Portes-Ouvertes : les libertés fondamentales mises à mal dans le monde


Photos © Portes Ouvertes

L'ONG protestante Portes Ouvertes tenait sa conférence de presse annuelle à Paris le mercredi 7 janvier à 11h pour faire état du niveau de persécution dont souffrent les chrétiens à la travers le monde. Au même moment, deux terroristes armés de fusils d'assaut ont fait feu en rafales et abattu 12 personnes, dont sept rédacteurs et dessinateurs de Charlie Hebdo. 

Ce drame qui a ému le monde entier tout comme le rapport annuel que publie Portes Ouvertes démontrent que les libertés fondamentales sont en danger de par le monde et que les atteintes n’épargnent aucun pays. Ils démontrent aussi la nécessité pour tous de monter en première ligne pour défendre les libertés (conscience, expression, religion) de partout et pour tous, c’est une question de vie et de survie, une question de dignité humaine.

Revue de presse - Editorial de Christian Willi, Le Christianisme aujourd'hui - Christian Willi montre que la défense de la liberté d'expression vaut pour tous. 

Attaque contre Charlie Hebdo: une liberté à géométrie variable?

L'onde de choc d'indignation suscitée par l'attaque contre Charlie Hebdo s'est propagée au monde entier. Après l'émotion, les questions, car il en va de l'avenir de la liberté d'expression.

Alors même que se produisait l'attaque contre Charlie Hebdo, l'ONG Portes Ouvertes présentait aux médias, à Paris aussi, l'index 2015 des chrétiens persécutés pour leur foi.D'un côté, des terroristes se réclamant de l'islam ont décidé de punir les blasphémateurs de Mahomet. De l'autre, on apprenait que sur les cinquante pays où les chrétiens sont le plus inquiétés, discriminés, persécutés ou exécutés pour leur foi, quarante sont musulmans. 

Le drame survenu dans les locaux de Charlie Hebdo a été condamné par tous, y compris les responsables des cultes musulmans et plusieurs Etats islamiques. Heureusement. Cette agression pose cependant plusieurs questions, aussi bien aux religions qu'aux tenants de l'Etat laïque.

Une liberté d'expression pour tous
En prenant immédiatement fait et cause pour la liberté d'expression dont a usé sans modération l'équipe de Charlie Hebdo, on risque d'oublier ceux qui se sentent offensés par ces illustrations. La liberté d'expression vaut pour les uns comme pour les autres. Les musulmans, les juifs et les chrétiens, moutons noirs de la presse satirique française ont eux aussi le droit d'exprimer leur indignation.La liberté de croyance (et d'incroyance) et d'expression ne peut pas être à géométrie variable. Elle vaut aussi bien pour les croyants que les non-croyants. Et chacun doit disposer des mêmes droits. N'en déplaise aux partisans d'une laïcité militante, désireux de museler toute parole religieuse dans l'espace public.

Tuer n'est pas croire
Pourtant, la violence ne peut et ne doit pas constituer une façon d'exercer la liberté de croire et d'expression. Ou de répondre à une autre liberté d'expression. Tuer n'est pas une façon d'exprimer sa foi. Les responsables musulmans modérés l'ont dit assez souvent, eux aussi. Il leur incombe de tirer les leçons de cette agression «dans la rue d'à côté». Qui au vu du nombre des persécutions de chrétiens dans le monde n'est cependant qu'un arbre cachant une forêt. Si l'islam n'est pas en guerre contre le reste du monde, s'il ne vise pas la soumission du monde -y compris par la violence- les musulmans sont les seuls à pouvoir le démontrer. Un premier pas a été franchi par la condamnation des actes terroristes au cours de ces derniers mois. L'engagement pour une liberté religieuse accordée aux non-musulmans dans les pays musulmans constitue sans doute le meilleur moyen de prouver sa bonne foi et d'éviter aux moins lettrés et aux plus violents d'user de violence au nom d'Allah.  

A l'heure de l'indignation unanime, nous avons tous intérêt à redécouvrir et à mettre en pratique cette phrase attribuée à Voltaire: «Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire». .... 

Christian Willi
rédacteur en chef

Le Christianisme Aujourd'hui

Ce navigateur ne peut pas lire le fichier audio intégré.

