2015

Nouvelles de la FPF


Edito par François Clavairoly

Amis et frères,
Nouveaux lecteurs, soyez bienvenus.
Noir Deuil : Au commencement de l'année 2015 : les drames, la mort et les questionnements. Les drames, ce sont ces assassinats ciblés : des journalistes, des policiers et des juifs. Ne faudrait-il pas, peut-être, en certaines circonstances, qu'on dise une prière pour la République, comme à la synagogue ?
La mort atroce, en plein Paris, sur nos écrans, dans nos yeux et notre mémoire. Avec le souvenir de visages devenus familiers et presque amis. Et puis les questionnements qui fusent et qui agitent les repas, en famille, au travail, au café, au téléphone. Commencer à dire « mais », c'est trahir une conviction, commettre un faux pas. J'en suis sûr. Cet attentat est horrible,… « mais » ne l'ont-ils pas cherché ? Non, il n'y a pas de « mais ». Et il n'y a pas de blasphème. L'injure même la plus horrible, la caricature même la plus obscène, ne touche pas Dieu mais la représentation que l'on s'en fait. Et Dieu n'a cure de notre défense ! Lui qui a été injurié, maltraité et crucifié.
« En vêtement blanc ! » Bernard Cazeneuve , Ministre de l'Intérieur en charge des cultes, homme sage et lucide, a compris ce qu'est la foi chrétienne, version protestante. Il est venu rue de Clichy, pour les vœux de la Fédération protestante. Il a parlé et touché les cœurs.
Comme il me l'avait promis, il a tenu parole et remis en main propre la Légion d'Honneur au Président de Vie et Lumière, le pasteur Jimmy Meyer. La fête et les cantiques tziganes place Beauvau, à voir et à entendre ! On a chanté « En vêtement blanc»
Feu Vert ! pour « Ecologie et changements climatiques », thème de l'assemblée générale 2015 de la FPF avec les interventions de Martin Kopp et Jacques Varet et la participation de Mgr Emmanuel.
Rouge. Comme le sang des martyrs chrétiens dans le monde. Pourquoi tant de souffrance ? Jean-Arnold de Clermont, impliqué dans l'observatoire Pharos, donnera son point de vue sur le sujet et Thomas Wild de l'Action chrétienne en Orient interviendra à propos de la situation au proche Orient. 
Parution de l'index mondial de la persécution de « Portes Ouvertes », à lire avec les yeux ouverts.
Pour les bleus. à ceux qui ne connaissent pas vraiment ce qu'est une Eglise en France, lisez « Foi et loi » de M. Jean-Daniel Roque, chez Olivetan. De même, lisez les parutions de la FPF : sur les mariages protestants musulmans, sur le climat, etc. 
Une mine d'or. en ce temps de l'unité, et pour la suite de l'année 2015,  lisez et méditez aussi : « Douze jalons pour l'œcuménisme. »
Bonne année, une année que je vous souhaite fraternelle. En Christ. Et bénie, d'une bénédiction multicolore. 
François Clavairoly

Photo : Gérard Boniface

Retour sur les attentats et perspectives 

Le 7 janvier, François Clavairoly, président de la FPF, au nom de la Fédération protestante de France, condamne "cet acte odieux qui touche nos coeurs et nos consciences".
"L'après, c'est d'abord de faire prendre conscience que tous les citoyens ont un rôle, une responsabilité à exercer, dans l'exercice du vivre ensemble" a ajouté F. Clavairoly, lors d'une interview donnée à ProtestInter..  
Retrouvez certaines des déclarations et communiqués qui se sont succédé suite à ces événements.» > Lire


 

Vœux 2015

Le pasteur François Clavairoly a présenté ses voeux, mercredi 21 janvier 2015, en présence du ministre de l'Intérieur et des cultes, Bernard Cazeneuve.
Alors que notre pays a été frappé par la violence du terrorisme, et après avoir salué l'action de l'Etat et de ses services, François Clavairoly a souligné que les événements de ces derniers jours nous rappellent à la fraternité.
Lire et voir les vidéos des discours de François Clavairoly, président de la Fédération protestante de France et de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur et des cultes. 

 

 

La FPF félicite le pasteur Georges Meyer, président de Vie et Lumière

Le pasteur Georges Meyer, dit Jimmy, a reçu mercredi 14 janvier la Légion d'honneur des mains de Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur et des cultes.
« Pour la République, remettre la Légion d'honneur est une logique qui se répète souvent. Pour la Fédération protestante de France, la recevoir est un honneur. Mais pour nous, le peuple tzigane, c'est un miracle ! » + d'infos 
- Voir aussi le reportage dans Protestants... parlons-en !dimanche 1er février.
(et le revoir en ligne du 1er au 7 février). 

 

 

Assemblée générale 2015 : programme et points principaux

L'assemblée générale de la Fédération protestante de France se tient les 31 janvier et 1er février 2015 à Paris, entre les murs de la Fondation et de la Congrégation de l'armée du Salut qui accueilleront l'événement. + d'infos
Découvrez le programme complet : message du pasteur François Clavairoly, accueil de nouveaux membres, renouvellement du conseil. Cette assemblée générale travaillera aussi autour de deux thèmes de réflexion : les enjeux climatiques, avec Jacques Varet et Martin Kopp et la crise internationale avec Thomas Wild et Jean-Arnold de Clermont. 
Informations, interventions et recommandations en ligne sur www.protestants.org dès le 2 février.


 

Les aumôniers de prison : une solution miracle - texte de B. Deymié, aumônier national

Une réflexion sur le rôle des aumôniers en lien avec le débat autour de la radicalisation dans les prisons. « Depuis quelques jours les aumôniers de prison semblent être la solution idéale pour résoudre les problèmes de société dont la montée en puissance des radicaux musulmans". Cette attente de la solution miracle mérite quelques remarques ».
Lire

 

 

Zoom sur : la semaine pour l'unité des chrétiens

La Semaine de prière pour l'unité des chrétiens vient de se terminer.
+ d'infos
A cette occasion, la Commission des relations oecuméniques de la FPF propose le document :"12 jalons : Bien vivre la rencontre avec d'autres chrétiens". Un site sera dédié à ce document. qui souhaite "encourager des relations épanouissantes entre chrétiens". Découvrez aussi le dernier numéro de la revue Unité des chrétiens qui donne l'occasion de mieux connaitre les chrétiens des Églises orthodoxes orientales en France+ d'infos

 

 

Parutions FPF : Couples protestants-musulmans et La Foi et loi

Deux ouvrages attendus, produits par la FPF et édités aux Editions Olivétan :
Couples protestants - musulmans, préparé par la Commission des relations avec l'Islam de la FPF, en collaboration avec des responsables musulmans. Lire
La foi et la loi : les associations cultuelles de Jean-Daniel Roque. Un ouvrage qui aidera toute personne – pas uniquement protestante – concernée par le droit des associations cultuelles à comprendre, réfléchir, agir. Lire 
Commander en ligne

 

 

Parution de l'index mondial de la persécution (Portes Ouvertes)

Chaque année, l'Index Mondial de Persécutionélaboré depuis 1997 par Portes Ouvertes, classe les 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés. Il est un outil indispensable pour savoir comment agir envers ces minorités fragilisées et informer le grand public sur leurs dramatiques situations.
Il permet une analyse pointue des moteurs et mécanisme de la persécution dans les régions concernées. + d'infos

 

 

Bible en 6 ans : application smartphone disponible !

L'application 2015 améliorée est maintenant disponible !
Pour ceux qui avaient déjà l'application sur leur téléphone, la mise à jour se fait automatiquement ; pour ceux qui ne l'avaient pas, c'est l'occasion de l'installer via Appstore ou Google Play ! + d'infos
Androïd 
iPhone, iPad

 

 

Trois textes bibliques pour réfléchir aux changements climatiques. Journée biblique participative 

Autour de Psaume 104, Jérémie 5.20-31, Romains 8.18-25. Cette journée favorisera la rencontre et le dialogue avec le texte et entre les participants.
Animée par Katie Badie, responsable du Service biblique. Ouverte à tous, quelle que soit sa connaissance de la Bible. 
Samedi 7 février de 10h à 16h30, Maison du protestantisme, 47 rue de Clichy - Paris 9e. Inscription (avant le 4 février 2015) : 01 44 53 47 10, 06 85 31 43 67, fpf-bible@federationprotestante.org + d'infos

 

 

Campagne 2015 du Défi Michée

L'année 2015 sera une année charnière pour le développement du monde, pour la lutte contre la pauvreté et la construction d'un avenir durable pour tous. Le Défi Michée, qui fête ses 10 ans d'action cette année, veut sensibiliser les chrétiens sur les enjeux de l'année qui débute, notamment dans le cadre de la campagne internationale Action/2015.
+ d'infos 



► Revue de presse en ligne : inscrivez-vous !

Les dernières nouvelles

Lire sur protestants.org 

FPF

La pauvreté chez les Roms en Hongrie, conférence le 14 mars 14h à Strasbourg


La Congrégation des Soeurs de Bethesda-Strasbourg invite à partager un bout de leur chemin communautaire. Elle propose une rencontre destinée à la réflexion. La prochaine est fixée dans ses locaux (21 quai Zorn 67000 Strasbourg) le 14 mars 2015 à 14h avec pour oratrice la pasteure Lilla Lakatos (Budapest) qui travaille parmi les Roms, experte sur la pauvreté des Roms en Hongrie.

Lilla Lakatos (Budapest) 

Pasteure Animatrice parmi les Roms

La pauvreté: Matthieu 25:40 "Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous les avez faites."

Son profil :

Lilla Lakatos: Née dans une famille méthodiste à Dombóvár.  J’ai terminé mes études de théologie à la Faculté Luthérienne en 2009 à Budapest. 

Son témoignage :

J’ai commencé comme pasteure localisée de l’Église Méthodiste à Budapest-Óbuda, puis à Dombóvár . J’ai passé 7 mois à Strasbourg au Home comme postulante. En 2011 je suis rentrée en Hongrie. Enfin j'avais décidé de continuer à servir Dieu dans le cadre de l’Église.

En 2013 l’Évêque m’avait placée à Alsózsolca dans une communauté de Roms, qui existait déjà depuis 60 ans. Je suis responsable pour le travail parmis les enfants et les femmes. En 2014 j’étais élue coordinatrice des groupes des femmes méthodistes hongroises 

En coopération avec CONNEXIO Réseau Mission et Diaconie de l'Eglise évangélique méthodiste

Congrégation des Soeurs de Bethesda Strasbourg

21 quai Zorn, 67000 Strasbourg,

67000 Strasbourg

EEMNI

Connexio: l'actualité diaconale et missionnaire du mois


Louise Werder a consacré plus de quarante années de sa vie au service de son prochain dans la République Démocratique du Congo. Elle a atteint l’âge de 94 ans.

Après une vie bien remplie, Louise Werder nous a quitté le samedi 27 décembre 2014 à Lubumbashi (RD Congo), peu avant son 95ème anniversaire. L’enterrement a eu lieu le mercredi 31 décembre 2014 à Mulungwishi.

Durant toute sa vie, Louise Werder s’était mise au service des autres. En suivant l’exemple de Jésus- Christ, elle était remplie d’amour et manifestait beaucoup d’attention pour tout le monde. Malgré sa faiblesse grandissante, et jusqu’à ses derniers jours, elle participait avec beaucoup de joie à la vie quotidienne, tout en étant prête à quitter notre monde.

Louise Werder était née en 1920 à Möriken dans le Canton d’Argovie. Après avoir fréquenté l’école primaire et l’école secondaire, elle a suivi une formation de couturière à Wildegg pour exercer ce métier ensuite durant plusieurs années. Poussée par le désir de venir en aide aux personnes dans le besoin, elle a suivi une formation en aide sociale pour femmes à Zurich. Après ses études, elle a rejoint l’Algérie avec un engagement pour le compte de la Mission féminine méthodiste dans la formation auprès des femmes et des jeunes filles. Malgré la situation rendue dangereuse durant la guerre d’indépendance, elle est restée dans le pays et a travaillé en Kabylie, à Constantine et à Alger. En 1969, elle a été expulsée par la police algérienne, et un an plus tard, elle a été appelée par la mission méthodiste américaine pour femmes à se rendre au Zaïre (République Démocratique du Congo, de nos jours) où elle a vécu et travaillé jusqu’à sa mort.

C’est au Congo qu’elle a connu les débuts de l’ère Mobutu et subie les conséquences de la guerre civile qui a été une des plus grandes catastrophes humanitaires qu’ a connu le monde. Au début de son séjour au Congo, elle a d’abord été active dans le service consacré aux femmes, en enseignant notamment dans une école secondaire. Au Centre méthodiste de Lubumbashi, elle a participé à la création d’un atelier de couture afin de donner une possibilité aux femmes d’assurer leur propre avenir. Un autre projet a particulièrement bien réussi, il s’agit du café « Chez nous » que Louise Werder a ouvert après son départ à la retraite et aujourd’hui encore, ce Café sert près de 200 repas par jour.

Aussi longtemps que la santé le lui permettait, elle a pratiquement passé toutes ses journées dans ce Café. Elle se sentait tellement chez elle, au Congo, que malgré son grand âge, elle ne souhaitait pas retourner en Suisse. L’évêque Katembo et les femmes du Café, qui étaient pour elle comme une famille, l’ont accompagné et entouré de leurs petits soins. Ils ont respecté ses dernières volontés et assuré son enterrement au Congo.

Une célébration d’adieu pour les amis et les proches parents s’est tenue le samedi 24 janvier 2015 à 14h, à la EEM 3x3, Stationsweg 6, CH 5502 Hunzenschwil.

Nouveaux actes de terreur au Congo oriental

Une nouvelle vague de terreur s’est abattue dans les environs de la ville de Béni, dans le Nord-est de la RD Congo. L’évêque Gabriel Unda Yemba de l’EEM au Congo oriental fait état de l’attaque par un groupe de rebelles venant de l’Ouganda sur les villages Kaman- go, Oicha et Mbwabu. Parmi les victimes, on compte les quatre membres d’une même famille de l’EEM, massacrés à coup de machettes.

L’armée congolaise n’étant pas en mesure d’assurer la sécurité, les habitants de la région, dont beaucoup de femmes et d’enfants, se réfugient dans la proche ville de Béni où les églises méthodistes n’ont plus beaucoup de place pour les accueillir.

Scènes de rue typiques à Kindu, illustrant la vie au Congo-oriental

Les paroisses font tout leur possible pour aider ces gens et l’évêque Unda demande à ce que l’on prie pour eux. Les besoins urgents concernent essentiellement la nourriture et des abris, car la plupart de ces gens ont perdu tous leurs biens, et n’ont aucun accès à un minimum vital.

Nous vous prions d’inclure dans vos prières nos frères et sœurs au Congo-oriental !

Les conditions de vie au Congo-oriental sont souvent défavorables et non sécurisées.

Nouvel évêque pour l’Eglise méthodiste en Bolivie

La Conférence centrale de l’IEMB (Iglesia Evangélica Metodista de Bolivia) s’est tenue durant quatre jours à Cochabamba au mois de décembre. C’est à cette occasion qu’un nouvel évêque et une nouvelle direction d’Eglise (soit un responsable de commission respectivement pour la vie de l’église, pour les services et pour les finances) ont été élus, pour une durée de quatre ans en ce qui concerne l’évêque, et de deux ans pour les responsables des commissions.

Le nouvel évêque, le pasteur Modesto Mamani, était par le passé responsable de commission à la direction de l’église de l’IEMB. Il était également un ancien boursier de Connexio qui avait pu bénéficier d’un post-diplôme en psychopédagogie et d’études supé- rieures entre 2008 et 2009

Je vous remercie pour l’intérêt que vous portez au travail de Connexio et pour votre soutien, autant par votre engagement personnel que par votre intercession, ou encore par vos dons financiers.

