Dr Hugh et Shirliann Johnson, lauréats du Prix de la Paix 2015 décerné par le Conseil méthodiste mondial



Dr Hugh G. Johnson, un missionnaire à la retraite, pasteur et ancien surintendant du district de l’Afrique du Nord de l'Église évangélique méthodiste (EMU/UMC) et son épouse Shirliann sont les lauréats du Prix de la Paix méthodiste mondial 2014. Ce prix lui a été remis le 19 juin 2015 à Aarau (CH) dans le cadre de la Conférence annuelle Suisse/France/Afrique du Nord dans le cadre d’une cérémonie solennelle. Nous reviendrons sur cet événement important dans les prochaines dépêches. Pour l’heure, nous rappelons les grandes étapes de ce couple de missionnaires actif en Afrique du Nord plus de 42 ans.

Pendant plus de quarante ans (1962 - 2005), le Dr et Mme Johnson ont agi suivant une simple devise: L'Église doit être là où les besoins sont les plus grands, et cette philosophie a porté son ministère. En tant que missionnaires en Afrique du Nord, les Johnson ont servi pendant les périodes de grands troubles. Depuis leurs débuts avec le Conseil mondial de la mission de l’EEM (GBGM - EMU/UMC) en Algérie, le couple a servi dans tout le pays lors de la guerre d'indépendance et des turbulences qui ont suivi.

Le couple a servi d'abord à Laarba Nath Irathen dans les montagnes de Kabylie et plus tard à Alger. Le couple ne s’est jamais lassé de partager l'Évangile avec les habitants du Maghreb. Au fil du temps, ils sont été autant à l'aise en arabe qu’en kabyle (une langue berbère ) ainsi qu’en français. Le Dr Johnson voulait qu'il n’y ait pas de barrières entre la Parole et les gens.

En 1972, le gouvernement algérien a fermé des orphelinats, des hôpitaux et d'autres institutions diaconales de l'Église. En réponse, Dr Johnson a contribué à l’ouverture d’une bibliothèque de langue anglaise qui a servi de lieu de rencontre pour les gens de la région et un lieu non officiel de communion fraternelle entre chrétiens.

Dr Johnson est également apparu régulièrement à la radio algérienne, souvent en dialogue avec un représentant musulman. Il était un médiateur qui a traversé les lignes pour la cause de la réconciliation et de la compréhension mutuelle.

Shirliann Johnson a souvent visité les camps de réfugiés dans le désert, assurant la coordination de l'aide humanitaire et l'enseignement des jeunes femmes à diriger des classes de maternelle dans le camp afin d'aider les enfants et les familles qui avaient été touchées par la guerre.

Quand la région a fait face à la montée de l'extrémisme religieux, la maison et l'église du couple ont souvent attaquées et ciblées par des groupes de militants. Au service d'une église locale (l'Église protestante en Algérie) qui a été constituée en grande partie des musulmans convertis, le Dr Johnson a fait face à des restrictions limitant pour l'église la liberté de culte et d’évangélisation. Pour lutter contre ces lois, il a tenu des réunions dans sa maison entre les différentes confessions chrétiennes et travaillé ensemble dans l'esprit de l'œcuménisme.

Son franc-parler et ses affrontements avec les autorités locales sur l'importation de Bibles en arabe et langues berbères montrent son courage et sa volonté de défendre sa foi et la famille ecclésiale, souvent au péril de sa vie. Dr Johnson a été poignardé lors d’une agression à cette époque-là, mais sa foi et sa consécration au ministère n'ont jamais vacillé.

En raison de ses nombreux litiges avec le gouvernement et de ses expulsions mêmes du pays, le Dr Johnson revenait toujours en Algérie pour aider la petite communauté chrétienne qui s’était formée là. Sa voix était celle d’un homme qui a exercé une influence apaisante au sein de la petite communauté de croyants dans le pays ainsi que celle d’un homme ouvert au dialogue avec les musulmans de la région. À la retraite M. et Mme Johnson ont quitté le pays, mais leurs cœurs et leurs esprits demeurent encore avec les habitants en Afrique du Nord.

Pour l’oeuvre de toute leur vie au fil de leur ministère, comme pour avoir montré du courage, de la créativité et de constance dans la diffusion de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ, le Dr Hugh et Mme Shirliann Johnson se voient décerner le Prix de la Paix Méthodiste Mondial 2014.

Sur le Conseil méthodiste mondial

Le Conseil méthodiste mondial trouve ses origines dans une Conférence qui s’est tenue à Londres, en Angleterre, à la chapelle de Wesley en 1881, où quelque 400 délégués de 30 organismes méthodistes du monde entier se sont réunis pour une Conférence œcuménique méthodiste. Le Conseil méthodiste mondial est composé de quelque 250 à 528 délégués élus de ses Églises membres. À partir de 2001, le Conseil a été composé en moyenne de 400 membres. La représentation est déterminée par l’intégration de l’Église comme membre et de sa contribution financière aux travaux du Conseil. En 1956, le Conseil méthodiste mondial a établi un siège permanent aux États-Unis à Lake Junaluska, Caroline du Nord.

Sur le Prix de la Paix mondial méthodiste

Décerné pour la première en 1977, le Prix de la Paix méthodiste mondial est décerné tous les ans à une ou des personnes qui ont fait preuve de courage, de créativité et de constance dans la poursuite de la paix et l'égalité des droits pour les personnes à travers le monde. Les dirigeants des Eglises membres du Conseil méthodiste mondial peuvent présenter des candidatures dans une lettre où ils soulignent les raisons de cette nomination et mettent en évidence le fruit des efforts du candidat en faveur de la paix, etc. Parmi les lauréats de ce Prix figurent l'ancien président sud-africain Nelson Mandela , l’archevêque émérite Desmond Tutu et l'ancien président américain Jimmy Carter. Les autres bénéficiaires sont l'ancien président de Macédoine Boris Trajkovski, la communauté compatissante de Sant'Egidio de Rome, et les grands-mères de la Plaza de Mayo en Argentine.

Traduction eemni


Rappel des articles portant sur le pasteur Hugh Johnson dans ENroute: 

Réflexions après une agression N°8 2005

-  Pasteur Hugh Johnson: Un attachement à une terre et à un peuple 2012 N°91

WMC