MEDAIR: 6 mois après le séisme au Népal

L’organisation humanitaire chrétienne MEDAIR rend compte de son engagement aux côtés des victimes du séisme qui a ébranlé six mois auparavant le Népal.

medair_nepal


Six mois après le violent séisme qui a ravagé le Népal, des dizaines de milliers de personnes disposent d'un abri d'urgence fourni par Medair. Mais l'approche de l'hiver suscite de nouvelles inquiétudes pour les rescapés. 

Dans un des districts les plus durement touchés par la catastrophe, où 98 % des habitations ont été détruites, Medair et son partenaire Mission East ont fourni un abri d'urgence à plus de 30 000 survivants. Les Népalais ont maintenant besoin d'aide pour reconstruire leur maison. Les familles vivant dans des villages de haute altitude ont besoin de protections plus efficaces pour pouvoir affronter l'hiver glacial.

Les tremblements de terre et les répliques qui ont secoué le Népal en avril et mai derniers ont fait plus de 8 600 victimes et endommagé ou détruit près de 750 000 logements.

Situé dans une région montagneuse, le district de Sindhupalchowk a été l'un des plus durement touchés, 98 % des maisons ayant été détruites, d'après les estimations.

Medair a envoyé une équipe sur place dans les 48 heures qui ont suivi le premier séisme. Nous avons uni nos forces à celles de Mission East, une ONG partenaire de l'Alliance Integral bien implantée au Népal, ce qui a permis à notre équipe d'accélérer les opérations de secours. Nous avons très vite concentré notre intervention sur les villages ravagés du district de Sindhupalchowk, où nous avons été parmi les premières organisations d'aide d'urgence à porter secours aux familles sinistrées.

De nombreux villages étaient difficilement accessibles à cause de routes bloquées et de glissements de terrain. À cela, sont venues s'ajouter les pénuries de carburant et les pluies de la mousson, rendant notre tâche encore plus difficile. Nous avons rejoint ces villages en camion chaque fois que les conditions le permettaient. Mais lorsque l'accès était bloqué, nous avons dû nous y rendre en hélicoptère ou à pied, avec des porteurs.

Au total, nous avons distribué à près de 8 500 familles (33 000 personnes environ) des matériaux pour la construction d'abris d'urgence et des articles ménagers essentiels, tels que des bâches et des cordes solides, des couvertures, des pastilles pour purifier l'eau, des jerricans et du savon.

Nous avons également remis à 1 142 familles des outils pour leur permettre de déblayer les décombres sur leur terrain.

« C'est vraiment triste de voir tant de personnes craignant de s'approcher de ruines qui étaient autrefois leurs maisons », déclare Phil Vice, coordinateur des projets de Medair au Népal. « Dans le cadre du projet de démolition que nous avons mis en place, Medair et ses partenaires démolissent les restes des habitations en toute sécurité et assistent les villageois pour qu'ils récupèrent du matériel de construction et des objets de leur maison. C'est la première étape de la reconstruction. Cela aide aussi de nombreuses familles sinistrées à tourner la page. »

Au cours des neuf prochains mois, nous prévoyons d’aider 21 000 personnes à se remettre de ces tremblements de terre, par les moyens suivants :

  • en renforçant les abris dans les villages de haute altitude pour qu'ils puissent mieux résister à l'hiver,
  • en aidant à la reconstruction des maisons par le biais de formations techniques et d'une assistance comprenant la mise à disposition d'ouvriers qualifiés et de matériaux de construction de haute qualité achetés sur place pour soutenir l'économie locale,
  • en engageant des rescapés du séisme pour qu'ils démolissent les constructions fragilisées et déblaient les décombres (programme argent-contre-travail).

« Même si un travail important a été réalisé au cours des six derniers mois, il reste encore beaucoup à faire », souligne James McDowell, représentant de Medair pour le Népal. « Dans les montagnes, des milliers de familles sinistrées vivent toujours dans des abris temporaires alors que l'hiver approche à grands pas. Ces familles seront bientôt confrontées à la neige et à des températures glaciales qui pourraient mettre leur vie en danger. »

26 octobre 2015

 Medair