2015

CNEF: toute la misère du monde ?


Plus de 350 000 migrants sont arrivés sur notre continent depuis le début de l’année. Près de 2 700 sont morts dans des conditions terrifiantes. La crise humanitaire est majeure, mais l’indignation mineure. Les uns continuent leur petite cuisine électorale tandis que les autres font assaut d’arguments « imparables » - qui sur les causes contestables, qui sur la fraude détestable, qui sur l’invasion effroyable – pour ne rien faire ou plutôt pour fermer cœurs et frontières à ces malheureux de la terre. 

Et partout, c’est l’égoïsme qui triomphe. Les uns bâtissent des murs ou posent des barbelés, les autres refusent de prendre une part équitable à l’effort collectif d’accueil des réfugiés, et tous multiplient les actions coup de poing qui ne résolvent rien. Et pendant ce temps, cela ne change rien ou presque aux flux migratoires, mais tout pour ceux qui les composent. Car ce sont des femmes et des hommes, des parents et des enfants, des vieux et des jeunes, des croyants et des incroyants qui sont exploités par des hommes sans scrupule, ruinés par des passeurs ignobles, brisés par des circonstances dramatiques, tués lors de naufrages malheureusement prévisibles. Et que faisons-nous ? Si peu de choses, sinon nous demander si nous avons bien vocation à accueillir toute la misère du monde ! 

Je frémis de penser à ce qui ce serait passé pendant la seconde guerre mondiale si la Suisse n’avait ouvert ses portes aux enfants français menacés par la guerre, si le Royaume-Uni n’avait recueilli les chefs de la résistance de notre pays, si les Etats-Unis n’avaient accueilli les juifs pourchassés par les nazis… Ne nous voilons pas la face, ceux qui échouent sur nos côtes sont dans une situation guère différente : pour l’essentiel ils fuient la guerre ou la persécution, et parfois même les deux à la fois. Leur fermer nos frontières, c’est tirer un trait sur les Droits de l’Homme dont nous nous réclamons, c’est oublier ce que notre pays doit à l’immigration dans sa construction, c’est renier la dette que nous avons à l’égard des nations qui ont contribué à la libération de la France. Et, pour nous croyants, c’est faire injure à Dieu qui a créé ces hommes et ces femmes à son image et nous invite à les traiter dignement.

L’exemple de l’Allemagne, prête à accueillir 800 000 réfugiés en 2015, et les propos de sa chancelière qui invoque les valeurs chrétiennes pour affirmer : « la dignité de chaque être humain (...) doit être protégée partout là où elle est en danger » ne devraient pas nous laisser indifférents. Quoique minoritaires, nos Églises évangéliques ont vocation à manifester l’amour de Dieu aux réfugiés, à tous les réfugiés que le Seigneur met sur leur route. Et à le faire avec lucidité et vérité : ils ne représentent de loin pas toute la misère du monde et surtout nous sommes bien assez riches pour les aider. En bien des endroits, nos Églises et nos œuvres sont déjà actives en faveur des plus démunis, et donc aussi des réfugiés qui frappent à leur porte. Nous aurons l’occasion de vous en parler plus en détail. Mais il y a tant à faire qu’il faut intensifier nos efforts pour bien accueillir les migrants et oser interpeller les autorités pour que notre pays sorte de sa crispation.

Étienne LHERMENAULT 

Président du CNEF 

8 septembre 2015

 CNEF

Turquie: 15 pasteurs protestants menacés de mort

Portes Ouvertes


« Le temps de votre décapitation est proche, gloire et louange à Allah ! »

Portes Ouvertes s’inquiète de la sécurité de plusieurs pasteurs protestants qui, depuis le 27 août, sont harcelés par des messages les menaçant de mort sur leur boite e-mail, pages Facebook et internet ou téléphones. Le langage et les visuels utilisés par leurs auteurs font penser à l’organisation Etat islamique.