Le combat est de tous les siècles. Portes Ouvertes le mène depuis 60 ans. Active dans 60 pays, l’ONG prend systématiquement la défense des chrétiens opprimés en leur apportant un soutien moral et spirituel, de l'aide d’urgence comme de l’aide juridique en cas de besoin. Elle base son action sur le célèbre article 18 de la Déclaration des Droits de l’Homme :

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. 

Cette charte à portée universelle est loin d'être suivie : nombreux sont par exemple les pays dont les citoyens qui décident de changer de religion font l’objet de poursuites judiciaires. Portes Ouvertes est en première ligne pour faire reconnaître le droit des minorités chrétiennes persécutées à travers le monde.

PRENDRE SOIN DE LA LIBERTÉ RELIGIEUSE

« La liberté religieuse est un élément fondamental des droits de l’Homme et quand elle est attaquée, les autres libertés disparaissent très vite à leur tour. Il est inacceptable que les minorités chrétiennes connaissent la persécution aujourd’hui dans tant de pays.

Portes Ouvertes s’engage à se tenir aux côté de ces minorités. Portes Ouvertes souhaite que l’Eglise persécutée devienne une Eglise forte, une Eglise ayant le droit non seulement de survivre, mais aussi de vivre pleinement sa foi, et ce même si elle se trouve dans les pays les plus fermés du monde.

Le droit de choisir sa religion, donc de changer d’opinion et de croyance, est une liberté fondamentale défendue par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Ce droit doit être étendu à tous ceux qui, aujourd’hui, choisissent le christianisme, quelles que soient leur origine ethnique et leur nationalité. On constate que les chrétiens sont encore persécutés dans beaucoup de pays.

Ce sont des hommes et des femmes dont le seul crime est de croire en un autre Dieu et de vouloir exprimer une foi différente. C’est pourquoi notre mission a pour but de les soutenir, de les encourager à persévérer dans leur liberté de choix malgré l’environnement hostile dans lequel ils vivent. »

Michel Varton, directeur de Portes Ouvertes France 


RÉSULTATS INDEX MONDIAL DE PERSÉCUTION 2015 

DÉFINITIONS

Par persécution, Portes Ouvertes désigne toute hostilité envers une une personne en raison de son identification avec Jésus-Christ. Cette hostilité prend la forme de violences physiques et matérielles (effet marteau) que les médias rapportent volontiers, mais elle peut prendre aussi une forme plus insidieuse, parce qu’invisible : c’est toute l’oppression vécue au quotidien dans les différentes sphères de la vie sociale, familiale, professionnelle, dont on parle moins.

Avec ses équipiers et ses experts vivant au plus près du terrain, Portes Ouvertes a établi une nouvelle fois l’Index de la persécution 2015. Les chiffres de la persécution sont en nette augmentation , 5% de plus qu’en 2014. 

LES TENDANCES 

1. POUR LA PREMIÈRE FOIS, TROIS PAYS EN ZONE NOIRE.
La persécution augmente encore et le pire semble ne jamais atteindre son paroxysme. La Corée du Nord est en tête de l’Index Mondial de Persécution depuis 2002, totalisant à chaque fois plus de 86 points de persécution sur un total de 100 points. Elle atteint désormais 92 points et est suivie de près par la Somalie (90 points) et l’Irak (86 points). 

• Corée du Nord - 1ère position dans le classement depuis 13 ans 

Depuis 2002, et c’est encore le cas cette année, la Corée du Nord demeure le pays le plus répressif à l’encontre de la foi chrétienne. Le pays vient de connaître plusieurs purges à l’échelle nationale, au cours desquelles plus de 10 000 personnes ont été expulsées, arrêtées, torturées et/ou tuées à cause de leurs liens supposés avec Jang Song-Thaek, l’oncle de Kim Jong-Un. Des descentes de police ont également été menées contre les détenteurs de matériel illégal tel que DVD, CD et livres. Au lendemain de l’enlèvement et de l’arrestation du missionnaire sud-coréen Kim Jeong-Wook, des dizaines de personnes (chrétiens présumés) ont été arrêtées dont beaucoup ont été torturées et tuées. La Corée du Nord est ce pays où vous disparaissez à tout jamais, vous et votre famille, dès lors que vous avez été démasqués comme chrétiens. Les autorités font tout pour que le christianisme ne se développe pas.