Avec mes chaleureuses salutations,

Carla Holmes, Chargée de communication

Envoi des dons en France:
Par chèque libellé à l'ordre de l'UEEMF - Connexio adressé à:

Madame Pascale MEYER,
7 rue de l’Avenir, F- 67800 Bischheim (avec mention expresse: «Connexio»)

Traduction: E. Fath

EEMNI

Sur la devise 2015, les propos de l'évêque Patrick Streiff "La tête et le coeur"

Sans titre-1 (glissées) 10

Voici le billet de l'évêque Patrick Streiff en ce premier mois de l'année de grâce 2015 qui met en évidence, quoi que l'on dise et quoi que l'on fasse le primat de l'amour : "veillons les uns sur les autres avec amour"...

Vous souvenez-vous des trois pas de l’amour selon Wesley ? De l’importance d’une étroite communion, en particulier au sein des petites communautés ? Le commandement de l’amour en est toujours l’élément central. C’est parfaitement dans la ligne de la devise de cette année : « Accueillez-vous donc les uns les autres comme le Christ vous a accueillis, pour la gloire de Dieu » (Romains 15, 7), où il est question du troisième pas, de la pratique de l’amour du prochain. 

Récemment, j’ai lu un livre intéressant* qui relie ce troisième pas au premier et donc à la promesse que l’amour de Dieu est répandu dans nos cœurs par le Saint-Esprit. Ce livre encourage à relier ces deux éléments : nous qui sommes ensemble en route, nous accueillir les uns les autres et partager notre désir de rencontrer Dieu, nos questions relatives à la foi et nos expérience dans la foi.

Une affirmation de l’auteur a particulièrement stimulé ma réflexion. Il dit qu’au fond, il y a dans les églises locales suffisamment de groupes et de programmes où l’on vit l’amour du prochain. Il y a aussi suffisamment de groupes et de programmes où l’on peut en apprendre plus sur Dieu et la Bible. Ces programmes conduisent  à une meilleure connaissance de Dieu et du monde. Tout cela est bel et bon. Ils contribuent à remplir la tête, mais conduisent rarement à une transformation du cœur. L’auteur entend promouvoir des programmes offrant à des gens la possibilité de se réunir pour partager honnêtement comment leur âme se porte. Pour nos contemporains, le mot  "âme" ne veut plus rien dire, mais la démarche reste actuelle : échanger comment nous cherchons Dieu et quelles expérience nous faisons à ce propos, ce qui englobe aussi les questions, les doutes, les échecs et les plaintes. Il n’est pas du tout facile d’en parler ; il faut un effort pour entamer une discussion sur des aspects personnels de la foi. Le livre nous appelle à oser affronter de nouveau des choses oubliées dans nos communautés, mais qui contribuent à relier le troisième pas de l’amour du prochain avec le premier, celui de l’expérience de l’amour de Dieu pour nous. A l’époque, quand Wesley a rassemblé en petits groupes – les classes – celles et ceux qui cherchaient à vivre concrètement leur foi, il parlait de «veiller les uns sur les autres avec amour».  C’est l’une des nombreuses – et prometteuse - possibilités de mettre en pratique la devise de l’année.

Avec mes meilleurs vœux de bénédictions pour la nouvelle année

Patrick Streiff, évêque

*  Kevin Watson : The Class Meeting : Reclaiming a Forgotten (and Essential) Small Group Expérience  (La réunion de classe: remettre en valeur une expérience essentielle, mais oubliée, de petit groupe)

Traduction Frédy Schmid

eemni

70e anniversaire de la Shoa - réédition du film "Dieu en enfer"

Le film "Dieu en enfer, la véritable histoire de Corrie Ten Boom" vient d'être réédité par PREMIÈRE PARTIE. Son directeur, Jonathan Boulet, partage en ces termes l'émotion qui se dégage de ce film.

Ce film m'a bouleversé pour la première fois, il y a 25 ans. Je n'étais encore qu'enfant et pourtant, je me souviens encore à quel point j'ai été marqué et interpelé sur mon chemin de foi par l'histoire de la famille Ten Boom. Cette famille qui a gardé la foi face à l'adversité. Lorsque l'association "Billy Graham" nous a proposé de rééditer ce film dans la francophonie, ce fut à la fois un honneur et un devoir.

Mon souhait est que ce film puisse être une leçon d'histoire, mais surtout, une leçon de foi exemplaire pour toutes les générations.

Dieu en Enfer retrace le témoignage d'une foi vivante, incarnée et inspirante qui nous rappelle l'importance d'avoir le Christ au coeur de nos vies. Il est une bouffée d'oxygène que j'aurai du plaisir à partager avec mes enfants, quand ils seront en âge de comprendre ce style de film biographique, et que je recommande à quiconque.

PREMIÈRE PARTIE

COE: les pèlerins de la justice climatique espèrent influencer la COP 21 à Paris


Participants during a Time for Creation pilgrimage
Participants during a Time for Creation pilgrimage

Des milliers de personnes prévoient d’entamer un pèlerinage de justice climatique – à pied ou à vélo – dans de nombreuses régions du monde. 

Inspirés par leurs convictions religieuses, ces fidèles pèlerins veulent exprimer leur solidarité avec ceux et celles qui sont touchés par les changements climatiques, en appelant les dirigeants du monde à produire un accord universel et juridiquement contraignant sur le climat, à l’occasion de la prochaine Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques, à Paris (COP 21).

Ces pèlerins, essentiellement originaires d’Europe et d’Afrique, sont mobilisés par des organisations chrétiennes représentant les membres du Conseil œcuménique des Églises (COE). Certains d’entre eux chemineront ainsi jusqu’à Paris, où ils uniront leurs voix à celles d’autres acteurs du monde religieux présents à la COP 21, qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre 2015.

«Paris est un jalon dans notre pèlerinage de justice climatique», a déclaré Guillermo Kerber, responsable du programme du COE concernant la justice climatique et le souci de la création. «Mais Paris n’est pas une destination. On attend de nous, en tant que personnes de convictions, que nous donnions une orientation morale au dialogue sur le climat, c’est pourquoi nous devons établir la stratégie pour 2016 et au-delà», a-t-il déclaré.

Guillermo Kerber s’exprimait lors d’une réunion préparatoire à l’intention des organisations œcuméniques, organisée le 22 janvier à Genève (Suisse) dans la perspective de la COP 21. Le concept de «pèlerinage de justice et de paix» est une vision mise en avant par la Dixième Assemblée du COE, or la justice climatique est une composante importante de cette vision.

Dans le sillage d’appels en faveur de la justice climatique lancés par des responsables religieux tels que le patriarche Bartholomée Ier de Constantinople et le pape François de l’Église catholique romaine, le COE a l’intention de faire entendre distinctement des voix de communautés religieuses pour exiger un traité juste, ambitieux et juridiquement contraignant à Paris, a indiqué Guillermo Kerber.

En Afrique, les «pèlerins de la justice climatique» prévoient de traverser les frontières à pied et à bicyclette pour sensibiliser aux conséquences des changements climatiques. Représentant l’Alliance ACT, organisation partenaire du COE, Patriciah Akullo a communiqué des informations sur la campagne que mène son organisation en faveur de la justice climatique, qui s’intensifiera à l’approche de la COP 21 en mettant l’accent sur l’Afrique. Elle a expliqué qu’après avoir traversé les frontières entre l’Afrique du Sud, l’Ouganda et le Burundi, entre autres pays, la destination finale de ces pèlerins sera Nairobi.

Parmi les célébrités qui devraient donner leur voix à la campagne figurent l’archevêque Desmond Tutu et le président kenyan Uhuru Kenyatta, ainsi que d’autres personnalités issues des milieux du sport, de la culture et de la musique.

«Le pèlerinage à la COP 21 est un pèlerinage de justice et de paix, pour les individus et pour la terre», a déclaré Isaiah Toroitich, qui travaille pour la campagne Act Now for Climate Justice. «À Paris, nous espérons parler d’une seule voix en tant que personnes de convictions, en nous montrant solidaires de celles et ceux qui sont affectés par les changements climatiques», a-t-il déclaré.

Thomas Hirsch, de Pain pour le monde, a déclaré qu’en tant que croyants «nous sommes unis dans notre diversité par nos efforts pour que nos appels en faveur de la justice climatique soient entendus à la COP 21». Les initiatives prévues par les Églises, les organisations œcuméniques et leurs partenaires religieux ont été qualifiées de «motivantes» par Thomas Hirsch. Cependant, a-t-il averti, «l’élan dont bénéficient ces efforts peut retomber si la COP 21 ne répond pas aux attentes».

Les organisations suivantes ont pris part à la réunion préparatoire à Genève: Alliance ACT, Conférence des Églises européennes, Aide de l’Église norvégienne (Norwegian Church Aid), MISEREOR, Green Pilgrimage Network, Pain pour le monde, Fédération luthérienne mondiale, Christian Aid, Secours catholique, CIDSE (Coopération internationale pour le développement et la solidarité) et CCFD-Terre solidaire.

Pèlerinage de justice et de paix du COE

Travail du COE sur la justice climatique et le souci de la création

23 janvier 2015

COE

Claudia Haslebacher : "il y a de la joie.... !"

Fr_162

Surintendante Claudia Haslebacher

La surintendante du district de Berne, Claudia Haslebacher,  relève dans les évènements survenus en 2014 des raisons d'exulter de joie ! Entre autres choses quand des personnes répondent à l'appel du Seigneur et s'engagent à sa suite dans l'Église...

Est-ce que vous aussi avez procédé à une rétrospective de l’année écoulée ? Voici un extrait joyeux de la mienne.

Il y a de la joie parce que pendant l’année écoulée, quelques jeunes couples ont  trouvé le chemin de l’EEM de La Lenk et que l’église locale est prête à emprunter de nouveaux chemins. Ils ont relevé le défi d’aller à la rencontre des gens et de leur poser la question : Que penses-tu de l’EEM ? Le faire a exigé un certain courage, parce qu’on révèle ainsi qu’on est membre d’une église piétiste. Merci pour ce courage.

Il y a de la joie parce que l’EEM de Bienne s’est confrontée à ses difficultés au prix d’un processus intense, qu’elle a planifié des pas décisifs et a sollicité de nouvelles idées. L’église de Dieu est un groupe de gens rassemblés par Lui et qui suivent le Christ, de toutes leurs forces et leurs faiblesses, avec ou sans pasteur. C’est cela qu’il s’agissait de découvrir. Merci pour la disponibilité à vivre la communauté.

Il y a de la joie parce que dans l’EEM de Gerlafingen, qui a passé un hiver turbulent, une nouvelle confiance a pu naître. Une équipe de l’église s’investit intensément pour décrire le mandat de la communauté et renforcer les relations à l’interne  et au-dehors. L’harmonie n’est pas toujours au rendez-vous, ce qui exige beaucoup d’énergie et de temps de la part de ceux qui y participent. Merci pour votre amour pour le Royaume de Dieu.

Il y a de la joie parce que les entretiens de la fin de l’année avec divers pasteurs et pasteures et avec des églises locales au sujet des affectations ont montré distinctement qu’il y a dans l’EEM des personnes qui veulent sérieusement contribuer à bâtir l’église de Dieu, afin que Lui puisse changer le monde. Merci de vous laisser envoyer.

Il y a de la joie quand des personnes commencent à vivre leur foi au quotidien. Non, elles ne parlent pas toujours de la foi. Il s’agit d’être en route portées par la confiance que là où elles vont, Dieu est déjà à l’œuvre parmi les gens. Elles sont prêtes à s’engager dans ce que Dieu fait déjà : les programmes de soins à domicile, les visites dans un bar ou à la tablée des copains, la relation avec des enfants et des petits-enfants. Merci pour toute la disponibilité  à se laisser conduire par Dieu.

Il y a de la joie quand la vie que Dieu donne s’exprime de différentes manières,  traditionnelles ou tout à fait nouvelles, de façon que des personnes découvrent de nouvelles possibilités d’épanouissement et Apprennent à connaître Dieu. Merci de pouvoir être en route avec vous.

Claudia Haslebacher

Surintendante du district de Berne

Extrait de l’agenda de l’évêque Patrick Streiff pour février : 25.01 – 13.02, Congo (RDC) et Mozambique : Comité permanent des Conférences centrales ; 18 – 22. Rencontre avec les comités directeurs des circuits EEM de Hongrie.

La journée du SEL 2015 dans les Églises

« Prière de les rejoindre ! »

Le dimanche 22 mars 2015, le SEL propose aux Églises d’organiser un culte spécial dont le thème est : « Prière de les rejoindre ! ». C’est une invitation qui permet de vivre un temps de prière pour et avec les partenaires* du SEL. Là-bas, ils prient souvent pour nous, pour les Églises et pour les donateurs. Nous aussi, ici, rejoignons-les dans la prière et prions pour leur travail auprès des plus démunis. Le SEL invite les Églises à venir à la rencontre des partenaires chrétiens du SEL pour se retrouver autour d’une thématique: Se rejoindre dans la prière.

En s’inscrivant sur le site http://journeedusel.selfrance.org/, les Églises disposeront de ressources multimédias pour animer cet évènement. Sont à leur disposition :

·         Une trame pour animer le culte

·         Des réflexions bibliques et thématiques qui pourront alimenter des discussions

·         La présentation de 3 représentants des partenaires du SEL, leurs témoignages, leurs histoires, leurs défis et leurs sujets de prière

·         Des idées pour animer un temps de prière en groupe

·         Des animations pour des groupes de jeunes et d’enfants

La bande-annonce de la journée du SEL est disponible ici : http://journeedusel.selfrance.org/

Lors de ce rendez-vous annuel, le SEL offre aux Églises la possibilité de réserver un dimanche consacré aux personnes vivant dans l’extrême pauvreté, dans les pays en développement. Le thème de cette année « Prière de les rejoindre » est une invitation à prier avec les partenaires et surtout prier pour eux, pour les bénéficiaires et pour les personnes les plus démunies. En même temps qu’ils prient pour nous, c’est un engagement mutuel entre chrétiens qui permet une communion fraternelle bien au-delà des frontières.

* Les partenaires du SEL sont des organisations chrétiennes de proximité, impliquées dans la réalité socioéconomique locale, responsables de la mise en œuvre de leurs projets, impliquant des bénéficiaires dans son fonctionnement et recevant des fonds collectés par le SEL.

SEL

CNEF: convention nationale 2015 

LIBERTÉ, ÉGALITÉ, LAÏCITÉ

Quelle place pour les Évangéliques ?

Du 22 et 23 Janvier 2015 à Pointoise (Île de France) Hall St Martin

LA CONVENTION

Dans le droit fil de sa campagne « Libre de le dire », la deuxième convention du CNEF abordera 
le thème de la laïcité
 
sous l’angle de la place faite ou non aux Évangéliques dans notre pays. 
Le sujet est sensible et concerne tous les pasteurs et responsables d’œuvres. Combien de fois la laïcité ne nous a-t-elle pas été opposée pour tenter de restreindre notre liberté de culte et/ou notre liberté d’expression ! 

Séances plénières et tables-rondes permettront à chacun de faire le point :
- La laïcité qui nous est opposée est-elle conforme à l’esprit de la loi française ?
- Les restrictions de liberté sont-elles supposées ou avérées ?
- La laïcité permet-elle l’annonce de l’Évangile dans l’espace public ?
- Le régime de séparation entre les Églises et l’État n’est-il finalement pas favorable au développement de nos Églises ?

Dans le cadre de la campagne :
 

CNEF

Une lettre à Martin Luther King Jr.

Chaque année, l’évêque évangélique méthodiste à la retraite Woodie White écrit une «lettre d'anniversaire" au révérend Martin Luther King Jr. White, à présent évêque en résidence à la Faculté de Théologie Candler de l'Université Emory à Atlanta, a été le premier secrétaire général de la Commission générale sur la religion et la race.