L’un des pasteurs dit avoir reçu des messages par SMS et e-mail le prévenant de sa future décapitation : « Ils nous disent que nous sommes responsables des conversions d’autres musulmans au christianisme, qu’il est désormais trop tard et qu’Allah leur livrera nos têtes ! »

D’après l’Association des Chrétiens Protestants de Turquie, les chrétiens sont habitués aux menaces, mais depuis quelques semaines, elles sont devenues plus nombreuses et systématiques. Elles proviennent également d’une même source. En effet, la plupart des messages reçus incluent un extrait de la sourate 33 du Coran qui déclare que « les maudits seront pris et tués impitoyablement où qu’on les trouve ». L’un de ces messages spécifie : « Le temps de votre décapitation est proche,  gloire et louange à Allah ! » Par ailleurs, une vidéo dont le contenu tente de justifier par des preuves religieuses l’assassinat des apostats a été récemment postée sur YouTube en Turquie.

Contrairement à de nombreux autres pays à majorité musulmane, la Turquie permet de changer librement sa religion sur la carte d’identité ou même de ne pas la mentionner. Pourtant la Turquie fait partie des 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés, selon l’Index Mondial de Persécution. Dans ce pays, tous les chrétiens sont touchés par la persécution, aussi bien dans leur vie privée, familiale, sociale, ecclésiale que civile. La persécution s’explique surtout par l’extrémisme islamique et le nationalisme religieux.

Plus d’informations : portesouvertes.fr

FPF : au sujet de l’accueil des réfugiés en France

logo_fpf_copie

Le pasteur François Clavairoly, président de la FPF et Monsieur Jean Fontanieu, secrétaire général de la FEP se tiennent à votre disposition pour toute demande d’interview ou d’intervention relatives à ces déclarations et au sujet de l’accueil des réfugiés en France sur lesquels le protestantisme a déjà une année d’expérience.

« Tu aimeras l'émigré comme toi-même » Lévitique 19, 34

Déclaration de la Fédération protestante de France 

Persévérer 

Depuis un an, le Protestantisme français s'est engagé via la Fédération de ["entraide protestante dans les actions d'accueil des réfugiés syriens et irakiens. 

L’appel lancé par la FPF en septembre 2014 auprès des membres des Eglises et au-delà d'elles, a été largement entendu. 

Nous voulons exprimer notre vive reconnaissance à tous ceux qui se sont mobilisés depuis à témoigner de la générosité dont les français font preuve dans l'accueil inconditionnel de ceux qui Leur sont confiés. 

 Thème de l'AG 2015 de la Cimade

"Le devoir d'hospitalité, c'est maintenant"


Alors que l'Europe entière est placée devant ses responsabibtés, la FPF, avec le concours de ceux qui ont une responsabilité à assumer: les élus et en particulier les maires, les acteurs sociaux, les membres d'associations, veut persévérer dans son effort et encourager tous ceux qui désirent s'engager, 

Résister 

Des voix se font entendre pour dénoncer ('aff(ux de réfugiés ou de migrants comme un fardeau supplémentaire impossible à porter. La FPF appelle chacun à résister à cette dénonciation trompeuse qui empêche de voir l’étranger dans sa pleine humanité. La France est un pays d'immigration et une terre d'asile, c'est ainsi que les français portent un trésor culturel, spirituel, économique et social dont les immigrés peuvent aussi revendiquer la paternité avec fierté. 

8 septembre 2015 

FPF

ASAH: Urgence Ukraine

Faire le choix de rester et d’aider

Les chrétiens d’Ukraine font la différence. Et nous ? 

En Ukraine, particulièrement dans le Donbass, la crise humanitaire s’intensifie: Plus de 7000 morts dont 4000 civils, 13 000 blessés, 1,4 millions de déplacés internes (source HCR), Pénuries en eau et nourriture...

S’informer et s’engager, nous vous attendons !

Le  réseau ASAH organise une réunion d'information et de travails le 24 septembre 2015 de 18h00 à 20h00 à Eglise Baptiste, 123 Avenue du Maine, 75014 Paris.  Au cours de cette rencontre, Mickael Païta de l’association chrétienne La Gerbe, restituera les points importants relevés pendant sa mission de suivi au Donbass. ASAH présentera un état de la situation et des actions engagés par les membres du collectif Urgence Ukraine et convie les participants à l'élaboration d'un plan de réponse en France sur la base de pistes concrètes d'engagement.