• Somalie

Dans ce pays en pleine décomposition, des chrétiens ont été décapités sur les places publiques pour la simple raison qu'ils étaient chrétiens.

• Irak (3ème)- la survie de l’Eglise en danger 

En Irak, dans les régions aux mains du groupe Etat Islamique, comme à Mossoul ou dans la plaine de Ninive, toute présence chrétienne a quasiment disparu. Plus de 140 000 chrétiens ont quitté ces territoires pour se réfugier au Kurdistan ou à l’étranger. Ceux qui sont restés ont été contraints de se convertir à l’islam, faute de quoi ils sont mis à mort. Si l’Irak continue d’être parmi les pays en tête de l’Index Mondial de Persécution, c’est à cause de cette oppression qui pèse sur les chrétiens et de cette violence perpétrée par les islamistes radicaux. L’Irak reste donc à la 3ème place avec 86 points de persécution. En 2014, il en avait totalisé 78.

                    Enfants chrétiens décapités 

« Ils avaient moins de 15 ans. Ils ont été décapités par des djihadistes du groupe Etat Islamique parce qu’ils ont refusé de se convertir à l’islam. » C’est ce qu’Andrew White, vicaire de l’unique église anglicane d’Irak, a expliqué le 13 décembre dernier lors d’une interview1

« Ils leur ont dit : dites que vous allez suivre Mohamed. Les enfants ont répondu : non, nous aimons Jésus, nous avons toujours aimé Jésus, nous avons toujours suivi Jésus. Jésus a toujours été avec nous. Les djihadistes ont insisté pour qu’ils prononcent les phrases de conversion à l’islam. Les enfants ont refusé. Alors ils leur ont coupé la tête. Comment réagir à cela ? Vous pleurez. Ces enfants, ce sont comme mes enfants. C’est ce par quoi nous sommes passés et passons encore. » 

Décrivant la persécution des chrétiens et la brutalité du groupe Etat Islamique, Andrew White a ajouté : « il est impossible pour les chrétiens de survivre sous une telle tyrannie. » Andrew White est revenu au Royaume Uni après de possibles menaces de mort, mais compte retourner en Irak dès que possible. 

Source : Assyrian international News Agency, 13 décembre 2014 

2. QUATRE CONTINENTS CONCERNÉS.
Afrique, Asie, Amérique, Europe : la persécution contre les chrétiens s’intensifie encore (une augmentation de 5% d'une année à l’autre) et s’étend même dans des pays à majorité chrétienne comme le Mexique (38e) et le Kenya (19e). On constate une nouvelle hausse des points de persécution attribués à chaque pays. En 2014 on totalisait 3019 points pour les 50 pays de l’Index Mondial de Persécution. En 2015, on atteint le nombre de 3170. 

 Kenya (19ème) et Djibouti (24ème) - plus fortes progressions

Ces deux pays (avec le Mexique) ont vu leurs points de persécution augmenter de plus de 10 points par rapport à l’année dernière. Ils se retrouvent propulsés parmi les 25 premiers pays alors qu’ils étaient dans les 10 derniers du classement l’année dernière. 

Le Kenya est un pays à majorité chrétienne mais qui connaît une persécution grandissante dans certaines de ses régions en raison d’une radicalisation des zones musulmanes de ce pays. Inspirés par l’extrémisme islamique qui vient de Somalie, des hommes politiques à la tête de ces régions cherchent à éliminer toute présence chrétienne de leur territoire. Les fonctionnaires locaux qui ont un arrière-plan chrétien sont obligés de partir ou sont directement mutés hors de ces zones. Le Nord-Est du pays est également touché par l’extrémisme islamique. Des radicaux et des militants qui viennent de Somalie y persécutent fortement les chrétiens.

Djibouti est un petit pays rongé par la pauvreté, entouré par des pays qui figurent aussi dans l’Index Mondial de Persécution tels que l’Erythrée, l’Ethiopie et la Somalie. La pression qu’imposent les islamistes radicaux ne cesse d’augmenter. Le gouvernement montre également une attitude négative envers les chrétiens et les non-musulmans en général et il essaie de contrôler toutes leurs activités. L’islam que les radicaux cherchent à imposer est un islam ultraconservateur, à l’image du wahhabisme pratiqué en Arabie Saoudite et cet islam se répand déjà dans la société à une vitesse jamais vue jusqu’ici.

