du scoutisme anglais

La dynamique est déjà engagée depuis plusieurs mois : des centaines de jeunes issus des églises protestantes Évangéliques françaises, partageant la même foi en Jésus-Christ, préparent ensemble un temps fort à une échelle encore jamais réalisée.

Du 11 au 15 juillet 2017, ces garçons et ces filles vont se retrouver par milliers au stade Océane du Havre pour se former à servir leur prochain et partager leur espérance en vivant l’opération “Bouge ta France”.

Ces jeunes, qui rêvent déjà de se mettre au service des quartiers, des villes et des villages pour des actions citoyennes et spirituelles, ne sont pas animés par une logique de profit. Ils veulent donner ! L’égoïsme est voué à l’échec, ils le savent.

Lire plus

Interview de Patrick Dudas, président du projet Bouge ta France


Équipe BTF : Patrick, tu as été à la création de ce projet Bouge Ta France. Quelles ont été tes motivations premières ?

Patrick Dudas : Je suis depuis toujours investi dans les champs de l’enfance et de la jeunesse. En tant qu’animateur dans les camps d’adolescents au départ puis directeur de camps, tout en étant chef d’unité et président du mouvement Royal Rangers depuis 25 ans. J’ai également été responsable de jeunesse et organisateur de conventions et camps au niveau des églises apostoliques.

Un événement particulier a marqué ma jeunesse et trouve un retentissement aujourd’hui dans mon engagement pour Bouge Ta France : j’ai eu la chance de participer au premier grand rassemblement évangélique interdénominationnel en France comme jeune. C’était à Vincennes en 1985, la première fête de la jeunesse qui a réuni je pense au moins 1500 jeunes.

J’y ai vécu quelque chose de fort spirituellement dans le message de Luis Palau mais aussi dans le fait de réaliser qu’on était de nombreux jeunes chrétiens évangéliques en France. Ce que j’ai vécu à Vincennes m’a stimulé, rapproché de Dieu  et depuis que je suis passé coté responsable, j’ai participé à organiser ce type de rassemblement interdénominationnel d’ampleur : Pentecôte 2000 et 2007 puis un Eurocamp rassemblant 22 nationalités en 2011 (un avant-goût du ciel en terme de diversité culturelle et linguistique !!!).


PHOTO


Équipe BTF : Pourquoi un projet jeunesse dans le cadre du CNEF ?

Patrick Dudas : Lorsque j’ai participé à l’aventure du CNEF dès sa création, Dieu a permis que je sois dans le comité représentatif. Au premier séminaire, nous avons fait des groupes de réflexion. J’ai évidemment choisi : « projet de rassemblement de jeunesse  » !

Un projet dans le cadre du CNEF, c’est pour moi amplifier ce qui a été fait à Pentecôte 2000 et 2007, à la mesure de l’unité des Evangéliques dans cette première décennie du XXIème siècle !

Équipe BTF : Quelle est ta vision pour notre pays la France ?

Patrick Dudas : Pour notre pays que j’aime (presque aussi fort que la Normandie d’où je viens !), je voudrais que la foi chrétienne se répande et que beaucoup se tournent vers Dieu. Nous avons du chemin...

Équipe BTF : Pour apprendre à mieux te connaître. Peux-tu donner trois adjectifs qui te qualifient ?

Patrick Dudas : Pas facile !!! Je me lance … Je dirais : Convivial, travailleur, leader.

BTF CNEF

Lettre N°9 - La FPF et le changement climatique - 

 Edito

Poursuivre notre engagement.Alors que la COP21 vient de s'achever, vous recevez encore aujourd'hui dans votre boîte mail notre newsletter spéciale climat.
En effet, le groupe climat de la FPF a décidé de poursuivre la communication sur ce dossier qui, bien qu'engagé est loin d'être achevé. Nous ne pouvons nous délester du poids de cette menace planétaire sous prétexte qu'elle n'impacte aujourd'hui que des pays lointains et que la conférence de 2016 est confiée au Maroc.
Qu'avons-nous compris de cette COP21 ? Qu'allons-nous poursuivre comme action de plaidoyer ? Comment relayer les initiatives locales ? Quels outils apporter aux paroisses et à la société pour sensibiliser, décrypter et changer nos modes de vie ? Comment témoigner des injustices liées aux changements climatiques ? Et enfin, comment être une sentinelle de l'accord signé à l'issue de cette COP21 ? 
C'est pour rendre compte de la poursuite de nos engagements que ce rendez-vous mensuel est maintenu. Cet outil est aussi le vôtre : envoyez-nous (courrier@protestants.org) vos contributions, vos analyses, les témoignages de vos actions relatives à ce sujet pour l'enrichir. 
Bonne lecture à tous et excellente année 2016.
Aude Millet-Lopez
Responsable communication

 La COP 21, et après ?

Martin Kopp a participé à la COP 21 comme chargé de plaidoyer pour la justice climatique de la Fédération luthérienne mondiale.
Dans cette vidéo, il analyse l'Accord de Paris, ses point forts et ses limites. Dans une seconde partie, Martin Kopp partage deux exemples très concrets d'actions climatiques, qui peuvent être mis en oeuvre individuellement ou collectivement.
Résumé

A lire dans Réforme

« Les chrétiens doivent continuer d'œuvrer pour la création». Jean-Philippe Barde, ancien responsable des politiques de l'environnement de l'OCDE, membre du réseau « Bible et Création ».
Quel bilan peut-on tirer ? Une bonne préparation et une bonne gestion des travaux ont permis certaines avancées. Quant aux Églises, elles se sont fortement engagées. 
« C'est notre responsabilité de chrétiens de ne pas baisser la garde et de continuer d'oeuvrer pour la protection de la Création ».


« Coline Eychène, la vivacité de l'engagement »
Cette jeune Éclaireuse unioniste a été la « coordinatrice COP21 » pour les protestants ces derniers mois. Du haut de son quart de siècle, Coline Eychène est passionnée d’environnement et des défis qui attendent les « villes durables » de demain.

Quid du Jeûne pour le climat ?

Sur le site Aleteia, Martin Kopp indique que le jeûne pour le climat va se poursuivre, mais sous une forme différente
Lire : Le grand entretien. Martin Kopp : « En 2016, le jeûne pour le climat se poursuivra ».
« Cela ne sera pas pareil qu'en 2014 et en 2015 car avant, il y avait l'objectif de la COP21. Le 22 avril prochain, c'est la cérémonie de signature de l'accord à New York, au siège de l'ONU sur invitation de Ban Ki-moon. Cela pourrait être un premier objectif. Un second serait la COP22 au Maroc en novembre prochain


Pour Yeb Saño
, initiateur du Jeûne pour le climat, les pays pauvres n'ont pas été suffisamment pris en compte, les pollueurs les plus riches n'ont pas pris la mesure de leurs responsabilités.
« Ce que nous voyons, c'est que le texte ne va pas éviter la crise climatique. Il ne va même pas maintenir le réchauffement climatique à des niveaux de sécurité suffisants ».
Lire sur http://fastfortheclimate.org (en anglais)

 Revue de presse

Pour continuer à suivre l'actualité : Revue de presse d’articles accessibles en ligne sur l’implication des religions autour de la COP 21 - Télécharger en pdf

Revue de presse : Changement climatique
Revue de presse : Ecologie

 Les protestants et la COP 21

Retour sur les événements de novembre et de décembre

 27 novembre : accueil des pèlerins à St Merry


Allemands, scandinaves, néerlandais, belges, français, britanniques, philippins, africains ... les groupes de pèlerins ont témoigné, avec des objets symboliques, des chants, des histoires.
Un temps de prière œcuménique a suivi, avec textes, musiques, symboles des pèlerinages. 
Un beau moment de fraternité ! 

 Une fresque pour le climat à l'Espace protestant Théodore Monod - Vidéo


Sur leur route vers la COP 21 à Paris, les pélerins pour le climat venant de Rome ont fait étape à Lyon. Silvère Lataix présente ce temps fort oecuménique, marqué par la réalisation d'une fresque sur un mur de l'Espace Monod. Fresque signée AG Saño, frère de Yev Saño, pélerins du climat.
EPUdF Paroisse de l'Est-lyonnais, 22 rue Romain Rolland - 69123 Vaulx-en-Velin 
http://www.erflyon-est.org/ puis "Est-Lyonnais"

28 novembre : Journée des religions pour le climat

Après un temps spirituel de recueillement interreligieux à la Basilique Saint Denis, en présence des pèlerins du monde entier, une pétition de 1 780 528 signatures de croyants de toutes religions a été remise à Cristina Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies contre le changement climatique et Nicolas Hulot, envoyé spécial de François Hollande pour le climat.

à lire : Les religions s'engagent pour le climat, Reporterre, 9 décembre 2015

1er décembre : rupture du Jeûne pour le climat

A Paris, le Jeûne pour le Climat aux niveaux international et français a :
- distribué des « menus » comportant les demandes politiques aux dirigeants et négociateurs entrant dans la COP au Bourget ;
- tenu un jeûne à l'intérieur de la COP 21 ;
- organisé une grande rupture conviviale de jeûne, autour d'un repas végétarien, local et de saison.

 3 décembre : Cérémonie oecuménique organisée par le CECEF, à Notre dame de Paris

Une cérémonie oecuménique, préparée par le Conseil d'Églises chrétiennes en France(CECEF) a eu lieu le 3 décembre à Notre-Dame de Paris. Elle était présidée par le pasteur François Clavairoly, Mgr Georges Pontier, le Métropolite Emmanuel, et en présence du cardinal André Vingt-Trois, du pasteur Olav Fykse Tveit ainsi que de nombreux responsables mondiaux d'Églises chrétiennes.

 Vidéos

#COP21 Act Now for Climate Justice petition handover

Chant des pélerins, St Merry (Paris) 27 novembre 2015

Célébration oecuménique à la Cathédrale Notre Dame de Paris

s

 Pour mieux comprendre

 

Un film, en salle depuis décembre : « Demain »

Et si montrer des solutions, raconter une histoire qui fait du bien, était la meilleure façon de résoudre les crises écologiques, économiques et sociales, que traversent nos pays ? Suite à la publication d'une étude qui annonce la possible disparition d'une partie de l'humanité d'ici 2100, Cyril Dion et Mélanie Laurent sont partis avec une équipe de quatre personnes enquêter dans dix pays pour comprendre ce qui pourrait provoquer cette catastrophe et surtout comment l'éviter

Le site www.demain-lefilm.com propose des idées d'actions individuelles, collectives, politiques. 
Où voir le film ?

Interview Mélanie Laurent et Cyril Dion - Film Demain

N'oubliez pas de commander le Gratuit climat dans vos paroisses !

Les médias protestants ont fait alliance pour protester en faveur des peuples et de la planète. Ce journal a été conçu pour sensibiliser et mobiliser les protestants sur les questions climatiques. Commandez pour vos groupes, paroisses, associations...
Le prix de 14.90 € TTC s'entend livraison comprise en France métropolitaine. Il correspond à 100 exemplaires.

 Fiche pratique

Vous avez suivi la Plateforme des radios protestantes, du 7 au 11 décembre 2017 ?
Retrouvez certaines chroniques en vidéo ! 
Jean-Philippe Gueutal, chroniqueur-journaliste, propose un éco-geste - diminuer sa consommation d'énergie en terme de chauffage. 

 Mots mélangés, mots fléchés

Jouez avec le Pélerin
Mots mélangés
Mots fléchés

 

Coup de jeune pour le magazine de l’Église évangélique mennonite CHRIST SEUL


Nous saluons l’effort substantiel de renouvellement de notre confrère mennonite CHRIST SEUL. Pendant des années, ENroute, le journal d'information de l’Église évangélique méthodiste était en partenariat avec CHRIST SEUL pour la production et la diffusion d’un article d’actualité. Nouvelle maquette, nouveaux contenus. Signe de vitalité de ce mensuel d’Eglise. Chapeau !

Dès le numéro Février 2016, CHRIST SEUL, mensuel des Eglises évangéliques mennonites de France, évolue et se donne un coup de jeune ! 

En matière de présentation, les changements suivants sont à noter : format magazine plus grand, photo en pleine page de couverture, place plus grande données aux images, présentation plus aérée, du rythme au fil des 36 pages, meilleure lisibilité et davantage de clarté. 

En matière de contenu, on trouvera chaque mois un dossier thématiques de 5 pages qui permet de développer un sujet de manière approfondie. La partie pour jeunes change de nom (Ebullition devient ConnecT). Le magazine met davantage d'accent sur l'actualité : actualité générale lue selon l'Evangile et son éthique, actualité chrétienne au sens large, actualité mennonite française et internationale. De nouvelles rubriques font leur apparition : « Boîte à outils » propose des activités originales « clé en main » pour la vie et le développement de l’Église ; « En choeur » analyse des chants d'assemblée du point de vue des paroles et de la musique ou propose de nouveaux chants pour élargir le répertoire des Eglises... 

Des collaborations régulières se poursuivent (le sociologue Frédéric de Coninck, Comité de Mission Mennonite Français, Commission de Réflexion pour la Paix...) et d'autres s'ajoutent (François Caudwell, Marie-Noëlle Yoder, André Hege, ChristNet, chantanabaptiste.ch)... 

Le magazine se propose d'allier réflexion et spiritualité, information et inspiration, recul et engagement, fondements et ouverture... 

Paraissant depuis 1907 sous le titre actuel, CHRIST SEUL est porteur d'un regard unique sur l’Église et sa vie communautaire, sa mission, l'éthique chrétienne, le rôle des chrétiens dans la société..., regard inspiré par la tradition de la Réforme radicale du 16e siècle. Le titre CHRIST SEUL fait écho au verset préféré du réformateur anabaptiste Menno Simons : « Nul ne peut poser un autre fondement que celui qui été posé, savoir : Jésus-Christ ». 

Infos pratiques 

CHRIST SEUL, une publication des Editions Mennonites
3 rte de Grand Charmont, 25200 Montbéliard,
tél. 03 81 95 56 30 – editions.mennonites@wanadoo.fr - www.editions-mennonites.fr 

Le ministère de la prédication, tel que l’évêque Rosemarie Wenner (EEM) le comprend et le vit.

Rosemarie Wenner (née le 1er juillet 1955 in Eppingen près de Heilbronn) est l’évêque en fonction de l’Église évangélique méthodiste (EEM/EMU/UMC) en Allemagne et a été la présidente du Conseil des évêques de l’EEM de 2012 à 2014. KNA

 «Appelés à proclamer les hauts faits du Seigneur » - Telle est la devise de la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens en 2016. La foi dans le Dieu trinitaire, que confessent les chrétiens de toutes confessions, est la même. Mais qu’en est-il de la proclamation de cette foi? Le site catholique allemand katholisch.de donne la parole chaque jour de cette semaine au représentant d'une église différente pour préciser comme il comprend et vit le ministère de la prédication. C’est ainsi qu’il donne la parole à l’évêque de l’Église évangélique méthodiste en Allemagne, Rosemarie Wenner. 

Évêque Rosemarie Wenner, Église évangélique méthodiste

La foi chrétienne est une affaire publique. Tous les hommes doivent savoir que Dieu les appelle à entrer dans sa communion. Je suis venue à la foi parce que mes parents et les membres de l'Église évangélique méthodiste, où j’ai grandi, m'ont aidée à connaître la Bible.

Inspirée par leur exemple, je commençais par me demander ce que Dieu était capable de faire dans ma vie dès lors que je me confiais à Lui. Au cours de mes études théologiques, j’ai nourri ma passion d’étudier en profondeur la Parole de Dieu, pour l'entendre elle-même, avant de pouvoir la retransmettre.

Par l'ordination, je faisais partie d'une chaîne d'hommes et depuis plusieurs décennies d’une chaîne de femmes, qui dans l'Eglise exercent le ministère de la prédication, de l’accompagnement, de l'enseignement et de la direction d’église et qui, dans ce cadre, transmettent en parole et par les sacrements la bonne nouvelle du salut en Christ.

Au sein de l'Église évangélique méthodiste, l’invitation à suivre le Christ est au centre de la vie de l'Église. Nous sommes convaincus que la foi personnelle et la responsabilité sociale vont de pair.

La prédication est donc à comprendre de manière globale et chaque chrétien est appelé à être avec ses dons le sel et la lumière du monde. Les ordinations ont lieu au cours de cultes solennels régionaux en clôture des Conférences annuelles. A cette occasion, la question suivante est posée à tous les participants: « Voulez-vous, avec les frères et sœurs ordonnés aujourd’hui, témoigner de l'amour de Dieu en parole et en action ? »

L'appel à prêcher est vraiment oecuménique. Il s’applique à tous les chrétiens depuis la première Pâques jusqu’au retour de Jésus-Christ et recouvre le monde entier.

Rosemarie Wenner, évêque

23 janvier 2016

Traduction eemni

katholisch.de

CNEF: le président Etienne Lhermenault fustige l’idolâtrie de notre société

Dans son éditorial mensuel, Etienne Lhermenault, président du Conseil national des Évangéliques de France (France) fustige l’idolâtrie rampante de notre société moderne aux multiples victimes qu’il rapproche de la divinité païenne Molok !


MOLOK ET LES VICTIMES D'UNE LIBERTÉ IDOLÂTRÉE

Difficile d'échapper au "Réveil de la force", le 7e épisode de Star Wars, en ce début 2016. L'entreprise de marketing et le battage médiatique sont à la mesure des recettes engendrées : gigantesques. Il ne s'agit pourtant, même si elle est géniale, que d'une fiction et donc d'une distraction éphémère. Et elle contribue, avec bien d'autres divertissements, à nous rendre moins sensibles à l'influence de forces bien réelles dans notre société. 

Difficile d'échapper par exemple au retour de Molok, cette divinité antique mentionnée par la Bible à laquelle des sacrifices humains étaient offerts, en particulier de jeunes enfants. Mais quel rapport avec notre société démocratique et laïque trois millénaires plus tard ? Celui d'une profonde idolâtrie qui exige son lot de victimes et les obtient sans grande difficulté. 

Prenons simplement la COP 21, cette grand-messe planétaire contre le réchauffement climatique qui s'est tenue à Paris du 30 novembre au 11 décembre 2015. L'immense succès diplomatique semble n'avoir d'égal que l'échec climatique selon de nombreux éditorialistes. Pour trouver un accord large, il a fallu arrondir les angles et surtout abandonner la contrainte juridique au profit d'un aimable conditionnel qui a tout d'un vœu pieux : "Les pays développés devraient continuer à être en première ligne pour mener à bien des plans nationaux de réduction d'émissions de gaz à effet de serre." Autant dire que le niveau des mers continuera à monter et que les victimes se compteront par dizaines ou centaines de milliers avant que les choses changent. L'imminence de la catastrophe n'a pas eu raison des idoles de l'Occident, qu'il s'agisse de Mamon ou de la liberté conçue comme un horizon sans borne.

Et ce n'est là qu'un exemple d'une culture qui célèbre la vie dans ses discours, mais fait régulièrement des choix de mort. Comment comprendre sinon les plus de 200 000 avortements annuels alors que nous disposons de tous les moyens de contraception pour les éviter ? S'il est indéniable qu''il existe des situations de détresse inextricables pouvant justifier une telle extrémité, il est tout aussi indéniable que la très grande partie des IVG n'est rien d'autre qu'un moyen de contraception, un choix de confort ! Et comment comprendre que, dans les débats sur la fin de vie, le développement des soins palliatifs soit rarement pris en compte et l'euthanasie, souvent défendue comme le summum de la liberté ? 

En fait, le combat légitime pour les libertés individuelles, faute de fondements solides et sûrs, a pris bien souvent des allures de culte idolâtre. Et, sans y prêter garde, nous nous sommes laissé asservir. Nous voulons tout, tout de suite, et nous sommes prêts à tous les excès pour y parvenir : supprimer l'enfant à naître, aider le malade ou la personne âgée à mourir, vider le mariage de sa substance en l'ouvrant aux personnes de même sexe, refouler l'immigré et stigmatiser l'étranger pour préserver notre identité...  

Avons-nous conscience que l'idéal d'une liberté dont les limites sont sans cesse repoussées prend les allures d'une nouvelle loi de la jungle ?Les plus forts s'en emparent pour assouvir tous leurs désirs tandis que les plus fragiles payent au prix fort ce nouveau style de vie. Combien d'enfants maltraités, de femmes battues, de parents solitaires, de personnes âgées abandonnées sont les victimes directes ou indirectes du Molok contemporain ? Qui donc s’élèvera contre les sacrifices humains que ne cessent de réclamer notre folie pécheresse et le nouveau paganisme d'une société qui, ayant congédié le Dieu vivant, s'est construit des idoles voraces et tyranniques ?