Les églises sont un réseau essentiel pour venir en aide au peuple ukrainien. ASAH a besoin des églises !

Cette rencontre est organisée par le en présence de fédérations et responsables d'églises, d'associations de solidarité (La GerbeEspoir et VieADRA), de chrétiens interpellés par cette grave crise humanitaire.

Vous avez un programme actif en Ukraine ? ou vous avez un projet en préparation ? et vous souhaitez rejoindre cette initiative nationale: nous vous invitons sans tarder à prendre contact avec nous.

Si vous souhaitez participer à cette rencontre, nous vous remercions de bien vouloir remplir ce formulaire de contact

Voici en exclusivité la première interview de Michael Païta sur la situation en Ukraine.

ASAH a rencontré cette semaine l'un des acteurs engagés dans le collectif URGENCE UKRAINE : Michael Païta, responsable du pôle solidarité internationale pour l'association chrétienne La Gerbe.

ASAH: Michael, vous vous êtes rendu en Ukraine du 30 juillet au 10 août 2015. Comment décrire la situation en Ukraine après presque un an et demi de conflit armé ? 

Michael : Loin de la zone de conflit le quotidien semble inchangé. Mais en réalité la vie devient difficile. Par rapport à 2013 les prix sont presque multipliés par 2. Et cette année c'est le gaz qui coûte 7 fois plus cher ! Même ceux qui ont une bonne situation se demandent comment il vont passer l'hiver! Je vous laisse imaginer ce que ça représente pour les retraités qui ont à peine assez pour payer leur logement !

A l’Est, j'ai fait le constat évident de besoins énormes du fait de l'afflux de réfugiés hors des zones de guerre. 

Mais c'est le besoin criant des populations restées en territoire séparatiste dans des conditions catastrophiques qui est inquiétant. Des milliers de personnes n'ont même pas accès à l'eau courante.

ASAH : Que ressent-on sur place, au contact des populations ? 

Michael : J'ai été à la fois profondément touché par la douleur des réfugiés et par leur courage. Je dois dire aussi que le sens du sacrifice des bénévoles que j’ai rencontrés m’empêche de rester inactif.

Je suis impressionné par la manière dont les chrétiens s’organisent pour répondre aux besoins. « Nous voulions quitter la zone de guerre » m’a confié une réfugiée « mais pour aller où ? Mais nous avons été accueillis ici. Plus encore que le matériel, c’est le fait de savoir qu’on n’est pas tout seul qui change tout ! ». 

Et c'est vrai, il faut qu'on agisse pour ne pas les laisser seul. L'hiver approche, et les circonstances actuelles annoncent des moments critiques. 

ASAH

CPDH: les chrétiens d’Orient sont « les fleurs de nos jardins ! »

Les chrétiens d’Orient sont « les fleurs de nos jardins » !

« On ne trouve dans aucune ville syrienne de quartier propre qui ne soit chrétien. Il n’y a pas en Syrie de chose louable si ce n’est ce que nous avons hérité des chrétiens. Il n’y a pas en Syrie d’école où on n’enseigne pas la haine si ce n’est dans les écoles des chrétiens. Il n’y a pas en Syrie de lieu de culte tolérant si ce n’est ceux des chrétiens. Il n’y a pas en Syrie de leçon d’amour si ce n’est dans leurs familles et dans leurs églises. Les plus belles et joyeuses fêtes que nous avons connues sont les leurs. Ils sont notre miel, le sel de notre terre, le levain de notre pain, les fleurs de nos jardins. (…) Les chrétiens ont aimé ceux qui les ont offensés, car ils n’offensent pas. Ils ont été bons avec ceux qui les ont détestés, car ils ne détestent pas. Ils ont été traités d’impies dans les mosquées, mais ils sont restés fidèles à leur patrie et à leurs frères dans l’humanité. Je crains pour eux parce que je crains pour la Syrie. J’ai peur que leur culture syriaque, assyrienne, soit réduite à néant car cela signifierait l’anéantissement de la Syrie. Je crains pour eux parce que je crains pour l’amour qui nous restera après eux. (…) Ils sont en sommes mon histoire, mon présent et mon avenir ». 