Évêque Woodie W. White

Janvier / Février 2015

Cher Martin,

Je commence cette lettre en rappelant les événements qui ont eu lieu dans notre pays il y a 50 ans, des événements qui ont changé les États-Unis.

Quand vous ainsi que d'autres dirigeants de la Southern Christian Leadership Conference se sont opposés de plus belle aux pratiques discriminatoires interdisant aux Noirs de s’inscrire et de voter dans plusieurs États du Sud, une campagne spéciale a été lancée en Alabama.

Une marche a été prévue de Selma à Montgomery. À la fin, les manifestants ont présenté au gouverneur une liste de pratiques dont souffraient les citoyens noirs de l'Etat. Des centaines s’étaient rassemblés le dimanche 7 mars 1965.

Des agents de l'État ont pris la décision que la marche n’aurait pas lieu et interdit la manifestation prévue.

Quand les manifestants ont commencé à se déplacer à travers le pont Edmund Pettus à Selma, ils ont été accueillis par une présence policière importante sur le pont. Certains policiers étaient montés sur des chevaux. Lorsque les manifestants pacifiques ont refusé de se disperser, ils ont été attaqués par la police, battus et piétinés par les chevaux. Il y eut une forme d'hystérie collective. Blessés et couverts de sang, les manifestants pacifiques, non violents, ont été refoulés.

Ils ont été des millions à être témoins de la brutalité des attaques à la télévision et à travers les photos de journaux. Ils ont été à ce point vicieux qu'on retient cette journée comme étant le « Bloody Sunday ». La nation a été horrifiée de voir des citoyens pacifiques ainsi brutalisés alors qu'ils cherchaient à se voir accorder le droit de vote dans leur propre pays.

Quelques jours plus tard, Martin, vous avez appelé à une seconde marche. Cette fois, des milliers ont répondu. Des célébrités, des chefs religieux, des pasteurs et des citoyens ordinaires se sont rassemblés - et la marche a été entièrement intégrée racialement. Elle s’est terminée sur les marches du Capitole à Montgomery, avec des dirigeants venus présenter leurs préoccupations, leurs griefs et leurs demandes.

Cinq mois plus tard, en août, ce qui est communément appelé le Voting Rights Act a eu force de loi. Le Congrès a adopté la loi de 1965 relative aux droits civils en raison du leadership audacieux du président Lyndon B. Johnson. Pour la première fois, des citoyens noirs de importe où en Amérique obtenaient le droit de s’inscrire et le droit de vote en étant protégés contre l'intimidation, les règlements injustes et discriminatoires, la peur de représailles ou de violence.

Imaginez, Martin, ce n'était que 50 ans en arrière que le droit le plus fondamental d'une démocratie, le droit de vote, a été accordé à des citoyens noirs américains! Il y a seulement 50 ans!

Dans quelques mois, des milliers d'entre nous vont à nouveau se rassembler à l'Edmund Pettus Bridge. Nous nous souviendrons de ceux qui ont ouvert la voie, certains ont même donné leur vie, pour que nous puissions aujourd'hui exercer le droit de voter librement.

La bataille continue.

Martin, nous sommes de nouveau mis en face de la profonde fracture raciale en Amérique. Le décès d'un certain nombre de jeunes et d’hommes noirs non armés du fait de la police a attiré l'attention nationale. Ceux qui sont morts à Brooklyn, N.Y., Cleveland, et Ferguson, Missouri, étaient des adolescents. Le cas de ces deux victimes - l’un à Ferguson et l'autre à Staten Island, NY - a été présenté devant un grand jury. Cela n'a pas abouti à l'accusation des policiers incriminés. L’échec répété de ces procédures a fait descendre des milliers de personnes dans les rues pour manifester dans les grandes villes du pays. C’était l'indignation générale et la colère dans la communauté noire et au-delà.

L'Amérique a-t-elle à nouveau vocation à se partager en deux sociétés, une noire (ou non-blanche), et une autre blanche, séparée et inégalitaire? Et est-elle composée, comme beaucoup l'affirment, de deux systèmes de justice, un pour les citoyens blancs et un autre pour les citoyens non-blancs?

Y aurait-t-il là l’idée que la vie d'un noir n'a pas la même valeur dans notre pays que la vie d'un blanc? En effet, un nouveau slogan a émergé: « La vie de noirs compte » ("Black Lives Matter").

Une discussion sur la race est en train d'émerger à l'échelle de la nation. Sur ce, il apparaît que les citoyens blancs et noirs considèrent la question raciale de manière radicalement différente. Même dans le cas de ces deux incidents largement connus de ces jeunes hommes noirs non armés morts suite à l'action de la police, un nombre important de citoyens blancs concluent que ces décès étaient clairement imputables hommes noirs, tandis que les citoyens noirs croient qu'ils ont été causés par un racisme sous-jacent qui considère différemment blancs et noirs. La vie d’un blanc a plus de valeur que la vie d’un noir.

Martin, peut-être touche-t-on là ce qui est au cœur de la grande fracture raciale en Amérique. Il semble bien que la question de la valeur d’un individu comme être humain dépend encore de la couleur de sa peau - et non pas de son caractère, de sa moralité, de ses capacités ni de ses compétences. Il ne semble pourtant pas exister de  corrélation entre quelqu’un qui marque un panier, entre ses capacités, ses positions ou son parti politiques et sa dignité d’être humain. Est-il possible que dans l’esprit et le cœur de beaucoup de gens, la couleur de la peau détermine la dignité et la valeur d'une personne?

Nous continuons à avoir beaucoup à faire dans ce pays sur la question raciale. À certains moments, nous avons l'impression d'avancer et de reculer simultanément. La vérité, Martin, c’est que les événements des 50 dernières années sont la preuve du long chemin que nous avons parcouru pour devenir «une nation sous (l’autorité de) Dieu, indivisible, avec la liberté et la justice pour tous ». Mais, les 50 derniers jours sont la preuve du chemin qu’il nous reste encore à faire !

Mais je continue à croire, Martin.

« We shall overcome! » Nous vaincrons !

Woodie

Traduction eemni

interpretermagazine.org

Après les attentats de Paris, nécessité de promouvoir le dialogue interreligieux


Photo de Karl Anders Ellingsen, UMC Norvège

Des Méthodistes unis et de jeunes adultes musulmans norvégiens de la Mosquée Tauheed ont partagé leurs expériences de croyants au sein d'une société sécularisée ; c'était lors d'une rencontre en décembre à Oslo.

par Linda Bloom

Dans le mois qui a précédé les attaques meurtrières contre les bureaux de Charlie Hebdo et un hypermarché juif, un petit groupe de Méthodistes unis et de jeunes adultes musulmans en Norvège a découvert qu'ils avaient plus en commun que ce qu'ils pensaient.

L’interaction avec les représentants de la mosquée Tawhid à Oslo était un élément clé de la première session de formation œcuménique et interreligieuse organisée par l’Église méthodiste unie en Europe.

Cheikh Mahmoud, le chef de la mosquée, et l'évêque évangélique méthodiste Christian Alsted du diocèse baltique et nordique ont commencé par souligner la nécessité du dialogue interreligieux, d’une société pacifique et du respect pour tous.

Puis deux jeunes dirigeants des deux traditions religieuses - Ghulam Nabi Shaheer et le révérend Frøydis Grinna - ont parlé de leur expérience de minorité religieuse au sein d’une société où la sécularisation ne cesse de croître. Finalement, tous les participants ont eu la chance de parler ensemble.

Le révérend Stephen J. Sidorak Jr., qui a aidé à l’organisation de la formation et des conférences de cette session, a noté plus tard que certains des jeunes gens avaient plus de choses en commun avec leurs homologues musulmans qu'avec leurs amis non croyants quand ils abordaient des questions de foi.

Sidorak, responsable du Bureau de l'unité des chrétiens et des relations interreligieuses du Conseil méthodiste des évêques, s’est déclaré encouragé par «l’espoir mis par la jeune génération dans des rencontres interreligieuses ».Construire des relations interreligieuses, a-t-il ajouté, est un des ingrédients essentiels d’une société saine.

Condamner la violence, encourager le dialogue

Les groupes religieux ont réagi rapidement aux attentats du 7 janvier à Paris, qui ont coûté la vie à 17 victimes et incité à des rassemblements massifs de solidarité en faveur de la liberté d'expression et la tolérance en France et ailleurs.

La présence méthodiste unie en France est très faible. En 2005, l’Église méthodiste de France (EMF) a fusionné avec l’Union de l’Église évangélique méthodiste pour former l’Union de l’Église évangélique méthodiste de France (UEEMF), partie intégrante de la Conférence Suisse-France-Afrique du Nord de la Conférence centrale de l'Europe centrale et méridionale de la dénomination.

L'Union de l'Eglise Evangélique Méthodiste en France a publié diverses déclarations et prises de position sur son site condamnant les attaques et suivi la question sur son fil Twitter. La Fédération protestante de France, dont les Méthodistes unis font partie, a appelé à ses membres à participer à la marche républicaine du 11 janvier.

Le révérend Ivan Abrahams, un Sud-Africain qui est à la tête du Conseil méthodiste mondial, a appelé à un "nouvel engagement" à travailler pour une paix juste après les attentats. « Cette violence est comme un affront à la liberté, aux droits humains et à la sécurité de tous », a-t-il dit.

Parmi ses missions essentielles, le Conseil œcuménique des Eglises se doit de promouvoir le dialogue interreligieux. Une délégation conduite par son secrétaire général a rencontré le 13 janvier à Genève Faisal Bin Mouammar et d'autres responsables du Centre international pour le dialogue interreligieux et interculturel du Roi Abdullah Bin Abdulaziz.

« Grâce à mon travail, j’ai vu et ressenti combien la grande majorité des êtres humains sont partout contre tous les crimes commis au nom de la religion », a déclaré Mouammar lors de la réunion. « Par conséquent, je crois avec ferveur dans le dialogue et dans la construction de ponts ».

Les participants à un forum de communication du COE le 12 janvier au Centre oecuménique de Genève sont partis des attentats de Paris pour réfléchir à la liberté d'expression, aux valeurs religieuses et au rôle des Églises sur ces questions.

Bien que les participants aient unanimement condamné la violence, leurs opinions divergeaient quant à la liberté d'expression en cas de tensions interreligieuses, de traditions religieuses vilipendées ou stéréotypées ou de peurs de l’autre en circulation, rapporte le COE.

Minorités religieuses dans une société sécularisée

Le dialogue entamé en Norvège devrait se poursuivre.

Karl Anders Ellingsen, un communicateur et rédacteur de l'Église Méthodiste Unie en Norvège, a déclaré dans un courriel qu'il avait parlé après les attentats de Paris avec plusieurs participants à la session de formation en décembre.

« Nous convenons tous de la nécessité de renforcer notre détermination à poursuivre cette voie du dialogue ainsi que des réunions semblables à la première où nous avons fait nos premiers pas », écrit-il. «Pour nous, ces initiatives approfondissent notre compréhension des musulmans et de leur vie dans notre société, ce qui nous permet aussi d'interagir plus facilement d'une manière positive et respectueuse ».

Ellingsen note que Mahmoud, le chef de la mosquée, « a pris une position ferme » dans les médias locaux en condamnant les attaques et les meurtres commis au nom de l'Islam à Paris. Mais Mahmoud a également souligné que les caricatures du prophète Mahomet étaient injurieuses et douloureuses pour tous les Musulmans.

Le passé des Méthodistes norvégiens ayant souffert de discrimination dans une société à dominante luthérienne aide l'Église à prendre conscience de l'absence d'une voix forte pour les musulmans dans la société norvégienne d'aujourd'hui, déclare Ellingsen. « C’est une bonne base pour la compréhension et le respect mutuels ».


15 janvier 2015

Traduction eemni

UMC.ORG

Niger: situation à Niamey suite à la publication des caricatures dans Charlie Hebdo

Voici le témoignage sûr d'un correspondant à Niamey sur la situation dans la capitale du Niger suite à la publication des carticatures dans le dernier Charlie Hebdo.

" Après avoir contacté nos étudiants du Niger hier et aujourd'hui, voici quelques nouvelles:

Rien qu'à Niamey, 45 églises ont été complètement détruites, saccagées, brûlées vendredi et samedi passés. Les véhicules, archives, etc, TOUT a été détruit. Il n'y a pas eu de culte hier, dimanche. La situation est similaire dans les autres villes comme Maradi et Zinder.

Nos amis à Niamey et au Niger sont TRES découragés et demandent que l'on prie pour eux !

Prions pour nos frères et coeurs au Niger ainsi que pour la paix dans ce pays ! "


ASAH

REVUE DE PRESSE

Pas coupables mais responsables

Le 16 janvier à Zinder au Niger, manifestation contre la publication d'une caricature de Mahomet en France - © STR / AFP

Plusieurs dizaines d’églises et de lieux de culte, notamment évangéliques, ont été incendiés au Niger. Des personnes sont mortes, d’autres, nombreuses, ont été blessées ou ont tout perdu dans des émeutes organisées dans une vingtaine de pays, du Sénégal au Pakistan. Ainsi va le monde : des chrétiens africains paient au prix fort la parution d’un journal français qui tourne systématiquement leur foi en dérision.

Creusons le paradoxe. En France, une bonne partie de la société médiatique, politique et culturelle considère que le christianisme, c’est fini. On peut s’en moquer, on peut lui taper dessus, on peut le présenter comme un épouvantail. Parce que c’est commode. Par paresseuse symétrie entre toutes les religions. Ou juste par habitude. Mais on croit frapper un cadavre, un « christianisme zombie », comme dirait Emmanuel Todd. On pense, ou l’on feint de penser, que cette religion n’a plus rien à voir avec notre culture. Ailleurs, c’est l’inverse. Certains pensent, ou font semblant de penser, que le christianisme, c’est l’Occident et que l’Occident, c’est le christianisme. Allez expliquer ça aux six millions de fidèles qui ont assisté à la messe du pape à Manille, aux Philippines. Allez demander aux chrétiens d’Irak si leur Église est un produit du colonialisme ou de l’impérialisme...

Ce n’est pas le choc des civilisations. C’est le choc des cynismes et des simplismes. Le monde dans lequel nous vivons n’est pas binaire mais pluriel, complexe, intriqué. Pour le meilleur et pour le pire, nous habitons une planète métisse et rapetissée, où les religions et les irréligions se mêlent, cohabitent, s’hybrident,s’affrontent. Des tempêtes universelles naissent sous l’effet papillon de tel ou tel dessin, de tel ou tel symbole. Un trait d’humour amuse Saint-Germain-des-Prés, un Français moyen le prend au second degré. Mais il sera lu à Peshawar ou à Niamey par des analphabètes de l’image, ou par ceux qui veulent les manipuler. Peut-on en faire complètement abstraction ?

Nous vibrons encore d’indignation, d’émotion, de cette communion républicaine si fortement ressentie. Mais le débat doit revenir. Il doit être sérieusement sérieux. Il faut pouvoir parler librement de l’usage que nous faisons de notre liberté. La voix de la raison et de la modération a droit au chapitre. Charlie Hebdo récusait toute forme d’autolimitation, allant jusqu’à se sous-titrer, avec un certain sens du bravache, « Journal irresponsable ». On n’était pas obligé de partager cette ligne. L’est-on davantage aujourd’hui ?

Nul ne le contestera : l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme adoptée par l’Onu en 1948 a bien un caractère absolu : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. » Toutefois, la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen (le texte de 1789, qui a force constitutionnelle) montre clairement qu’il n’y a jamais de droits sans bornes. Citons le célèbre adage de l’article 4 :  « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui. » Trouver et apprécier l’équilibre n’a rien de facile. Mais à l’aune des événements de ces derniers jours, on ne peut qu’en appeler au sens des responsabilités. Le président de la République et le Premier ministre, qui se sont élevés ces deux dernières semaines à la hauteur du drame, devraient maintenant s’y employer.