Nous pouvons et nous devons nous élever contre ses sacrifices au nom de l'Évangile, non parce que nous serions purs de tous péchés et indemnes de toute tentation en la matière, mais parce que l'amour du Christ nous a saisi et nous presse d'appeler les hommes à la réconciliation avec Dieu. Nous avons acquis la certitude par l'Évangile qu'un seul homme est mort pour tous et qu'il n'est nul besoin de prendre la vie d'autrui pour être libre, vraiment libre. Comme le dit l'apôtre Paul aux Corinthiens : "Celui qui était innocent de tout péché, Dieu l'a condamné comme un pécheur à notre place pour que, dans l'union avec le Christ, nous soyons justes aux yeux de Dieu." (2 Corinthiens 5.21).

Ce que je peux vous souhaiter de mieux pour 2016, c'est d'être ému de compassion à la vue de nos contemporains qui vivent sans espérance et sans Dieu et d'être auprès d'eux des ambassadeurs de la réconciliation offerte par Dieu en Jésus-Christ !

Étienne LHERMENAULT

Président du CNEF

lecnef.org

Intervention de François Clavairoly, président de la FPF, après la mise en en cause de l’Observatoire de la laïcité et de son président


Permalien de l'image intégrée

Pasteur François Clavairoly, président FPF

La Fédération protestante de France tient à saluer la qualité du travail de l’Observatoire de la laïcité depuis sa création et à indiquer qu’elle a toujours pu faire entendre sa voix et ses positions dans le cadre des auditions régulières qu’elle a eues avec celui-ci.

De même, la FPF a toujours suivi et été attentive aux avis de l’Observatoire fondés notamment sur l’application de la loi 1905.

Aujourd’hui, l’Observatoire de la laïcité fait l’objet de critiques injustifiées. Cette mise en cause ne contribue pas à favoriser l’idée d’une laïcité rassembleuse, mais incite au clivage des positions et à relancer une polémique au moment où les Français ont besoin plus que jamais d’être unis.

François Clavairoly

Président de la Fédération protestante de France

Paris, le 20 janvier 2016

FPF

Une conférence du COE et de l’ONU appelle à une action coordonnée face à la crise des réfugiés


«Je m’appelle Souad. Je viens de Syrie. Je suis ici avec mon père. Nous sommes partis à cause de la guerre; nous ne sommes pas en sécurité.» © Sean Hawkey/COE

À l’issue d’une conférence de haut niveau sur la crise des réfugiés en Europe, organisée par le Conseil œcuménique des Églises et des agences onusiennes au Centre œcuménique de Genève les 18 et 19 janvier, une déclaration a été produite, intitulée «La réponse de l’Europe à la crise des réfugiés et des migrants – Départ, transit, accueil et refuge: un appel au partage des responsabilités et à la coordination des actions».

Le texte de la déclaration, publiée conjointement par le Conseil œcuménique des Églises (COE), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), figure ci-après:

Les 18 et 19 janvier 2016, des représentants et représentantes de gouvernements, d’agences des Nations Unies et d’organisations de la société civile, dont des organisations ecclésiales et des organisations d’inspiration religieuse, se sont rencontrés pour une conférence de haut niveau consacrée à la crise des réfugiés et des migrants en Europe; accueillie par le Conseil œcuménique des Églises (COE) à Genève (Suisse), la conférence était organisée en partenariat avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Cette conférence s’était donné pour objectif de développer des réponses raisonnées et coordonnées, fondées sur les droits de la personne, à la question des réfugiés et des migrants en Europe et aux causes premières de leur déplacement. Elle a offert aux organisations d’inspiration religieuse qui y participaient l’occasion d’appliquer les principes religieux (en particulier la conviction que tout être humain est créé à l’image et à la ressemblance de Dieu) en mettant au centre de ces réponses la dignité et les droits humains de toutes les personnes touchées.

En 2015, plus d’un million de réfugiés et de migrants sont arrivés en Europe par la terre ou la mer. Parmi eux se trouvent notamment des gens fuyant de multiples autres situations de danger et de désespoir, en particulier au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique. La crise des réfugiés et des migrants est rapidement devenue une crise des enfants, dans la mesure où ceux-ci constituent actuellement un tiers des réfugiés et des migrants arrivant en Europe. Tous les enfants – où qu’ils soient ou d’où qu’ils viennent, réfugiés ou migrants – ont droit à être pris en charge et à ce que leur dignité, leurs droits et leur bien-être soient protégés.

La conférence s’est penchée sur les réponses aux crises, essentiellement en Europe mais aussi dans le contexte plus large des quelque 60 millions de personnes déplacées que compte le monde aujourd’hui. Elle a examiné tout le cheminement du déplacement forcé, depuis le pays d’origine jusqu’au pays de destination en passant par les pays de transit, et elle a pris acte des défis que doivent relever les sociétés et les États européens pour assumer leurs obligations juridiques en vertu du droit international des réfugiés, du droit international humanitaire et des normes internationales relatives aux droits de la personne, tout en tenant dûment compte des problématiques politiques, sécuritaires et économiques.

Les participants et participantes à la conférence appellent à un engagement collectif plus fort de la part de la communauté internationale pour tenter de trouver des solutions politiques au conflit, à la violence, à linégalité et à l’exclusion, qui sont les causes profondes de cette crise sans précédent de déplacements forcés que connaît le monde actuellement. En particulier, nous appelons toutes les personnes qui ont la capacité de contribuer à mettre fin aux combats et de soulager les souffrances intolérables que subit la Syrie à mettre de côté leurs différences politiques et à s’associer dans une action commune pour une paix immédiate. Protéger les femmes et les jeunes filles de la violence et de l’exploitation sexuelles et sexistes et leur permettre d’accéder à des services vitaux de santé reproductive sont des composantes essentielles de toute réponse humanitaire à cette crise et constituent des investissements essentiels pour le redressement et la résilience à l’avenir. En outre, il faut rendre hommage et apporter un appui à l’action des pays voisins des régions en conflit que fuient les réfugiés, pays qui supportent une part disproportionnée du lourd fardeau de l’accueil de la majorité des réfugiés.

Les participants et participantes conviennent que soulager les souffrances des personnes victimes de déplacement relève d’une responsabilité partagée, non seulement en Europe mais aussi ailleurs. Il est vital que les gouvernements, la société civile, les institutions internationales et d’autres acteurs collaborent d’une manière cohérente et coordonnée pour offrir aux réfugiés et aux migrants un environnement sûr et humain et pour satisfaire les besoins immédiats des gens qui fuient la guerre, la violence généralisée et l’oppression – et, à long terme, pour faciliter leur inclusion et leur intégration sociale. Il est urgent d’assouplir et de faciliter les déplacements des réfugiés qui viennent en Europe, afin qu’ils se fassent dans un environnement légal et sécurisé. Fermer les frontières n’est pas une solution parce que cela revient à se décharger de la responsabilité sur le pays voisin.

Les participants et participantes à la conférence appellent à une meilleure coordination et une meilleure coopération de la réponse qu’apporte l’Europe à la crise des réfugiés et des migrants. Il importe de renforcer et d’améliorer de toute urgence le système commun d’asile de l’Union européenne. Il est nécessaire d’assurer une coordination renforcée dans la réponse européenne pour satisfaire les besoins des réfugiés et des migrants, notamment la protection contre la violence sexuelle et sexiste et l’éducation des enfants et des adolescents, ainsi que les besoins spécifiques – en matière de santé, de nutrition et de protection – des enfants, des adolescents et des femmes, des personnes âgées et des personnes handicapées. Il est essentiel que soient respectés les principes du droit international dans le contexte de cette crise. Aux termes du droit international des réfugiés, tout individu fuyant le conflit ou la persécution a le droit de rechercher une protection. L’accès à un processus équitable d’asile ne doit pas être limité par des conditions de nationalité, d’appartenance ethnique, de religion, d’état de santé ou de tout autre critère que le besoin. Il est également urgent de coopérer pour s’opposer à tous les actes et déclarations xénophobes, racistes et islamophobes et à toute exploitation politique de la crise. Par ailleurs, il est essentiel de commencer à mettre en œuvre sans plus attendre des mesures visant à aider les réfugiés et les migrants à s’intégrer dans leur nouvelle société. Au-delà des obligations légales et des principes moraux qui requièrent une action compatissante et accueillante à l’égard des gens dans le besoin, il convient de noter que les contributions faites par les réfugiés et les migrants par leur travail, leurs compétences et leurs capacités créatrices peuvent être d’une grande valeur pour les communautés qui les accueillent.

La société civile et notamment les organisations d’inspiration religieuse ont un rôle essentiel, unique en son genre, à jouer dans la réponse aux crises humanitaires. Pour tirer le maximum des efforts visant à assurer la survie, les droits et la dignité des réfugiés et des migrants, il est essentiel qu’elles coordonnent mieux leurs actions avec celles des gouvernements et des agences internationales et que soit renforcée la coopération interreligieuse de manière à intégrer les voix et les capacités des autres religions.

Nous lançons un appel pour que ces intentions se traduisent en actes et que puissent être entendus et pris en compte, dans la plus grande mesure possible, les voix et les avis des réfugiés et des migrants. Cela signifie qu’il faudra définir les rôles et les responsabilités, échanger des informations et des connaissances, des ressources et des activités, exploiter les points forts et avantages comparatifs les uns des autres et se rendre mutuellement des comptes. Cela nécessitera des mécanismes concrets de planification stratégique, de mise en œuvre et de transparence, ainsi qu’un plan d’action fixant des objectifs précis, mesurables, réalisables et limités dans le temps. À cette fin, les participants et participantes appellent les organisations co-organisatrices de cette conférence à collaborer pour renforcer la participation et les contributions des organisations d’inspiration religieuse dans les réponses données à la crise des réfugiés et des migrants aux niveaux national et régional, en s’appuyant sur les initiatives existantes déjà en cours de réalisation, et, chaque trimestre, pour examiner et communiquer les progrès réalisés vis-à-vis des questions soulevées à cette conférence.

Informations complémentaires sur le travail du COE en matière de migration (y compris les documents de la conférence, en anglais)

20 janvier 2016

COE

Thomas de Maizière, ministre de l’Intérieur, Allemagne, plaide la cause des réfugiés à Genève


Thomas de Maizière, ministre de l’Intérieur, Allemagne, photo COE

Certes, c’est la chancelière allemande, Mme Angela Merkel, qui a hardiment affirmé que l’Allemagne était disposée à recevoir des centaines de milliers d’immigrants; mais c’est à son allié de longue date, le ministre de l’Intérieur Thomas de Maizière, qu’il échoit, selon ses instructions, de réaliser ce rêve – et d’empêcher qu’il ne tourne au cauchemar – par des dispositions concrètes pour l’accueil et l’intégration des migrants dans la société allemande et dans son économie.

Selon le Ministre de l’Intérieur, les Églises d’Europe ont un rôle essentiel à jouer face à l’arrivée de réfugiés en Europe.

Enregistrement vidéo du discours du ministre allemand de l’Intérieur (en anglais)

En première ligne pour l’intégration des réfugiés

Député au Parlement allemand, Thomas de Maizière, qui assume les fonctions de ministre de l’Intérieur dans le troisième gouvernement d’Angela Merkel, est issu d’une famille engagée dans la vie publique. Ses ancêtres huguenots avaient fui la France pour chercher asile en Prusse. Son père, Ulrich, était militaire, et il a fini sa carrière comme chef d’État-Major de la Bundeswehr, grade le plus élevé de l’armée ouest-allemande de l’après-Seconde Guerre mondiale. Cela s’est traduit, pour le jeune Thomas, par de multiples déménagements. Au cours de ses études de droit et d’histoire, Thomas s’est inscrit à l’Association des étudiants chrétiens-démocrates; puis il a travaillé dans le cabinet de Richard von Weizsäcker, maire de Berlin. Sa famille était divisée entre l’Allemagne de l’Est et l’Allemagne de l’Ouest et il était en contact avec le mouvement d’opposition en Allemagne de l’Est.

Après la chute du mur de Berlin, en novembre 1989, Lothar de Maizière, cousin de Thomas, devint en avril 1990 le premier et le seul Premier ministre à être librement élu en République démocratique allemande. Thomas faisait des allers-retours entre Berlin-Ouest et Berlin-Est pour l’aider à mettre en place le gouvernement du Premier ministre.

Pendant la période qu’il juge lui-même comme la plus intense de sa vie professionnelle, Thomas a également collaboré avec l’équipe de son cousin pour négocier le traité d’unification, qui a permis la réunification de la RDA avec l’Allemagne de l’Ouest pour constituer l’État unique de la République fédérale d’Allemagne.

Depuis 2005, Thomas de Maizière travaille en étroite collaboration avec la chancelière Angela Merkel: après avoir été chef de cabinet de la Chancellerie fédérale, il est devenu, en 2009, député au Parlement fédéral puis ministre de l’Intérieur (et, pendant un certain temps, ministre de la Défense), et donc à ce titre responsable de la sûreté publique du pays, des questions de migration et d’intégration, du service public, du bénévolat, de l’administration, des sports, des Églises et de la protection civile.

Dans le discours qu’il a prononcé le 18 janvier lors d’une conférence organisée par le Conseil œcuménique des Églises en partenariat avec l’UNICEF et d’autres institutions des Nations Unies sur la crise des réfugiés en Europe, Thomas de Maizière a appelé instamment à renforcer la solidarité entre les pays d’Europe à propos des activités en faveur des réfugiés, à repenser totalement le système européen d’asile, à mettre plus l’accent sur l’amélioration des conditions de vie dans les pays d’origine et les pays proches et – sujet qui suscite le plus de controverses – à limiter le nombre de réfugiés autorisés à entrer en Europe.

Évoquant les ressources limitées de l’Europe, M. de Maizière a déclaré: «Même si, en tant que chrétiens, nous voudrions aider toutes les personnes dans le besoin, nous savons que nous ne pouvons offrir une charité illimitée –  du moins par l’accueil, ici, de toutes les personnes qui cherchent protection – sans nous sacrifier nous-mêmes et sacrifier notre société. Nous avons à résoudre des équations difficiles comportant des valeurs, des intérêts et des devoirs qui sont en concurrence […] Nous devons vivre avec ce dilemme et tenter de prendre des décisions éthiques et équilibrées qui soient justes tant pour nos citoyens que pour les personnes dans le besoin.»

Depuis 2003, Thomas de Maizière est membre du Présidium du Kirchentag (congrès ecclésial) protestant allemand, qui a notamment la charge d’organiser le plus grand rassemblement protestant du pays, où se retrouvent, tous les deux ans, des dizaines de milliers de personnes.

Thomas de Maizière dit de lui-même qu’il est «un homme politique allemand d’Europe, un Européen mais aussi un chrétien protestant», et il a de fortes convictions à propos de ce que peuvent faire les Églises dans cette situation, tant pour le service que pour le plaidoyer politique:

«Quel peut être le rôle des Églises dans  toutes ces questions? Avant tout, un rôle actif. Par le passé, les Églises ont toujours été actives dans les grandes entreprises politiques […] Et pourtant, il faut faire encore plus. De nos jours, il y a de plus en plus de chevauchement entre ce que fait l’Église et ce que fait le gouvernement […] Les Églises chrétiennes ne peuvent pas se permettre de ne pas prendre position politiquement. L’Église, c’est plus que de la communication religieuse pour donner un sens à la vie.»

Thomas de Maizière ajoute: «Le pasteur Christian Führer, à l’époque chargé de l’église Saint-Nicolas à Leipzig, était bien connu pour le soutien qu’il accordait aux «manifestations du lundi», qui ont contribué à mettre fin au régime est-allemand. Comme il l’a dit à juste titre, "Ne pas s’engager, c’est aussi un acte hautement politique».»

Le rôle des Églises dans l’accueil des réfugiés

«Gérer la crise mondiale des réfugiés est une tâche qui n’incombe pas uniquement aux responsables gouvernementaux», a déclaré Thomas de Maizière, ministre allemand de l’Intérieur, dans le discours qu’il a prononcé à l’ouverture de cette conférence de haut niveau consacrée à la crise des réfugiés.

L’an dernier, plus d’un million de personnes ont pris la mer à leurs risques et périls pour parvenir en Europe, sans compter celles qui sont arrivées par voie terrestre. La majorité de ces personnes fuient le conflit, la violence et la persécution, en particulier en Syrie, en Afghanistan et en Irak. Quelque 3 700 d’entre elles, au moins, seraient mortes en franchissant la mer.

Par ailleurs, les réfugiés syriens qui se sont enfuis vers des pays voisins tels que la Turquie, le Liban et la Jordanie sont en bien plus grand nombre que ceux qui ont tenté d’atteindre l’Europe.

«Les problèmes politiques, sociaux et humanitaires extraordinaires engendrés par la crise des réfugiés montrent que la responsabilité de les résoudre est partagée entre les États, la société civile, le monde des affaires et les Églises», a déclaré M. de Maizière, protestant pratiquant, dans le discours qu’il a adressé à cette réunion.

«Ce sont souvent les paroisses, colonne vertébrale de la société civile, qui leur fournissent une assistance, a-t-il ajouté. Et pourtant, il faut faire encore plus.»

Cette conférence, qui se tient au Centre œcuménique de Genève, a été organisée par le Conseil œcuménique des Églises (COE) en coopération avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

La conférence se donne pour objectif de formuler des engagements pour mieux répondre à cette crise et de façon coordonnée,  notamment par la mise en œuvre de politiques de migration et d’intégration ainsi que par la création de mécanismes appropriés pour assurer l’ordre et la sécurité lors des déplacements des réfugiés entre les différents pays d’Europe.

Dans un discours de grande envergure, M. de Maizière a déclaré qu’il était urgent de trouver des solutions communes, à l’échelle de l’Union européenne, à la question des réfugiés et de réviser les procédures d’asile «dysfonctionnelles» de l’Union européenne. Un petit nombre d’États membres seulement, et au premier chef l’Allemagne, absorbent la grande majorité des réfugiés qui arrivent en Europe, a-t-il déclaré, «alors que d’autres États membres se contentent de regarder en spectateurs».

Cependant, M. de Maizière a bien souligné que les pays européens ne disposent pas de ressources illimitées pour absorber des réfugiés et migrants venus d’autres parties du monde, et il a appelé instamment à l’adoption de mesures coordonnées pour renforcer les frontières extérieures de l’Union européenne.

En réponse au discours du ministre allemand de l’Intérieur, l’archevêque Antje Jackelén, de l’Église de Suède, a mis en garde contre le message principal qui en ressortait, à savoir qu’il serait nécessaire de maîtriser le flux de réfugiés, affirmant que cela pourrait avoir des effets contre-productifs sur l’opinion publique.

Elle a pointé du doigt la menace que constitue la progression de la xénophobie et de l’islamophobie, précisant que les Églises devaient combattre «l’instrumentalisation de la foi chrétienne pour légitimer la haine de l’islam».

Cette réunion de haut niveau s’intéresse aux problèmes auxquels sont confrontés les pays d’origine et de transit ainsi que les pays où les gens sont venus chercher accueil et refuge.

Souhaitant la bienvenue à M. de Maizière au Centre œcuménique, le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, a souligné la nécessité d’un processus de paix politique pour la Syrie et d’autres pays, «faute de quoi, nous ne pourrons jamais régler les situations auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui».

Pour le pasteur Tveit, cette situation n’est pas seulement une crise pour les réfugiés qui sont arrivés en Europe mais une crise de la manière dont l’Europe gère cette situation. «Nous pouvons également dire, a-t-il ajouté, que c’est un défi lancé à l’âme de l’Europe».

Lire aussi:

Informations complémentaires sur le travail du COE en matière de migration et de justice sociale (y compris la documentation relative à la conférence)

18 et 20 janvier 2016

COE

L’Église évangélique méthodiste et la FEPS opposées à l’Initiative populaire ‘Pour le renvoi effectif des étrangers criminels'

L’initiative populaire fédérale « Pour le renvoi effectif des étrangers criminels » demande une automatisation des renvois sans tenir compte ni de la situation personnelle ni de la gravité du délit, méprisant des principes de justice fondamentaux dans un Etat de droit. Les renvois systématiques négligent en outre le droit au respect de la vie familiale. Les citoyens suisses se prononceront le 28 février 2016 sur cette initiative populaire fédérale.