Wafa’Sultan[1] qui est l’auteur de ces lignes publiées le 27 février 2015 puis reprises dans le « courrier international », rend un vibrant hommage aux disciples de Jésus-Christ. Voilà des mois, pour ne pas dire des années, que de nombreux témoignages se sont élevés pour s’indigner du sort réservé aux chrétiens dans le monde, venant ainsi par des mots animer la carte mondiale de la persécution, publiée chaque année par l’association Portes Ouvertes. « Les chrétiens d’Orient ou d’Afrique n’ont pas seulement besoin de prières et de compassion. Ils ont besoin d’aide, d’engagement, d’une prise de conscience et de responsabilité de notre part. (…) Que serait une Europe qui oublierait ses racines judéo-chrétiennes, à un moment ou les valeurs universalistes subissent des attaques d’une particulière violence »[2].

Ces citations qui datent déjà de plusieurs mois se trouvent sans cesse réactualisées par les vagues de l’actualité qui viennent mourir sur les rivages de l’indifférence ou de l’impuissance humaine. Ne laissons pas ceux qui sont « les fleurs de nos jardins » devenir « les fleurs de nos cimetières ». Mardi 8 septembre 2015, une conférence internationale se tient à Paris et doit définir une « charte d’action en faveur des chrétiens d’Irak et de Syrie ». Cette charte ne devra pas rester lettre morte. Les chrétiens d’Afrique et d’Orient ont besoin de nous !

[1] Wafa Sultan est médecin psychiatre. Elle est née en Syrie dans une famille musulmane, elle a émigré en 1989 aux Etats-Unis.

[2] Article de Dominique Moïsï – professeur au King’s College de Londres – publié dans le journal Les Echos, le 13 avril 2015.

Franck Meyer
Président du CPDH

PRIER

Les sujets de prière suivants ont été notamment proposés par l’association Portes Ouvertes:

  • Prions pour Laurent Fabius, ministre français des affaires étrangères, et pour tous les participants à la conférence du 8 septembre, à Paris. Qu’ils aient de la sagesse et du courage dans leurs prises de position.

  • Prions pour une issue concrète à cette conférence internationale qui réponde aux besoins des chrétiens d’Irak et de Syrie en matière de protection, de condition de vie digne, d’aide au retour, de financement de la part de la communauté internationale et de respect dans l’expression de leur foi.

  • Remercions Dieu pour les responsables politiques qui prennent position en faveur des chrétiens persécutés : Laurent Fabius -ministre des affaires étrangères-, Claude Goasguen et Samia Badat-Karam –respectivement maire et adjointe au maire du XVIème arrondissement de Paris (lesmairies-chretiensdorient.fr).

AGIR

Envoyer mardi 8 septembre un bref courrier électronique au ministre français des affaires étrangères :
www.diplomatie.gouv.fr/fr/mentions-legales-infos-pratiques/nous-ecrire

Exemple de texte : 

« Monsieur le Ministre,
Nous vous remercions pour l’organisation, à Paris, de la conférence internationale pour les chrétiens du Moyen-Orient. Nous attendons beaucoup de cette rencontre et nous serons très attentifs aux décisions qui seront prises à cette occasion.
Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma considération distinguée. »

  • Accueillir des familles de migrants. Pour cela vous pouvez contacter la Fédération Entraide Protestante (FEP) au 01 48 74 50 11 ou contact@fep.asso.fr. La F.E.P. recherche, depuis une année déjà, des places d’hébergement à Paris, Lyon et Marseille mais aussi partout en France. Le dossier de presse est téléchargeable ici : www.fep.asso.fr/wp-content/uploads/2015/05/DP-Irak-Syrie-Le-Protestantisme-se-mobilise.pdf

  • Le CPDH vous propose également de découvrir et de soutenir l’action de l’O.N.G évangélique MEDAIR qui intervient auprès des réfugiés d’Irak et de Syrie.
    MEDAIR en Irak (vidéo du 19 septembre 2014) 
  • Votre église peut faire un don et écrire un mot d’encouragement à :
    Medair France, 5 Avenue Georges Abel 26120 Chabeuil FranceOu Medair Suisse, CH-1024 Ecublens