LA VIE

Le CPDH mobilisé contre l'euthanasie et pour le développement des soins palliatifs

Mercredi 21 janvier : journée nationale de mobilisation

Dans toute la France, des chaînes humaines de solidarité intergénérationnelles manifesteront l’urgence de protéger les personnes âgées et les personnes très dépendantes ou gravement malades contre toutes formes d’euthanasie ou d’incitation au suicide assisté.

Les députés vont examiner un projet de loi qui, nous dit-on, doit permettre des ajustements de la loi actuelle sur la fin de vie. Des formulations, telles que « sédation profonde et continue jusqu’au décès », ouvrent la porte, de manière insidieuse, à des pratiques d’euthanasie que nous ne pouvons laisser passer et qui deviendront vite incontrôlables, comme c’est déjà le cas en Belgique ou aux Pays-Bas.

Rappelons qu’à propos de la « demande d’euthanasie » la maison médicale Jeanne Garnier, à Paris, a mené de 2010 à 2011 une étude scientifique parue dans la revue internationale BMC Palliative Care (en anglais : http://www.biomedcentral.com/1472-684X/13/53).

Sur 2157 patients pris en charge dans l’unité de soins palliatifs (USP) :

  • 55 personnes ont demandé une seule fois « l'euthanasie » au cours de leurs séjours ; leur demande a ensuite disparu au cours de la prise en charge,
  • 4 personnes ont exprimé à plusieurs reprises une demande d'euthanasie, mais cette demande a disparu dans le temps grâce au soulagement des symptômes,
  • Seules 2 personnes ont formulé une demande persistante jusqu'à leur décès.

En conclusion, la quasi totalité des demandes d'euthanasie disparait au cours de la prise en charge des patients, "ce qui témoigne de l'importance majeure des soins et de l'accompagnement". Les demandes d'euthanasie "persistantes " en Unité de Soin Palliatifs sont donc très exceptionnelles et représentent 0,3% des patients, selon cette étude.

AGIR :

Mercredi 21 janvier, donnons-nous la main en signe de solidarité.

RENDEZ-VOUS DE 12H30 A 13H30 près de chez vous, pour une chaîne humaine intergénérationnelle :

http://soulagermaispastuer.org/chaine-humaine/

Défendons l’équilibre de la loi sur la fin de vie votée à l’unanimité en 2005 et développons les soins palliatifs.

PRIER

  • Prions pour les parlementaires qui auront à examiner la proposition de loi, afin qu’ils prennent le temps de réfléchir aux conséquences de leur décision.
  • Prions pour un « réveil des consciences », à la fois dans la société civile et chez les politiciens.
  • Le CPDH va écrire à tous les députés. Prions pour que la lettre que ces derniers recevront soit lue et prise en compte.


CPDH

Le pape François : la liberté d’expression ne donne pas le droit d'"insulter" la foi d'autrui

Dans le vol qui l’emmenait aux Philippines jeudi 15 janvier, le pape François précise aux journalistes sa position sur la liberté d’expression : la liberté d’expression tout comme la liberté religieuse, sont un bien précieux, mais ne doivent pas être un prétexte à l’insulte. « On ne peut pas tourner la foi des autres en dérision », a-t-il déclaré, à propos des attentats à Paris.

Le pape François a estimé que la liberté d'expression était non seulement un « droit humain fondamental », mais encore « une obligation » morale. Mais cette obligation, loin d’être absolue, a ses limites : « on ne peut offenser la foi de l’autre ». Rien n'autorise en effet à insulter la foi d’autrui  : « on ne peut provoquer, on ne peut insulter la foi des autres, on ne peut la tourner en dérision. On ne peut cacher cette vérité que chacun a le droit de pratiquer sa religion, sans offenser, librement. Nous faisons ainsi, nous voulons tous le faire ».

Le pape François a également condamné les meurtres commis au nom de la religion. "On ne peut offenser ou faire la guerre, ou tuer au nom de sa propre religion, au nom de Dieu!". Tuer au nom de Dieu "est une aberration" et "il faut croire avec liberté, sans offenser, sans imposer, ni tuer".

L’« obligation » d’expression doit donc s’exercer « sans offenser », affirme avec conviction le pape : « Il y a des limites. Si un grand ami dit du mal de ma mère, il doit s’attendre à recevoir un coup de poing ! Il y a tant de gens qui parlent mal des autres religions, les tournent en dérision, font de la religion des autres un jouet. Ce sont des gens qui provoquent. Pourtant toute religion a sa dignité, toute religion qui respecte la vie humaine, la personne humaine. Je ne peux pas m’en moquer. Et c’est une limite. J’ai pris cet exemple de la limite pour dire que dans la liberté d’expression il y a des limites, comme celle de maman. Je ne sais si j’ai réussi à répondre à la question. Merci. »

Dans l'avion qui le ramenait de Manille à Rome quelques jours après, le pape François précise sa pensée :

« En théorie, nous pouvons dire qu’on ne doit pas avoir de réaction violente face à une offense ou une provocation. Cela n’est pas bon et on ne doit pas le faire. Comme le dit l’Évangile, nous devons tendre l’autre joue. En théorie, nous pouvons dire que nous comprenons la liberté d’expression. Cela est important, en théorie, nous sommes tous d’accord. Mais nous sommes humains et il y a la prudence, qui est une vertu de la cohabitation humaine. Je ne peux pas provoquer, insulter une personne continuellement, parce que je risque de la mettre en colère, je risque de recevoir une réaction pas juste… injuste. Mais c’est humain. Je dis que la liberté d’expression doit tenir compte de la réalité humaine, et pour cela, je dis qu’elle doit être prudente, éduquée. La prudence est la vertu humaine qui règle nos rapports : je peux aller jusque là, etc. (…) La liberté doit être accompagnée par la prudence. »

15 novembre 2015

La Croix / zenit/ Huffingpost / Aleteia


Églises mennonites de France : après les attentats en France, être artisan de paix

Communiqué des Églises évangéliques mennonites de France

Notre pays, toute la population et nous-mêmes sommes sous le choc des événements récents, à savoir l’agression terroriste contre les journalistes de Charlie Hebdo, les forces de l'ordre et des Français de confession juive, à Paris, Porte de Vincennes. Les sentiments des uns et des autres vont de la colère contre les agissements commis et contre leurs auteurs, à la peur devant l’insécurité et l’évolution de la situation, en passant par la tristesse, le malaise ou encore la perplexité.

Nous pensons aux personnes décédées et prions ensemble pour toutes les familles et les proches touchés. Nous sommes dans le deuil. Les rassemblements qui ont eu lieu dans beaucoup de villes ont pu témoigner de la volonté de vouloir vivre ensemble de manière paisible. L'indignation est compréhensible et doit encourager à refuser l'indifférence devant d'autres tragédies travers le monde.

Ce drame devrait aussi nous pousser tous à nous interroger sur l'état de notre pays, sur les causes profondes qui conduisent à l'extrémisme de certains: sentiment d'abandon de populations défavorisées, absence de repères constructifs, affaiblissement du lien social, interventions militaires, etc.

Au-delà des faits, nous pouvons redouter les conséquences dans le pays : méfiance, tensions, voire passages à l'acte envers les uns ou les autres, politique sécuritaire, diabolisation des ennemis. Ce climat risque de faire le jeu de partis semant la haine envers les étrangers et nos compatriotes musulmans.

Face à cette situation dégradée, les chrétiens et les Églises sont appelés à répondre à la manière de Celui qui est leur Seigneur. À la haine, Jésus a répondu par l’amour, à la violence, il a répondu par la non-violence, à l’exclusion, il a répondu par la main tendue, aux massacres, il a répondu en appelant à la conversion.

C’est la manière d’agir de Jésus qui doit nous guider et nous inciter à répondre au mal par la pratique du bien. Prenons l’initiative de manifester le respect, l’amitié et l’hospitalité. Refusons de répandre mensonges et clichés destructeurs, dénonçons l’incitation aux préjugés, aux amalgames et à la peur teintée de racisme. Collaborons avec d'autres pour favoriser la paix sociale.

Prenons des initiatives pour rejoindre les populations qui se sentent exclues, en particulier les jeunes, et ouvrons des dialogues avec nos compatriotes juifs et musulmans pour un réel vivre-ensemble dans la cité.

Dans le contexte actuel, l'ensemble des Églises et des chrétiens sont appelés d’une manière nouvelle à devenir artisans de paix et de justice.

Le président de l’Association des Eglises Evangéliques Mennonites de France et les membres de son Bureau, la Commission Foi et Vie, la Commission de Réflexion pour la Paix 

16 janvier 2015

Églises évangéliques mennonites

Paris: marche pour la vie le 25 janvier, place de la Bastille

1. Manifester un soutien à Vincent Lambert, à ses parents, à tous les handicapés qui sont dans un état diminué aux yeux du monde mais ni moins vivants ni en fin de vie ;

2. Dire la vérité, 40 ans après la légalisation, sur l'horreur de l'avortement qui ne peut pas être un droit car il consiste à tuer un être humain ;

3. Résister aux promoteurs de la culture de mort, qui veulent faire courber l'échine des défenseurs de la vie sensibles à la stigmatisation violente dont ils font l'objet ;

4. Faire prendre conscience du rôle de la loi Veil pierre angulaire des dérives scientifiques depuis 40 ans : eugénisme des enfants trisomiques, industrie procréatique via la PMA et la GPA, recherche sur l'embryon, euthanasie ;

5. Montrer que de nombreux citoyens ne sont pas dupes sur la réalité du programme : la sédation jusqu'à la mort ou les directives anticipées sont des dérives de nature euthanasique ;

6. Poser un acte politique par la 1ère manifestation de l'année pour s’opposer à l’euthanasie, 1ère transgression de 2015 ;

7. Contrer les pressions des courants de la majorité présidentielle qui exigent une légalisation du suicide assisté et de l’euthanasie alors que le débat sur la fin de vie est lancé fin janvier à l'Assemblée nationale ;

8. S'opposer aux prochains coups de boutoir contre la vie prénatale (dans les mois à venir : développement de l'accès à l'IVG, notamment par la remise en question de l'objection de conscience) ;

9. Interpeller sur le dérèglement bioéthique et la protection de la vie, alors que le Président Hollande vient de prioriser pour 2015 la protection de la planète contre le dérèglement climatique ;

10. Transmettre le sens du discernement des repères fondés sur le réel et l'envie de s'engager pour défendre l'essentiel : le respect de la vie humaine fragile.

Libres propos d'Eric Denimal sur les évènements qui ont secoué la France

Le pasteur Eric Denimal connu pour ses ouvrages de vulgarisation, dont "La Bible pour les Nuls", lu par plus de 100 000 personnes et "Le protestantisme pour les Nuls" chez le même éditeur First Éditions partage, avec le réseau du CPDH, son sentiment sur les évènements qui se sont déroulés en France ces derniers jours. 

Je suis meurtri !

J’étais à Paris au moment de l’attaque de la rédaction de Charlie-Hebdo. Comme tout le monde, j’ai été choqué puis bouleversé par tout ce qui s'y est passé. Indigné, je me suis laissé entraîner par l’onde et les ondes jusqu’à oublier de réfléchir à tout ce qui se disait, noyé par le flot des paroles vides et des sentences à l’emporte-pièce. Journaliste, et d’instinct, je ne pouvais qu’être solidaire.

Dans un premier temps, j’ai pensé pouvoir être Charlie, mais il faut se méfier des émotions qui aveuglent et plus encore des faiseurs de troupeaux.

Est arrivé, le lendemain, la première prise d’otages, puis la seconde qui visait des anonymes juifs. Peur et stupeur qu’entretiennent les images fixes et les commentaires incessants pour dire qu’on ne sait rien ou qu’on ne peut rien dire.

Nouvelle hécatombe, et de Charlie je me demande si je ne deviens pas Juif.

17 morts ! Horreur à nos portes !

L’émotion devient action lorsque tout le monde décide de descendre dans la rue pour dire oui à la démocratie, non à la barbarie ! Oui à la liberté des crayons, non à la sauvagerie des armes ! Mais il faut aussi dire oui à la réflexion et non seulement aux sensations. Parce que la liberté d’expression n’est juste que si on nous a laissé la liberté de penser autre chose que la pensée unique.

Ma révolte contre le terrorisme des intégristes ne doit pas me faire oublier que j’ai aussi le droit de penser que les caricatures de Charlie-Hebdo, dont on veut m’imposer la légitimité aujourd’hui, sont parfois des agressions. Dois-je accepter qu’au nom de la liberté, on raille et bafoue l'objet de la foi de quiconque. De nombreux dessins de Charlie-Hebdo ont été des offenses et des manques de respect à l'égard, notamment, du Christianisme et des chrétiens. N’en étions-nous pas indignés hier ?

J’aime tant la démocratie que je suis de l’avis de Voltaire : « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous ayez le droit de le dire. » Jolie formule, mais qui semble être un apocryphe du penseur et défenseur des innocents dans l’Affaire Calas. Il n’empêche que l’idée est belle, mais, comme la liberté de chacun, elle s’arrête lorsque commence celle de l’autre.

Ces pensées ne m’ont pas empêché de me rendre, le premier soir, Place de la République, ému comme tout le monde, face à la mort brutale et barbare de douze personnes. Or, bien des messages circulaient sur cette place symbolique où l’unité nationale et républicaine avait autant de désaccords que les Marseillaises timides, parfois étouffées. J’ai, en effet, vu des pancartes et lu des slogans contre toutes les religions, lesquelles étaient présentées comme des « archaïsmes dont il faut se libérer autant que des c... qui les propagent ! » Des dessins de Charlie-Hebdo, outranciers à l'encontre des chrétiens (mais aussi des juifs et des musulmans) étaient placardés à côté des crayons et des bougies.

Je me suis alors souvenu de ce que la presse satirique diffusait, par exemple, au moment du mariage pour tous. Ceux qui, comme moi, s’offusquaient étaient malmenés, maltraités, et de façon souvent outrancières, grossières… Sans parler des amalgames faciles qui faisaient de nous des ennemis de la France républicaine et laïque.

Je suis donc mal à l'aise avec tous ces gens qui se réclament de la liberté d'expression à la Charlie, celle qui donne le droit au blasphème. Même notre ministre de la justice, qui avait porté plainte, soutenue par le gouvernement, semble avoir oublié une fameuse banane ! Je reste étonné encore que les médias qui, à l’unisson, revendiquent la liberté d’opinion et de diffusion, refusent – pour certains – de poursuivre leur collaboration avec Éric Zemmour, ridiculise Valérie Trierweiller ou boycotte Michel Houellebecq.

La prise d’otages de la porte de Vincennes, tout aussi insoutenable que ce qui s’était passé la veille, a déplacé la fixation sur les dessinateurs connus pour glisser vers des anonymes et vers d’autres victimes. Le champ des martyres s’élargissait pour, hélas, démontrer que n’importe qui pouvait devenir une cible des fanatiques. Mais du coup, les dessins qui, la veille, visaient aussi les Juifs et les catholiques sont devenus plus discrets. Piètre satisfaction !

Les français de toutes origines – et pas seulement eux - ont heureusement réagi en refusant très massivement la stratégie de la peur et de l’intolérance. Certains politiques sauront en tirer profit ; il ne faut pas se leurrer, ni tomber d’une manipulation à une autre.

Quelle belle prise de conscience : près de quatre millions de citoyens dans les rues ! J’espère que depuis les manifestations contre le mariage gay les autorités ont appris à compter.