La commission « Église et Société » de l’Église évangélique méthodiste (EEM) prend position contre l’«inégalité de traitement entre les étrangers et les Suisses ». Pareil pour La Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS), dont l’EEM est membre.

istockphoto.com


EEM:  « Non à des lois injustes pour les seuls étrangers »

Initiative populaire fédérale ‘Pour le renvoi effectif des étrangers criminels'

1 Les dispositions suivantes sont appliquées en vue d'assurer le renvoi effectif des étrangers criminels:

I. Expulsion

1. Si un étranger est condamné pour l'une des infractions énumérées ci-après, et quelle que soit la quotité de la peine qui a été prononcée à son encontre, le tribunal ou le ministère public prononcent son expulsion du territoire suisse:

a. meurtre (art. 111 du code pénal, CP2), assassinat (art. 112 CP), meurtre passionnel (art. 113 CP);

b. lésions corporelles graves (art. 122 CP), mise en danger de la vie d'autrui (art. 129 CP);

c. effraction, entendue comme la réalisation cumulative des éléments constitutifs des infractions de vol (art. 139 CP), de dommages à la propriété (art. 144 CP) et de violation de domicile (art. 186 CP);

d. vol qualifié (art. 139, ch. 2 et 3, CP), brigandage (art. 140 CP), escroquerie par métier (art. 146, al. 2, CP), extorsion qualifiée (art. 156, ch. 2, 3 et 4, CP), recel par métier (art. 160, ch. 2, CP);

e. escroquerie (art. 146 CP) à l'aide sociale et aux assurances sociales, et abus en matière d’aide sociale et d’assurances sociales (ch. V.1);

Extraits

Initiative populaire

Suite à cette initiative populaire, les électeurs devront voter le 28 février prochain si les personnes sans passeport suisse condamnés pour certains crimes et sans égard à leur situation individuelle doivent quitter le pays. À la Constitution serait ajoutée une liste d’infractions conduisant à l'expulsion. En plus de crimes tels que l’assassinat, le viol ou les lésions corporelles graves apparaissent aussi des infractions telles que le vol simple, l'effraction ou l’escroquerie à l'aide sociale et aux assurances sociales dans le menu détail du texte constitutionnel soumis au vote des électeurs.

«Eglise et Société» se prononce contre un traitement différencié entre Suisses et étrangers dans ce domaine: « D'un point de vue chrétien et méthodiste, il est inacceptable de traiter les personnes résidant en Suisse différemment selon leurs différences d’origine et leur racines nationales seulement ». Cette initiative empêcherait toute clause de rigueur. Les autorités compétentes n’auraient guère de marge de manœuvre. En vertu de la nouvelle loi, les juges ne pourraient plus effectuer un examen au cas par cas.

« Tout homme peut fauter » dit « Eglise et Société ». Montrer plus de compassion et de justice à des citoyens suisses qu’à des étrangers et à des immigrants de deuxième génération contredit les conceptions juridiques de la Bible vieilles de 2500 ans (par exemple Nb 15.16: « les lois et les règles sont identiques pour vous et pour les étrangers »).

Il serait certainement juste que, comme par le passé, des étrangers qui ont commis des crimes graves tels que le viol ou le meurtre, après avoir purgé leur peine, perdent leur droit de résidence en Suisse, écrit « Eglise et Société ».

Toutefois, il n’est guère concevable qu’un père de famille par exemple, doive quitter la Suisse automatiquement et sans audience en raison de délits mineurs et qu’ainsi la famille soit déchirée. Seraient également affectés les jeunes de 2e génération qui n’avaient même jamais vécu dans un autre pays que la Suisse, et dont l’intégration dans le pays de leurs parents serait inéluctablement vouée à l’échec ».

La prise de position en intégralité (en allemand): www.emk-kircheundgesellschaft.ch

La FEPS dit non à l’initiative «Pour le renvoi effectif des étrangers criminels»

La Fédération des Eglises protestantes de Suisse rejette donc ce texte en votation le 28 février.

L’initiative « Pour le renvoi effectif des étrangers criminels (initiative de mise en oeuvre) » attaque directement la Suisse en tant qu’Etat de droit. En effet, dans le système de droit suisse, la peine doit être équitable, proportionnelle par rapport au délit. Or l’initiative propose de remplacer l’examen de chaque cas par des renvois automatiques. Elle ignore par ailleurs deux autres fondements de notre droit : le principe du sens de la peine, ainsi que l’objectif de resocialisation.

Avec l’automatisation des renvois, des familles seraient séparées dans le mépris du droit au respect de la vie familiale. En ignorant ainsi ce droit, le texte de l’initiative fait primer le droit national sur les droits de l’homme, établissant un dangereux précédent. 

Enfin, le nom de l’initiative est trompeur. Il ne s’agit pas simplement d’appliquer ce que proposait l’initiative « Pour le renvoi des étrangers criminels » que le peuple suisse a accepté le 28 novembre 2010. L’initiative en votation le 28 février 2016 va plus loin, élargissant le catalogue de délits menant à un renvoi.

14.01.2016

Traduction eemni

emk-schweiz.chFEPS / Initiative populaire

Les Éditions JE SÈME rééditent le livre de Jacques Blandenier : « Jésus-Christ: Dieu avec nous"

Pasteur Jacques Blandenier


Fils de Dieu, Seigneur, rabbi, grand-prêtre... Jacques Blandenier, pasteur et théologien retraité au sein de la FREE, publie une nouvelle version de son livre Jésus-Christ : Dieu avec nous. L’occasion d’un parcours autour de la personne de Jésus, par écrit et grâce à dix émissions TV. 

« Parmi les livres que j’ai écrits, c’est le plus important, parce qu’il nous centre sur la personne qui est tout pour le chrétien : Jésus-Christ ! » Jacques Blandenier est l’auteur de Jésus-Christ : Dieu avec nous, le Dossier Vivre que les éditions Je Sème de la FREE viennent de rééditer. Paru dans une première version et épuisé, ce livre a été retravaillé profondément par Jacques Blandenier. 

Parcourir les différents noms et titres de Jésus 

Le Nouveau Testament recourt à des noms et à des titres variés pour désigner Jésus-Christ : le fils de Joseph, rabbi, Fils de Dieu, agneau... Chacun est porteur d’une signification spécifique, et les auteurs bibliques ne les utilisent pas au hasard. Par leur choix, ils veulent soit présenter un aspect particulier de sa personne et de son œuvre, soit – et c’est particulièrement le cas dans un contexte de proclamation de l’Evangile – se servir d’une terminologie intelligible pour leurs interlocuteurs, juifs ou païens. 

Les divers chapitres de ce Dossier Vivre présentent chacun un nom et ou un titre donnés à Jésus-Christ dans le Nouveau Testament. Il ne s’agit pas de fournir une étude technique et exhaustive du sens de chacun de ces termes, mais, par leur moyen, d’approcher, comme on le ferait d’un diamant, quelques-uns des aspects les plus significatifs de la personne et de l’œuvre de Celui que Dieu a donné pour notre salut. 

Pasteur et théologien au sein de la FREE 

Jacques Blandenier est pasteur et théologien. Ancien animateur de la formation d’adultes de la Fédération romande d’Eglises évangéliques (FREE), il a enseigné dans de nombreux lieux de formation en Suisse, en France et en Afrique. Il a aussi publié plusieurs livres à propos de la Bible et de l’histoire de l’Eglise. Au nombre de ceux-ci :

  • Pour une lecture de l’Ancien Testament à la lumière de l’Evangile (2011),
  • Martin Luther & Jean Calvin. Contrastes et ressemblances (2008),
  • Les pauvres avec nous (2006),
  • L’essor des Missions protestantes (2003) et (avec Jacques Blocher)
  • L’évangélisation du monde (1998).

Les vidéos sur la même thématique avec l'auteur

N°1 "Jésus de Nazareth, fils de Joseph"


N°2 "Jésus, le maître"


N°3 "Jésus, le Christ »


N°4 "Jésus, le Serviteur"


N°5 "Jésus, la Parole de Dieu"


N°6 "Jésus, le Seigneur"


N°7 "Jésus, l'Agneau de Dieu"


N°8 "Jésus, le Grand-Prêtre"


N°9 "Jésus, le Fils de l'homme"


N°10 "Jésus, le Fils de Dieu »


FREE

Une lettre à Martin Luther King Jr - 2016


Évêque Woodie W. Withe à la retraite

Janvier - Février 2016

Note : Chaque année, l’évêque évangélique méthodiste à la retraite Woodie White écrit une «lettre d’anniversaire » au révérend Martin Luther King Jr. dans laquelle il offre son point de vue sur l'état des relations raciales, en particulier aux États-Unis. White, maintenant évêque en résidence à la Faculté de Théologie Candler de l'Université Emory à Atlanta, a été le premier secrétaire général de la Commission générale sur la religion et les relations raciales de l'Église évangélique méthodiste.


Cher Martin,

Je souhaite que cette lettre d'anniversaire puisse être plus positive que celle que j’ai écrite l'année dernière. Ce n'est pas le cas! Le climat racial de notre nation s'aggrave davantage qu'il ne s'améliore! Une rhétorique politique de discours haineux et conflictuels empoisonne l'atmosphère. À notre lutte contre le racisme et à son impact négatif sur la vie et l'héritage américain se sont ajoutées la croissante xénophobie, l’hostilité aux immigrants et même l'intolérance religieuse. Malheureusement, un trop grand nombre de nos dirigeants politiques ou de ceux qui voudraient l’être exploitent les peurs, les préjugés et le sentiment d’insécurité face au terrorisme international en plein développement.

Lady Liberty dans le port doit trouver difficile de ne pas pleurer quand, de sa lumière, elle éclaire la porte d'or et lance l’invitation : « Donnez-moi vos pauvres, vos exténués, qui en rang serrés aspirent à vivre libres, le rebut de tes rivages ».

Le mois dernier, le 6 décembre, nous avons célébré le 150e anniversaire de la ratification du 13e amendement de la Constitution des États-Unis. Cet amendement, qui déclare illégal l'esclavage dans le pays, est un rappel à la fois du coût élevé du racisme - et des efforts de la nation pour redresser ses torts. L'Amérique est encore engagée dans cet effort, mais il y a ceux qui restent attachés à une nation racialement et ethniquement divisée. Ils  échoueront!

Je suis plein d'espoir que l'émergence de l'idée «La vie des Noirs a de l’importance »* pourra élever à la fois le niveau de discussion et le niveau de conscience dans notre quête à régler les problèmes raciaux persistants en Amérique. Le nombre excessif de décès de jeunes hommes non armés, noirs survenus récemment suite à des altercations avec la police nous offre la possibilité de nous engager sérieusement et tout à nouveau dans la poursuite de notre travail inachevé, former une nation. Cependant, ce n’est pas la seule indication que la nation doit se rappeler « La vie des Noirs est importante »*.

Martin, votre cœur se brise, tout comme le mien, avec la mort violente de jeunes hommes noirs dans bon nombre de collectivités. Ces décès sont devenus quelque chose de si communs que certaines communautés semblent s’y résigner. Ces décès sont une tragédie trop peu abordée.

Peut-être que pour beaucoup dans notre pays, noirs et blancs, la vie des Noirs ne comptent vraiment pas! Peut-être que le plus important pour eux est d’être élu à une charge ou d’adopter une législation visant à priver du droit de vote. Peut-être que ça se remarque par des symboles, des signes ou par les couleurs d’un territoire! Cela est inacceptable pour cette nation et son peuple. ...

Cela me conduit à ma grande déception - le quasi-silence des Églises face au récent discours raciste. J'attends un certain tollé d'indignation morale face au climat racial dans ce pays, un certain sens de l'éthique chez les dirigeants politiques et civiques, un certains appel à l'unité raciale, une certaine liberté de contester les voix de la haine!

Martin, je continue à lire et à apprécier votre «Lettre d'une prison de Birmingham», écrite dans votre cellule, le 16 avril 1963. Je crois qu’elle était était votre meilleure oeuvre! Vous invitez les dirigeants de l'Église de ce temps-là à affronter le contexte racial dans lequel ils se trouvaient avec plus d'audace et de cohérence. Je recommande sa lecture aux dirigeants d'aujourd'hui, qui peuvent ne l’avoir jamais lue. Ils la trouveront instructive, car ils luttent eux-mêmes contre l'injustice, les préjugés et l'intolérance raciale dans le contexte d'aujourd'hui.

Si je vous écris aujourd'hui avec une pointe de déception, ce n’est pas sans espoir.

Notre ami et dirigeant courageux, le pasteur William Sloan Coffin, a écrit en 1994: «L'espoir est un état d'esprit indépendant de l'état du monde Si donc votre coeur plein d'espoir, vous pouvez être persévérant à défaut de pouvoir être optimiste. Vous pouvez garder la foi malgré l’évidence, sachant que ce n’est qu’en agissant ainsi que vous aurez une chance de changer la donne. Si donc je ne suis pas optimiste, je suis toujours plein d’espoir ».

Martin, je termine cette lettre, si ce n’est avec optimisme, sinon avec espoir!

Woodie

PS: Martin, après avoir terminé cette lettre, j’achève la lecture d’un nouveau livre Born of Conviction. Il a été écrit par un auteur natif du Mississippi, Joseph T. Reiff. Il détaille avec brio l'expérience de 28 pasteurs méthodistes blancs courageux, qui, en 1963, ont cherché à parler du contexte racial qui était le leur à cette époque. Ils ont publié une déclaration intitulée “Born of Conviction”. Cette déclaration préconisait une société sans ségrégation raciale et confirmait la valeur d'un système scolaire public sans ségrégation raciale. Malheureusement, ils ont payé un prix élevé pour un tel courage. Je me suis inspiré de leur témoignage et je me devais de rappeler ce courage si souvent négligé.


*Note du traducteur : Black Lives Matter  littéralement « les vies noires comptent », parfois abrégé en BLM, désigne un mouvement militant1 actif aux États-Unis depuis 2013 et né dans la communauté afro-américaine. Black Lives Matter organise notamment des manifestations pour dénoncer le racisme, le profilage racial exercé par les forces policières au détriment des Afro-Américains, et la violence policière. Source wikipedia

Traduction eemni

Interpretermagazine

Connexio: actualité du réseau Mission et diaconie 01/2016



Au cours de l’année 2016, le réseau de l’Eglise évangélique méthodiste pour la diaconie et la mission se propose de vous présenter l’actualité dans le monde de Connexio en vous transmettant des informations intéressantes et de première main comme par exemple ce mois-ci en provenance du Cambodge. 

Cambodge

Dans la province Kratie se trouve le village Serey Sokha où vit un paysan du nom de SOTH Sreang et qui, il y a quelques années encore, arrivait à nourrir sa famille du produit de ses récoltes. D’année en année cependant, le réchauffement climatique a raréfié ces récoltes et sa famille a commencé à souffrir de la faim entre les récoltes, ce qui a amené SOTH Sreang à émigrer en Thaïlande pour travailler là-bas dans le bâtiment afin de pouvoir satisfaire aux besoins de sa famille. 

C’est grâce à l’aide de CHAD (Community Health and Agricultural Development), un programme de l’EEM au Cambodge, que SOTH Sreang a finalement pu suivre une formation dans la diversification des plantations et a été encouragé à se lancer dans la plantation de maïs et de légumes. CHAD lui a même facilité la création d’un élevage de poules, de canards et de porcs, et c’est grâce aux fruits de ce travail, qu’il peut à présent nourrir toute sa famille tout au long de l’année. SOTH Sreang a dit qu’il ne pratiquera plus la culture du riz car avec les revenus réguliers que lui procurent maintenant ses récoltes et la vente de ses animaux, il peut acheter le riz nécessaire pour nourrir sa famille. 

Le changement climatique est perceptible 

SOTH Sreang et sa famille peuvent à présent compter avec des revenus stables et suffisamment de nourriture grâce à CHAD.

Photo

SOTH Sreang plante du maïs destiné à la vente. Les premières semences lui ont été  fournies par CHAD comme capital d’investissement. 

Les effets du changement climatique se font sensiblement remarquer au Cambodge. Les périodes de sécheresse succèdent aux inondations et la population agraire ne peut plus se fier aux périodes de pluie et de sécheresse comme par le passé. Les conséquences affectent la récolte du riz qui rythme la vie des cambodgiens car le riz se dessèche, ou même pourrit avant même qu’il ne puisse être récolté.

CHAD essaye donc de former la population de la campagne à une diversification des méthodes d’ensemencement afin de compenser les pertes de riz. Les membres de l’EEM locale apprennent ainsi comment planter localement des légumes avec leur mode d’irrigation ou encore, comment se lancer dans l’élevage de volailles et de cochons. Ils transmettent ensuite leur savoir-faire aux autres habitants de la campagne en leur permettant de ne plus être uniquement dépendants des récoltes de riz et en leur assurant un revenu plus stable. 

A l’instar de SOTH Sreang, de nombreux cambodgiens ont pu profiter de cet enseignement en 2015 et en 2016, il y aura encore davantage de bénéficiaires. 

Connexio soutient CHAD avec une somme de CHF 35'000.- par an. 

Le concours de projets 2016 est lancé 

 

Les paroisses Paris-Gennevilliers et Paris-Résurrection obtiennent le premier prix du concours de projets de Connexio pour leur projet de « Braderie des Chevrins». 

De nombreux projets missionnaires et diaconaux ont été lancés dans les années passées dans les paroisses EEM de Suisse et de France. Dans le cadre du concours annuel, certains parmi les plus utiles d’entre eux, sont récompensés par Connexio, et en 2016, les paroisses pourront à nouveau enregistrer leurs projets chez Connexio. 

En plus du challenge et de l’espoir de gagner un prix, une formidable opportunité est offerte pour les paroisses EEM de présenter des projets en cours de réalisation et motiver, à l’aide d’idées innovantes, les autres paroisses pour faire de même. Pour participer à ce concours, les projets en cours ou sur le point de démarrer pourront se faire inscrire jusqu’au 29 février 2016. 

Les vainqueurs du concours de projets de 2015 ont été les paroisses Paris-Gennevilliers et Paris-Résurrection avec leur « Braderie des Chevrins» permettant à environ 50 personnes à faible revenu d’acquérir des habits ou autres matériels d’usage courant pour un coût de 0,50€ à 5 €. 

Les informations concernant les conditions d’inscription peuvent être obtenues au siège de Connexio ou sur le site www.connexio.ch/projektwettbewerb.

Chaleureuses félicitations ! 


Theo Louis, le quatrième enfant de nos amis Anne et Simon Barth a vu le jour le 18 décembre 2015. La mère et l’enfant se portent bien et Connexio souhaite à la famille Barth un excellent démarrage à six ! 

Congé au pays pour la famille Barth 

La famille Barth sera du 20 Août jusqu’au 13 Novembre 2016 en Suisse pour son congé annuel, et sera disponible pour visiter les paroisses qui en feront la demande, pour parler de leur travail comme coordinateurs de Connexio en Amérique latine. 

Le secrétariat de Connexio propose aimablement son aide pour organiser les rendez-vous, tout en attirant l’attention sur le fait que les dimanches risquent d’être très rapidement pris ! 

Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez au travail de Connexio ainsi que pour votre soutien, votre engagement personnel, votre intercession, ou encore pour vos dons financiers. 

Avec mes chaleureuses salutations, 

Carla Holmes, Chargée de communication 

Envoi des dons en France: Madame Pascale MEYER
27 Rue du Brotsch
FR-67700 Otterswiller
(mention expresse : «Connexio») 

Traduction : E. Fath 

EEMNI

COE: le rôle des Églises dans l’accueil des réfugiés selon le ministre allemand de l'Intérieur

Les Églises d’Europe ont un rôle essentiel à jouer face à l’arrivée de réfugiés en Europe, a déclaré à Genève le ministre allemand de l’Intérieur à l’occasion d’une conférence de deux jours réunissant des représentants de gouvernements, d’agences des Nations Unies, d’organismes ecclésiaux et religieux et d’organisations de la société civile.

«Gérer la crise mondiale des réfugiés est une tâche qui n’incombe pas uniquement aux responsables gouvernementaux», a déclaré Thomas de Maizière, ministre allemand de l’Intérieur, dans le discours qu’il a prononcé à l’ouverture de cette conférence de haut niveau consacrée à la crise des réfugiés.

L’an dernier, plus d’un million de personnes ont pris la mer à leurs risques et périls pour parvenir en Europe, sans compter celles qui sont arrivées par voie terrestre. La majorité de ces personnes fuient le conflit, la violence et la persécution, en particulier en Syrie, en Afghanistan et en Irak. Quelque 3 700 d’entre elles, au moins, seraient mortes en franchissant la mer.

Par ailleurs, les réfugiés syriens qui se sont enfuis vers des pays voisins tels que la Turquie, le Liban et la Jordanie sont en bien plus grand nombre que ceux qui ont tenté d’atteindre l’Europe.

«Les problèmes politiques, sociaux et humanitaires extraordinaires engendrés par la crise des réfugiés montrent que la responsabilité de les résoudre est partagée entre les États, la société civile, le monde des affaires et les Églises», a déclaré M. de Maizière, protestant pratiquant, dans le discours qu’il a adressé à cette réunion.

«Ce sont souvent les paroisses, colonne vertébrale de la société civile, qui leur fournissent une assistance, a-t-il ajouté. Et pourtant, il faut faire encore plus.»

Cette conférence, qui se tient au Centre œcuménique de Genève, a été organisée par le Conseil œcuménique des Églises (COE) en coopération avec le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), le Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP) et le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

La conférence se donne pour objectif de formuler des engagements pour mieux répondre à cette crise et de façon coordonnée,  notamment par la mise en œuvre de politiques de migration et d’intégration ainsi que par la création de mécanismes appropriés pour assurer l’ordre et la sécurité lors des déplacements des réfugiés entre les différents pays d’Europe.