3. L’EXTRÉMISME ISLAMIQUE : PRINCIPAL MÉCANISME DE PERSÉCUTION.

C’est le cas dans 40 des 50 pays de l’index, que ce soit une persécution violente ou d’oppression. Sur les 10 pays où les chrétiens subissent le plus de violences, 8 connaissent une radicalisation islamique : Nigeria, Irak, Syrie, Centrafrique, Soudan, Pakistan, Egypte, et Kenya (les deux autres pays sont le Myanmar et le Mexique). La violence est à la fois physique et psychologique : les croyants éprouvent des pressions de leur famille et milieu et souffrent de discriminations au quotidien.

 Syrie (4ème) - la survie de l’Eglise en danger

En Syrie, alors que le pays comptait 1,8 million de chrétiens avant la guerre, il n’en reste plus qu’1,1 million. Cela signifie que depuis le début de la guerre en 2011, 700 000 chrétiens ont quitté le pays, dont 200 000 au cours de la seule année dernière. Aujourd’hui, la plupart des chrétiens ont fui les zones contrôlées par le groupe Etat Islamique. Sous l’influence grandissante des groupes djihadistes, la société se radicalise, particulièrement dans les zones contrôlées par ces djihadistes• Iran (7ème) - les chrétiens plus souvent emprisonnés.

Le pays a vu son total de points de persécution augmenter (de 77 à 80) suite à une intensification de la pression subie par les chrétiens, surtout par ceux qui sont en prison en raison de leur croyance. Les méthodes utilisées lors des interrogatoires sont devenues plus violentes. Davantage de peines de prison sont prononcées à l’encontre de chrétiens et les chefs d’accusations que l’on porte à leur encontre sont de plus en plus graves (par exemple « action contre l’Etat et contre l’ordre public ») même si par la suite, ils tendent à être abandonnés au profit d’accusations moins lourdes. Entre le 1er novembre 2013 et le 31 octobre 2014, au moins 75 chrétiens ont été arrêtés en raison de leur croyance. 

4. DE PLUS EN PLUS DE CHRÉTIENS CHASSÉS DE CHEZ EUX.
De nombreux chrétiens ont dû fuir la persécution, créant un flot sans précédent de réfugiés et de déplacés internes vivant dans une extrême précarité. En Syrie, 40% de la population chrétienne a quitté le pays. Sur les 1,8 million de chrétiens que comptait le pays avant la guerre, 700 000 sont partis. En Irak, l’été dernier, 140 000 chrétiens ont été déplacés et 5 000 familles chrétiennes ont émigré. Au Nigeria, des milliers de chrétiens ont été chassés de chez eux par Boko Haram. En Erythrée, ils quittent le pays pour échapper à la prison. On assiste à une véritable épuration religieuse dans ces pays sous l'influence des islamistes.


5. LES CHRÉTIENS DE PLUS EN PLUS MARGINALISÉS SOCIALEMENT ET CULTURELLEMENT. Cette année, le seuil d’entrée dans l’Index Mondial de Persécution est de 49 points de persécution (Koweït). L’année dernière, il était de 45 (Niger). Cette augmentation de points est en général liée aux pressions et discriminations familiales, sociales et culturelles vécues par les chrétiens au sein de leur société. Les 10 pays les plus touchés par ce type de persécution sont : la Somalie, la Corée du Nord, l’Afghanistan, les Maldives, l’Erythrée, l’Arabie Saoudite, le Yemen, l’Irak, l’Iran et la Libye.