Le peuple est versatile : il a applaudi la police contre laquelle il était descendu dans les rues quelques semaines plus tôt après la mort malheureuse d’un écologiste. Les médias ayant parfois mis, comme souvent, de l’huile sur le feu.

Le peuple s’est senti soudain solidaire le temps d’un week-end, mais dans son quotidien, il accepte volontiers les messages qui dressent une partie de lui contre une autre partie. Et l’union sacrée mettra combien de temps à se dissoudre ?

Quant aux responsables des grandes religions de France, il me semble qu'ils devraient dire, plus explicitement, qu’il est faux d’asséner que l’on peut rire de tout et ricaner, ridiculiser, mépriser les convictions des gens! La grossièreté des caricaturistes, l’insolence des femens et les parodies des amuseurs publics ne sont pas des preuves de liberté d’expression mais l’expression insidieuse d’une dictature irrespectueuse des opinions. Les mêmes ne supportant souvent pas que l’on puisse ne pas accepter leurs propos, leurs gestes ou leurs croquis.

La liberté d'expression ne doit devenir la tyrannie ni des athées, ni des laïcards.

Eric Denimal

A travers le CPDH

SEMAINE DE PRIÈRE POUR L’UNITÉ DES CHRÉTIENS 2015 du 18 au 25 janvier 2015

18-25 janvier 2015

Le contexte ecclésial et religieux du Brésil a conduit les Églises de ce pays à choisir le texte de la rencontre entre Jésus et la Samaritaine (Jn 4,1-42) comme fil conducteur de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne 2015...

En effet, le Brésil vit dans un climat d’intolérance qui se manifeste par un fort degré de violence, spécialement envers les minorités et les plus vulnérables.

La violence contre les femmes : entre 2000 et 2010, 43 700 femmes ont été assassinées au Brésil. 41% de celles qui ont subi des violences ont été violées par un proche. 

La violence contre les indigènes : la violence contre la population indigène est souvent liée au développement de l’hydroélectricité et à l’expansion de l’industrie agroalimentaire.

Il faudrait combattre l’intolérance sous ses diverses formes et parvenir à en triompher positivement : en respectant les diversités légitimes et en promouvant le dialogue avec tous, moyen permanent de réconciliation et de paix dans la fidélité à l’Évangile.

Le cheminement proposé pour les huit jours part de la proclamation, et conduit à la dénonciation, au renoncement et au témoignage. La semaine commence par la proclamation d’un Dieu qui nous a créés à son image, c’est-à-dire à l’image du Dieu Trinité, de l’unité dans la diversité. La diversité fait partie du dessein de Dieu. Ensuite, on dénonce des situations de péché qui conduisent à d’injustes discriminations. Troisièmement, avec le renoncement à ces attitudes de péché par exclusion, on fait un pas vers l’unité du Royaume de Dieu. Enfin, on témoigne de la grâce de Dieu, toujours désireux de nous accueillir en dépit de notre imperfection, et dont l’Esprit Saint nous pousse à la réconciliation et à l’unité. Ainsi expérimentons-nous la Pentecôte et les multiples dons de l’Esprit, aboutissant à réaliser le Royaume de Dieu. 

Ressources pour cette Semaine de prière pour l’unité des chrétiens

COE

CNEF: spectacle en vue à son Congrès : que dirait Jésus à ma place dans une France laïque ?

Que dirait Jésus à ma place dans une France laïque ?

Un spectacle vivant ouvert à tous spécialement écrit et mis en scène pour la Convention nationale du CNEF.

Des Évangiles jusqu’à aujourd’hui, les paroles du Christ ont toujours provoqué des réactions chez ses auditeurs.
Comment réagirait l’opinion publique, les journalistes ou les politiques si Jésus prenait la parole publiquement en 2015 dans les médias nationaux français ?
Une création artistique étonnante et détonante qui ne laissera personne indifférent.

Spectacle gratuit tous publics - Libre participation aux frais.

Pour plus d'infos : http://convention-cnef-2015

 CNEF

Le COE exprime sa stupeur suite aux massacres au Nigeria


Le Conseil œcuménique des Églises (COE) s’est déclaré profondément choqué par les attaques perpétrées par le groupe extrémiste Boko Haram au Nigeria, qui auraient coûté la vie à plus de 2 000 personnes, dont des enfants utilisés comme bombes humaines. 

«Utiliser de jeunes enfants comme bombes et massacrer aveuglément femmes, enfants et personnes âgées ne peut que susciter l’indignation, or aucune motivation religieuse ne peut justifier une telle mentalité», peut-on lire dans une déclaration publiée par le siège du COE à Genève (Suisse) le 12 janvier.

Dans la déclaration, le COE appelle les autorités du Nigeria à opposer une riposte efficace à ces attaques et à assurer la protection des individus face à ce genre d’atrocités.

Le COE a en outre joint sa voix à celles des responsables religieux nigérians qui ont appelé la communauté internationale à plus de solidarité et d’engagement, faisant part de leur profonde déception à l’égard de l’absence relative – voire même discriminatoire – de couverture médiatique internationale. «Si le COE participe à l’élan de solidarité internationale avec le peuple français suite aux récentes attaques qui se sont déroulées à Paris et dans sa banlieue, nous sommes profondément attristés par le fait que les événements tragiques qu’a connus le Nigeria n’ont pas suscité une préoccupation et une solidarité équivalentes à l’échelle internationale», lit-on dans la déclaration.

Le COE compte des Églises membres au Nigeria. Le Conseil participe activement à des initiatives interreligieuses de paix.

12 janvier 2015

COE

DEFI MICHEE : Lancement de la campagne « Visons Plus Haut » le 15 janvier 2015

L’année 2015 sera une année charnière pour le développement du monde, pour la lutte contre la pauvreté et la construction d’un avenir durable pour tous. C’est pour cela que le Défi Michée veut sensibiliser les chrétiens sur les enjeux de l’année qui débute, notamment dans le cadre de la campagne internationale Action/2015 (www.action2015.org).

Trois événements internationaux majeurs ponctueront 2015 : la conférence sur le financement du développement en juillet, le sommet des Nations-Unies en septembre avec le vote des Objectifs de Développement Durable (ODD) successeurs des OMD, et la conférence des parties (COP 21) sur le changement climatique en décembre.

Aujourd’hui, un milliard d’êtres humains vivent encore dans l’extrême pauvreté. Ce nombre pourrait être réduit de façon considérable si les bonnes décisions sont prises en 2015 !

Notre objectif en termes de plaidoyer, est d’obtenir des accords et des objectifs de développement ambitieux pour le futur. Cette nouvelle campagne s’intitule donc : « 2015 : Visons Plus Haut ».

Plusieurs événements ponctueront l’année, dont le lancement jeudi 15 janvier !

Des vœux de début d’année de personnalités publiques du monde entier ont porté sur les enjeux de l’année 2015, dont ceux de Malala, prix Nobel de la paix, la Reine Rania de Jordanie, Bono, Bill et Melinda Gates et bien d’autres. Tous ont choisi de soutenir la campagne Action/2015.

Un « arbre à souhaits » virtuel sera lancé sur Facebook et Twitter le 15 janvier prochain ! Le but est simplement d’exprimer quels sont vos souhaits pour le développement et comment vous imaginez un monde meilleur. Vous pouvez laisser un message, une photo ou une vidéo sur la page Facebook ou Twitter du Défi Michée, en utilisant #action2015 et #VisonsPlusHaut.

Le Défi Michée fête également ses 10 ans d’action cette année ! Un sondage sur ces 10 ans de plaidoyer chrétien par internet est disponible sur http://goo.gl/OwUwXi. S’en suivra un colloque et un concert en mai/juin 2015 pour célébrer cet anniversaire mais aussi faire le bilan des Objectifs du Millénaire pour le Développement à travers l’analyse du sondage et réfléchir aux futurs Objectifs de Développement Durable.

Nous déclinerons encore l’importance de l’année 2015 par divers événements et mobilisations : des actions photos, une semaine de prière et bien d’autres choses.

www.facebook.com/micahchallengefrance

@defimichee

 

 

 

DEFI MICHÉE

 

Pasteur Saïd Oujibou, Président de l’UNACF: « N’ayons pas peur de ceux qui tuent le corps »

EEMNI publie la réaction du pasteur Saïd Oujibou, Président de l’Union des Nord-Africains Chrétiens de France (UNACF) aux attentats qui ont secoué la France la semaine dernière.

Nous tendons nos mains fraternelles à ceux qui ont perdu un être cher dans ces horribles attentats. Nous ne pensons pas seulement aux journalistes et caricaturistes, si connus soient-ils… mais à chaque victime et à chaque personne qui pleure en ces jours sombres. Notre communion et nos prières viennent à la rencontre de ces coeurs blessés et meurtris par la barbarie islamiste.

Nous appelons avec force à la lucidité, à la responsabilité, à la cohésion nationale et à la réflexion de chacun, pour manifester un vrai dialogue inter-communautaire… et non un faux dialogue nourrit par une altérité aveugle. Nous appelons à la recherche de la vraie paix, de la justice et de la solidarité. Soyons des hommes de bonne volonté, fondateurs d’avenir et d’espérance pour tous.

Nous appelons également chacun à ne pas oublier les chrétiens du Proche et du Moyen-Orient, qui sont tous les jours confrontés à la violence, a la barbarie, à la peur, à la faim, à la désespérance et à l’exil.

La culture, l’éducation, la citoyenneté et la liberté d’expression dans cet Orient si chargé d’incompréhension et de haine, sont les seuls chemins pour l’Homme.

Dans ces pays, comme chez nous, il y a tous les jours des hommes et des femmes qui accomplissant de grandes choses, manifestant un courage remarquable, afin que la lumière du Christ soit toujours celle de la Paix et du don.

Nous devons assurer à chaque enfant un avenir heureux et des rêves à réaliser, à chaque homme et à chaque femme la dignité et la fierté d’exister comme fils et filles de Dieu. Non, ne laissons pas les ténèbres nous troubler… n’ayons pas peur de ceux qui tuent le corps mais qui ne pourront jamais éteindre cette flamme qui brûle en nous. En tant qu’Eglise, nous sommes une flamme éternelle qui rayonnera de génération en génération, face à toute forme d’obscurantisme et de barbarie.

Continuons de travailler et réjouissons-nous d’assister à la conversion de millions de musulmans à Christ. Même dans les ténèbres les plus sombres, la lumière de Christ pénètre les coeurs et libère les âmes !

Said fier d’être arabe est chrétien !

Actu chrétiennes

Semaine universelle de prière du 11 au 28 janvier 2015

Cette semaine est la semaine universelle de prière dans de nombreux pays européens. L'Alliance Evangélique Européenne (AEE) a appelé à une semaine de prière et de réflexion sur la base de la prière du Seigneur.

C’est l’occasion de passer un peu de temps chaque jour à réfléchir à une phrase du Notre Père et de prier pour nos frères et sœurs dans d'autres pays à travers l'Europe … 

Prière pour l'unité

Dieu Tout-Puissant, nous te remercions pour le miracle de l'Église: des personnes qui ont fait l’expérience de ta présence étonnante d’une génération à l’autre et d’un groupe culturel à l’autre. Nous te remercions parce que, grâce à la prière, nous pouvons nous unir au-delà les frontières, nous encourager et nous soutenir les uns les autres comme membres d'un seul et même corps et ainsi voir avancer ton Royaume.

Nous te remercions pour cette initiative de prière et te demandons de la bénir en révélant davantage de ta présence belle et sainte à tous ceux qui s’y impliqueront.

Nous demandons que l'Évangile de la grâce soit proclamé et incarné dans la vie de ton peuple à travers l'Europe. Seigneur, puisse ton Église gagner en audace et recevoir une nouvelle effusion de l'Esprit Saint.

Dans le nom de Jésus,

amen

par Fred Drummond, directeur du département PRIERE, Alliance évangélique GB

En Suisse, c'est le Réseau évangélique suisse (RES) qui relaie cette initiative de prière et en France, c'est le CNEF. Voici comment les présidents du Réseau évangélique suisse et du CNEF comprennent cette initiative de prière.

SOYEZ SA MAISON DE PRIÈRE ! 

Cette année, nous avons un double privilège pour vivre la semaine universelle de prière: prier le « Notre Père » et méditer une série de textes proposés par l’Alliance évangélique africaine. « Ma maison sera appelée une maison de prière pour tous les peuples ». Cette parole de Jésus reprend une citation du prophète Esaïe : «Je les amènerai sur ma montagne sainte, et je les réjouirai dans ma maison de prière». L’auteur de l’épître aux Hébreux nous dit que nous sommes Sa maison.(3) En tant que Corps de Christ et en tant que «Sa maison», nous sommes aussi un lieu de prière. Prier avec le Notre Père nous permet de nous situer dans notre pratique de la foi. La prière, c’est le reflet de notre relation avec Dieu et c’est aussi notre respiration. Peut-être sommes-nous essoufflés dans notre foi. Prier, c’est effective- ment reprendre son souffle, mais aussi du recul. 

La prière nous permet de nous reposer en Christ. Nous vous encourageons à vivre cette semaine comme une retraite personnelle et communautaire et à prendre le temps non seulement pour remettre Dieu au centre si besoin est, mais aussi pour vivre un temps fort dans votre vie d’Eglise. En effet, ce n’est pas seulement le temps de réfléchir à notre relation personnelle avec Dieu, mais aussi à notre relation avec la communauté chrétienne. C’est ensemble, et pas seul dans notre chambre, que Jésus nous invite à dire « Notre Père ». 

Norbert Valley 

Président du RES 


La méditation du Notre Père, source d'encouragement !

Comment être mieux encouragé à la prière communautaire qu'en méditant le « Notre Père » ? C'est ce que nous proposent nos frères de l'Association des évangéliques en Afrique, regroupement des Alliances évangéliques nationales de ce continent voisin. Ils nous rappellent ainsi que le contenu de la prière, ce que nous disons, n'est pas le tout de la prière. Comptent tout autant notre activité quotidienne, ce que nous faisons, et notre attitude devant Dieu et devant les frères, ce que nous sommes.

Que cette semaine de prière puisse contribuer à renouveler notre consécration au service de Dieu et à approfondir nos liens fraternels et, s'il plaît à Dieu, à nous inciter à former des projets communs pour que l'Évangile soit annoncé !

Permettez-moi de vous faire part d'un rêve pour terminer. Que d'ici 5 ans, dans tous les départements de France, la Semaine universelle de prière soit l'occasion d'un culte en commun organisé par les Églises et les œuvres membres du CNEF ! Imaginez la force spirituelle et l'impact médiatique d'un tel événement, les évangéliques rassemblés le même jour dans plus d'une centaine de villes pour célébrer le Seigneur ! C'est déjà le cas en plusieurs villes de France pour la bénédiction de ceux qui vivent de tels moments de communion.

N'hésitez pas à nous faire part de toute initiative en ce sens et que le Saint-Esprit vous inspire durant la Semaine universelle de prière 2015 !

Étienne LHERMENAULT

Président du CNEF

EAUK - RÉSEAU ÉVANGÉLIQUE SUISSE - CNEF

CPDH: c'est qui Charlie?

C’est qui Charlie ?