Dans un discours de grande envergure, M. de Maizière a déclaré qu’il était urgent de trouver des solutions communes, à l’échelle de l’Union européenne, à la question des réfugiés et de réviser les procédures d’asile «dysfonctionnelles» de l’Union européenne. Un petit nombre d’États membres seulement, et au premier chef l’Allemagne, absorbent la grande majorité des réfugiés qui arrivent en Europe, a-t-il déclaré, «alors que d’autres États membres se contentent de regarder en spectateurs».

Cependant, M. de Maizière a bien souligné que les pays européens ne disposent pas de ressources illimitées pour absorber des réfugiés et migrants venus d’autres parties du monde, et il a appelé instamment à l’adoption de mesures coordonnées pour renforcer les frontières extérieures de l’Union européenne.

En réponse au discours du ministre allemand de l’Intérieur, l’archevêque Antje Jackelén, de l’Église de Suède, a mis en garde contre le message principal qui en ressortait, à savoir qu’il serait nécessaire de maîtriser le flux de réfugiés, affirmant que cela pourrait avoir des effets contre-productifs sur l’opinion publique.

Elle a pointé du doigt la menace que constitue la progression de la xénophobie et de l’islamophobie, précisant que les Églises devaient combattre «l’instrumentalisation de la foi chrétienne pour légitimer la haine de l’islam».

Cette réunion de haut niveau s’intéresse aux problèmes auxquels sont confrontés les pays d’origine et de transit ainsi que les pays où les gens sont venus chercher accueil et refuge.

Souhaitant la bienvenue à M. de Maizière au Centre œcuménique, le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE, a souligné la nécessité d’un processus de paix politique pour la Syrie et d’autres pays, «faute de quoi, nous ne pourrons jamais régler les situations auxquelles nous sommes confrontés aujourd’hui».

Pour le pasteur Tveit, cette situation n’est pas seulement une crise pour les réfugiés qui sont arrivés en Europe mais une crise de la manière dont l’Europe gère cette situation. «Nous pouvons également dire, a-t-il ajouté, que c’est un défi lancé à l’âme de l’Europe».

Plus d'informations sur le travail du COE sur la migration et la justice sociale

Vidéo du discours de M. de Maizière


18 janvier 2016

COE

Nouveau clip de Leader Vocal « Rivières de Maux »

Nominé aux derniers Angel music Awards , le groupe de rap annonce la sortie d’un nouvel album pour bientôt. Un premier extrait est d’ores et déjà visible sous YouTube : « Rivières de Maux » qui, une fois de plus, souligne les souffrances des chrétiens persécutés.


Histoire du groupe de rap Leader Vocal

Un mot sur la formation de Leader Vocal d’après l’article de Wikipedia qui lui est consacré. François et David Furtade, deux frères originaires des îles du Cap-Vert forment le groupe Leader Vocal en 1991 à Clermont-Ferrand, France 1,2. 3,4,5. Après deux ans d’existence, les deux membres fondateurs se convertissent à l’évangile et deviennent en 1993,6, le premier groupe de rap francophone qui affiche ses valeurs chrétiennes dans le paysage du rap français. À cette époque, le groupe se consacre à la scène en France et à l’étranger accompagné d’une formation acoustique. Dès 1996, le groupe se resserre autour du duo fondateur et sort son premier album intitulé La Prison Mentale. En 1998, Leader Vocal collabore avec le label et distributeur de musique chrétienne « Séphora, La Musique De La Vie » pour la production de leur deuxième album « Hosanna ». Ils sortiront ensemble en 2004 l’album L’Odeur Du Sang et L’Odeur Du Sang - Face B en 2007 7.

Après de nombreuses années d’absence, le groupe revient en 2014 avec un EP 7 titres intitulé Worship qui annonce la sortie imminente d'un nouvel album, courant 2015 8.

Le groupe Leader Vocal est engagé dans la lutte contre les persécutions des chrétiens à travers le monde 9.

C'est à partir du 16 avril 2014 que le groupe fait part de son combat en faveur des chrétiens persécutés, à travers trois clips vidéos, Toujours Debout, La Voix des Martyrs et Liberté d’Expression. Ces trois titres donnent lieu à plusieurs articles et interviews 10,11,12,13,6.

En octobre 2015, le groupe Leader Vocal réalise le clip « Mon Identité » pour le film « Patries » de Cheyenne Carron14.

Notes et références

1 « PRESS-BOOK » [archive], Journal Le Monde

2 « Leader Vocal - nouveau clip et bientôt nouvel album ! » [archive]

3 « Leader Vocal et la Coupe du Monde de foot » [archive], Emission : Ze Mag (consulté le 27 juin 2015)

4 « Mission, re-christianiser la Suisse » [archive], Emission : Faut Pas Croire, RTS1 (consulté le 8 mars 2015)

5 « V.I.P. Alexandre Romanès et Leader Vocal » [archive], Emission : V.I.P sur la chaîne nationale française KTO]] (consulté le 31 janvier 2015)

6 ↑ a et b Charlotte d'Ornellas, « Entretien avec François Furtade » [archive]

7 « LEADER VOCAL France / Cap-Vert » [archive]

8 « Impressions Leader Vocal Mars 2015 » [archive]

9 « Le retour de Leader Vocal au profit des chrétiens persécutés » [archive], Site d’information Evangélique.info

10 ↑ Daniel Hamiche, « Leader Vocal : le groupe de Rap qui combat la christianophobie » [archive]

11 ↑ Daniel Hamiche, « Leader Vocal : un remarquable « Cri contre le silence » » [archive]

12 ↑ Sylvain Dorient, « Deux rappeurs de Dieu portent « la voix des martyrs » » [archive]

13 « On chante pour l'Eglise persécutée » [archive]

14 « Vidéo le clip de Leader Vocal pour “Patries” » [archive]


Liens

- sur Wikipedia

https://fr.wikipedia.org/wiki/Leader_vocal

- sur ENroute

LEADER VOCAL en clips

LEADER VOCAL prend la défense de l’Église persécutée

Interview détaillée des frères Furtade - Leader Vocal

EEMNI

Conférence annuelle 2016: essayons ensemble de nouvelles choses - dès maintenant


La CA à Münsingen en 2012


La Conférence annuelle de l’Église évangélique méthodiste Suisse/France/Afrique du Nord qui se réunit du 16 au 19 juin à Münsingen et à Interlaken (dimanche) aura pour thème  « En plein centre ». Le groupe de travail en Sotériologie guidera la Conférence par ses idées et ses réflexions.

L'équipe a concentré ses travaux sur trois thèmes bibliques, qu’elle relie à trois maîtres mots guidant l’action:

- Shalom avec une convivialité diversifiée

- Réconciliation avec les arts martiaux

- Sanctification avec l'image de l'arbre

Le travail de réflexion s’articulera sur ces trois thèmes et les trois images inviteront à des expérimentations. Ce n’est pas parce qu’on multiplie les prédications que le langage gagne en efficacité. La Conférence annuelle ménagera elle-même de la place à de nouvelles expériences: Il est question de collecter ses propres expériences autour de ces thèmes et de ces images connexes. Une grande table de communion festive avec les membres de l’EEM et des habitants de Münsingen marquera donc le début de la Conférence annuelle.

Notre propre foi en Jésus-Christ grandit dans l’écoute, dans d’honnêtes discussions et dans de véritables rencontres. Alors s’établit la confiance dans les échanges. Et dans notre discussion, l'Évangile a aussi sa place.

Par conséquent, le vécu des membres de l’EEM jouera un grand rôle à la Conférence annuelle. Emprunter de nouveaux chemins, essayer autre chose, exige du courage. La Conférence annuelle et toutes ses communautés locales sont invitées en amont à avoir le courage d'innover, d’essayer d’être en route avec les autres, d'être créatif, de faire l’expérience de manière inhabituelle du shalom, de la réconciliation et de la sanctification et de partager aux uns comme aux autres les bonnes expériences ainsi que les expériences difficiles.

Si vous faites des expériences en rapport avec ces maîtres mots ou plus généralement sur le salut dans votre communauté, à votre travail, au sein de votre famille ou dans vos loisirs, vous êtes cordialement invité(e) à nous en faire part dès maintenant en amont de la CA et pendant sa session. Claudia Haslebacher, Stefan Moll ou Gere Luder seront heureux de recueillir votre témoignage. Le groupe sotériologie sur Facebook fournit un cadre propice aux discussions et expérimentations.

C’est ainsi que la Conférence annuelle va commencer à vivre - en amont de la rencontre proprement dite, en Afrique du Nord, en France, en Suisse.

Par ailleurs :  Si vous n’êtes pas membre de la Conférence, mais que vous voulez travailler sur le thème principal - et nous espérons que vous serez nombreux - réservez-vous le samedi, 18/6/2016 de 10h à 16h.

La CA 2012 se tenait déjà à Münsingen


EEMNI

compléments


La persécution n’est pas seulement des chiffres, mais des personnes


Le point de vue de Michel Varton, directeur de Portes Ouvertes France

 Ce qui les touche nous touche

L’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2016 signale une augmentation de la persécution contre les chrétiens, et ce, sur 4 continents. Mais …

Synthèse

 

Cette année, la persécution est encore en hausse (2,6 points en moyenne) par rapport à l’année dernière. La Corée du Nord arrive en tête de l’Index Mondial de Persécution …

Les chiffres de la persécution

PERSÉCUTION EXTRÊME 

Plus de 150 millions de chrétiens sont persécutés dans le monde aujourd'hui !

LES CHIFFRES DE LA PERSÉCUTION 

(du 1er novembre 2014 au 31 octobre 2015) 

Portes Ouvertes: persécutions antichrétiennes en hausse sensible

L’association Portes Ouvertes est présente dans une soixantaine de pays pour soutenir les chrétiens persécutés. Comme chaque année, elle publie l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens. A l’intention du public le plus large, elle inventorie les faits de violence contre les chrétiens. Son constat est sans appel : ces faits de violence ont doublé et l’extrémisme islamique, première source de persécution, s’enracine chaque année. L’année qui vient de s’écouler est l’année des débordements.

La persécution n’est pas seulement des chiffres, mais des personnes


Le point de vue de Michel Varton, directeur de Portes Ouvertes France

 Ce qui les touche nous touche

L’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2016 signale une augmentation de la persécution contre les chrétiens, et ce, sur 4 continents. Mais ce qu’il nous révèle particulièrement cette année, c’est que nous ne sommes plus des spectateurs lointains d’une situation qui ne nous concerne guère.

D’abord, parce que la violence, vécue par tant de communautés chrétiennes, a fait irruption directement chez nous, à deux reprises, dans des événements tragiques, en janvier et novembre 2015, perçant les entrailles de notre société et menaçant nos certitudes. Ensuite parce que nous sommes confrontés aux flots de réfugiés, venant du Moyen-Orient et de l’Afrique, tels que Portes Ouvertes l’avait soulevé dans l’index 2015. Parmi eux, des milliers de chrétiens.

Il existe aussi une autre raison importante pour laquelle la persécution des chrétiens nous concerne de près. C’est le fait que la liberté de croire, sœur intime de la liberté de conscience et de la liberté de pensée, est à la base de toutes nos valeurs occidentales. Lorsqu’elle est supprimée, la tyrannie est à la porte. C’est notre liberté qui est menacée.

C’est pourquoi j’invite chacun à prendre connaissance des résultats de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2016.


Synthèse

 

Cette année, la persécution est encore en hausse (2,6 points en moyenne) par rapport à l’année dernière. La Corée du Nord arrive en tête de l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens pour la 14e classement. L’extrémisme islamique constitue le principal mécanisme de persécution dans 35 des 50 pays de l’index. Autres mécanismes en nette augmentation : le nationalisme religieux et le totalitarisme. 

Corée du Nord – 14 ans en tête de l’index 

La Corée du Nord est en tête des pays où les chrétiens sont le plus persécutés pour la 14e qui se passe dans le pays, on estime qu’au moins 50 000 chrétiens souffrent dans des camps de travaux forcés. 

L’Érythrée (N°3) et le Pakistan (N°6) – Fortes progressions en haut du classement 

L’Érythrée: surnommée «la Corée du Nord de l’Afrique», elle se range parmi les pires pays en termes de liberté de religion et de liberté de la presse. Les droits humains y sont gravement bafoués. Le régime totalitaire du président Afewerki constitue le principal mécanisme de persécution dans le pays. Tout chrétien qui ose s’exprimer et protester contre le traitement réservé aux chrétiens est emprisonné ou arrêté, quelle que soit sa position sociale. De nombreux chrétiens tentent de fuir le pays. Leur destination de prédilection: l’Italie où 22% de tous les réfugiés qui arrivent par Unies datant de novembre 2014). 

Au Pakistan, la violence contre les chrétiens a atteint des records en 2015. Le pays se hisse au même niveau de violence soudaine que le Nigéria. On se souvient du meurtre d’un couple chrétien qui travaillait dans un four à briques le 4 novembre 2014 et de la double attaque à la bombe lancée contre deux églises à Lahore le 15 mars 2015, faisant 25 morts et des dizaines de blessés. 

Cette violence se manifeste aussi par l’abus quotidien de jeunes filles chrétiennes, lesquelles sont enlevées, violées, forcées de se marier et de se convertir à l’islam. Aucun domaine de la vie courante du chrétien n’est épargné par la persécution. 3,8 millions de chrétiens pakistanais se sentent de plus en plus menacés. 

La persécution marteau – C’est au Nigéria qu’on a tué le plus de chrétiens en 2015 

Les pays où la violence dirigée contre les chrétiens a atteint les plus hauts niveaux ont été : Le Nigéria (N°12), le Pakistan (N°6), l’Irak (N°2), la Syrie (N°5), le Myanmar (N°23), la République Centrafricaine (N°26), l’Égypte (N°22), le Mexique (N°40), le Soudan (N°8) et l’Inde (N°17).

Au Nigéria, Boko Haram est responsable de la plupart des violences commises contre les chrétiens. Ainsi, plus de 4 000 chrétiens ont perdu la vie dans des attaques de Boko Haram en 2015. Les chrétiens, notamment les fermiers, subissent aussi des atrocités de la part des tribus peules (Hausa-Fulani), à majorité musulmane, dans les ces attaques. Et au moins 30 000 chrétiens ont été chassés par les Peuls dans le seul atrocités commises par les bergers peuls contre les fermiers chrétiens. Ces exactions sont passées sous silence mais elles ressemblent à un nettoyage ethnique sur la base d’une appartenance religieuse. 

La persécution étau – 10 premiers pays en Afrique, Asie et Moyen-Orient 

La persécution étau est une persécution au quotidien, celle dont on ne parle jamais, car peu visible. Il s’agit d’une persécution d’usure dont l’objectif poursuivi est le même que la persécution marteau: la disparition de la présence chrétienne. Un des buts de l’index est de mesurer cette persécution dans 5 domaines particuliers: la vie privée, la vie familiale, la vie sociale, la vie civile et la vie ecclésiale. Les 10 premiers pays particulièrement concernés par ce type de persécution sont: La Somalie, la Corée Yémen et la Syrie. 

Le Niger (N°49) et Bahreïn (N°48) – Nouveaux entrants 

Le Niger passe graduellement d’un islam modéré, caractéristique des pays d’Afrique grandit et l’avancée de Boko Haram a généré une nette augmentation de la violence contre les chrétiens. 

Le Bahreïn a longtemps été considéré comme un des pays les plus tolérants de la Péninsule Arabique en matière de liberté religieuse. Mais depuis que l’émir a intro- duit progressivement la charia, la liberté d’expression des chrétiens, déjà limitée, a encore diminué. 

Le Sri Lanka et la Mauritanie : Situation toujours critique 

Présents dans l’index l’année dernière, le Sri Lanka et la Mauritanie sont sortis du classement cette année. Non pas que la persécution ait baissé dans ces pays, mais parce qu’elle a augmenté au Niger et à Bahreïn, les deux nouveaux pays entrants. 

Au Sri Lanka, des églises sont encore attaquées par les communautés bouddhistes locales, malgré une nouvelle espérance de protection des minorités religieuses au travers du nouveau gouvernement récemment élu. 

La Mauritanie fait partie des 4 seuls pays au monde étant officiellement une République islamique. L’influence d’al-Qaïda au Magreb Islamique va en grandissant dans le pays. Toute activité chrétienne est toujours sous surveillance. 

Les chrétiens – Victimes des califats autoproclamés en Irak (N°2), Syrie (N°5), Somalie (N°7) et Libye (N°10) 

Ces califats autoproclamés sont responsables de la persécution antichrétienne dans 4 des 10 pays en tête de l’index (l’Irak, la Syrie, la Somalie et la Libye) et ils sont également très actifs dans un cinquième, l’Afghanistan. 

Aujourd’hui, le groupe Etat Islamique (EI) contrôle une région aussi vaste que la Grande-Bretagne. Les chrétiens sont toujours plus nombreux à partir. La plupart d’entre eux fait le même constat : « On ne veut pas de nous ici, or nous devons assurer un avenir à nos enfants. » 

D’autres groupes extrémistes, comme Boko Haram au Nord du Nigéria et les Shebab en Somalie ont prêté allégeance au groupe EI et travaillent à élargir leur champ d’action aux pays voisins dont le Niger, le Tchad et le Kenya. De fait, le Kenya a vécu son pire attentat depuis 15 ans, le 2 avril 2015, quand des extrémistes ont pris en otage 700 étudiants à l’Université de Garissa et qu’ils ont massacré 148 chrétiens après les avoir consciencieusement séparés des musulmans. 

De nombreux autres mouvements extrémistes, présents jusqu’en République Démocratique du Congo, cherchent à faire partie des califats chapeautés par le groupe EI. 

Les chrétiens dans les points névralgiques des conflits – Irak (N°2), Yémen (N°11), Kenya (N°16) 

Plusieurs zones de conflit du monde sont des régions où les chrétiens particulièrement vulnérables. 

Irak: Nul n’ignore les batailles et les bombardements concernant le groupe EI. Ce que l’on mesure moins, c’est l’ampleur de la radicalisation des populations, effectuée en coulisse et ce, même dans les pays où l’organisation n’a pas de présence apparente. Par exemple, la région kurde du Nord de l’Irak (l’Irak est monté de 4 points, en 2e position) est pour le moment un havre de paix et une protection pour des milliers de réfugiés chrétiens venant de Mossoul et de la Plaine de Ninive. Mais, à cet endroit même, le gouvernement kurde incite à la discrimination à l’achat, en donnant l’ordre aux propriétaires de vendre leurs terres de préférence à des familles musulmanes dans plusieurs régions et villes essentiellement chrétiennes. Ce « processus de renversement démographique » en cours dans de nombreuses régions où les chrétiens sont majoritaires, force les chrétiens à vivre dans des conditions précaires et les pousse à l’exode. 

Yémen : C’est le champ de bataille entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. Presque tous les Occidentaux ont fui, laissant quelques milliers de chrétiens d’arrière-plan musulman dans le pays. L’Église ne tient qu’à un fil.

Kenya: Dans le Nord et les régions côtières, la population musulmane est de plus en plus radicalisée. Les attaques des extrémistes Shebab ont tué 28 chrétiens dans un bus de Mandera le 22 novembre 2014, 148 étudiants chrétiens de l’université de Garissa le 2 avril 2015 et 14 ouvriers chrétiens travaillant dans les carrières, à Mandera le 7 juillet 2015. La majeure partie de ces attaques furent des meurtres de « type exécution » : Les chrétiens ont été séparés des musulmans et spécifiquement visés.

Afrique – 16 pays sur 50, situés sur le continent africain 

Cette année encore, les pays africains sont nombreux dans le classement de l’index : 16 sur 50, dont 7 dans les 20 premiers. Parmi les 15 pays qui se tiennent à la porte de l’index et qui risquent d’y entrer dans les prochaines années, on trouve 9 pays africains, principalement en Afrique Subsaharienne. Cette région constitue le premier foyer d’extrémisme islamique au monde après le Moyen-Orient. 

Les 6 pays qui comptent le plus grand nombre de chrétiens assassinés pour leur foi en 2015 sont tous des pays d’Afrique Subsaharienne: le Nigéria, la Centrafrique, le Tchad*, la République Démocratique du Congo*, le Kenya et le Cameroun*. 

Inde (N°17) – Les extrémistes hindous de nouveau au pouvoir 

Pour la 1re fois, l’Inde fait partie des 20 premiers pays de l’index en zone de persécution forte. En mai 2014, la plus grande démocratie du monde a élu Narendra Modi, nationa- liste hindou radical. Depuis son arrivée au pouvoir, les auteurs d’exactions contre les silencieux devant les attaques contre les églises et les responsables de communautés qui se sont multipliées en 2015. La police ne se déplace plus et une saisine de la justice n’a guère de chance d’aboutir. Le gouvernement amnistie tous ceux qui s’en prennent aux chrétiens. 