• Le Soudan (6ème), l’Erythrée (9ème) et le Nigeria (10ème) situés dans les 10 premiers pays de l’Index Mondial de Persécution 

Le Soudan : pour la première fois depuis 10 ans, le Soudan, en 6ème place, fait partie des 10 pays classés en haut de l’Index Mondial de Persécution (il est passé de 73 à 80 points de persécution). Cette augmentation résulte d’une dégradation de la situation des chrétiens d’origine musulmane, alliée à une intensification de la violence à l’égard des chrétiens des Monts Nouba. Si auparavant, les chrétiens étaient plutôt ciblés individuellement, aujourd’hui, les attaques contre des groupes de chrétiens se multiplient. En 2014, plusieurs chrétiens ont été assassinés à cause de leur foi, aux moins 10 bâtiments appartenant à des chrétiens ont été attaqués, dont des églises, des écoles et des hôpitaux, et ce particulièrement dans les Etats du Sud Kordofan et du Nil Bleu. Plus de 30 chrétiens ont été tués lors de bombardements menés par le gouvernement. 

L’Érythrée fait de nouveau partie des 10 pays placés en haut du classement de l’index. Avec 79 points cette année, elle est classée 9ème alors qu’elle était 12ème l’année dernière avec 72 points. La pression subie par les chrétiens s’est encore aggravée surtout pour les membres des dénominations protestantes non traditionnelles, les orthodoxes qui choisissent de fréquenter une église protestante non traditionnelle et les chrétiens d’origine musulmane. Cette pression vient principalement du président Isaias Afewerki et de son gouvernement ainsi que des membres du Front Populaire pour la Démocratie et la Justice. En 2014, le gouvernement érythréen a de nouveau lancé une campagne de répression contre les chrétiens lors de laquelle 138 chrétiens et responsables d’églises ont été arrêtés. 47 ont été relâchés mais les autres sont toujours en prison, en toute illégalité. 

Le Nigeria se retrouve à la 10ème place de l’Index Mondial de Persécution pour la première fois. C’est le pays où les chrétiens subissent le plus de violence physique, allant du kidnapping au viol en passant par l’assassinat pour le simple fait d’être chrétien. En 2014, dans le Nord du pays, un grand nombre de chrétiens ont dû fuir et sont aujourd’hui déplacés à l’intérieur de leur pays ou réfugiés dans des pays limitrophes comme le Cameroun. Prenant exemple sur le groupe Etat Islamique, le groupe islamiste Boko Haram a également proclamé un califat. En 2014, Boko Haram a tué près de 4 000 personnes, des chrétiens pour la plupart. D’autres exactions sont le fait de bergers hausa et fulanis. De nuit ou de jour, ils descendent dans un village et ils attaquent avec cruauté des innocents, notamment des femmes et des enfants.

6. L’AFRIQUE DANS LA TORNADE.
C’est en Afrique et en particulier en Afrique sub-saharienne, que la persécution augmente le plus rapidement. Pour la troisième année consécutive, c’est un pays d’Afrique qui connaît la plus forte progression dans le classement. En 2013, il s’agissait du Mali, en 2014 de la Centrafrique et en 2015 du Kenya (de la 43ème place en 2014 à la 19ème en 2015). 

La situation dans d'autres pays 

• Mexique (38ème), Turquie (41ème) et Azerbaïdjan (46ème) - entrées dans l’index 

Le Mexique a déjà figuré dans l’Index Mondial de Persécution par le passé. Il en était sorti en 2007. Il revient cette année à la 38ème place avec 55 points de persécution (soit 10 points de plus que l’année dernière). Il fait partie des pays où la situation s’est le plus aggravée pour les chrétiens en 2014. Ce retour dans l’Index Mondial de Persécution est la conséquence de la progression des réseaux de banditisme organisé et de la multiplication de faits violents à l’encontre des chrétiens. Ces dernières années, la plaque tournante du trafic de drogue et l’activité criminelle qui lui est inhérente se sont déplacées de la Colombie vers l’Amérique Centrale et le Mexique. Les organisations criminelles s’en prennent aux chrétiens pour leur extorquer de l’argent mais aussi parce que les chrétiens offrent aux jeunes une alternative. Entre le 1er novembre 2013 et le 31 octobre 2014, au moins 15 chrétiens ont été assassinés. Dans les tribus indigènes, ceux qui abandonnent les croyances traditionnelles pour se convertir au christianisme font l’objet de violences. Leurs maisons sont détruites et des centaines d’entre eux ont été chassés de chez eux. 80 cas d’agressions physiques ont été rapportés dans les Etats du Sud du pays. 