Martin Handford, illustrateur des livres pour enfants « où est Charlie ? », publiés par les éditions Gründ, a consacré un dessin en hommage au journal français « Charlie Hebdo », endeuillé par le massacre du 7 janvier 2015.
L'illustrateur britannique a effacé le sourire de son personnage à lunettes, lui a ôté son bonnet à pompon et, crayon papier à la main, lui a fait dire: «Je suis Charlie». C’est simple, c’est fort. Dans les livres « où est Charlie ? » il faut chercher ce petit personnage en polo rayé rouge et blanc au milieu d’une foule si dense, si colorée, que « Charlie » ne peut être repéré au premier coup d’œil. Il faut beaucoup d’attention et de persévérance pour parvenir à l’identifier. Ce Charlie là n’est ni satyrique, ni provocateur, ni pourfendeur de symboles. Il est simple, modeste, assez peu « à la mode » et puis il a un look sans aucune extravagance, sans beauté et sans éclat particulier pour attirer les regards. Il est là presque anonyme. Et tout à coup son nom s’affiche sur tous les écrans de télés, d’ordinateurs et autres tablettes, brandi par des millions de citoyens … tous veulent être Charlie. La foule éclectique se fige autour de la même identité. Chacun semble comprendre que sa vie peut être en danger et que l’on peut mourir pour ses idées, assassiné par d’intolérables intolérances. La foule, autour de Charlie, s’insurge avec raison : défendons la liberté d’expression ! Dire que le 7 janvier 2015, l’association « Portes Ouvertes », rendait public son « index mondial de persécution » (les 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés) sans pour autant soulever l’opinion ! Dans la presse nationale peu de mobilisation. Toutes les morts ne se valent pas, nous le savons ! Mais aujourd’hui, tous les persécutés, les bâillonnés, les torturés, les suppliciés, les exécutés, les assassinés pour ce qu’ils ont osé proclamer, ont peut-être trouvé une identité … très médiatisée.

« Tu aimeras ton prochain comme toi-même. » Matthieu 22 v.39

Franck MEYER
Président du CPDH

*******************

Agir 

Le CPDH vous propose de lire où relire un extrait de « l’engagement du Cap »rédigé à la suite du troisième Congrès de Lausanne pour l’évangélisation du monde (Le Cap, 16-25 octobre 2010), qui a rassemblé 4200 responsables évangéliques de 198 pays

Vivre l’amour du Christ auprès de ceux qui professent d’autres religions

1. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » inclut les personnes qui professent d’autres religions.

Au vu des affirmations énoncées dans la Confession de foi du Cap, nous répondons à notre vocation céleste de disciples de Jésus-Christ : voir les personnes qui professent d’autres religions comme nos prochains au sens biblique du terme. Ces personnes sont des êtres humains créés à l’image de Dieu, que Dieu aime et pour les péchés de qui le Christ est mort. Nous faisons notre possible non seulement pour les considérer comme nos prochains, mais aussi pour obéir à l’enseignement du Christ qui nous demande d’être leurs prochains. Nous sommes appelés à être doux, sans être naïfs ; à faire preuve de discernement et ne pas être crédules ; à être attentifs à toutes les menaces qui planent sur nous, mais à ne pas vivre sous l’empire de la peur. 

Nous sommes appelés à faire part de la bonne nouvelle, mais pas à nous engager dans un prosélytisme mal venu. L’évangélisation, qui comprend une argumentation rationnelle convaincante à l’instar de ce que pratiquait l’apôtre Paul, est la présentation de l’Évangile « de façon ouverte et impartiale, en laissant les auditeurs libres de se faire leur propre opinion. Nous souhaitons faire preuve de sensibilité vis-à-vis des croyances différentes de la nôtre et nous rejetons toute démarche conduisant à des conversions forcées. »[1] Le prosélytisme est, au contraire, une tentative pour forcer autrui à devenir « l’un des nôtres », à « accepter notre religion », voire à « entrer dans notre dénomination ».

A) Nous nous engageons à une éthique scrupuleuse dans toute notre évangélisation. Notre témoignage doit être caractérisé par l’humilité et le respect, en veillant à garder une conscience pure.[2] Nous rejetons donc toute forme de témoignage qui serait coercitive, moralement contestable, mensongère ou irrespectueuse.
B) Au nom du Dieu que nous aimons, nous nous repentons de notre manque de volonté pour rechercher l’amitié avec les personnes de confession musulmane, hindoue, bouddhiste ou autre. Animés par l’esprit de Jésus, nous prendrons l’initiative de leur manifester amour, bonne volonté et hospitalité.

C) Au nom du Dieu de vérité, nous refusons de répandre des mensonges et des caricatures sur les autres religions, et nous dénonçons et refusons l’incitation aux préjugés, à la haine et à la peur racistes véhiculée par les médias populaires et la rhétorique politique.

D) Au nom du Dieu de paix, nous rejetons le chemin de la violence et de la vengeance, même en cas d’attaque violente, dans toutes nos relations avec des personnes qui professent d’autres religions.

E) Nous affirmons qu’il existe une juste place pour le dialogue avec les personnes d’autres religions, tout comme Paul a engagé le débat avec les Juifs et les non-Juifs dans la synagogue et dans l’arène publique. Dans le cadre légitime de notre mission chrétienne, un tel dialogue associe la confiance dans le caractère unique du Christ et dans la vérité de l’Évangile à une écoute respectueuse des autres.

[1] Manifeste de Manille, paragraphe 12

[2] 1 Pierre 3.15-16, comparer à Actes 19.37.

Pour commander « l’engagement du Cap » : Cliquer sur l'image ci-dessous


CPDH

CNEF: message de solidarité et de soutien à la communauté juive

LE CNEF exprime sa solidarité à la communauté juive (CRIF) après l'attentat antisémite de Vincennes

Monsieur le président du CRIF,

En ces temps particulièrement troublés, je tiens à vous faire part de la solidarité et du soutien de la communauté protestante évangélique dont j'ai l'honneur de présider l'organe de représentation, le Conseil national des évangéliques de France.

Nous sommes particulièrement choqués par l'acte antisémite perpétré par le terroriste qui a pris pour cible une épicerie casher aujourd'hui à la porte de Vincennes, acte qui s'est soldé par la mort de quatre otages. La communauté juive de France est à nouveau durement touchée et nous pouvons aisément imaginer le choc, la peine et l'inquiétude que suscite en son sein ce nouvel attentat.

Nous vous prions de transmettre nos condoléances aux familles et aux proches de ceux qui ont perdu la vie aujourd'hui ainsi qu'à toute la communauté que vous représentez. Par leur histoire et leurs croyances, les protestants évangéliques savent ce qu'ils doivent au judaïsme et tiennent à se montrer solidaires de toute la communauté juive, aujourd'hui et chaque fois que cela sera nécessaire.

Parce que c'est notre seule arme et qu'elle est une arme de paix, sachez que nous avons recours à la prière pour demander à Dieu qu'Il protège toute la communauté que vous représentez.

Je serai présent dimanche lors de la manifestation publique pour dénoncer, à vos côtés, la haine, toutes les haines, et dire notre attachement à la liberté de conscience et d'expression. 

Recevez mes plus chaleureux messages.

Étienne LHERMENAULT

Président du CNEF

CNEF

Le Conseil méthodiste mondial condamne l'attentat contre Charlie Hebdo


Le Conseil méthodiste mondial condamne fermement l'attaque contre les bureaux du journal satirique français Charlie Hebdo à Paris mercredi le 7 janvier. Dans une déclaration, le Secrétaire général Ivan Abrahams a déclaré: 

"Deux jours après l'attaque contre les bureaux de Charlie Hebdo, le monde reste sous le choc de la violence insensée et aveugle qui s’est manifestée. Cette violence est un affront à la liberté, aux droits humains et à la sécurité de toutes les personnes. Le Conseil méthodiste mondial est fortement opposé à toute forme de violence et à l'instrumentalisation de la religion pour la justifier. Pendant ce temps d'introspection et de chagrin, je demande que nous prions pour les personnes blessées ainsi que pour les familles de ceux qui ont été abattus sans raison. En outre, je demande que nous prenions un nouvel engagement à travailler pour la réalisation d’une juste paix en 2015".

Traduction eemni

Conseil Méthodiste Mondial

Attentat à Charlie Hebdo : diverses réactions (églises, DEFAP, ACO, Vivre Ensemble, UEPAL, FPF, Aumôneries de prison, Eglise méthodiste de Grande Bretagne)

Églises: Il faut défendre la liberté d’expression 

Les responsables d’église ont été unanimes pour condamner les attentats perpétrés par les terroristes et adressé leurs condoléances aux familles des victimes.

Le CNEF s’est dit choqué par l’assassinat. Les Évangéliques français sont maintenant plus motivés que jamais pour défendre la liberté de conscience et d'expression, lisait-on dans un communiqué de presse.

L'évêque luthérienne régionale de Munich Susanne Breit-Kessler déclare: "Nous devons insister pour que des espaces soient ménagés dans notre régime démocratique à la liberté de penser et de parler. Des lieux où il soit également possible de s’exprimer d'une plume acérée".

Ce serait « un acte de pure barbarie » que d'écarter d'office la personne qui veut faire légitimement usage de son droit à la liberté d'expression. Nous devons dire effectivement ce qui est arrivé à Paris, appeler un chat un chat. Un «crime contre l’humanité a été commis, une attaque contre cela même qui constitue une culture libre et démocratique ».

Communiqué du Défap

Au-delà des personnes assassinées et de leurs familles endeuillées, les victimes de la fusillade qui a visé l'hebdomadaire Charlie Hebdo ont également pour nom liberté d’expression, libertés publiques, vivre ensemble. Que la peur se répande, que la société française se raidisse, qu’elle se fasse chaque jour plus intolérante et plus violente, que la méfiance entre cultures et entre religions devienne la norme, et les intégrismes auront gagné. Par les relations qu’il entretient entre Églises et par-delà les frontières, par le dialogue interreligieux dont il a fait une priorité, le Défap sait que vivre ensemble et différents est un combat. C’est lorsque chacun mesure le chemin à faire vers l’autre pour que la vie ensemble soit possible que le religieux peut devenir facteur de paix.

Attentat à Charlie Hebdo : réaction de l'ACO

L'Action Chrétienne en Orient, proche partenaire du Défap, souligne dans ce texte rédigé au lendemain du massacre perpétré au sein de la rédaction de Charlie Hebdo que l'attaque a été "unanimement condamnée, notamment par les représentants de toutes les religions". L'ACO souligne que le "terrorisme se nourrit d’une méconnaissance et d’une conception dévoyée de la religion".

image_preview

Dessin de presse publié en soutien à Charlie Hebdo par le dessinateur Chappatte pour l’édition internationale du New York Times

Les assassins qui ont attaqué le journal Charlie Hebdo ont crié « Dieu est grand » et « le prophète est vengé ». Ces massacres ont été unanimement condamnés, notamment par les représentants de toutes les religions.

Réuni le lendemain de cette tragédie, le comité de l’ACO tient à exprimer ses condoléances aux familles des victimes et son indignation face à cette revendication d’agir au nom de Dieu.

Ce terrorisme se nourrit d’une méconnaissance et d’une conception dévoyée de la religion ; de nombreuses personnes, de nombreuses communautés religieuses, chrétiennes, musulmanes et autres, en Irak, en Syrie, au Nigéria, au Pakistan, etc... sont victimes du même terrorisme. Ceux qui se réclament du Dieu de la vie doivent rester vigilants et solidaires, et toujours à nouveau protester, au nom de leur foi, contre ces actes et ces idées mortifères.

Strasbourg, le 8 janvier 2015

Action Chrétienne en Orient

Attentat à Charlie Hebdo : réaction du collectif Vivre Ensemble

Le collectif Vivre ensemble, rejoint par le Secours Islamique, a diffusé un communiqué dénonçant un "attentat meurtrier contre la liberté d’expression qui cherche à instaurer la peur et la division".

Capture écran du communiqué du collectif "Vivre ensemble", diffusé sur le site de la Cimade

Nous nous associons à la consternation et à l’élan de solidarité qui s’exprime face à l’assassinat des membres de l’équipe du magazine Charlie Hebdo et de deux agents des forces de l’ordre.

En premier lieu, nous voulons dire aux familles  et aux proches de l’ensemble des victimes que nous partageons leur douleur.

Cet attentat meurtrier contre la liberté d’expression qui cherche à instaurer la peur et la division atteint l’ensemble des citoyens de notre pays. Plus que jamais nous devons affirmer les principes qui fondent notre société, rejeter l’intolérance et montrer  qu’il n’y a pas d’autre voie contre la haine et la violence que le respect de l’autre et la solidarité.

Ensemble, et bien au-delà de nos associations, nous voulons plus que jamais construire un Vivre Ensemble fraternel, un monde où chacun a sa place.

Signataires :

ATD Quart Monde,
CCFD Terre Solidaire,
Emmaüs,
La Cimade,
Médecins du Monde,
le Secours Catholique,
le Secours Islamique

Attentat à Charlie Hebdo : "Gardons-nous des discours exaltant les peurs"

La prière d'intercession de ce mois nous vient de l'UEPAL, à la suite de l'attaque contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo, qui a fait douze morts. Elle nous appelle à veiller face "à la haine. Aux amalgames. Au découragement."

David Pope, dessinateur au Canberra Times en Australie, sur l'attaque de Charlie Hebdo : "He drew first" ("Il a dessiné le premier")

Je n’ai pas de colère dans mon cœur.
Mais une très profonde tristesse. Beaucoup de douleur. Et de la révolte. Ça oui.

J’ai mal à mon humanité.
J’ai mal à ma foi.
J’ai mal à mon espérance.

Cependant, partout, je vois des lumières qui s’allument.
Je vois des gens qui, au lieu d’être anéantis, se lèvent.

La terreur ne gagnera pas.
Les ténèbres ne souffleront pas la flamme qui brûle en l’humanité.

Il est temps, sans doute, d’entrer en résistance.

Résister absolument et sans transiger.
À la haine.
Aux amalgames.
Au découragement.

Veillons.
Veillons au discernement.
Redoublons d’attention à la paix toujours à consolider.
Portons hautes nos convictions.
Gardons-nous des discours exaltant les peurs.

Ce n’est pas une question d'unité nationale, mais de cause commune.

La fraternité est la seule voie possible
Au bout du compte, nous gagnerons.

« Nous sommes accablés par toutes sortes de détresses et cependant jamais écrasés.
Nous sommes désemparés, mais non désespérés, persécutés, mais non abandonnés,
terrassés, mais non pas anéantis » (2 Corinthiens 4 : 8-9)

En ce jour où 12 journalistes ont perdu la vie sous les balles d’une lâche inhumanité, nous, pasteurs, à cause de notre foi en Jésus, le Christ, prince de la paix faisons nôtres ces mots de nos collègues Anne-Sophie Guerrier-Hahn et Anne-Christine Hilbold-Croiset.

Stéphanie FERBER, Evelyne SCHALLER, Gérard RIESS

Fédération protestante de France (9 janvier)

Dans un communiqué de presse paru en ce jour (9 janvier), la Fédération protestante de France appelle ses membres à participer dimanche 11 janvier aux manifestations d’hommage aux victimes de l’attentat de Charlie Hebdo

Communiqué de presse

9 janvier 2015

En réponse à l’appel du Président de la République, je veux encourager les membres des Eglises, œuvres et mouvements de la FPF à se joindre à la marche républicaine qui aura lieu dimanche 11 janvier à Paris, mais aussi à toutes les initiatives identiques prévues partout en France.

L’élan de fraternité qui nous anime et la volonté de réaffirmer de façon solennelle notre attachement aux valeurs qui fondent la République doivent nous mobiliser.

La liberté de conscience, au principe même de la foi protestante et vécue au nom de Jésus-Christ, est imprenable.

Merci de manifester sans signe ostentatoire ni bannière.

François Clavairoly Président de la Fédération protestante de France

Communiqué de l'Aumôneries nationales des prisons

Le texte en pdf

Au lendemain de l’attentat perpétré dans les locaux du journal Charlie Hebdo qui a fait douze morts et onze blessés, nous voulons tout d’abord exprimer toute notre solidarité et notre sympathie aux victimes et à leur famille. 

Nous les aumôniers nationaux de prison, et au nom de tous les aumôniers qui quotidiennement franchissent les portes des prisons françaises, nous voulons redire et croire que la haine et la peur n’auront  pas le dernier mot dans notre pays.  