Libye – L’anarchie ouvre la voie à toutes les exactions 

En 2015, alors que le monde semble avoir oublié la Libye, celle-ci fait pour la 1re fois divisé en trois régions distinctes et où les partisans du groupe EI gagnent rapidement du terrain. La petite communauté de chrétiens d’arrière-plan musulman doit se faire totalement invisible pour survivre et les migrants chrétiens, notamment en provenance du Soudan et de l’Erythrée sont pris pour cible. Des dizaines d’entre eux ont été tués 

Asie Centrale – Détérioration de la liberté religieuse 

La crainte de la montée de l’extrémisme islamique est utilisée comme prétexte par Toute la société est concernée, particulièrement les groupes religieux, dont les chrétiens. L’Ouzbékistan (N°15) et le Turkménistan (N°19) font partie des 20 premiers de l’index cette année. Le Tadjikistan (N°31) et l’Azerbaïdjan (N°34) font partie des pays en forte hausse en 2015, montant respectivement de 14 et 12 places dans le classement des 50 pays où les chrétiens souffrent le plus en raison de leur foi. 

Amérique Latine – Les narcotrafriquants étendent leur champ d’action 

Même sur le continent le plus christianisé du monde, la persécution antichrétienne augmente. Il s’agit de pays où le gouvernement a du mal à contrôler son territoire, ou y a renoncé totalement. 

De puissants mouvements de guérilla passés au trafic de drogue comme les FARC en Colombie (N°46), ainsi que des syndicats du crime de type maffieux sont présents sur tout le continent, armés, prêts à tuer quiconque se met en travers de leur route. Ils pratiquent également la corruption. Souvent, les seuls qui s’opposent à ce racket violent sont les responsables d’églises. Ces derniers peuvent s’attendre à être agressés, voire assassinés. 

Dans une ville du Mexique, les malfrats sont venus trouver le pasteur et lui ont dit : « nous avons compté qu’il y avait 550 personnes dans votre église, cela signifie que vous devez nous donner 10 000 dollars par mois... Si vous payez, vous resterez en vie. » 

Les chiffres de la persécution

PERSÉCUTION EXTRÊME 

Plus de 150 millions de chrétiens sont persécutés dans le monde aujourd'hui !

LES CHIFFRES DE LA PERSÉCUTION 

(du 1er novembre 2014 au 31 octobre 2015) 

Ces chiffres ne concernent que les assassinats de chrétiens prouvés de manière certaine. Ils sont donc en dessous de la réalité. Ils combinent les informations du terrain et celles publiées dans la presse et sur internet. En 2015, l’équipe de recherche de Portes Ouvertes a compté : 

- Au moins 7 100 chrétiens tués pour des raisons liées à leur croyance, soit une augmentation de 63 % par rapport à l’année dernière où on en comptait 4 344. Chaque année ce nombre ne cesse d’augmenter, montrant une croissance de la persécution contre les chrétiens dans le monde (en 2013, ils étaient 2 123 et en 2012, 1 201). 

- Au moins 2406 églises ciblées1, soit plus du double par rapport à l’année dernière où on en comptait 1 062 (en 2013, elles étaient 1 111). 

NOMBRE DE CHRÉTIENS TUÉS 

Comme l’année précédente, le Nigéria est le pays où le plus grand nombre de chrétiens ont été tués pour des raisons liées à leur croyance en 2015. Ce nombre, 4028 a été presque multiplié par 2 par rapport à 2014 (2484), et multiplié par 6 par rapport à 2013 (612). 

Dans certains pays, les chrétiens ont subi des violences physiques à grande échelle. Les chrétiens de pays situés en Afrique Subsaharienne, où des groupes terroristes islamiques comme Boko Haram, la Séléka, la rébellion de l’ADF Nalu et les Shebab sont actifs, subissent de fortes pertes humaines. C’est le cas du Nigéria, de la Centrafrique2, du Tchad, de la RDC, du Kenya et du Cameroun. 

 

DES CHIFFRES SOUS-ESTIMÉS 

PAYS OÙ DES CHRÉTIENS ONT ÉTÉ TUÉS POUR LEUR FOI EN 2015 

Plus de 1000 chrétiens tués Entre 100 et 999 chrétiens tués Entre 10 et 99 chrétiens tués Entre 1 et 9 chrétiens tués 

Nos estimations du nombre de chrétiens tués sont en dessous de la réalité. En effet, trois catégories d’assassinats n’ont pas pu être comptabilisées de manière exhaustive : 

1. Catégorie des oubliés : les chrétiens dont la mort n’est pas rapportée dans les médias, soit parce que ces derniers sont contrôlés (comme en Corée du Nord), soit parce que leur mort n’est pas considérée comme une information intéressante (comme en Inde). 

2. Catégorie des fragilisés : les chrétiens tués car devenus très vulnérables en raison d’une guerre (comme en Syrie ou en Centrafrique). Du fait de leur neutralité et de leur refus de se rallier à un camp ou à un autre, ils deviennent une cible. Ils sont également très faciles à attaquer car ils ne sont pas protégés par une milice ou une armée. 

3. Catégorie des étouffés : les chrétiens qui décèdent en raison d’une discrimination à long terme qui les prive des droits les plus élémentaires tels que l’accès à l’eau potable et aux soins médicaux (comme au Mexique ou au Nigéria du Nord). Ils ne sont pas tués de manière directe mais après des années de privations. 

NOMBRE D’ÉGLISES CIBLÉES 

C’est en Chine que l’on compte le plus grand nombre d’églises ciblées en 2015. Suivent trois pays africains, le Nigéria, la Centrafrique et le Niger qui ont aussi connu plus de 100 destructions et endommagements d’églises. Le graphique ci-dessous présente les 10 pays où on a constaté le plus grand nombre d’églises ciblées en 2015 :

Une attaque sur une église peut avoir un effet destructeur sur tous les chrétiens qui fréquentaient cette église et ce pour longtemps. Les chrétiens auront peur de retourner à l’église avec leur famille. Cette peur peut aussi se propager à d’autres communautés chrétiennes. Une église détruite et qui n’est jamais reconstruite reste un témoin de la vulnérabilité des chrétiens et de l’impunité des persécuteurs. Parfois, la destruction d’église peut entraîner un déplacement de population, qui facilite l’expulsion d’une population indésirable d’un territoire. Ce fut le cas en Indonésie en octobre 2015, où la seule annonce de destruction d’église dans la Province d’Aceh a entraîné la fuite de 8 000 chrétiens. 



Découvrez les 5 pays où la persécution des chrétiens est la plus forte selon l’Index Mondial de Persécution des Chrétiens 2016

Tendances 2016

1 En haut du classement

En tête de l’index, on trouve pour la 14e année consécutive la Corée du Nord, suivie respectivement de l’Irak et de l’Érythrée. En 2015, trois pays ont fait une poussée de fièvre antichrétienne : l’Erythrée, le Pakistan et la Libye. Le Pakistan figure en 6e  place, son plus haut rang jamais atteint.

2 Une progression constante de la persécution

Cette année, de nouveau, la persécution des chrétiens augmente. La violence meurtrière et exterminatrice contre les chrétiens et leurs églises a aussi augmenté, avec l’enregistrement de 7100 cas de chrétiens tués en 2015 pour des raisons liées à leur foi, soit une augmentation de 63% par rapport à l’année dernière où on en comptait 4344. Plus de 2406 églises ont été ciblées par des procédures de fermeture arbitraire, des attaques et des destructions en 2015, soit plus du double par rapport à 2014 (1 062). 

Pour faire court, il devient de plus en plus difficile, dans un nombre de pays qui va croissant, de pratiquer sa foi chrétienne.

3 L’Inde : violences en toute impunité contre les chrétiens

En Inde, l’arrivée au pouvoir des nationalistes hindous a exacerbé les tensions contre les chrétiens. Les exactions contre la minorité chrétienne ont augmenté, et ce, en toute impunité. Rajeshwar Singh, dirigeant influent proche du pouvoir, a annoncé un plan politique d’élimination totale des minorités religieuses au profit de l’hindouisme d’ici le 21 décembre 2021.

4 L’extrémisme islamique : encore la première source de persécution

D’année en année, cette tendance ne fait que se renforcer et a des répercussions partout dans le monde.

Dans 35 pays sur les 50 que comptent  l’index, l’extrémisme islamique est le principal mécanisme de persécution, que ce soit dans des pays du Moyen-Orient, d’Afrique Subsaharienne ou d’Asie (Centrale et du Sud-Est).

L’influence de l’extrémisme islamique et notamment du groupe Etat Islamique a pour effet une radicalisation des sociétés musulmanes, même au Kurdistan irakien, abri précaire pour 120 000 réfugiés chrétiens. La conséquence est un rejet de plus en plus grand de toute présence chrétienne, pas seulement de la part des djihadistes mais de la part de la société toute entière qui se rallie à une vision fondamentaliste de l’islam. 

La crainte de la montée de l’extrémisme islamique amène certains États à prendre des mesures de restriction générale opérant un contrôle strict sur toute forme d’ex- pression religieuse au-delà des seules manifestations de radicalisation. Les chrétiens en sont aussi victimes. C’est le cas en Ouzbékistan, ou au Myanmar. 

5 Un refus de coexister avec les chrétiens

La persécution prend une forme de nettoyage ethnique qui refuse toute cohabitation entre les communautés chrétiennes et musulmanes. On le constate au Moyen-Orient, en Afrique et en Asie.

Au Moyen-Orient et en Afrique, le désir d’exterminer les églises sur certains territoires est sans précédent. Au Nigéria (Nord, Nord-Est et ceinture centrale), en Syrie, en Irak, au Soudan (monts Nouba), en Somalie, au Kenya (Nord-Est), la persécution a pour but de chasser les chrétiens de leurs terres ancestrales. 

Jamais auparavant nous n’avions assisté à une telle migration de chrétiens. En Syrie, au Nigéria, au Kenya ou encore en Érythrée, des villes et des régions entières se vident de leur population chrétienne. Même les chrétiens pakistanais fuient vers les pays d’Asie du Sud-Est, demandant l’asile pour cause de persécution. 

Ce refus de vivre ensemble est aussi caractérisé par une persécution souvent invisible : la persécution de type étau, qui vise l’anéantissement des communautés chrétiennes par les discriminations et les brimades répétées sur la durée. Les 10 pays où les chrétiens souffrent le plus de cette persécution sont: la Somalie, la Corée du Yémen et la Syrie. 

6 La persécution d’État, toujours d’actualité

Certains États instrumentalisent la religion pour des raisons nationalistes. En Corée du Nord, on peut parler d’une « religion athée ». En Inde, l’hindouisme est utilisé pour cimenter la nation aux dépens des minorités.

La Corée du Nord se situe en tête de liste pour la 14e année consécutive. Le christianisme y est considéré comme «ennemi d’État». Pourtant, on estime que 300000 chrétiens y vivent, cachant leur foi. Si leur croyance est découverte, ils sont envoyés, ainsi que toute leur famille, sur plusieurs générations, en camp de travaux forcés. 

En Erythrée, le gouvernement notamment, exerce une forte pression sur l’Église et persécute les chrétiens dans leur vie privée, familiale, civile, sociale et ecclésiale. Cette répression est étroitement liée au caractère autoritaire du régime érythréen. Des chrétiens y sont enfermés dans des conteneurs en métal, dans le but de leur faire renier leur foi. 

En Inde, l’arrivée au pouvoir des nationalistes hindous a exacerbé les tensions contre les chrétiens. Les exactions contre la minorité chrétienne ont augmenté, et ce, en toute le 21 décembre 2021. 

Le prochain album de Leader Vocal dédié aux chrétiens persécutés sort en mars 2016


Sur Tweeter


PORTES OUVERTES

ACAT: manifestation de soutien pour les enfants syriens aujourd’hui à Paris


4 heures pour 4 millions d'enfants syriens privés d'école

Le calvaire que vit le peuple syrien va, dans quelques semaines, entrer dans sa sixième année, avec chaque jour son cortège de souffrances.

Persécutés par le régime de Bachar Al-Assad et depuis deux ans par Daech, les Syriens avec plus de 250 000 victimes, dont des dizaines de milliers de morts sous la torture dans les prisons du régime, des dizaines de milliers de disparus, payent un très lourd tribut à leur exigence du droit à la liberté et à la démocratie.

Dans ce pays en proie à la guerre, qui a déplacé 7 millions de personnes à l’intérieur du pays et contraint plus de 4 millions à se réfugier à l’étranger sur un total de 23 millions d’habitants, les plus affectés de tous sont les enfants.

4 millions d’enfants sont sortis du système scolaire, dont près d’un million dans les camps de réfugiés à l’étranger.

Cette situation va laisser pour toute une génération de profondes cicatrices. En Syrie, les écoles qui devraient être des lieux sûrs sont devenues des espaces de tous les dangers, elles sont soumises à des attaques aériennes et à des tirs de roquette. Pour l’année 2014, au moins 60 écoles ont été la cible d’attaques (UNICEF).

Alors que 18% des écoles sont entièrement détruites, d’autres sont utilisées à des fins militaires et sont de fait interdites aux enfants.

Dans les camps de réfugiés, l’infrastructure scolaire est totalement insuffisante, avec pour conséquence le recours au travail des enfants. On estime qu’un enfant réfugié syrien sur 10 travaille. En Jordanie, près d’une famille de réfugiés sur deux avoue être dépendante des revenus de ses enfants.

L’avenir de millions d’enfants syriens est en jeu. Rappelons que le droit à l’éducation est établi en vertu de la Convention internationale des Droits de l’Enfant (CIDE). Il faut en finir avec la dévastation des infrastructures scolaires en Syrie. Elles doivent être déclarées « zone de paix » et protégées comme telles.

La communauté internationale et les organisations donatrices doivent s’impliquer fortement dans l’éducation des enfants syriens.

Nous disons « OUI » à l’avenir d’une Syrie libre et démocratique en nous mobilisant pour la protection et la scolarisation des enfants syriens.

Nous disons « NON » à une génération perdue d’enfants syriens .

Appellent au rassemblement : Collectif pour une Syrie Libre et Démocratique – Comité de Coordination de Paris de soutien à la Révolution syrienne – Conseil National Kurde syrien – Déclaration de Damas – Souria Houria – Ila Souria – Union syndicale Solidaires – Appel Solidarité Syrie – Mémorial 98 – EE les Verts – Cham’s – PS – MRAP – ATTAC – Syrie MDL – Revivre – La Vague Blanche – ACAT – LDH – Mouvement du 15 mars – CEDETIM/IPAM – REMDH – MEDINA – Solidarité Laïque – UNEF – FSU – La Fondation Copernic – Ensemble – Ligue de l’ Enseignement – NPA – CCFD-Terre Solidaire – Appel d’Avignon – REF – SNESUP-FSU – Collectif des amis d'Alep – La Voix de l'Enfant – FIDH

La Manifestation avait lieu samedi 16 janvier de 15h à 19h devant la Fontaine des Innocents, Place Joachim du Bellay - 75001 Paris

ACAT

FEPS: non à l’initiative « Pour le renvoi effectif des étrangers criminels »

 

L’initiative populaire fédérale « Pour le renvoi effectif des étrangers criminels » demande une automatisation des renvois sans tenir compte ni de la situation personnelle ni de la gravité du délit, méprisant des principes de justice fondamentaux dans un Etat de droit. Les renvois systématiques négligent en outre le droit au respect de la vie familiale. La Fédération des Eglises protestantes de Suisse rejette donc ce texte en votation le 28 février.

L’initiative « Pour le renvoi effectif des étrangers criminels (initiative de mise en oeuvre) » attaque directement la Suisse en tant qu’Etat de droit. En effet, dans le système de droit suisse, la peine doit être équitable, proportionnelle par rapport au délit. Or l’initiative propose de remplacer l'examen de chaque cas par des renvois automatiques. Elle ignore par ailleurs deux autres fondements de notre droit : le principe du sens de la peine, ainsi que l'objectif de resocialisation.

Avec l'automatisation des renvois, des familles seraient séparées dans le mépris du droit au respect de la vie familiale. En ignorant ainsi ce droit, le texte de l'initiative fait primer le droit national sur les droits de l'homme, établissant un dangereux précédent. 

Enfin, le nom de l’initiative est trompeur. Il ne s’agit pas simplement d’appliquer ce que proposait l’initiative « Pour le renvoi des étrangers criminels » que le peuple suisse a accepté le 28 novembre 2010. L'initiative en votation le 28 février 2016 va plus loin, élargissant le catalogue de délits menant à un renvoi.

Les arguments de la FEPS sont explicités et complétés dans une prise de position que vous pouvez télécharger ici.

.-.-.-.-

Berne, le 14 janvier 2016

Fédération des Eglises protestantes de Suisse FEPS

Allemagne, Marbourg: une publicité chrétienne dans un quotidien de Francfort en réponse à la Une de "Charlie Hebdo"



La Fondation des Médias de Marbourg lance une campagne publicitaire "Dieu est là" dans les colonnes du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ)

En réponse au titre blasphématoire du dernier numéro de la revue satirique "Charlie Hebdo" (Paris), la Fondation évangélique des Médias de Marbourg lance une campagne "Dieu est là ».

Elle va publier, entre autres, le 13 janvier, dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ), une publicité destinée à clarifier l'image chrétienne de Dieu.

Le magazine satirique avait publié un numéro spécial le jour anniversaire des attaques terroristes où 17 personnes avaient perdu la vie. La une présente le Dieu des chrétiens comme un terroriste, bien que les terroristes se réclament d’Allah.

Le Dieu de la Bible est dépeint comme un vieil homme barbu taché de sang et muni d’une arme automatique. Sur sa tête flotte un triangle avec un oeil au centre, un symbole trinitaire du Dieu chrétien avec le texte suivant : "Un an après: l’assassin court toujours". Comme pour dire que Dieu est responsable du terrorisme. Tant qu'il se promène librement, la violence ne disparaîtra pas.

« Dieu est là. Il n’est pas en cavale et Il n’est pas un terroriste, mais un Dieu d'amour qui vient à la rencontre des hommes par Jésus-Christ et reste avec eux »

« En tant que chrétiens, nous ne voulons pas simplement accepter ça. Par cette publicité, nous entendons véhiculer une image différente de Dieu », a déclaré le Président de la Fondation Marburger Media, Frieder Trommer (Marbourg).

FAZ4


« Dieu n’est pas en cavale et Il n’est pas un terroriste, mais un Dieu d'amour qui vient à la rencontre des hommes par Jésus-Christ et reste avec eux ». La publicité sera publiée dans le quotidien de Frankfort la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ) le 13 janvier 2016. Dans cette annonce, il est aussi précisé que toute personne qui le souhaite, pourra obtenir un exemplaire de l'Evangile de Luc gratuitement, ajoute Trommer.

12.01.2016

Traduction eemni

IDEA

Mali, Timbouctou: enlèvement d’une missionnaire suisse

Béatrice Stöckli avait déjà été enlevée, une première fois, il y a quatre ans

Tweets remontant à son premier enlèvement en 2012 

Au Mali, des inconnus ont kidnappé une missionnaire évangélique suisse. Plusieurs hommes armés ont enlevé Beatrice Stockly le 8 janvier, à son domicile de Tombouctou. Les autorités locales et le ministère suisse des Affaires étrangères ont confirmé l'enlèvement. À ce jour, cependant, personne n'a revendiqué la responsabilité de l'acte.

Et il n'y a pas de demandes de rançon. Par ailleurs, une branche de l'organisation terroriste islamiste Al-Qaïda a enlevé à plusieurs reprises des étrangers dans le passé et fait ensuite des demandes de rançon.

Béatrice Stöckly avait été enlevée une première fois devant sa maison il y a près de quatre ans; puis elle a été libérée au bout de neuf jours. La porte-parole de la Mission évangélique suisse Allianz-Mission  (Winterthur), Sarah Brühwiler, déclare à l'agence de presse évangélique Idea (Wetzlar) que Stockly a travaillé dans le passé dans le cadre de "New Life Ghana".

Plus tard, elle a travaillé à son propre compte et elle ne serait pas engagée actuellement dans une autre organisation au Mali. Sur les quelque 14 millions d’habitants, 87 % sont musulmans, 10% des adeptes de religions animistes et de 2,6 % chrétiens.

11.01.2016



Traduction eemni

IDEA

Irak, Mossoul: l’EI arrête plus de 30 enseignants

Les enseignants refusent de mettre en œuvre des programmes islamistes

Dans la province nord de l’Irak (Ninive), des membres de l'organisation terroriste "Etat islamique » (EI) ont arrêté plus de 30 enseignants pour avoir refusé de suivre les nouveaux programmes d'enseignement définis par l’EI.

Comme l'agence d’information ARA le rapporte, ils doivent être remplacés par des enseignants qui acceptent les nouveaux programmes d’enseignement du califat autoproclamé. L'organisation terroriste veut transmettre son idéologie à l’école déjà, afin d'attirer les générations futures à sa propre cause. Des matières telles que la philosophie, la chimie, la biologie et les mathématiques ont été supprimées. A leur place sont enseignées la charia et la «guerre sainte». Dès l'année dernière, les écoles chrétiennes de Mossoul et de la vallée de Ninive ont dû changer leur nom. L'enseignement de la langue syriaque et les cours de religion chrétienne ont été supprimés.