La Turquie, absente de l’index depuis 2013, fait de nouveau partie des 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés. Avec un total de 52 points de persécution, elle se place 41ème. Elle doit son retour à la persistance de restrictions légales, aux commentaires antichrétiens de fonctionnaires du gouvernement, à l’hostilité de la société en général à l’égard des chrétiens, mais aussi à la montée d’un islam plus rigoriste. Les chrétiens doivent vivre au sein d’une société qui les surveille de plus en plus. Les chrétiens d’origine musulmane sont les chrétiens les plus rejetés, et subissent de fortes pressions pour revenir à l’islam. Quelquefois ils sont aussi maltraités physiquement. Seules deux dénominations sont reconnues : l’Eglise Orthodoxe Grecque et l’Eglise Apostolique Arménienne, qui ne regroupent que 70 % des chrétiens du pays. La législation turque interdit à ces deux dénominations de former de nouveaux prêtres dans leurs séminaires. Pas moins de 4 églises ont été attaquées entre le 1er novembre 2013 et le 31 octobre 2014. Un complot visant à assassiner Bartholomée 1er, l’actuel primat de l’Eglise Orthodoxe de Constantinople, a été déjoué en mai 2014 et le 2 juillet 2014, un groupe d’hommes ont pénétré dans l’église catholique romaine de Saint Stéphanos à Yesilköy, dans la ville d’Istanbul, et y ont insulté et agressé des chrétiens. Un responsable de l’église a appelé à l’aide des policiers qui se tenaient non loin mais ils ne sont pas intervenus. 

L’Azerbaïdjan : Le pays totalise 50 points de persécution et se classe 46ème. De moins en moins d’églises ont le droit de continuer leur activité. Toute activité religieuse non déclarée est punissable par la loi, et les amendes pour ceux qui transgressent la loi sont très élevées. Dans le même temps, il est quasi impossible d’arriver à faire enregistrer son église auprès des autorités. Le gouvernement du pays cherche à restreindre toute expression publique de la religion qu’il considère comme une menace pour le régime. De nombreux chrétiens n’arrivent pas à trouver un emploi ou à le garder et ils sont étroitement surveillés par les services secrets. 

• Inde (21ème) et Malaisie (37ème) : la situation des chrétiens se dégrade 

Inde : Avec l’élection de Narendra Modi, du parti fondamentaliste Bharatiya Janata Party (BJP), au poste de premier ministre en mai 2014, la situation des chrétiens et des autres minorités religieuses est de plus en plus difficile. Les fondamentalistes hindous qui s’en prennent aux musulmans et aux chrétiens bénéficient d’encore plus d’impunité que par le passé. Il ne se passe pas une semaine, voire une journée sans que des cultes soient interrompus et des pasteurs et des chrétiens agressés. Cette persécution touche toute l’Inde, même si de plus en plus de cas sont enregistrés dans les régions du sud. Les bouddhistes radicaux de Ladakh, les néo-bouddhistes de Maharashtra et de l’Uttar Pradesh, ainsi que les sikhs radicaux du Pendjab ont eux aussi leur part de responsabilité dans les violences confessionnelles. 

Malaisie : Considérée autrefois comme un pays libéral, la Malaisie est en train de devenir rapidement un endroit dangereux pour les chrétiens. Elle occupe cette année la 37ème place (elle était 40ème en 2014) avec 55 points de persécution alors qu’elle n’en avait que 49 l’année dernière. L’attitude du gouvernement envers les chrétiens et les autres minorités religieuses s’est durcie et les pressions subies par les chrétiens dans leur vie privée, familiale et ecclésiale se sont renforcées. Les faits violents ont également augmenté au cours de l’année passée. Les chrétiens d’origine musulmane sont particulièrement pris pour cible. Les membres de leur famille et de leur communauté culturelle les isolent et leur font subir toutes sortes de pressions pour qu’ils reviennent à l’islam. Les observateurs sur place font état d’une rapide islamisation de la société. 

