Irak, Bagdad: la loi sur la conversion suscite de vives critiques


Selon ce projet de loi, les enfants sont automatiquement musulmans quand un parent embrasse l’Islam

La nouvelle loi sur la conversion en Irak suscite de vives critiques. Elle stipule que les enfants mineurs sont automatiquement musulmans quand un parent se convertit à l'islam.

L'expert du Moyen-Orient de la Société pour les peuples menacés (SPM - Göttingen), Kamal Sido, y voit une discrimination contre les non-musulmans.

Les petits groupes ethniques, notamment les Assyriens, Chaldéens, Syriens, Yézidis, Kakai, mandéens ou Bahai sont maintenant dans une situation encore plus difficile, déclare Sido à l’Agence de presse Idea.

L’organisation terroriste "Etat islamique" (EI), qui commet viols, meurtres et déplacement massif de population exerce une pression très forte sur les non-musulmans en particulier et les musulmans non-sunnites. Simultanément, les «forces soi-disant modérées » discriminent les non-musulmans dans la vie quotidienne. Selon Sido, les minorités religieuses ont donc besoin de beaucoup plus de protection et de soutien.

Une procédure « discriminatoire par excellence »

Plus tôt, le patriarche de l'Eglise chaldéenne catholique, Louis Raphael 1er Sako (Bagdad), a décrit à l’agence de presse "AsiaNews" la loi comme une menace à l'unité nationale, la stabilité sociale et la diversité religieuse.

« Cette procédure est discriminatoire par excellence, et témoigne d’une indifférence envers les valeurs de la civilisation irakienne, et envers ceux qui sont considérés comme les premiers citoyens du pays », affirme le patriarche des Chaldéens.

Ce projet de loi s’oppose à la liberté religieuse et à la constitution du pays. La constitution laisse entendre que l'Irak est une nation constituée de différents groupes ethniques, religions et confessions, un pays qui garantit à tous ses habitants la protection contre toute forme de coercition politique ou religieuse.

Facteur de déstabilisation

Cette loi se définit par conséquent comme un facteur de déstabilisation pour la coexistence des différentes composantes de la société irakienne, comme l’indique le patriarche de l’Église chaldéenne Louis Sako 1er Sako : ce texte porte atteinte « à l’unité nationale ainsi qu’à l’équilibre social, au pluralisme religieux, au principe d’acceptation de l’autre dans sa différence et sa situation spécifique et au vivre-ensemble ».

Tous contre la loi qui islamise obligatoirement les mineurs

Selon Fides, le service de presse vaticane, des chrétiens ainsi que des représentants d'autres communautés non-musulmanes à Bagdad ont manifesté le 10 novembre contre la loi qui prévoit automatiquement  l’Islam pour les mineurs, même si un seul parent se convertit à l’islam.

Le Patriarche Sako a annoncé également qu'il allait recourir aux tribunaux internationaux pour protéger les droits des chrétiens – en commençant par le Haut Commissariat des Nations Unies pour les droits de l’homme – si le Parlement irakien ne change pas la loi, également contraire aux articles de la constitution irakienne qui affirment la pleine égalité de tous les citoyens devant la loi.

Des parlementaires chrétiens avaient proposé de modifier la loi afin que les enfants conservent leur religion d’appartenance jusqu’à leurs 18 ans, pour choisir ensuite la religion à laquelle ils veulent appartenir en pleine liberté de conscience.

Mais la majorité du parlement irakien a rejeté cette motion à la fin du mois d’octobre.

« Nous renouvelons notre position de refus envers la loi sur la carte d’identité unifiée, et nous revendiquons le droit pour les mineurs de garder leur religion, et la liberté de choisir la religion adéquate à leurs convictions lorsqu’ils atteignent la majorité », écrit Louis Raphaël Sako dans sa déclaration à la presse. « En effet la religion est une question de relation entre l’être humain et le Seigneur, et ne doit subir aucune contrainte. Que les députés prennent plutôt soin à ce que tout individu devienne un bon citoyen!»

12.11.2015 

Médias-Presse-Infos - La Croix - La Nouvelle Gazette - idea - eemni