Syrie: une terroriste de l’EI torture à mort une jeune femme 

Par ailleurs, une jeune femme a été torturée à mort par une terroriste de l’EI dans la ville du Nord de la Syrie Manbij. La victime de 21 ans avait été arrêtée plus tôt cette année pour des crimes présumés contre le code vestimentaire de l'organisation terroriste.

Pendant sa détention, elle aurait été torturée à mort par une terroriste de l’EI, Oum Farouq. Puis le cadavre de cette femme de 21 ans avait été envoyé à sa famille.

« Elle doit avoir été atrocement torturée. Son corps entier était couvert de marques de torture », a déclaré un membre de la famille à l'agence de presse ARA.

Le pire de tout est que la famille ne peut même pas se plaindre de "ce crime cruel", parce que le seul tribunal de la ville est un tribunal de la charia de l'EI qui soutient une telle pratique de la torture en cas d'infractions aux règles de l’EI.

L'organisation terroriste qui contrôle de grandes parties de la Syrie et de l'Irak veut y construire un territoire où s’applique la loi religieuse islamique de la charia avec une extrême brutalité. Les chrétiens qui refusent de devenir musulmans ou de payer une taxe, sont tués. Les filles et les femmes sont vendues sur les marchés comme esclaves sexuelles pour des combattants de l’EI.

10.01.2016

Traduction eemni

IDEA

USA, Washinghton: ils sont des milliers à manifester devant l’Ambassade de Norvège

Le couple chrétien Bodnariu d’Oslo s’était vu retirer ses cinq enfants

Plusieurs milliers de chrétiens ont manifesté le 8 janvier pacifiquement devant l'ambassade de Norvège à Washington. Ils ont invité le gouvernement norvégien à rendre au couple chrétien Marius et Ruth Bodnariu ses cinq enfants.

Les enfants leur ont été retirés à la mi-novembre. Les parents, qui proviennent à l'origine de la Roumanie et appartiennent à une communauté pentecôtiste, ont d'abord été accusés d'éduquer leurs enfants dans une foi «radicale». Plus tard, les parents ont été accusés d’avoir usé de châtiments corporels sur leurs deux filles et leurs trois fils âgés entre quatre mois et neuf ans. Les filles avaient indiqué pendant un interrogatoire avoir caché des choses à leurs parents de peur qu’ils ne leur tirent les oreilles ou ne les battent. Les enfants ont ensuite été logés dans trois familles d'accueil différents.

Les droits de visite de Ruth et Marius Bodnariu sont limités. D’après les parents, l'Office des mineurs a entre temps lancé la procédure d'adoption pour les cinq enfants en raison des allégations de mauvais traitements.

Les manifestants à Washington ont remis aux employés de l'ambassade une pétition avec plus de 7000 signatures, où le gouvernement norvégien est invité à réunir la famille Bodnariu tout à nouveau; une pétition en ligne a maintenant recueilli plus de 50.000 signatures. Des manifestations pacifiques ont également eu lieu devant les ambassades de Norvège en Irlande, Espagne, Royaume-Uni et Danemark.

10.01.2016

Traduction eemni

IDEA

Italie : des couloirs humanitaires pour les réfugiés

Photo: Vito Manzari de Martina Franca (TA), Italie | Wikimedia Commons CC-BY-2.0


Une coalition d’organisations protestantes et catholiques est parvenue à un accord avec le gouvernement italien pour offrir des services de transport et d’intégration aux réfugiés d’Afrique du Nord et du Moyen Orient. Le gouvernement va fournir des visas humanitaires pour assurer le droit de devenir résidents; les visas n’autoriseront pas le passage vers d’autres pays de l’Union européenne. Des agences chrétiennes fourniront des billets d’avion vers l’Italie ainsi qu’un logement, de l’aide dans les procédures d’asile, des opportunités d’éducation et des cours d’italien.

Le transport aérien sera une alternative aux dangers de la traversée illégale de la Méditerranée, décrite par Marco Impagliazzo, du mouvement catholique laïc Sant’Egidio, comme «un voyage vers la mort» pour 3700 migrants qui ont péri ou disparu en 2015.

Priorité aux plus démunis

En collaboration avec la Fédération des Eglises protestantes en Italie (FCEI), Sant’Egidio ouvrira d’ici peu des bureaux d’assistance au Maroc et au Liban, et peut-être plus tard un troisième bureau en Ethiopie. Les premières arrivées en Italie sont attendues pour la fin janvier 2016. Quelque 1.000 réfugiés voyageront par air ou par mer depuis l'Afrique du Nord et du Moyen-Orient jusqu’en Italie. La coalition des organisations religieuses ouvriront des bureaux au Liban et au Maroc, et plus tard probablement aussi en Ethiopie.

Ce seront notamment les mères célibataires, les enfants et d'autres personnes dans le besoin qui devraient avoir la chance de voyager en toute sécurité.

Des organisations chrétiennes, à la suite de Sant’Egidio et de la FCEI, verseront 1,2 million d’euros (1.3 million de CHF ou USD) pour l’effort initial. Le gouvernement italien n’apportera pas de fonds à proprement parler, mais a accepté de délivrer les visas nécessaires d’entrée sur le territoire et de résidence.

Mais ces visas ne seront valables que pour l'Italie. Les organisations religieuses payeront le voyage et assureront l’hébergement, l'assistance dans la procédure d'asile, l'éducation et l’apprentissage de l’italien. Elles ont beaucoup d'expérience dans l’accueil des réfugiés.

Modèle d’action commune pour les Églises

Le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises, a rencontré des responsables d’Eglises italiens en début de semaine pour discuter des modalités du projet.

«Cet accord admirable constitue une première étape essentielle pour répondre à la crise humanitaire qui se déroule dans divers endroits du monde», a déclaré le pasteur Tveit. «C’est un modèle pour l’action commune des Eglises, des organisations d’inspiration religieuse qui leur sont liées, des gouvernements et de la communauté internationale, dans l’intérêt de l’humanité. Il a été pris dans un grand respect pour la dignité et la sécurité de toutes et tous, et dans notre commun intérêt dans l’avènement de la justice et de la paix sur terre.»

«C’est le premier projet de ce type en Europe», a affirmé Luca Maria Negro, président de la FCEI. «Nous espérons que d’autres pays et d’autres Eglises suivront. Nous sommes particulièrement fiers du caractère œcuménique de cette initiative, ainsi que du soutien et de l’encouragement que nous avons reçu d’organes œcuméniques et de différentes Eglises sœurs.»

M. Negro a expliqué: «Environ mille réfugiés sont attendus au cours des prochains mois par ces couloirs humanitaires. Nous sommes enchantés que cet accord permette à l’avenir à des personnes vulnérables d’entrer légalement en Italie et d’y chercher asile.»

Couloirs humanitaires. Le projet pilote de la Fédération des Eglises protestantes en Italie a démarré en collaboration avec la communauté de Sant'Egidio (article en anglais du 17 décembre)

Plus d’éléments sur le projet "Mediterranean Hope" par la Fédération des Eglises protestantes en Italie (FCEI)

Italien: Kirchen ermöglichen tausend Flüchtlingen legale Einreise (communiqué de presse de Spiegel Online en allemand du 16 décembre)

Pendant l’Avent, le secrétaire général du COE célèbre l’amour, l’espérance (communiqué de presse du COE datant du 16 décembre)

Un évêque luthérien fait mémoire de réfugiés décédés et prie instamment les chrétiens d’agir (communiqué de presse du COE datant du 16 décembre)

Eglises membres du COE en Italie

Informations supplémentaires

L’Église évangélique vaudoise (Chiesa Evangelica Valdese, CEV): La CEV est depuis 1979 forme une fédération d’église entre Vaudois italiens (environ 30.000 membres) et Méthodistes (environ 5000 membres). Un synode conjoint et un séminaire théologique commun favorisent une meilleure collaboration. L'Église est membre de la FCEI (voir explication ci-dessous) comme d'autres organisations œcuméniques telles que le Conseil méthodiste mondial et la Communion mondiale d'Églises réformées.

Fédération des Eglises protestantes en Italie (Federazione delle Chiese des évangélique Italia, FCEI): La FCEI a été fondée en 1967 par les Baptistes, Luthériens, Méthodistes et Vaudois. Aujourd'hui, elle comprend sept Églises membres.

La Communauté de Sant'Egidio (Comunità di Sant‘Egidio): Le mouvement laïque catholique romain est né en 1968 à l'initiative de jeunes à Rome. Aujourd'hui, il comprend environ 60.000 personnes. Il se trouve dans plus de 70 pays pour la transmission de l'Evangile et au service des pauvres. En 1997, la communauté a reçu le Prix de la Paix du Conseil méthodiste mondial.

Samedi 2 janvier 2016

Traduction eemni

emk.de / COE

Les textes de la Semaine de prière sur smartphone avec « Bible App »



 

La documentation de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens est disponible pour la première fois sur smartphone, ordinateur et tablette en 2016. Le Conseil œcuménique des Églises (COE) s’est associé avec YouVersion, éditeur de l’application «Bible App».

Organisée conjointement par le COE et le Conseil pontifical pour la promotion de l’unité des chrétiens de l’Église catholique romaine depuis 1968, la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens est traditionnellement célébrée dans l’hémisphère Nord du 18 au 25 janvier.

Avec l’application «Bible App», les réflexions bibliques de la Semaine de prière s’afficheront dans un format numérique gratuit et facile à partager, proposé en plusieurs langues: français, allemand, anglais, espagnol, et portugais. L’application permet à ses utilisateurs de lire la Bible, de partager des versets sur leurs réseaux sociaux et de marquer leurs passages préférés.

«De plus en plus de gens consultent les versets bibliques sur leur smartphone et les téléchargent sur leur ordinateur ou leur tablette. L’occasion semble idéale pour s’associer au COE. L’application personnalisera d’ailleurs pour vous l’expérience de la Semaine de prière», a déclaré le pasteur Geoff Tunnicliffe, président du comité consultatif de Christian Media Corporation International et ambassadeur international de YouVersion. Par le passé, M. Tunnicliffe a également été secrétaire général de l’Alliance évangélique mondiale.

Déjà installée sur plus de 204 millions d’appareils différents à travers le monde, l’application «Bible App» propose plus de 1 200 versions de la Bible dans plus de 800 langues.

Chaque année, à l’occasion de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, les chrétiens se rassemblent pour prier, échangent leurs prédicateurs ou organisent des célébrations œcuméniques et des services de prières spéciaux. Le thème pour 2016 est «Appelés à proclamer les hauts faits du Seigneur» (voir 1 Pierre 2,9).

Les membres de plusieurs Églises de Lettonie ont préparé les ressources de la semaine en explorant la relation entre baptême et proclamation, ainsi que l’appel, commun à tous les baptisés, à proclamer les hauts faits du Seigneur et à manifester l’unité de l’Église.

Dans notre recherche collective de l’unité des chrétiens, l’application «Bible App» offre un moyen supplémentaire d’accéder aux textes bibliques et de les adapter à notre contexte culturel et local, a déclaré le pasteur Odair Pedroso Mateus, directeur de la Commission de Foi et constitution du COE. «Alors que les Églises et les communautés chrétiennes observent cette semaine de prière, il est gratifiant de constater que la technologie, au lieu de nous séparer, peut au contraire nous rassembler autour de textes communs, sous une forme qui se prête au contexte œcuménique.»

Quelle que soit la façon dont les internautes décideront d’accéder aux textes de la Semaine de prière, le pasteur Mateus espère que le thème les touchera tant sur le plan personnel que dans leurs communautés de foi.

«Nous entendrons parler des actions de salut de Dieu dans l’histoire, quand Il a offert une nouvelle vie pour chacun et chacune d’entre nous», a conclu le pasteur Mateus. «Puissions-nous, en méditant ces lectures, reconnaître les hauts faits du Seigneur dans notre propre vie et servir l’unité de l’Église et de l’humanité.»

Pour en savoir sur la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens: 

www.oikoumene.org/semaine-de-priere

Accéder à la documentation de la Semaine de prière sur l’application de lecture de la Bible de YouVersion.

Article eemni sur la percée numérique de YouVersion

11 janvier 2016

COE

Publication d’une brochure en mémoire de Soeur Louise Muller (1935-2015)

Soeur Louise Muller (1935 - 2015)

La Congrégation des Sœurs de Bethesda, Strasbourg, publie une brochure relative à la vie et à l’oeuvre de Soeur Louise Muller, Soeur supérieure de la Congrégation.

Cette brochure présente fidèlement les textes, les documents et les images que les amis de Soeur Louise Muller ont jugé importants. Grâce à leurs suggestions et à leur collaboration directe, le livret permet de mieux comprendre la vie et la pensée de Soeur Louise.
En 1994, Sœur Louise avait noté: "Ma vie est un événement!" Elle comprenait que sa vie n'était pas seulement le miroir de ses pensées et de ses sentiments mais aussi de sa foi. Elle faisait la redécouverte de la grâce de Dieu.
Elle considérait sa vie entière comme un événement. Et tout ce qu'elle avait vécu, toutes les rencontres qu'elle avait faites, tout ce qui lui était arrivé – d'heureux ou de douloureux – l’avait amenée à comprendre que la vie est un cadeau formidable!
 

"Ma vie est un événement"

a91dc340-6977-49d7-91ef-50f69547fe69.jpg

 À la mémoire de Soeur Louise
 Bolleter, Heinrich (Éditeur)

BoD-Nr.: 1185755  Books on Demand 
Pages: 40
Format: 12*19
Reliure: Pa
perback
Diffusion du livre:

Congrégation
des Soeurs de Bethesda,
21 quai Zorn, 67000 Strasbourg

www.congregation.soeurs.bethesda@wanadoo.fr

http://www.homebethesda.net/actualité/

CPDH: les voeux de son président Franck Meyer

 

Meilleurs vœux

« En ce début d’année 2016, c’est pour le CPDH, ses administrateurs, ses délégués et son secrétaire, l’occasion de vous présenter, tous ensemble, nos meilleurs vœux. C’est dit (et de façon très fraternelle et sincère !). Mais tout n’est pas dit. Détaillons un peu :

nous souhaitons que « vous prospériez à tous égards et que vous soyez en bonne santé comme prospère votre âme » (3 Jean v.2). Cette prospérité sera bénédiction pour votre entourage et votre pays.

Nous vous souhaitons de goûter, à nouveau, combien « le Seigneur est bon » (1 Pierre 2 v. 3). Cette saveur-là, nous la désirons pour tous vos proches et pour notre monde. L’apôtre Pierre nous invite à « rejeter toute méchanceté, toute fraude, toute hypocrisie, l’envie et toute médisance » et à désirer « le lait non frelaté de la Parole de Dieu » (1 Pierre 2 v. 1-2). Qu’il en soit ainsi. Notre monde a besoin de bonté, de vérité et de générosité … en un mot : d’amour. Soyons inlassablement les témoins de Celui qui en est l’éternelle source, « car Dieu est amour » (1 Jean 4 v.8). Avec vous, le CPDH pourra continuer de partager avec les décideurs de ce monde « les exigences de justice et de paix que nous donne la Parole de Dieu. Nous les mettrons en garde contre les dangers du pouvoir et les idoles qui pervertissent la vie des nations. Nous leur rappellerons avec respect et douceur, qu’ils sont eux-mêmes responsables devant Dieu de l’usage qu’ils font de l’autorité qui leur est donnée. » (Charte du CPDH)

Chers amis, partout dans le monde, nous allons partager du 10 au 17 janvier 2016, une semaine universelle de prière qui a pour thème : le retour des fils perdus (Luc 15 v. 11-32). Nous vous proposons, à l’occasion de la seconde méditation de cette semaine (« liberté illusoire »), de prier pour le pays dans lequel Dieu vous a placés (Télécharger ici le livret complet) et vous trouverez pour cela un fil conducteur que nous vous proposons de suivre, en église ou bien à deux ou trois.

En 2016, ensemble, prospérons à tous égard ! »


Semaine universelle de prière

Voici les sujets de prières que nous vous suggérons en lien avec la lecture biblique qui est proposée (Luc 15 v. 13-16) :

« Le plus jeune fils rassembla tout ce qu’il avait et parti pour un pays étranger … »

Nous oublions trop souvent combien nous sommes redevables à ceux qui nous ont précédés. Comme le fils prodigue, ce que nous avons ne vient pas de nous, mais cela nous a été donné.

Demandons pardon pour notre trop fréquente ingratitude.

Remercions Dieu pour ce que nous avons reçu et sachons rendre grâce pour ce qui est bon pour nous. Dans le cadre de « l’opération Jérémie », le CPDH vous invite à prier pour les autorités de votre ville et à adresser un mot de remerciement à votre maire pour quelque chose que vous avez pu apprécier (vous pouvez le faire de vous-même ou en église).

L’année 2015 a été une année de très grandes migrations humaines. Beaucoup d’êtres humains ont du « partir vers un pays étranger », contrairement au fils prodigue, pour la plupart ce n’était pas leur choix. Prions pour tous ces migrants afin que leur dignité soit respectée car ils se trouvent en situation de fragilité.

Le CPDH est membre, avec l’Armée du Salut, du collectif « ensemble contre la traite des êtres humains » (http://contrelatraite.org/), prions pour le pasteur Samuel Buot qui représente le CPDH au sein de ce collectif afin qu’il est, avec nos autres partenaires, le discernement nécessaire pour aider le gouvernement dans les actions à mener.

« Il vécut dans le désordre et dissipa sa fortune … »

Nos sociétés occidentales, sous couvert de liberté, encourage toutes sortes de désordres (violences racistes, infidélités conjugales et désordres sexuels, surconsommation …).

Demandons pardon à Dieu pour ces désordres qui touchent l’ensemble de la société jusqu’au plus haut sommet de l’état. Prions pour ceux qui s’y livre afin qu’ils renoncent à ce qui finira par les détruire. Dieu peut éclairer ceux qui sont révoltés et qui se perdent loin de Lui.

Intercédons pour que reculent tous les appels au désordre que véhicule la publicité notamment. Les médias et les réseaux sociaux frappent les jeunes et les moins jeunes de message et d’images choc, de débauche, d’appels à l’infidélité conjugale, à la pornographie (79% des enfants ayant accès à internet seraient déjà tombés sur les images violentes ou pornographiques selon un sondage OpinionWay du mois de décembre 2015).

Le CPDH, en partenariat avec d’autres associations de défense des familles, intervient auprès des pouvoirs publics pour que soit protégée la conscience des plus jeunes notamment. Prions pour que le CPDH trouve les arguments qui pourront être entendus, compris et respectés par la justice ou les responsables politiques.

Remercions Dieu pour la reconnaissance de la liberté de conscience des élèves par le conseil d’Etat, depuis que l’éducation nationale a été condamnée le 15 octobre 2014 pour la promotion qu’elle faisait de la « ligne AZUR », site internet qui se disait vouloir lutter contre l’homophobie mais qui assurait en fait la promotion de l’homosexualité et faisait l’éloge du libertinage (Lire l'article)

Témoignage à partager : la fondatrice de l’antenne Fémen au Brésil, Sara Fermanda Giromin, s’est repentie le 15 décembre dernier, de sa vie de débauche et a demandé pardon aux chrétiens et aux non-chrétiens pour la violence de ses actions et de ses propos : «Je demande pardon aux chrétiens pour nos protestations féministes, nous sommes allées trop loin … Je me suis laissée portée par l’extrémisme, j’ai offensé des milliers de personnes et même ceux qui ne sont pas religieux ». Que Dieu lui permette de se reconstruire avec son aide. (Lire l'article)

« Quand il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays et il commença à manquer du nécessaire … »

Notre suffisance, nous retient souvent loin de Dieu. Confessons que lorsque nous croyons ne pas avoir besoin de Dieu alors nous pensons bien peu à lui !

« Un grande famine » s’abat actuellement sur notre pays. Nos contemporains ont faim et soif de sécurité, de justice, de « valeurs » et dans le même temps, ils ne savent pas vers qui aller. Prions pour qu’ils se tournent vers l’unique sauveur qui peut les rassasier : Jésus-Christ. Prions pour le retour de « tous les fils prodigues ».

« Il aurait bien voulu se nourrir des fruits du caroubier que mangeaient les cochons, mais personne ne lui en donnait. »

En cette année 2016, prions pour que l’Eglise de Jésus-Christ continue d’aller à la rencontre de ceux qui se sentent perdus. Soyons attentifs à tous ceux que Dieu mettra sur notre route. Nous aurons bien des occasions d’en ramener certains vers la « maison du Père ».