    Charte des valeurs de MEDAIR : “notre motivation est de prendre soin de ceux qui souffrent car nous suivons Jésus-Christ, qui nous a enseigné à aimer Dieu et à prendre soin de ceux qui en ont besoin. Notre foi nous porte à donner le meilleur de nous-mêmes en toutes circonstances. Avec la foi, nous prions pour conserver notre sagesse face aux décisions difficiles et le courage de vivre et de travailler dans des situations exigeantes et souvent dangereuses.” medair.ch/fr/about-us

CPDH

FEPS: pour une règlementation claire du diagnostic préimplantatoire


Photo: istockphoto


La Fédération des Eglises protestantes de Suisse FEPS salue le lancement d’un référendum contre la loi sur la procréation médicalement assistée (LPMA). Le référendum ne permet pas de réintégrer une protection constitutionnelle de l’embryon, abolie avec la révision de l’article 119. Il permettra toutefois d’introduire au plan légal des mesures de protection. Précédemment, l’Église évangélique méthodiste (Suisse/France/Afrique du Nord)  s’était prononcée en son temps contre le diagnostic préimplantatoire (voir la page consacrée au sujet: "Eglise et Société": l'Église évangélique méthodiste contre le diagnostic préimplantatoire (DPI).

La révision de l’article 119 de la Constitution crée un véritable dilemme. Elle permet le recours au diagnostic préimplantatoire (DPI) en Suisse mais au prix de l’abolition de la protection de l’embryon humain dans la Constitution. Le référendum contre la LPMA visera donc à l’amélioration des bases légales protégeant l’embryon. Les conséquences d’une sélection des embryons, que permet le DPI, doivent être rendues manifestes. Le recours au DPI doit rester exceptionnel ; il ne saurait devenir un examen de routine ou disponible sans indication particulière.

Un cadre juridique clair est indispensable
La FEPS estime que les parents porteurs d’une maladie héréditaire grave doivent pouvoir recourir au DPI dans le cadre de la procréation médicalement assistée. La sélection génétique d’embryons touche cependant au domaine extrêmement sensible de l’eugénisme, soit la sélection artificielle d’êtres humains et le contrôle de la procréation humaine. La décision de recourir au DPI est lourde de conséquences, un cadre juridique strict contribuera à renforcer cette prise de conscience.

Embryons surnuméraires comme « bébés médicaments » ?
La révision de la LPMA adoptée par le Parlement en décembre 2014 autorise la production de douze embryons hors du corps de la femme. Cela devrait permettre de traiter l’infertilité dans de meilleures conditions et d’en limiter les impacts négatifs pour la mère. La question des embryons surnuméraires, donc non implantés, ne se posait pas jusqu’à aujourd’hui puisque, selon le droit en vigueur, il n’était pas permis d’en produire. Dorénavant, les embryons surnuméraires pourront être congelés pour un cycle de traitement ultérieur ou pour un éventuel autre usage. On disposera à l’avenir en Suisse d’embryons congelés qui ne serviront plus à la reproduction. Cela soulève des questions fondamentales, pour l’heure sans réponse, quant au sort à leur réserver ; pourraient-ils à l’avenir – puisqu’ils existent déjà – être employés à des fins de recherche ou servir de « bébés médicaments » ?

Référendum
La FEPS s’est prononcée en faveur de l’introduction du diagnostic préimplantatoire dans le cadre de la votation sur l’article 119 Cst mais elle s’est opposée à la suppression de la protection de l’embryon dans la Constitution. Elle soutient le référendum contre la loi sur la procréation médicalement assistée car cela permettra de procéder à certaines corrections. La FEPS ne participe pas à la récolte de signatures..

Berne, 03.09.2015

FEPS

Les Soeurs de Bethesda, Strasbourg, organisent des conférences


EEMNI

Portes Ouvertes: Week-end Annuel et DEP: deux évènements pour soutenir l’Église persécutée

affiche-dep-2015



Alors que l’actualité autour de l’Eglise persécutée bat son plein, Portes Ouvertes organise deux évènements ayant pour thème : « Vivre LE LIVRE : audace ou folie ? »

 

Week-End Annuel de Portes Ouvertes

 

Plusieurs orateurs des points les plus chauds de la planète seront présents à Dammarie-Les-Lys en région parisienne, les 31 octobre et 1er novembre 2015.  1 400 personnes sont attendues lors de cet évènement spécial 60 ans.