• Le combat des chrétiens ouïgours et tibétains en Chine (29ème) 

La Chine occupe le 29ème rang de l’Index Mondial de Persécution 2015, soit une augmentation par rapport à l’index 2014 où elle se classait 37ème.
Ces dernières années, la situation des chrétiens en Chine s’est considérablement améliorée. Cependant, un petit nombre de chrétiens ouïgours et tibétains d’origine musulmane, ainsi que des chrétiens dans le reste du pays, rencontrent des restrictions dans la pratique de leur foi. Les chrétiens sont également davantage persécutés dans leur vie ecclésiale. 

En 2014, davantage d’églises ont été surveillées et harcelées, particulièrement dans la province du Zhejiang. Les autorités locales y ont lancé une campagne contre les structures religieuses, et particulièrement les églises. Certaines ont été totalement détruites et des croix ont été arrachées. 

• Maroc, Bahrein et le Niger : situations toujours critiques 

Ces trois pays sont sortis de l’index, mais cela ne signifie pas que la situation des chrétiens s’est améliorée. Leur nombre de points de persécution est sensiblement le même que l’année dernière. Cependant, la persécution étant de plus en plus intense, les pays faisant partie de l’index obtiennent des points de persécution de plus en plus élevés (le 50ème pays en 2014 se situait à 45 points de persécution, le 50ème pays en 2015 obtient 49 points de persécution.


Les chiffres de la persécution

(du 1er novembre 2013 au 31 octobre 2014)

Les chiffres ci-dessous sont probablement en dessous de la réalité. De nombreux assassinats sont très certainement passés sous silence car ils ont lieu dans des endroits trop isolés, dangereux ou difficiles d’accès (comme en Syrie, en Irak, au Nigeria, au Cameroun, en Centrafrique, au Myanmar et en Corée du Nord). Cependant, ils montrent que le meurtre de chrétiens en raison de leur identification à Jésus-Christ est une dramatique réalité aujourd’hui. 

En 2014, l’équipe de recherche de Portes Ouvertes a compté : 

- Au moins 4 344 chrétiens assassinés pour des raisons liées à leur croyance, soit deux fois plus que l’année dernière (en 2013, ils étaient 2 123 et en 2012, 1 201) 

- Au moins 1 062 églises visées dans le but de les détruire, de les endommager ou de les fermer (en 2013, on en avait compté 1 111) 

Les 10 pays où les églises ont été les plus ciblées


NOMBRE DE CHRÉTIENS TUÉS 

C’est au Nigeria qu’on a assassiné le plus de chrétiens en raison de leur croyance l’année dernière. Ce nombre (2 484) a été multiplié par 4 par rapport à l’année précédente (612). 

Les 10 pays où ont eu lieu le plus grand nombre d’assassinats de chrétiens en 2014 

Le Kenya, l’Égypte et la Syrie font toujours partie des pays où le sang des chrétiens coule le plus. On constate aussi qu’en Centrafrique, beaucoup de chrétiens ont perdu leur vie dans les attaques des sélékas et des anti-balakas. En ce qui concerne la Corée du Nord, nous n’avons aucun point de comparaison, car l’accès aux informations dans ce pays est trop aléatoire. 

1. Les données présentées combinent les informations récoltées sur le terrain par nos chercheurs et les informations récoltées dans la presse et sur internet par notre équipe de veille informative. 

Les tendances pour l’avenir

  • Le danger du laïcisme intolérant : comme de nos jours, beaucoup de conflits proviennent de groupes religieux, on a toujours plus tendance à considérer le religieux comme dangereux et à le reléguer à la sphère privée. Les divisions et les clivages risquent de s'accroître dans la société.
  • L’effet à long terme de l’État islamique : avec le retour des djihadistes dans leurs pays d’origine se pose le risque d’attentats. Avec un effet positif peut-être : il se peut que les musulmans modérés vont défendre le droit des chrétiens de vivre leur foi.
  • Deux pays sont à surveiller, la Chine et l’Inde (qui représentent à eux seuls 40% de la population mondiale) : le gouvernement chinois ne sait pas quoi faire de cette église en pleine croissance (80/100 millions de chrétiens supposés). L’Inde compte à présent un gouvernement soutenu par un parti hindou extrémiste qui vient d’édicter une loi anti-conversion.

#indexdepersecution2015 

 Accès à toute la documentation de Portes Ouvertes sous https://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/


Dossier préparé par EEMNI à partir des ressources fournies par Portes Ouvertes