Nous continuerons à croire que si des paroles peuvent conduire à des actes monstrueux d’autres paroles peuvent contribuer à restaurer la paix et la fraternité parmi tous ceux que nous rencontrons. 

Les religions que nous représentons doivent continuer à œuvrer ensemble pour créer des ponts et briser les murs de séparation et d’incompréhension qui conduisent au rejet de l’autre. 

Au-delà du désespoir et des pleurs que ces drames engendrent, nous continuerons, à l’intérieur des murs des prisons, à témoigner que les religions ne doivent pas être utilisées ni comme instruments de division ni pour propager la haine, mais qu’elles sont sources d’espérance, et doivent être vécues pour porter un message d’amour, de paix et de réconciliation. 

La République laïque que nous servons est la garante de cette liberté de croire, prier et vivre nos convictions. Nous sommes conscients que cette liberté est fragile et nous appelons chacun à renforcer le dialogue, le partage et la solidarité avec l’autre là où il se trouve.

Le 9 janvier 2015

Marc ALRIC,
Aumônier national orthodoxe 

Brice DEYMIÉ,
Aumônier national protestant 

Moulay El Hassan EL ALAOUI TALIBI,
Aumônier national musulman

Fabienne GUILLAUME,
Aumônier national bouddhiste 

Vincent LECLAIR,
Aumônier national catholique

Eglise méthodiste de Grande Bretagne

Le pasteur Roy Crowder, responsable de l'équipe connexiale et de la mission en Europe au sein de l'Église méthodiste de Grande Bretagne, adresse un message empreint de sympathie aux membres de l'église méthodiste sur Paris.

"Nous vous exprimons notre profonde sympathie devant l'extrême cruauté et l'énorme anxiété  que ces incidents doivent générer chez tous vos compatriotes. Veuillez de notre part saluer les membres de vos communautés locales, leur partager nos préoccupations et les assurer de notre prière."

Pasteur Roy Crowder

DEFAP, IDEA ALLEMAGNE, FPF, correspondance, EEMNI

Charlie Hebdo: déclaration commune d'un cardinal et de plusieurs imams en France

Déclaration commune du cardinal Jean-Louis Tauran, président du Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux et d'un groupe d'imams de France en visite à Rome :

"Alors que prend fin la rencontre romaine des quatre imams de France, qui ont participé avec la délégation de la Conférence épiscopale française à l'Audience générale d’hier, les participants, choqués par l'odieux attentat qui, le 7 janvier 2015, a visé le siège de la publication Charlie Hebdo, désirent encore une fois s'associer aux paroles prononcées hier et ce matin par le pape François pour dénoncer la cruauté et la violence aveugle. Comme lui, nous invitons les croyants à manifester par l'amitié et la prière leur solidarité humaine et spirituelle envers les victimes et leurs familles.

Dans ces circonstances, il convient de rappeler que sans la liberté d'expression, le monde est en danger : il est impératif de « s'opposer à la haine et à toute forme de violence qui détruit la vie humaine, viole la dignité de la personne, mine radicalement le bien fondamental de la coexistence pacifique entre les personnes et les peuples, au­ delà des différences de nationalité, de religion et de culture » (François, 7 janvier 2015)."

Les responsables religieux sont appelés à promouvoir toujours davantage une « culture de paix et d'espérance », capable de vaincre la peur et de construire des ponts entre les hommes.

Considérant l'impact des moyens de communication, ils invitent leurs responsables à offrir une information respectueuse des religions, de leurs adeptes et de leurs pratiques, favorisant ainsi une culture de la rencontre.

Le dialogue interreligieux demeure la seule voie à parcourir ensemble pour dissiper les préjugés.

Son Ém. Cardinal Jean-Louis TAURAN, Mgr. Michel DUBOST, M. Tareq OUBROU, M. Azzedine GACI, M. Mohammed MOUSSAOUI, M. Djelloul SEDDIKI et le Père Christophe ROUCOU

Aleteia

Le COE condamne la tuerie à Charlie Hebdo

Dans les médias sociaux, le mot-dièse #JeSuisCharlie est utilisé pour exprimer la solidarité avec les journalistes visés par l'attentat, dans l'esprit de l'article 19 de la Déclaration universelle des droits de l'homme.

Réagissant à la mort de douze personnes lors d'une attaque armée perpétrée dans les bureaux parisiens de Charlie Hebdo, Georges Lemopoulos, secrétaire général intérimaire du Conseil œcuménique des Églises, a déclaré:

«L'attaque meurtrière qui a été perpétrée aujourd'hui à Paris à l'encontre du journal satirique Charlie Hebdo est une attaque perpétrée contre la vie humaine, la dignité humaine et les droits humains de toutes et tous. Le Conseil œcuménique des Églises rejette et condamne rigoureusement les justifications religieuses avancées, quelles qu'elles soient. Avec toutes les personnes dont la foi est authentique et toutes les personnes de bonne volonté, nous prions pour les victimes et leurs familles, pour que les auteurs de cet attentat soient jugés, pour que l'idéologie extrémiste qui a inspiré cet attentat soit écrasée et pour que l'indignation, si justifiée qu'elle soit, n'entraîne pas de représailles à l'encontre des musulmans et n'alimentent pas l'islamophobie.»

Églises membres du COE en France

Communiqué de la Fédération protestante de France

Communiqué des évêques orthodoxes de France

Introduction à un moment de silence et de prière observé au Centre œcuménique (en anglais)

07 janvier 2015

COE

Conférence des responsables de culte en France Déclaration après l'attentat contre Charlie Hebdo


CRCF

Déclaration lue le 8 janvier 2015 à 12h devant les journalistes rassemblés à la Mosquée de Paris à l’issue de la réunion périodique de la CRCF

-----

Nous venons d’observer ensemble la minute de silence décrétée par le président de la République.

Au lendemain de l’horrible attentat perpétré dans les locaux de Charlie Hebdo qui a fait 12 victimes et 11 blessés, nous voulons exprimer ici notre plus vive émotion et surtout notre affection et notre solidarité pour les victimes, leurs familles, leurs proches, leurs amis.

Nous les responsables de culte en France réunis aujourd’hui nous voulons en appeler à la fraternité. Nous en appelons à la conscience et à l’engagement de tous les citoyens de ce pays. Nous appelons chacun à s’associer dans cet esprit de fraternité au rassemblement organisé ce dimanche et au deuil national décrété par le président de la République mais aussi, nous demandons à nos fidèles, d’observer un temps de jeûne, chacun selon sa tradition.

Nous sommes unanimes dans la défense des valeurs de la République, liberté, égalité, fraternité, et en particulier, la défense de la liberté d’expression. Nous nous engageons à poursuivre cet élan de partage, de dialogue et de fraternité.

-----

Participaient à la réunion d’aujourd’hui : Mgr Georges PONTIER et Mgr Pascal DELANNOY (Conférence des Evêques de France) - Le pasteur François CLAVAIROLY et le pasteur Laurent SCHLUMBERGER (Fédération Protestante de France) - Le Métropolite Emmanuel et le Métropolite Joseph, ainsi que Carol SABA (Assemblée des Évêques Orthodoxes de France) – Monsieur le Grand Rabbin de France Haïm KORSIA et M. Joël MERGUI, président du Consistoire (Grand Rabbinat de France) - Le recteur Dalil BOUBAKER et M Anouar KBIBECH (Conseil français du culte musulman) - Mme Marie Stella BOUSSEMART et M. Olivier WANG-GENH (Union bouddhiste de France)

----- -----

La Conférence des Responsables de Culte en France (CRCF)

La CRCF a été créée le 23 novembre 2010. Elle regroupe six instances responsables du Bouddhisme, des Églises chrétiennes (Catholique, Orthodoxe, Protestante), de l’Islam et du Judaïsme. Cette initiative est justifiée par la volonté des responsables de culte en France d’approfondir leur connaissance mutuelle, par le sentiment de contribuer ensemble à la cohésion de notre société dans le respect des autres courants de pensée, et par la reconnaissance de la laïcité comme faisant partie du bien commun de notre société. 

FPF

Portes-Ouvertes : les libertés fondamentales mises à mal dans le monde


Photos © Portes Ouvertes

L'ONG protestante Portes Ouvertes tenait sa conférence de presse annuelle à Paris le mercredi 7 janvier à 11h pour faire état du niveau de persécution dont souffrent les chrétiens à la travers le monde. Au même moment, deux terroristes armés de fusils d'assaut ont fait feu en rafales et abattu 12 personnes, dont sept rédacteurs et dessinateurs de Charlie Hebdo. 

Ce drame qui a ému le monde entier tout comme le rapport annuel que publie Portes Ouvertes démontrent que les libertés fondamentales sont en danger de par le monde et que les atteintes n’épargnent aucun pays. Ils démontrent aussi la nécessité pour tous de monter en première ligne pour défendre les libertés (conscience, expression, religion) de partout et pour tous, c’est une question de vie et de survie, une question de dignité humaine.

Revue de presse - Editorial de Christian Willi, Le Christianisme aujourd'hui - Christian Willi montre que la défense de la liberté d'expression vaut pour tous. 

Attaque contre Charlie Hebdo: une liberté à géométrie variable?

L'onde de choc d'indignation suscitée par l'attaque contre Charlie Hebdo s'est propagée au monde entier. Après l'émotion, les questions, car il en va de l'avenir de la liberté d'expression.

Alors même que se produisait l'attaque contre Charlie Hebdo, l'ONG Portes Ouvertes présentait aux médias, à Paris aussi, l'index 2015 des chrétiens persécutés pour leur foi.D'un côté, des terroristes se réclamant de l'islam ont décidé de punir les blasphémateurs de Mahomet. De l'autre, on apprenait que sur les cinquante pays où les chrétiens sont le plus inquiétés, discriminés, persécutés ou exécutés pour leur foi, quarante sont musulmans. 

Le drame survenu dans les locaux de Charlie Hebdo a été condamné par tous, y compris les responsables des cultes musulmans et plusieurs Etats islamiques. Heureusement. Cette agression pose cependant plusieurs questions, aussi bien aux religions qu'aux tenants de l'Etat laïque.

Une liberté d'expression pour tous
En prenant immédiatement fait et cause pour la liberté d'expression dont a usé sans modération l'équipe de Charlie Hebdo, on risque d'oublier ceux qui se sentent offensés par ces illustrations. La liberté d'expression vaut pour les uns comme pour les autres. Les musulmans, les juifs et les chrétiens, moutons noirs de la presse satirique française ont eux aussi le droit d'exprimer leur indignation.La liberté de croyance (et d'incroyance) et d'expression ne peut pas être à géométrie variable. Elle vaut aussi bien pour les croyants que les non-croyants. Et chacun doit disposer des mêmes droits. N'en déplaise aux partisans d'une laïcité militante, désireux de museler toute parole religieuse dans l'espace public.

Tuer n'est pas croire
Pourtant, la violence ne peut et ne doit pas constituer une façon d'exercer la liberté de croire et d'expression. Ou de répondre à une autre liberté d'expression. Tuer n'est pas une façon d'exprimer sa foi. Les responsables musulmans modérés l'ont dit assez souvent, eux aussi. Il leur incombe de tirer les leçons de cette agression «dans la rue d'à côté». Qui au vu du nombre des persécutions de chrétiens dans le monde n'est cependant qu'un arbre cachant une forêt. Si l'islam n'est pas en guerre contre le reste du monde, s'il ne vise pas la soumission du monde -y compris par la violence- les musulmans sont les seuls à pouvoir le démontrer. Un premier pas a été franchi par la condamnation des actes terroristes au cours de ces derniers mois. L'engagement pour une liberté religieuse accordée aux non-musulmans dans les pays musulmans constitue sans doute le meilleur moyen de prouver sa bonne foi et d'éviter aux moins lettrés et aux plus violents d'user de violence au nom d'Allah.  

A l'heure de l'indignation unanime, nous avons tous intérêt à redécouvrir et à mettre en pratique cette phrase attribuée à Voltaire: «Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'au bout pour que vous puissiez le dire». .... 

Christian Willi
rédacteur en chef

Le Christianisme Aujourd'hui

Ce navigateur ne peut pas lire le fichier audio intégré.

Le combat est de tous les siècles. Portes Ouvertes le mène depuis 60 ans. Active dans 60 pays, l’ONG prend systématiquement la défense des chrétiens opprimés en leur apportant un soutien moral et spirituel, de l'aide d’urgence comme de l’aide juridique en cas de besoin. Elle base son action sur le célèbre article 18 de la Déclaration des Droits de l’Homme :

Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. 

Cette charte à portée universelle est loin d'être suivie : nombreux sont par exemple les pays dont les citoyens qui décident de changer de religion font l’objet de poursuites judiciaires. Portes Ouvertes est en première ligne pour faire reconnaître le droit des minorités chrétiennes persécutées à travers le monde.

PRENDRE SOIN DE LA LIBERTÉ RELIGIEUSE

« La liberté religieuse est un élément fondamental des droits de l’Homme et quand elle est attaquée, les autres libertés disparaissent très vite à leur tour. Il est inacceptable que les minorités chrétiennes connaissent la persécution aujourd’hui dans tant de pays.

Portes Ouvertes s’engage à se tenir aux côté de ces minorités. Portes Ouvertes souhaite que l’Eglise persécutée devienne une Eglise forte, une Eglise ayant le droit non seulement de survivre, mais aussi de vivre pleinement sa foi, et ce même si elle se trouve dans les pays les plus fermés du monde.

Le droit de choisir sa religion, donc de changer d’opinion et de croyance, est une liberté fondamentale défendue par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Ce droit doit être étendu à tous ceux qui, aujourd’hui, choisissent le christianisme, quelles que soient leur origine ethnique et leur nationalité. On constate que les chrétiens sont encore persécutés dans beaucoup de pays.

Ce sont des hommes et des femmes dont le seul crime est de croire en un autre Dieu et de vouloir exprimer une foi différente. C’est pourquoi notre mission a pour but de les soutenir, de les encourager à persévérer dans leur liberté de choix malgré l’environnement hostile dans lequel ils vivent. »

Michel Varton, directeur de Portes Ouvertes France 


RÉSULTATS INDEX MONDIAL DE PERSÉCUTION 2015 

DÉFINITIONS

Par persécution, Portes Ouvertes désigne toute hostilité envers une une personne en raison de son identification avec Jésus-Christ. Cette hostilité prend la forme de violences physiques et matérielles (effet marteau) que les médias rapportent volontiers, mais elle peut prendre aussi une forme plus insidieuse, parce qu’invisible : c’est toute l’oppression vécue au quotidien dans les différentes sphères de la vie sociale, familiale, professionnelle, dont on parle moins.

Avec ses équipiers et ses experts vivant au plus près du terrain, Portes Ouvertes a établi une nouvelle fois l’Index de la persécution 2015. Les chiffres de la persécution sont en nette augmentation , 5% de plus qu’en 2014. 

LES TENDANCES 

1. POUR LA PREMIÈRE FOIS, TROIS PAYS EN ZONE NOIRE.
La persécution augmente encore et le pire semble ne jamais atteindre son paroxysme. La Corée du Nord est en tête de l’Index Mondial de Persécution depuis 2002, totalisant à chaque fois plus de 86 points de persécution sur un total de 100 points. Elle atteint désormais 92 points et est suivie de près par la Somalie (90 points) et l’Irak (86 points). 

• Corée du Nord - 1ère position dans le classement depuis 13 ans 

Depuis 2002, et c’est encore le cas cette année, la Corée du Nord demeure le pays le plus répressif à l’encontre de la foi chrétienne. Le pays vient de connaître plusieurs purges à l’échelle nationale, au cours desquelles plus de 10 000 personnes ont été expulsées, arrêtées, torturées et/ou tuées à cause de leurs liens supposés avec Jang Song-Thaek, l’oncle de Kim Jong-Un. Des descentes de police ont également été menées contre les détenteurs de matériel illégal tel que DVD, CD et livres. Au lendemain de l’enlèvement et de l’arrestation du missionnaire sud-coréen Kim Jeong-Wook, des dizaines de personnes (chrétiens présumés) ont été arrêtées dont beaucoup ont été torturées et tuées. La Corée du Nord est ce pays où vous disparaissez à tout jamais, vous et votre famille, dès lors que vous avez été démasqués comme chrétiens. Les autorités font tout pour que le christianisme ne se développe pas.