« Ce que je désire ce n’est pas que le méchant meure, c’est qu’il change de conduite et qu’il vive. Revenez, revenez de vos mauvaises voies. » Ezéchiel chap. 33 v. 11

CPDH

Église évangélique méthodiste: reprise des discussions dans le cadre de la Table connexionnelle


La Table Connexionnelle supervise et coordonne la mission, les ministères et les ressources au sein de la dénomination. Créée à la Conférence générale de 2004, la Table Connexionnelle aide la dénomination à avoir une juste vision de sa vie d’église à la base et une bonne gestion de ses ressources dans le monde entier. D’une Conférence générale à l’autre.

En prévision de la Conférence générale fixée du 10 au 20 mai 2016 à Portland, Oregon, la Table Connexionnelle reprend en ce mois de janvier les discussions en ligne (les #CCTalks) à travers une série de videos et de discussions sur les réseaux sociaux autour des thèmes clés qui seront abordés à la Conférence générale 2016.

En janvier sera abordée la nature mondiale de l'Église évangélique méthodiste. Ce sujet se subdivise en deux parties, la première partie se concentrera sur le travail de la Commission permanente en charge des Conférences centrales et la Commission Foi et Constitution.

Une nouvelle vidéo sera publiée chaque semaine qui examine notre ecclésiologie, notre théologie et notre missiologie dans le contexte mondial actuel. Les évêques David Yemba (Région du Congo central), Patrick Streiff (Conférence de l’Europe du Centre et du Sud) et Rodolfo Alfonso Juan (Conférence de Manille) se partageront la vision d’un Règlement général de l’Église méthodiste à l’orée de l’année 2020 et le travail à mettre en oeuvre pour que nous soyons une connexion mondiale plus authentique.

« Si nous sommes dans le monde entier à ce moment de l’histoire, c’est le résultat de notre engagement pour la mission », a déclaré l'évêque David Yemba, président de la commission Foi et Constitution. « Lorsque nous mettons l'accent sur notre mission, le résultat, c’est que nous faisons des disciples de Jésus-Christ à travers le monde entier. Il est donc normal que nous passions à cette compréhension de l'Église comme étant globale ou mondiale ».

#CTTalks est un moyen d’interpeller l’auditoire avec des informations sur la Conférence générale. Les délégations et les Conférences annuelles sont censées suivre ces discussions #CTTalks quand elles étudient et discutent des questions qui seront abordées lors de la Conférence générale 2016. 

Les messages vidéo hebdomadaires comprendront des interviews d’évêques évangéliques méthodistes, de membres de la Table Connexionnelle, et d'autres dirigeants de l'ensemble de la dénomination. Via Twitter, les délégués ont été invités à poser à l'avance des questions aux personnes interrogées en utilisant le hashtag #CTTalks. Cette ressource peut être utilisée par les délégués pris individuellement comme par des délégations entières qui se préparent à la Conférence générale.

Les délégués qui souhaitent poursuivre le dialogue peuvent le faire sur une page web annexe. Les vidéos et les documents seront disponibles sur le site Web de la Table Connexionnelle

www.umc.org/cttalks-worldwide-nature-theology.

Un rappel : la Conférence générale se tiendra du 10 au 20 mai 2016 à Portland, Oregon.

6 janvier 2016

Traduction eemni

Centre de presse, umcom.org

La situation au Burundi préoccupe gravement le COE et la CETA


Le Conseil œcuménique des Églises (COE) et la Conférence des Églises de toute l’Afrique (CETA) ont exprimé de concert leur profonde préoccupation au sujet du peuple burundais, qui est confronté à une tension extrême et une escalade des violations des droits humains.

Dans une déclaration commune datant du 18 décembre, le COE et la CETA observent que la crise politique au Burundi «est marquée dernièrement par une violence brutale, des attaques ciblées, des exécutions sommaires, une oppression sévère et l’attisement des tensions communautaires».

«Nous appelons le gouvernement et les responsables politiques du Burundi à abandonner la voie de la violence pour emprunter celle de la paix», poursuit la déclaration, qui plaide en faveur de «dirigeants responsables qui ne tolèrent aucune complicité dans des exécutions ou d’autres violations graves dont on sait à l’heure actuelle qu’elles sont très répandues dans le pays».

«En ce temps de l’Avent, durant lequel nous attendons la Nativité de l’Enfant Jésus, Prince de la Paix, nous prions pour que tous ceux et celles qui aujourd’hui embrassent la violence et la division au Burundi apprennent à se consacrer à la réalisation de la paix dans ce pays blessé», conclut la déclaration.

Texte complet de la déclaration sur la situation au Burundi (18 décembre 2015)

Le COE réaffirme son appel pour une ratification universelle du droit international des droits de l’homme (communiqué de presse en anglais du COE datant du 10 décembre 2015)

Églises membres du COE au Burundi

06 janvier 2016

COE

Semaine de prière pour l’unité des chrétiens du 18 au 25 janvier 2016


Thème pour 2016:

«Appelés à proclamer les hauts faits du Seigneur»

(1 Pierre 2, 9)

Au moins une fois par an, les chrétiens sont invités à se remémorer la prière de Jésus à ses disciples pour que tous soient un afin que le monde croie (cf. Jean 17,21). Les cœurs sont touchés et les chrétiens se rassemblent pour prier pour leur unité. Dans le monde entier, des communautés et paroisses échangent leurs prédicateurs ou organisent des célébrations œcuméniques et services de prières spéciaux. L'événement qui permet cette expérience exceptionnelle est la Semaine de prière pour l'unité des chrétiens.

Traditionnellement, la Semaine de prière est célébrée du 18 au 25 janvier.

Dans cette perspective, le Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens et le COE, par les soins de sa Commission de Foi et constitution participent à l’élaboration d’une brochure.

Brochure pour 2016

en français (à télécharger)

COE

Quel coup de crayon ! Parodie de la Une de Charlie Hebdo

Coup de chapeau à INFO-CHRÉTIENNE pour sa parodie de la Une de Charlie Hebdo

infochretienne-pardonneleur-400


 Pour marquer le sinistre anniversaire de l’attaque terroriste du 7 janvier 2015 contre son journal, Charlie Hebdo publie un numéro spécial fidèle à son image de marque: la provocation. Le dessin de la une représente Dieu sous les traits d’un assassin qui court toujours avec ses mains tachées de sang.

Le message est limpide: Dieu est la cause première des attentats qui, depuis le 7 janvier dernier et le carnage de Charlie Hebdo, traumatisent notre pays.

C’est oublier que le Dieu dont se réclament les chrétiens a préféré être la proie des autres que de faire des autres sa proie, être plutôt la victime que le bourreau. Pour mettre définitivement fin au cycle de violences qui ravage l’humanité, Jésus est cet agneau de Dieu qui ôte le péché du monde. Ainsi la violence et le meurtre n’ont aucune légitimité dans le christianisme. 

L’anthropologue René Girard décédé en 2015, cité par Vincent Tremolet dans les colonnes du Figaro,  a démontré dans l’ensemble de son oeuvre que contrairement aux idées reçues le christianisme ne cautionnait pas la violence mais concourait à y mettre terme : « la religion chrétienne, c'est le bouc émissaire révélé. Une fois que le bouc émissaire a été révélé, il ne peut plus y en avoir et, donc, nous sommes privés de violence.» Et d’ajouter que « le christianisme rend la violence inefficace et fait honte à ceux qui l'utilisent et se réconcilient contre une victime commune.» En conclusion, Vincent Tremolet stipule que « la Croix n'éteint pas les kalachnikovs, mais elle les rend, à jamais, vaines et coupables ».

Plutôt que de publier un long discours critique à l’encontre de Charlie Hebdo, le site Info-Chrétienne a préféré le dessin parodique. Ce dessin a fait impression sur tous les médias, à commencer par les réseaux sociaux. Le dessin renvoie aux dernières paroles de Jésus sur la croix rapportées par les Evangiles : « 2.000 ans après. Pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ». Quant au dieu, armé d’une kalachnikov et à l’habit ensanglanté, il laisse place à un grand crayon gommant « les usages abusifs » de la liberté d’expression, « cette liberté si précieuse ».

Chapeau à l’équipe d’Info-Chrétienne et à sa réactivité positive ! Puisse le message être entendu !



Mise au point du directeur d’Info-Chrétienne, Guillaume Anjou, le 6 janvier 

Tout comme moi, et de très nombreux chrétiens en France, vous avez sans doute été choqués par la Une du numéro de Charlie Hebdo, parue aujourd’hui à 1 million d’exemplaires.

Cette Une, qui commémore les attentats de Charlie Hebdo du 7 janvier dernier, présente Dieu comme l’assassin en fuite de ces attentats. Sans prendre trop de risque le dessinateur a fait en sorte que ce Dieu ressemble au Dieu des chrétiens, moins coutumiers des représailles sanglantes.

Beaucoup de journaux et de sites web ont réagi à cette nouvelle offense des caricaturistes. Info Chrétienne a souhaité réagir à sa manière par une parodie de cette Une dans laquelle le crayon, symbole de la liberté d’expression dont se réclame Charlie Hebdo, peut aussi être un crayon qui efface les usages abusifs de cette liberté si précieuse.

Nous avons aussi souhaité rappeler en modifiant le « 1 an après » de la une de Charlie Hebdo par « 2000 ans après » que, si les caricaturistes ont été persécutés il y a un an, les chrétiens, eux, souffrent de persécutions depuis 2000 ans ! Cela se poursuit aujourd’hui encore dans cette une qui participe à entretenir et à développer un climat de christianophobie en France.

Enfin nous avons tenu à réaffirmer les valeurs de notre foi chrétienne en nous appropriant cette extraordinaire déclaration de Jésus sur la croix : « Père, pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font. » Nous, chrétiens ne répondons pas aux attaques par la moquerie, l’offense et l’incitation à la querelle mais par le pardon.

Si vous souhaitez me rejoindre et élever avec moi votre voix pour promouvoir les valeurs de l’amour et du pardon devant les offenses faites aux chrétiens en France, vous pouvez partager cette image sur vos réseaux sociaux.

Guillaume Anjou

Directeur d’Info Chrétienne

On en parle ailleurs dans la presse…

Les sites ayant repris notre réponse, parodie de la Une de Charlie Hebdo.

La Croix

L’Observatoire de la Christianophobie

iTélé

20 Minutes

Evangéliques du Bas-Rhin

Le Point

SoirMag.br

ActuChrétienne.Net

Russia Today En Français

France TV Info

Info-Chrétienne & eemni

Mise en ligne du journal de l’Église évangélique méthodiste ENroute N°119


Mise en ligne du journal  de l’Église évangélique méthodiste ENroute N°119


Éditorial: Prendre le bon cap

JP Waechter

Au terme de ses travaux, le sommet climatique de la COP21 a défini le cap à prendre dans les années à venir pour limiter le réchauffement climatique et en réduire les tragiques conséquences.

Les États ont convenu de réduire les émissions de gaz à effet de serre dès que possible et de limiter si possible la hausse de température à 1,5 °C., reconnaissant « que cela réduirait significativement les risques et impacts du changement climatique ».

Les pays consentiront à ces efforts en fonction de leur responsabilité historique dans le changement climatique et de leur niveau de richesse – ou de pauvreté « sur la base de l’équité ».

On a manifestement franchi un cap capital à la COP21. Mais le pari sera-t-il suffisant pour éviter de nouvelles catastrophes ?

Si la COP21 engage les États, elle interpelle aussi la conscience des citoyens que nous sommes. Elle invite à retenir la leçon du colibri* où chacun est appelé à faire sa part.

Ce numéro d’ENroute, le premier de l’année de grâce 2016, fait le tour du sujet. Partant d’un état des lieux (le réchauffement climatique en Suisse avec Sylvain Besson, les pauvres qui en sont les premières victimes avec le SEL), nous donnons la parole à des amoureux de la nature (Jean-Ruben Otge, Daniel Nussbaumer et Charles Nicolas) et à la génération montante (avec Amandine de Conninck au jugement percutant et lucide).

Ce numéro se focalise aussi sur une association chrétienne impliquée dans l’étude et la conservation de la nature, A Rocha. Un de ses chargés de mission, Baptiste Mabboux, témoigne de son travail au quotidien autour du rollier. Son président, Jean-Pierre Charlemagne, évalue les résultats de la COP21 et esquisse notre part de responsabilité dans la sauvegarde de la création.

En ce début d’année 2016, prenons la résolution d’être un tant soit peu plus responsables dans notre gestion de la création comme des autres dons que le Seigneur nous a accordés.

Alors que nous nous rapprochons toujours plus de la fin (cf. méditation du pasteur Martin Hoegger), redressons-nous, levons la tête, les yeux fixés sur le cap de la bonne espérance.


• Éditorial: Prendre le bon cap

Dossier C0P21

#COP21: Le temps des conséquences

#COP21: Aimons notre prochain, luttons contre les changements climatiques

La COP21 et les amoureux de la nature

La COP21 et les jeunes

#COP21 Droit de citer: DEMAIN, film de Cyril Dion et Mélanie Laurent

#COP21: A Rocha

#COP21: Études sur le terrain - Interview de Baptiste Mabboux

#COP21: Questions à Jean-Pierre Charlemagne, président de l’association A Rocha

#COP21: la communauté méthodiste Résurrection accueille une délégation

Droit de citer: la pollution et la mort de l’homme

Le terrorisme est-il un signe de la fin ? (Lc 21.7-28)

Sans traces d'usure

ClinDieu de Madeleine Duriaux

Agenda: Conférence annuelle du 16 au 19 juin 2016 à Münsingen « En plein centre »

Un oasis pour l’Église méthodiste d'Alès

Concert de Noël à l’Église évangélique méthodiste d'Anduze

Le ministère de Tabor, Bischwiller auprès des maisons de retraite

La vie à Tabor, Mulhouse

Nouvelles de Munster

Week-end annuel de découverte et de formation du Centre méthodiste de formation théologique

Connexio: Églises froides, hospitalité chaleureuse en Pologne

La grille du mois

Agenda: Week-end Groupes de jeunes à Landersen 16-17 janvier 2016


eemni

Église évangélique méthodiste: les retours après l’accord climatique historique de la COP21

par Linda Bloom*

La rivière au centre du Liberia, où Jefferson Knight avait l’habitude de jouer et de pêcher comme enfant est complètement asséchée en raison d’une grave sécheresse.

L'expérience du changement climatique dans son pays a donné à Knight, qui travaille pour l'Eglise méthodiste unie au Libéria, une raison très précise pour assister à la Conférence sur le climat de Paris.

Le 12 décembre 2015, 195 pays ont signé un accord à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques - populairement connue sous le nom de COP21 - . Dans cet accord, ils prennent l’engagement historique de réduire les émissions de gaz à effet de serre qui causent le réchauffement climatique.

« Je pense que le résultat de cet accord est plus fort que ne l’attendaient la plupart des observateurs », a déclaré John Hill, un exécutif de la Commission méthodiste Église et Société qui était présent tout au long de la convention et qui a envoyé un message vidéo, après avoir pris connaissance des termes de l'accord sur son vol de retour.

Ce qui a fait vraiment la différence au cours de ce Sommet qui s’est tenu du 30 novembre au 12 décembre, de l'avis même de Hill, c’étaient les liens qui se sont tissées et le récit des communautés les plus touchées par les changements climatiques. Le résultat n’est pas une solution, a-t-il ajouté, mais un chemin et un cadre pour trouver une solution.

Knight, qui faisait partie de la délégation d'Église et Société présente à la COP21, a eu accès pendant deux jours à la "zone bleue" à l'intérieur de la Conférence officielle, et là il a été mis en relation avec d'autres groupes de la société civile et a rencontré des représentants du gouvernement, y compris ceux en provenance du Libéria.

Cet accès a été un outil de promotion important pour sa délégation, a déclaré le pasteur Liberato Bautista, qui était aussi à Paris en tant que chef du bureau de l'agence auprès de l'ONU.

« Être présent physiquement sur les lieux officiels est crucial », a-t-il expliqué. « Par notre présence, nous avons fait savoir aux négociateurs que nous reconnaissons une valeur ajoutée au processus gouvernemental, et que nous observons et suivons de près ce qu'ils disent et font ».

A partir de la gauche, John Hill et Susan Mullin, U.S., Jefferson Knight, Liberia; Daniel Obergfell, Allemagne, et Jennifer Ferariza Meneses, Philippines, à la Cathédrale Notre Dame de Paris. Ils ont été une partie de la délégation méthodiste unie de la commission Eglise et Société.. Photo aimablement fournie par la commission Eglise et Société


Prendre soin de la création de Dieu

Knight est également venu à Paris dans le cadre de Creation Care Team, (Sauvegarde de la création de Dieu) commission relevant du Conseil Mondial de la Mission (GBGM) de l’EEM, dirigé par le pasteur Pat Watkins. « Personnellement, je vois mon engagement au sein de l’équipe Sauvegarde de la création de Dieu comme une vocation et comme une de mes responsabilités chrétiennes de veiller à ce que la création de Dieu soit correctement prise en charge », disait Knight à l’Agence de presse méthodiste unie (UMNS).

Ses collègues de l'équipe ont le même point de vue. La pasteure Marietjie Odendaal, pasteure de l'Église évangélique méthodiste de Gelterkinden en Suisse, a été encouragée à approfondir le témoignage biblique sur la sauvegarde de la terre.

«J’espère que cela va enrichir nos discussions sur la question et également élargir nos possibilités d’engagement en tant que chrétiens, ensemble et avec des groupes extérieurs à l’église », dit-elle.

Sotico Pagulayan III, un membre de l'équipe du GBGM qui travaille pour l'Eglise méthodiste unie au Cambodge, a dit son hésitation à venir à Paris, après les attaques terroristes meurtrières du 13 novembre.

Toutefois, écrit-il, Dieu « a touché mon coeur », Pagulayan se souvient « qu'il m'a mis dans cette position et situation pour faire briller avec éclat Sa lumière dans ce monde de plus en plus en décomposition ... Je savais que Dieu m'avait appelé à ce moment précis de l'histoire pour être une source d'espoir et un agent de changement et de transformation ».

Comme Knight et Pagulayan, les évangéliques méthodistes et méthodistes de diverses parties du monde venus à Paris étaient déjà au courant des effets du changement climatique dans leurs communautés.

En Argentine, la pluviométrie a été le double de la moyenne, provoquant des problèmes aux agriculteurs et des problèmes d'assainissement dans les grandes villes, a noté Anahí Alberti, un membre de l'équipe du GBGM de Salta. Dans la région nord-ouest, où elle vit, ne pas avoir les six mois de saison sèche habituelle signifie la prolifération d’insectes et « aura une incidence sur l'ensemble de la population en termes de maladies infectieuses tropicales, qui sont principalement transmises par des insectes ».

Apprendre, «en réseau » à Paris

A Paris, les équipes ont pris part à des séances et à des événements de stratégie thématique, assisté à des présentations et à des discussions de groupe, participé à un service religieux œcuménique à la Cathédrale Notre Dame et participé au culte de l’EMU Résurrection à Gennevilliers, où la congrégation se compose principalement de ressortissants de Côte d'Ivoire.

La pasteure Susan Mullin, membre de l'équipe Sauvegarde de la Création du Minnesota, a participé à une table ronde sur la foi, la race et la justice climatique où elle a appris que le problème de l'eau contaminée par les eaux usées a contribué à une hausse de l'ankylostome dans le comté de Lowndes, Alabama, ce qu’on ne voyait généralement pas aux États-Unis.

La pasteure Lisa Garvin, vice-doyenne de la chapelle associée à l'Université méthodiste unie Emory, s’était jointe avec d'autres dirigeants religieux et communautaires à une table ronde organisée par la NAACP et rejoint Hill, dans une ou deux réunions avec le personnel du Département d'Etat américain et l'équipe de négociation des Etats-Unis.

« Toute mon expérience à la COP21 m'a rappelé l'interdépendance de toute la création ─ le climat et l’humanité », a déclaré Garvin.

« Notre délégation méthodiste unie a représenté la diversité globale de notre Église. Quand j’entends les histoires de collègues de la délégation, ça me permet de mieux comprendre la justice climatique ».

Garvin et Jennifer Ferariza Meneses, membre de l'équipe des Philippines, ont assisté à un événement parallèle qui a comporté des approches créatives de femmes offrant des solutions au changement climatique. «Nous étions tous les deux inspirés (par) la passion et l'engagement des femmes leaders autochtones de l'Indonésie, de l’Equateur, d'Afrique et du Canada profonde », a déclaré Ferariza Meneses.

Tout au long de la semaine, Daniel Obergfell, un méthodiste uni d’Allemagne, a rencontré quelques méthodistes "inspirants" qui lui ont montré comment eux-mêmes et autres croyants jouent des rôles différents à la COP21.

Un de ceux-ci était Bill McKibben de 350.org, qui a parlé de la nécessité pour l'Église de devenir une partie du mouvement. « C’est une chose de parler de la création, mais c’en est une autre de prendre les mesures qui sont nécessaires pour la sauvegarder », a déclaré McKibben.