 

Parmi les orateurs invités : Gilbert Hovsepian, l’un des 3 fils d’Haïk Hovsepian, tué pour sa foi en 1994 en Iran, le pasteur Ibrahim du Nigeria, le pasteur Séraphin de la Syrie, mais aussi un responsable de la distribution de l’aide humanitaire auprès des réfugiés en Irak ainsi qu’un pasteur d’Inde. L’artiste chrétien Pat Berning accompagnera les intermèdes par des chants de louange.

 

A l’occasion des 60 ans de Portes Ouvertes, plusieurs initiatives ont été prises pour favoriser l’accès au Week-End annuel, à savoir : un accueil spécifique pour les enfants de 7 à 14 ans, l’affrètement de bus (Strasbourg, Valence, Lyon) et un tarif préférentiel pour les inscriptions groupées.

 

Affiche de l’évènement disponible en téléchargement.

 

Dimanche de l’Eglise Persécutée

 

Le dimanche 8 novembre 2015, Portes Ouvertes invite les églises de France et de Belgique à prendre un temps à part, lors de leur culte, en faveur de l’Eglise Persécutée. Pour cette occasion, Portes Ouvertes a réalisé un dossier complet de ressources (prédication, vidéos, idées d’animation pour les jeunes et les enfants.)

 

Prendre publiquement position pour l’Eglise persécutée

A l’occasion de l’édition 2015 du Dimanche de l’Eglise Persécutée, Portes Ouvertes invite les églises à préparer une action de sensibilisation auprès des médias et du grand public. Chaque église est invitée à photographier l’ensemble des membres de leur assemblée avec une banderole fournie par Portes Ouvertes. En fonction du nombre de photos prises, l’ensemble sera exposé lors du lancement de l’Index Mondial de Persécution 2016.  L’an dernier, plus de 700 églises ont participé au DEP.

 Portes Ouvertes

COE: les Églises appelées à prier pendant un « Temps pour la création »


Statue

Le pouvoir de la prière, sculpture commandée par l’Église orthodoxe de Géorgie en 1985, symbolise l’amour et le souci de Dieu pour l’ensemble de la création. Centre œcuménique, Genève. © COE/Nikos Kosmidis 

Unies dans la prière, les Églises chrétiennes observent une nouvelle fois dans le monde entier le «Temps pour la création». Cet événement œcuménique, organisé du 1er septembre au 4 octobre, bénéficie cette année de l’impulsion donnée par une récente annonce du pape François, qui a proclamé le 1er septembre «Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la création». 

Le mouvement visant à observer le mandat biblique de la bonne intendance de la création de Dieu (cf. Genèse 1,26-28) est né après la publication, le 1er septembre 1989, d’une lettre pastorale du patriarche œcuménique Dimitrios Ier de Constantinople, dans laquelle il invitait «tout le monde orthodoxe et chrétien à élever chaque année, en ce jour, en communion avec la sainte Église mère, cette grande Église du Christ, des prières au Créateur du monde, prières de remerciement pour le grand don du monde créé, prières de supplication pour sa protection et pour son salut.»

Puis Dimitrios poursuivait, dans son message: «Et nous encourageons en même temps paternellement les fidèles à travers le monde à conseiller à eux-mêmes et à leurs enfants de respecter et de sauvegarder l’environnement naturel, et les dirigeants des peuples qui ont la responsabilité de les gouverner à appliquer sans tarder toutes les mesures qui s’imposent pour protéger et sauver la création.»

Le Conseil œcuménique des Églises (COE) et les agences œcuméniques qui lui sont liées ont adopté un «Temps pour la création» comme un moment important dans l’année liturgique. Chaque année, le Temps pour la création débute le 1er septembre – premier jour de l’année liturgique orthodoxe – pour se terminer le 4 octobre, jour où l’Église catholique romaine fête saint François d’Assise. Cette initiative découle directement du message de 1989 du patriarche œcuménique.

