Paris, COP21: « la politique climatique est la politique d’asile du futur »

Plusieurs centaines de “pèlerins du climat” et des responsables religieux sont venus du monde entier (NorvègeSuèdeFinlandePays BasDanemarkAllemagneRoyaume Uni, PhilippinesAfrique) à Paris pour appeler les chefs d’États à prendre leurs responsabilités et inviter les croyants à participer à la Marche mondiale pour le climat, ce dimanche 29 novembre, dans les grandes villes de la planète.


Réunis le samedi le 28 novembre dans la Basilique de Saint-Denis (au Nord de Paris), ces pèlerins du climat ont remis à la diplomate costaricaine Christiana Figueres, secrétaire exécutive de la convention-cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques, ainsi qu’à Nicolas Hulot, envoyé spécial de la Présidence française pour la protection de la planète, une pétition mondiale signée par près d’1,8 million de personnes. L’objectif est le même: que les pays riches aident les pays pauvres à faire face à la crise climatique.

L’évêque Heinrich Bedford-Strohm (Église protestante d’Allemagne, EKD) a plaidé pour la justice climatique

Dans la méditation qu’il a apportée à ce rassemblement interreligieux, l’évêque Heinrich Bedford-Strohm (Munich), président de l’Église protestante d’Allemagne (EKD) a lancé un plaidoyer en faveur de la justice climatique. Faute d’efforts supplémentaires pour protéger le climat, le nombre de réfugiés ne cessera pas de croître dans le monde entier, avertit-il.

À l'heure actuelle, il sont quelque 60 millions de réfugiés à rechercher un hébergement sécurisé à travers le monde. « Ceux qui sont le moins responsables du réchauffement climatique sont les plus affectés », a rappelé l’évêque protestant Heinrich Bedford-Strohm, tandis que le cardinal catholique brésilien Claudio Hummes lançait sur scène: « Le temps est compté. Prions et agissons pour la justice climatique! »

« Si les gouvernements du monde ne parviennent pas à prendre maintenant les bonnes décisions, les réfugiés seront encore beaucoup plus nombreux à l’avenir en tant que réfugiés climatiques. La politique climatique est la politique d'asile de l’avenir », a déclaré Bedford-Strohm. Il a appelé à la coopération dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Selon Annette KURSCHUS, vice-présidente du Conseil de l'EKD, (Bielefeld), cette rencontre interreligieuse montre « des nations, des générations et pour la première fois différentes religions unies pour insuffler une puissante dynamique en vue d’un accord contraignant sur le climat ».

Au «sommet sur le climat » qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre prennent part des délégués de 195 pays. Pour le coup d’envoi,150 chefs d'Etat sont attendus, y compris la chancelière allemande Angela Merkel, le président américain Barack Obama et le président russe Vladimir Poutine. Ils veulent décider de mesures pour stopper la hausse du réchauffement de la planète.

La déclaration de responsables religieux et spirituels pour la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques COP21

cop21_01


cop21_02
cop21_03


cop21_04


La déclaration de responsables religieux et spirituels pour la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques COP21 en pdf

29.11.2015

IDEA/Cath.ch/eemni