Réactions à l’accord

Pour Watkins, missionnaire méthodiste uni affecté à « la prise en charge de la création de Dieu », l'accord final de COP21 a souligné le travail plus important réalisé ensemble à Paris par l'équipe Sauvegarde de la Création.

Mais il célèbre l'accord, qui offre plus un début de réponse qu’une réalisation qui a échappé aux dirigeants du monde il y a six ans à Copenhague.

« Copenhague a été un effort pour essayer de créer un accord qui serait contraignant pour tous les pays », a souligné Watkins. « C’était quasiment un échec ».

Pour le sommet de 2015, chaque pays a été invité à présenter un plan d'action basé sur sa propre situation économique et politique et sur sa capacité à opérer des changements. Cette fois, dit-il, « on a plus l’impression d’avoir affaire à un accord, à un accord presque universel, et que nous devons faire quelque chose ».

Kirby Fullerton, membre de la First United Methodist Church à Little Rock, Arkansas, et une partie de la délégation du Royaume Uni de la Coalition des jeunes pour le climat à Paris, ont exprimé leur déception parce que les droits humains et autochtones et l'égalité des sexes n’étaient pas spécifiquement abordés dans l'accord final de collaboration.

« Atteindre un avenir sans carbone est intrinsèquement lié à la réalisation d’une planète plus juste et équitable, saine », écrivait Fullerton, étudiante de deuxième année à l'Université d'Edimbourg en Ecosse, dans un courriel.

Mais elle se retrouve pleine d’espoir en des solutions élémentaires. « C’est tout simplement le début de solutions globales, à long terme, juridiques au plus grand défi auquel l’humanité sera confrontée en ce siècle ».

Bloom est reporter au service multimedia de l’UMNS - Agence de presse évangélique méthodiste, stationné à New-York.

14 décembre 2015

UMNS

Le secrétaire général du COE s’adresse au segment de haut niveau de la COP21

Le secrétaire général du COE, le pasteur Olav Fykse Tveit, à la Conférence des Nations Unies sur le climat à Paris. © Sean Hawkey/COE

«Nous croyons que vous vous mettrez au service du monde en montrant le meilleur de la créativité et des capacités humaines», a déclaré le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises (COE), le 8 décembre, dans son allocution au segment de haut niveau de la COP21, la Conférence internationale sur le climat qui se tient à Paris.

Le pasteur Tveit parlait au nom de plus de 150 responsables de traditions religieuses diverses sur tous les continents habités qui ont signé, en octobre dernier, une déclaration qui a été remise à Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Le secrétaire général du COE a souligné le fait que la COP21 représente «le moment opportun pour une gouvernance véritable et visionnaire, et qu’il est du devoir moral incontestable de tous les gouvernements de se mettre d’accord sur des actions concrètes et mesurables qui contribuent à une justice climatique globale et à des partenariats pour la résilience climatique.»

La Déclaration de responsables religieux et spirituels adressée au débat ministériel de haut niveau de la COP21, mentionnée par le pasteur Tveit, avait précédemment été distribuée par la CCNUCC à toutes les parties aux négociations à Paris.

Les signataires de la Déclaration appelaient à un accord juste, ambitieux, contraignant et applicable à tous les pays pour éliminer les émissions de gaz à effet de serre et instaurer un mix énergétique entièrement basé sur les énergies renouvelables d’ici le milieu du siècle, afin de nous maintenir en dessous du seuil de 1,5/2°C de réchauffement par rapport aux niveaux pré-industriels.

«La COP21 est le moment opportun pour initier une transformation individuelle et structurelle inédite», a ajouté le pasteur Tveit, parlant d’espérance et du «moment de vérité» que représente la COP21.

«Les gens qui, dans le monde, souffrent actuellement des effets des changements climatiques et en souffriront encore demain espèrent – et ont le droit d’espérer – que vous apporterez une contribution significative à la réduction des émissions de carbone dans le monde», a-t-il renchéri.

Le message d’espérance d’Olav Fykse Tveit reconnaissait également que des choses changent déjà de par le monde.

«De nombreuses personnes revoient leurs priorités et leur mode de vie afin de protéger la planète. Tant de personnes se joignent à nous, physiquement ou symboliquement, dans un pèlerinage de justice climatique et de paix», a-t-il affirmé.

Le pasteur Tveit a poursuivi en exposant le fait que de nombreuses personnes, dans le secteur financier et celui des entreprises, modifient leurs investissements et leurs pratiques, se tournant vers la décarbonisation, les énergies renouvelables et de nouvelles méthodes de production et de transport.

«Le virage vert est déjà engagé. Nous devons toutes et tous faire de même. Les générations futures dépendent de nous», a-t-il conclu.

Plus tôt, au cours de la journée, Olav Fykse Tveit s’était rendu au 7e Forum de l’innovation durable, au Stade de France, proposé par le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE). Il est intervenu dans une table-ronde traitant du rôle de l’éthique et de la religion dans les solutions climatiques. Il s’est également entretenu en privé avec l’environnementaliste, ancien vice-président des États-Unis et lauréat du prix Nobel de la paix Al Gore.

Lire intégralement l’allocution du secrétaire général au segment de haut niveau de la COP21

Déclaration de responsables religieux et spirituels pour la COP21, Conférence des Nations unies sur les changements climatiques, à Paris en décembre 2015

Des responsables religieux appellent de leurs vœux un accord sur un avenir sans carbone, résilient aux changements climatiques et équitable (en anglais)

21 décembre 2015

COE

Alliance évangélique mondiale : l’accord climatique de Paris est exploit historique

AEM


Le groupe de travail en charge de la sauvegarde de la création de l'Alliance Evangélique Mondiale (AEM/WEA) en collaboration avec le Réseau da la sauvegarde de la création de Lausanne, Tearfund, A Rocha International et de nombreuses autres organisations évangéliques étaient présents à la 21ème Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21), pour élever une voix évangélique sur la question de la sauvegarde de la création. Voici une déclaration conjointe après l'accord final conclu par les dirigeants mondiaux à Paris:


En tant que responsables évangéliques engagés dans la lutte contre les problèmes de pauvreté, de sauvegarde de la création et du changement climatique, nous nous félicitons de l'accord de Paris signé le samedi 12 décembre 2015. Pour la première fois dans l'histoire, le monde dispose d’un accord mondial sur le changement climatique où presque chaque nation sur terre est engagée à réduire les émissions de gaz à effet de serre, et a accepté de poursuivre les efforts pour maintenir l'élévation de température moyenne mondiale en dessous de 1,5 degrés C.

Les chrétiens et les autres croyants ont fait partie de ceux qui ont fait pression en vue d’un accord solide. Les groupes confessionnels « sont montés en première ligne pour plaider notre responsabilité morale dans la lutte contre les changements climatiques », faisait remarquer un responsable de premier rang du département d'Etat américain. « La communauté chrétienne a tout mis en oeuvre pour parvenir à un accord solide qui protège les communautés vulnérables et menacées ». Lors des pourparlers de Paris, les chefs religieux de haut niveau venus de partout dans le monde et de toutes les traditions chrétiennes ont rejoint d'autres chefs religieux pour appeler à l'action et à la reconnaissance de la dimension morale du changement climatique.

La communauté chrétienne évangélique mondiale était représentée par l’évêque Efraim Tendero, secrétaire général de l'Alliance évangélique mondiale (AEM/WEA) qui sert plus de 600 millions de chrétiens évangéliques dans 129 pays. L’évêque Tendero - lui-même originaire des Philippines, l'un des pays les plus vulnérables aux impacts du changement climatique - a déclaré à propos de Paris: « Il y a une composante morale dans toute la discussion sur le changement climatique. La décision de réduire notre empreinte carbone est enracinée sur des bases éthiques, comme quoi la vie humaine doit être protégée et encouragée. Le passage à des sources d'énergie renouvelables à la place de combustibles fossiles préjudiciables à l’environnement est non seulement un travail scientifique, mais aussi une action éthique qui cherche la survie et le bien-être à long terme de l’humanité ».

D'autres organisations et groupes évangéliques étaient représentés, dont le Réseau de Lausanne consacré à la sauvegarde de la création, les organisations chrétiennes de développement et environnementales Tearfund et A Rocha International, et beaucoup d'autres.

Le pasteur Ed Brown, responsable du Réseau de Lausanne pour la conservation de la création, a émis ce commentaire : « ce qui est le plus remarquable pour moi, c’est que pour la première fois la communauté évangélique mondiale a parlé d'une voix forte à une réunion de la COP, et que les délégations du gouvernement nous ont écoutés, ainsi que les autres communautés religieuses. Pour cette raison, la discussion climatique s’est déplacée définitivement de considérations purement économiques et politiques à des considérations morales. Ce qui devait arriver, est arrivé ».

« C’était passionnant d'être à Paris lors de la COP21 », déclare le pasteur Dave Bookless, directeur théologique de A Rocha International. « Alors que nous retournons dans nos propres pays et organisations, nous nous unissons dans notre engagement à voir la justice pour tout le peuple de Dieu et de bonnes nouvelles pour toute la création de Dieu ».

L'accord de Paris n’est pas parfait. Les gouvernements du monde entier se sont engagés à maintenir l'augmentation de la température moyenne mondiale à "bien en dessous de 2 degrés" et à "poursuivre les efforts" pour limiter à 1,5 degrés - 1,5 degrés étant défini comme nouvelle cible. Toutefois, les réductions d’émissions de gaz de serre auxquelles les nations se sont engagées à Paris ne réduisent le réchauffement que de 2,7 degrés, seuil encore beaucoup trop élevé pour éviter une catastrophe mondiale - on en serait à 4 degrés selon les projections, si rien n’était entrepris-. Nous nous engageons donc à nous impliquer dans ce processus, en mobilisant les chrétiens du monde entier à prier, agir et faire pression jusqu'à ce que cet objectif soit vraiment atteint.

Nous reconnaissons que l'accord de Paris n’est que le début, pas la fin, du processus de lutte efficace contre le changement climatique mondial. « Nous nous félicitons de l'accord négocié à ces pourparlers cruciaux sur le climat », dit Paul Cook, directeur de Tearfund. « C’est un bon pas en avant, mais ne soyons pas complaisants. L’accord ne nous donne pas tout ce qu’il nous faut ... Les chrétiens du monde entier vont prier pour que les gouvernements assument leurs responsabilités, les mettre au défi de suivre cet accord, et célébrer avec eux quand ils auront entrepris l'action audacieuse nécessaire ».

A côté de ces mesures visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre, nous nous félicitons de la décision des pays les plus riches du monde de verser 100 milliards de $ en financement climatique par an à partir de 2020 pour aider les communautés les plus pauvres du monde (pour lesquelles nous avons une préoccupation particulière). Ces fonds aideront les pays en voie de développement à s'adapter aux effets du changement climatique et à passer eux-mêmes à des énergies propres. Toutefois, nous notons que les plus riches nations du monde ont actuellement encore un long chemin à faire pour traduire cet engagement dans la réalité. Nous nous engageons donc à continuer à nous confronter à eux et à travailler avec eux pour dégager vraiment ces fonds et nous allons leur demander d'apporter leur juste part au-delà de 2025.

En tant que leaders évangéliques, nous nous engageons à ramener à la maison l'accord de Paris dans les pays que nous représentons partout dans le monde, et à jouer notre rôle dans sa célébration et sa promotion, dans sa mise en œuvre et son exécution, en interpellant aussi les gouvernements et les dirigeants du monde dans les mois et les années à venir pour renforcer cet accord de toutes les manières encore nécessaires. Nous nous engageons également à soutenir activement d'autres processus nationaux et mondiaux qui favorisent la sauvegarde de la création de Dieu et l’amour de nos prochains qui souffrent des conséquences de la dégradation de l'environnement tels que la Conférence Habitat III en octobre 2016.

Nous ne cesserons jamais de parler et d’engager le mouvement évangélique sur ces questions cruciales jusqu’à ce que la relation de l'humanité avec la création de Dieu soit vraiment revenue à l'une de ces relations équilibrées et restaurées que Dieu a voulues et que la Bible énonce.

New York - 18 décembre 2015

Traduction eemni

Alliance évangélique mondiale (AEM - WEA)

Aide aux Églises dans le monde (AEM): que faire maintenant après l’afflux de réfugiés ?


 EEMNI relaie ici le message de l’organisation humanitaire AEM au service des chrétiens persécutés dans le monde. Cette oeuvre donne de précieuses indications de la conduite à tenir vis-à-vis des réfugiés qui s’installent dans nos villes.

Les réfugiés sont là! Et maintenant?

Souhaitez-vous vous impliquer envers les réfugiés dans votre région et seriez-vous content de recevoir des conseils pour entrer en contact avec eux? Vous trouverez ici des renseignements pratiques: www.flüchtlingen-helfen.ch (en allemand pour l’instant).

De nombreux réfugiés du Moyen-Orient viennent en Europe. Fouad Youssef, vous êtes vous-même originaire du Moyen-Orient. Quels conseils donneriez-vous aux chrétiens suisses? Que devons-nous penser des nombreux réfugiés qui arrivent en Suisse?

Êtes-vous en contact avec des personnes de langue arabe d’un pays musulman et vous demandez-vous comment, en tant que chrétien, agir et à quoi faire attention?

Le point de vue des réfugiés musulmans

De nombreuses personnes du Moyen-Orient ont abandonné leurs pays dans des circonstances difficiles, parce qu’elles n’avaient aucune perspective d’avenir. Les musulmans du Moyen-Orient, qui viennent chez nous, en Europe de l’Ouest, nous voient tous en tant que chrétiens, comme ils le faisaient chez eux de toute personne née dans une famille musulmane. La question est maintenant de savoir si nous, chrétiens occidentaux, nous nous comportons envers les musulmans avec la charité chrétienne (comme ils l’attendent de nous).

Selon les experts, le temps d’adaptation des migrants est de six à neuf mois avant qu’ils perçoivent pleinement le choc culturel. Dans ce laps de temps, l’impression qu’ils retirent est cruciale et leur permet de déterminer si nos valeurs constitutionnelles libérales valent la peine d’être prises au sérieux. En raison de leur pays d’origine, ils sont habitués à ce que les lois et les valeurs s’appliquent seulement si elles sont aussi exigées par le pouvoir de l’Etat et la société. Un proverbe arabe dit: «Tout ce qui est interdit est toujours possible/souhaitable.»

Nous pouvons supposer que de nombreux réfugiés ont fui un «désert spirituel», qu’ils sont à la recherche d’un Dieu d’amour et qu’ils sont prêts à rencontrer des chrétiens. Ils aspirent à la stabilité et à la sécurité.

Que dois-je faire?

Nous ne devrions pas perdre trop de temps quant à une intégration réussie dans notre société libre, mais agir comme les chrétiens responsables et les citoyens libres que nous sommes afin que les réfugiés qui viennent à nous ressentent notre amour et puissent aussi clairement et avec précision apprendre à apprécier notre ordre juridique.

Les jeunes hommes ont besoin d’hommes leur apportant soutien et amitié par le moyen du sport, par le fait d’être des modèles, par leur implication. Les femmes ont besoin de femmes et de familles, de boire un café, de chaleur humaine toute simple, de sympathie. Nous devons rester aimables et faire montre de sympathie même si, peut-être, le refus, la critique et les questions difficiles surgissent. Beaucoup de ces gens ont été éduqués dans un esprit de méfiance envers les chrétiens; nous devons voir au-delà de cela par le courage, la franchise, le fait de ne pas éprouver de crainte, le tout combiné à l’amour et à la bonté. De ce fait nous pouvons empêcher que chez nous, en Occident, des musulmans deviennent intégristes parce qu’ils ne sont pas parvenus à surmonter le choc culturel.

Allez donc sans autre à la rencontre des réfugiés, montrez-leur de l’intérêt, soyez ouvert et curieux. Si vous venez à parler de Dieu et si la personne exprime un intérêt pour la foi chrétienne, racontez des témoignages de votre propre vie, de vos expériences avec Dieu, de ce que cela signifie pour vous de vivre une vie avec Dieu. Évitez les débats sur des détails religieux. Priez qu’avec l’amour de Dieu vous puissiez trouver le chemin du cœur de ces gens.

Si la personne continue à montrer de l’intérêt, parlez-lui de Dieu, de sa nature, de son plan, de son amour pour nous, les hommes, de Jésus-Christ, de sa mission, de la possibilité d’un salut immérité et de l’Esprit de Dieu. Attendez-vous à voir Dieu agir par vous. Vous pouvez proposer à la personne de prier pour elle. L’expérience montre que les gens apprécient cela.

Nouveau Testament en arabe

Si vous avez l’impression que la personne est prête à entreprendre une démarche, alors commandez un Nouveau Testament en arabe via le lien media@hmk-aem.ch. Lire le Nouveau Testament est plus facile pour commencer, lire la Bible tout entière viendra plus tard.

Vous pouvez par exemple dire à la personne : «J’ai remarqué que vous aviez de l’intérêt pour ma foi en Dieu. Je suis chrétien et voici notre livre saint (Inschil). Si cela vous intéresse et si vous voulez le lire, alors je vous le donne volontiers. Si vous n’êtes pas intéressé, je respecte cela, bien sûr. Je sais que vous êtes musulman.» Priez que Dieu rencontre cette personne et qu’il lui parle au travers de sa Parole.

Rester en contact

Echangez vos adresses et, si possible, gardez le contact avec la personne. Vivez votre foi ouvertement et honnêtement, de sorte qu’il soit facile de savoir ce que signifie «suivre Jésus-Christ». Si, par la suite, la personne pose des questions spécifiques sur certains passages de la Bible, lisez-les avec elle et ensemble essayez de comprendre ce qu’ils signifient. Lorsque la personne rencontre des problèmes ou a des soucis, demandez-lui si vous pouvez prier. Il sera intéressant pour elle de voir que vous vous adressez à Dieu et que vous attendez de lui une réponse (ce n’est pas le cas dans l’islam).

En outre, vous pouvez recommander à la personne les sites chrétiens arabes suivants:

www.alhayat.tv

www.life-club.org

www.maarifa.org

www.islameyat.com 

www.rihla-maa-allah.com

Nous vous souhaitons une heureuse année 2016. Nous vous remercions de l’intérêt que vous portez à notre travail et de votre engagement. Nous les apprécions beaucoup.

Votre équipe de l’AEM à Thoune

AEM

Les voeux de Patrick Guiborat, directeur du SEL

EEMNI relaie les voeux de Patrick Guiborat, directeur du SEL (Service d’Entraide et de Liaison). 


Chers Amis, chères Amies,

Au début de cette nouvelle année 2016, je voudrais vous partager ce que m’inspirent les mois qui viennent de s’écouler et ce que je perçois de l’année à venir.

RECONNAISSANCE A DIEU

Avant toute chose, je veux redire à Dieu toute ma reconnaissance de pouvoir le servir avec l’équipe du SEL, avec vous, avec nos partenaires chrétiens engagés dans de nombreux pays en Asie, en Afrique et en Amérique Latine. Oui, notre Dieu est grand et fait de grandes choses, même si nous ne les discernons pas toujours.

EXERCER LA BONTE, LE DROIT ET LA JUSTICE SUR LA TERRE

Dans le cadre de notre campagne « Fier de nos partenaires », je veux me rappeler que ma plus grande fierté, c’est de voir l’action de Dieu en faveur des plus démunis. Chaque fois que l’un de nos partenaires, comme ABEP au Togo, soutient un paysan désœuvré, une famille sans ressource, un enfant sans école, il accomplit ce que Dieu attend de chacun de nous : « Voici ce que dit l’Eternel : (…) que celui qui veut éprouver de la fierté mette sa fierté dans ceci : le fait d’avoir du discernement et de me connaître. En effet, c’est moi, l’Eternel, qui exerce la bonté, le droit et la justice sur la terre. Oui, c’est cela qui me fait plaisir, déclare l’Eternel ». Jérémie 9.22, 23.

OUI, NOUS SOMMES FIERS DE NOS PARTENAIRES !

La petite vidéo qui accompagne ces vœux est une autre façon de redire à nos partenaires du Sud qu’en cette fin d’année 2015, nous leur sommes si reconnaissants qu’ils se soient engagés dans ce combat contre la pauvreté, là où ils vivent. Je ne peux m’empêcher de penser à Abbel Joseph, ancien enfant parrainé, qui nous a visités en octobre : comment, à sa façon, dans le contexte difficile d’Haïti, il cherche à exercer la bonté, le droit et la justice que Dieu appelle sur cette terre. Serviteurs humbles du Dieu qui s’est fait Serviteur, nos partenaires sont pour nous des exemples qui nous interpellent à faire de même, là où Dieu nous a mis aujourd’hui.

C’est le vœu que je fais pour 2016 : que nous puissions tous répondre à l’appel de Dieu pour mieux le discerner et le connaître. Et en servant les plus pauvres, que nous puissions, ici comme là-bas, manifester la bonté, le droit et la justice qui font tellement plaisir à Dieu.

Patrick Guiborat,

Directeur général

SEL