En 2008, le Comité central du COE a appelé les Églises membres «à consacrer une période spéciale de prière et d’action» en faveur de la création et de notre devoir d’assistance et d’intendance envers elle.»

«L’initiative œcuménique du pape François renforce l’accent mis sur la prière pour la sauvegarde de la création dans toutes les Églises», a déclaré le pasteur Olav Fykse Tveit, secrétaire général du COE.

«Nous nous félicitons de la possibilité d’unir nos efforts à ceux du patriarche œcuménique et, aujourd’hui, de l’Église catholique et, par la prière, d’aiguiser notre vigilance et notre attachement à la création de Dieu, “notre maison commune”, comme l’a appelée le pape François», a ajouté le pasteur Tveit.

Le 6 août, lorsqu’il a annoncé l’institution de la journée de prière et de célébration, le pape a déclaré: «Nous vivons à une époque où tous les chrétiens sont confrontés à des défis identiques et importants, auxquels nous devons apporter des réponses communes pour être plus crédibles et efficaces.» Il a ajouté: «C’est pourquoi je souhaite que cette Journée puisse impliquer également, d’une manière ou d’une autre, d’autres Églises et Communautés ecclésiales et qu’elle soit célébrée en consonance avec les initiatives que le Conseil œcuménique des Églises organise sur ce thème.»

Le Temps pour la création est cette année axé sur le thème du «pèlerinage pour la justice climatique», et des prières et des ressources musicales adaptées à une journée de prière pour la création de Dieu sont disponibles en ligne.

Parmi ces ressources figurent celles qui ont été préparées par l’Eco-Congregation Scotland ainsi que par la Mission évangélique unie, disponibles sur son site web en plusieurs langues. Une brochure en plusieurs langues, intitulée «La Création de Dieu, une maison de vie pour toutes et tous», a été publiée par l’Église protestante d’Allemagne centrale en collaboration avec des Églises de Slovaquie, de Suède, de Tanzanie et des États-Unis. On trouvera ces ressources et d’autres sur le site web du COE.

Ces ressources visent à donner aux communautés, Églises et paroisses des outils pour prier en prévision de la prochaine Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP21), qui se tiendra à Paris en décembre 2015.

Les représentants de plus de 190 pays se réuniront dans la capitale française afin de trouver un accord sur les mesures nécessaires à prendre pour éviter des changements dommageables pour la planète et ses habitants, notamment une augmentation de plus de 2 °C des températures mondiales.

Ressources du COE pour un Temps pour la création

Travail du COE sur la justice climatique et le souci de la création

Un Temps pour la création sur Facebook: partagez vos prières et vos informations sur les manifestations locales!

20 août 2015

COE

Échos du Jury Oecuménique au Festival de Cannes 2015


les membres du Jury oecuménique au Festival de Cannes 2015

Pasteure Denyse Muller

D’un festival à l’autre, Interfilm tend à être présent et à présenter un témoignage chrétien ad hoc.

Au cœur du Festival : un jury œcuménique

Lorsqu’on participe aux différents festivals internationaux de cinéma, on se rend compte que Cannes reste, à ce jour, le modèle de référence souvent cité. Les jeux olympiques n’ayant lieu que tous les quatre ans, Cannes est et reste le plus grand événement médiatique annuel mondial. À cause des paillettes ! Bien sûr il y a le défilé des stars sur le célèbre tapis rouge, la médiatisation à l’extrême, les centaines de starlettes en herbe, les milliers de badauds attendant nuit et jour pour obtenir une photo, une signature…

À cause des paillettes ? Non, et d’ailleurs la foule des spécialistes ne s’y trompe pas : 4 500 journalistes venus de 130 pays, 30 000 accrédités professionnels, la projection de centaines de courts et longs métrages et parmi les jurys officiels : un jury œcuménique présent à Cannes depuis 1974, soit pour la 42e année consécutive. C’est un honneur, une chance donnée à des chrétiens représentant divers pays du monde de faire des choix, de proposer une histoire, des images qui nous font réfléchir, nous bousculent, nous interpellent, une histoire, des images qui ouvrent des chemins de vie et d’espérance, et nous disent à leur manière l’Évangile.

Une présence,

un témoignage chrétien et œcuménique

Les jurés œcuméniques sont nommés par les organisations internationales du cinéma : INTERFILM pour les protestants et SIGNIS pour les catholiques. Cette année INTERFILM a nommé le pasteur Andrew JOHNSTON (Kingston, Canada) Jolyon MITCHELL (Royaume-Uni) Barbara LOREY (France) et SIGNIS a désigné Jonathan GUILBAULT (Montréal, Canada) Chiara FORTUNA (Italie) Marie-Nicole COURBOULES (France).

Ces membres, renouvelés chaque année, sont issus de cultures et de pays différents. Chrétiens engagés, ils sont compétents dans le domaine du cinéma comme journalistes, critiques, théologiens, enseignants… Ils analysent les films, délibèrent en toute indépendance et remettent prix et mentions spéciales en compétition officielle.

- Le Jury Œcuménique prime des œuvres de qualités artistiques, de valeurs humaines évangéliques et montre une grande ouverture aux diversités culturelles, sociales ou religieuses.

- J’ai le plaisir d’assurer la coordination de ce jury depuis l’an 2000 avec mon homologue catholique, actuellement M. Jos Horemans de Belgique. Présidente de ce jury à deux reprises, coordinatrice du jury de Montréal jusqu’en 2014, j’ai aussi été membre de jurys œcuméniques à Montréal, Locarno, Berlin, Erevan, Karlovy Vary… Je peux témoigner que la vie de juré n’est pas de tout repos.

À Cannes, les jurés visionnent 3 à 5 films par jour soit une quarantaine de films, participent à des débats, des interviews, des invitations, ils rencontrent les Cannois lors de célébrations : la messe et le culte du Festival, temps forts après lesquels tous les paroissiens se retrouvent pour partager le verre de l’amitié, et la célébration œcuménique, cette année à l’Église Anglicane, avec une prédication de l’Évêque de Nice.

Nous avons eu le plaisir d’accueillir pour plusieurs jours

- Le pasteur Georges Michel, secrétaire général de la Fédération Protestante de France

- Le pasteur Sibylle Klumpp, vice-présidente de l’Église Protestante Unie en PACCA

Et les films en 2015 ?

Un bon cru réussissant à concilier cinéma d’auteur et ouverture au grand public. Chaque année des thèmes variés apparaissent. Cette année le thème touche à la famille, la fin de vie, comment accepter la mort physique due à la vieillesse, au suicide, aux catastrophes naturelles, comment accepter la mort sociale pour les chômeurs qui se sentent inutiles, pour les réfugiés qui n’ont plus d’identité, pour tous ceux qui ont perdu leur dignité… Comment vivre, comment survivre ? Le Jury Œcuménique a primé 3 films touchant à ces thèmes.

Palmarès du Jury Oecuménique

Prix : « Mia Madre » de Nanni Moretti (Italie) film sensible, alerte, émouvant sur la fin de vie d’une mère entourée de son fils et de sa fille. Drame et comédie, passé et présent, réalité et fiction, larmes et rires se mélangent comme dans la vraie vie. Le Jury explique : « Pour sa maîtrise et son exploration fine et élégante, imprégnée d’humour, de thèmes essentiels dont les différents deuils auxquels la vie nous confronte ».

Mention spéciale : « La loi du marché » de Stéphane Brizé (France) « Pour sa critique du monde du travail et sa réflexion incisive sur notre complicité implicite à des logiques marchandes inhumaines ».

Mention spéciale : « Taklub » de Brillante Mendoza (Philippines) « Pour son portrait sensible d’individus et de communautés aux Philippines luttant pour continuer à vivre malgré les catastrophes naturelles les exposant à la souffrance et à la mort ».

Nous espérons que ces films seront visionnés, appréciés, discutés par les groupes de cinéphiles et serons toujours très heureux de recevoir vos commentaires et critiques.

Pasteur Denyse MULLER

Vice-Présidente d’INTERFILM

Présidente d’INTERFILM France

Cannes.juryoecumenique.org  

ENroute