• Somalie

Dans ce pays en pleine décomposition, des chrétiens ont été décapités sur les places publiques pour la simple raison qu'ils étaient chrétiens.

• Irak (3ème)- la survie de l’Eglise en danger 

En Irak, dans les régions aux mains du groupe Etat Islamique, comme à Mossoul ou dans la plaine de Ninive, toute présence chrétienne a quasiment disparu. Plus de 140 000 chrétiens ont quitté ces territoires pour se réfugier au Kurdistan ou à l’étranger. Ceux qui sont restés ont été contraints de se convertir à l’islam, faute de quoi ils sont mis à mort. Si l’Irak continue d’être parmi les pays en tête de l’Index Mondial de Persécution, c’est à cause de cette oppression qui pèse sur les chrétiens et de cette violence perpétrée par les islamistes radicaux. L’Irak reste donc à la 3ème place avec 86 points de persécution. En 2014, il en avait totalisé 78.

                    Enfants chrétiens décapités 

« Ils avaient moins de 15 ans. Ils ont été décapités par des djihadistes du groupe Etat Islamique parce qu’ils ont refusé de se convertir à l’islam. » C’est ce qu’Andrew White, vicaire de l’unique église anglicane d’Irak, a expliqué le 13 décembre dernier lors d’une interview1

« Ils leur ont dit : dites que vous allez suivre Mohamed. Les enfants ont répondu : non, nous aimons Jésus, nous avons toujours aimé Jésus, nous avons toujours suivi Jésus. Jésus a toujours été avec nous. Les djihadistes ont insisté pour qu’ils prononcent les phrases de conversion à l’islam. Les enfants ont refusé. Alors ils leur ont coupé la tête. Comment réagir à cela ? Vous pleurez. Ces enfants, ce sont comme mes enfants. C’est ce par quoi nous sommes passés et passons encore. » 

Décrivant la persécution des chrétiens et la brutalité du groupe Etat Islamique, Andrew White a ajouté : « il est impossible pour les chrétiens de survivre sous une telle tyrannie. » Andrew White est revenu au Royaume Uni après de possibles menaces de mort, mais compte retourner en Irak dès que possible. 

Source : Assyrian international News Agency, 13 décembre 2014 

2. QUATRE CONTINENTS CONCERNÉS.
Afrique, Asie, Amérique, Europe : la persécution contre les chrétiens s’intensifie encore (une augmentation de 5% d'une année à l’autre) et s’étend même dans des pays à majorité chrétienne comme le Mexique (38e) et le Kenya (19e). On constate une nouvelle hausse des points de persécution attribués à chaque pays. En 2014 on totalisait 3019 points pour les 50 pays de l’Index Mondial de Persécution. En 2015, on atteint le nombre de 3170. 

 Kenya (19ème) et Djibouti (24ème) - plus fortes progressions

Ces deux pays (avec le Mexique) ont vu leurs points de persécution augmenter de plus de 10 points par rapport à l’année dernière. Ils se retrouvent propulsés parmi les 25 premiers pays alors qu’ils étaient dans les 10 derniers du classement l’année dernière. 

Le Kenya est un pays à majorité chrétienne mais qui connaît une persécution grandissante dans certaines de ses régions en raison d’une radicalisation des zones musulmanes de ce pays. Inspirés par l’extrémisme islamique qui vient de Somalie, des hommes politiques à la tête de ces régions cherchent à éliminer toute présence chrétienne de leur territoire. Les fonctionnaires locaux qui ont un arrière-plan chrétien sont obligés de partir ou sont directement mutés hors de ces zones. Le Nord-Est du pays est également touché par l’extrémisme islamique. Des radicaux et des militants qui viennent de Somalie y persécutent fortement les chrétiens.

Djibouti est un petit pays rongé par la pauvreté, entouré par des pays qui figurent aussi dans l’Index Mondial de Persécution tels que l’Erythrée, l’Ethiopie et la Somalie. La pression qu’imposent les islamistes radicaux ne cesse d’augmenter. Le gouvernement montre également une attitude négative envers les chrétiens et les non-musulmans en général et il essaie de contrôler toutes leurs activités. L’islam que les radicaux cherchent à imposer est un islam ultraconservateur, à l’image du wahhabisme pratiqué en Arabie Saoudite et cet islam se répand déjà dans la société à une vitesse jamais vue jusqu’ici.

3. L’EXTRÉMISME ISLAMIQUE : PRINCIPAL MÉCANISME DE PERSÉCUTION.

C’est le cas dans 40 des 50 pays de l’index, que ce soit une persécution violente ou d’oppression. Sur les 10 pays où les chrétiens subissent le plus de violences, 8 connaissent une radicalisation islamique : Nigeria, Irak, Syrie, Centrafrique, Soudan, Pakistan, Egypte, et Kenya (les deux autres pays sont le Myanmar et le Mexique). La violence est à la fois physique et psychologique : les croyants éprouvent des pressions de leur famille et milieu et souffrent de discriminations au quotidien.

 Syrie (4ème) - la survie de l’Eglise en danger

En Syrie, alors que le pays comptait 1,8 million de chrétiens avant la guerre, il n’en reste plus qu’1,1 million. Cela signifie que depuis le début de la guerre en 2011, 700 000 chrétiens ont quitté le pays, dont 200 000 au cours de la seule année dernière. Aujourd’hui, la plupart des chrétiens ont fui les zones contrôlées par le groupe Etat Islamique. Sous l’influence grandissante des groupes djihadistes, la société se radicalise, particulièrement dans les zones contrôlées par ces djihadistes• Iran (7ème) - les chrétiens plus souvent emprisonnés.

Le pays a vu son total de points de persécution augmenter (de 77 à 80) suite à une intensification de la pression subie par les chrétiens, surtout par ceux qui sont en prison en raison de leur croyance. Les méthodes utilisées lors des interrogatoires sont devenues plus violentes. Davantage de peines de prison sont prononcées à l’encontre de chrétiens et les chefs d’accusations que l’on porte à leur encontre sont de plus en plus graves (par exemple « action contre l’Etat et contre l’ordre public ») même si par la suite, ils tendent à être abandonnés au profit d’accusations moins lourdes. Entre le 1er novembre 2013 et le 31 octobre 2014, au moins 75 chrétiens ont été arrêtés en raison de leur croyance. 

4. DE PLUS EN PLUS DE CHRÉTIENS CHASSÉS DE CHEZ EUX.
De nombreux chrétiens ont dû fuir la persécution, créant un flot sans précédent de réfugiés et de déplacés internes vivant dans une extrême précarité. En Syrie, 40% de la population chrétienne a quitté le pays. Sur les 1,8 million de chrétiens que comptait le pays avant la guerre, 700 000 sont partis. En Irak, l’été dernier, 140 000 chrétiens ont été déplacés et 5 000 familles chrétiennes ont émigré. Au Nigeria, des milliers de chrétiens ont été chassés de chez eux par Boko Haram. En Erythrée, ils quittent le pays pour échapper à la prison. On assiste à une véritable épuration religieuse dans ces pays sous l'influence des islamistes.


5. LES CHRÉTIENS DE PLUS EN PLUS MARGINALISÉS SOCIALEMENT ET CULTURELLEMENT. Cette année, le seuil d’entrée dans l’Index Mondial de Persécution est de 49 points de persécution (Koweït). L’année dernière, il était de 45 (Niger). Cette augmentation de points est en général liée aux pressions et discriminations familiales, sociales et culturelles vécues par les chrétiens au sein de leur société. Les 10 pays les plus touchés par ce type de persécution sont : la Somalie, la Corée du Nord, l’Afghanistan, les Maldives, l’Erythrée, l’Arabie Saoudite, le Yemen, l’Irak, l’Iran et la Libye.

• Le Soudan (6ème), l’Erythrée (9ème) et le Nigeria (10ème) situés dans les 10 premiers pays de l’Index Mondial de Persécution 

Le Soudan : pour la première fois depuis 10 ans, le Soudan, en 6ème place, fait partie des 10 pays classés en haut de l’Index Mondial de Persécution (il est passé de 73 à 80 points de persécution). Cette augmentation résulte d’une dégradation de la situation des chrétiens d’origine musulmane, alliée à une intensification de la violence à l’égard des chrétiens des Monts Nouba. Si auparavant, les chrétiens étaient plutôt ciblés individuellement, aujourd’hui, les attaques contre des groupes de chrétiens se multiplient. En 2014, plusieurs chrétiens ont été assassinés à cause de leur foi, aux moins 10 bâtiments appartenant à des chrétiens ont été attaqués, dont des églises, des écoles et des hôpitaux, et ce particulièrement dans les Etats du Sud Kordofan et du Nil Bleu. Plus de 30 chrétiens ont été tués lors de bombardements menés par le gouvernement. 

L’Érythrée fait de nouveau partie des 10 pays placés en haut du classement de l’index. Avec 79 points cette année, elle est classée 9ème alors qu’elle était 12ème l’année dernière avec 72 points. La pression subie par les chrétiens s’est encore aggravée surtout pour les membres des dénominations protestantes non traditionnelles, les orthodoxes qui choisissent de fréquenter une église protestante non traditionnelle et les chrétiens d’origine musulmane. Cette pression vient principalement du président Isaias Afewerki et de son gouvernement ainsi que des membres du Front Populaire pour la Démocratie et la Justice. En 2014, le gouvernement érythréen a de nouveau lancé une campagne de répression contre les chrétiens lors de laquelle 138 chrétiens et responsables d’églises ont été arrêtés. 47 ont été relâchés mais les autres sont toujours en prison, en toute illégalité. 

Le Nigeria se retrouve à la 10ème place de l’Index Mondial de Persécution pour la première fois. C’est le pays où les chrétiens subissent le plus de violence physique, allant du kidnapping au viol en passant par l’assassinat pour le simple fait d’être chrétien. En 2014, dans le Nord du pays, un grand nombre de chrétiens ont dû fuir et sont aujourd’hui déplacés à l’intérieur de leur pays ou réfugiés dans des pays limitrophes comme le Cameroun. Prenant exemple sur le groupe Etat Islamique, le groupe islamiste Boko Haram a également proclamé un califat. En 2014, Boko Haram a tué près de 4 000 personnes, des chrétiens pour la plupart. D’autres exactions sont le fait de bergers hausa et fulanis. De nuit ou de jour, ils descendent dans un village et ils attaquent avec cruauté des innocents, notamment des femmes et des enfants.

6. L’AFRIQUE DANS LA TORNADE.
C’est en Afrique et en particulier en Afrique sub-saharienne, que la persécution augmente le plus rapidement. Pour la troisième année consécutive, c’est un pays d’Afrique qui connaît la plus forte progression dans le classement. En 2013, il s’agissait du Mali, en 2014 de la Centrafrique et en 2015 du Kenya (de la 43ème place en 2014 à la 19ème en 2015). 

La situation dans d'autres pays 

• Mexique (38ème), Turquie (41ème) et Azerbaïdjan (46ème) - entrées dans l’index 

Le Mexique a déjà figuré dans l’Index Mondial de Persécution par le passé. Il en était sorti en 2007. Il revient cette année à la 38ème place avec 55 points de persécution (soit 10 points de plus que l’année dernière). Il fait partie des pays où la situation s’est le plus aggravée pour les chrétiens en 2014. Ce retour dans l’Index Mondial de Persécution est la conséquence de la progression des réseaux de banditisme organisé et de la multiplication de faits violents à l’encontre des chrétiens. Ces dernières années, la plaque tournante du trafic de drogue et l’activité criminelle qui lui est inhérente se sont déplacées de la Colombie vers l’Amérique Centrale et le Mexique. Les organisations criminelles s’en prennent aux chrétiens pour leur extorquer de l’argent mais aussi parce que les chrétiens offrent aux jeunes une alternative. Entre le 1er novembre 2013 et le 31 octobre 2014, au moins 15 chrétiens ont été assassinés. Dans les tribus indigènes, ceux qui abandonnent les croyances traditionnelles pour se convertir au christianisme font l’objet de violences. Leurs maisons sont détruites et des centaines d’entre eux ont été chassés de chez eux. 80 cas d’agressions physiques ont été rapportés dans les Etats du Sud du pays. 

La Turquie, absente de l’index depuis 2013, fait de nouveau partie des 50 pays où les chrétiens sont le plus persécutés. Avec un total de 52 points de persécution, elle se place 41ème. Elle doit son retour à la persistance de restrictions légales, aux commentaires antichrétiens de fonctionnaires du gouvernement, à l’hostilité de la société en général à l’égard des chrétiens, mais aussi à la montée d’un islam plus rigoriste. Les chrétiens doivent vivre au sein d’une société qui les surveille de plus en plus. Les chrétiens d’origine musulmane sont les chrétiens les plus rejetés, et subissent de fortes pressions pour revenir à l’islam. Quelquefois ils sont aussi maltraités physiquement. Seules deux dénominations sont reconnues : l’Eglise Orthodoxe Grecque et l’Eglise Apostolique Arménienne, qui ne regroupent que 70 % des chrétiens du pays. La législation turque interdit à ces deux dénominations de former de nouveaux prêtres dans leurs séminaires. Pas moins de 4 églises ont été attaquées entre le 1er novembre 2013 et le 31 octobre 2014. Un complot visant à assassiner Bartholomée 1er, l’actuel primat de l’Eglise Orthodoxe de Constantinople, a été déjoué en mai 2014 et le 2 juillet 2014, un groupe d’hommes ont pénétré dans l’église catholique romaine de Saint Stéphanos à Yesilköy, dans la ville d’Istanbul, et y ont insulté et agressé des chrétiens. Un responsable de l’église a appelé à l’aide des policiers qui se tenaient non loin mais ils ne sont pas intervenus. 

L’Azerbaïdjan : Le pays totalise 50 points de persécution et se classe 46ème. De moins en moins d’églises ont le droit de continuer leur activité. Toute activité religieuse non déclarée est punissable par la loi, et les amendes pour ceux qui transgressent la loi sont très élevées. Dans le même temps, il est quasi impossible d’arriver à faire enregistrer son église auprès des autorités. Le gouvernement du pays cherche à restreindre toute expression publique de la religion qu’il considère comme une menace pour le régime. De nombreux chrétiens n’arrivent pas à trouver un emploi ou à le garder et ils sont étroitement surveillés par les services secrets. 

• Inde (21ème) et Malaisie (37ème) : la situation des chrétiens se dégrade 

Inde : Avec l’élection de Narendra Modi, du parti fondamentaliste Bharatiya Janata Party (BJP), au poste de premier ministre en mai 2014, la situation des chrétiens et des autres minorités religieuses est de plus en plus difficile. Les fondamentalistes hindous qui s’en prennent aux musulmans et aux chrétiens bénéficient d’encore plus d’impunité que par le passé. Il ne se passe pas une semaine, voire une journée sans que des cultes soient interrompus et des pasteurs et des chrétiens agressés. Cette persécution touche toute l’Inde, même si de plus en plus de cas sont enregistrés dans les régions du sud. Les bouddhistes radicaux de Ladakh, les néo-bouddhistes de Maharashtra et de l’Uttar Pradesh, ainsi que les sikhs radicaux du Pendjab ont eux aussi leur part de responsabilité dans les violences confessionnelles. 

Malaisie : Considérée autrefois comme un pays libéral, la Malaisie est en train de devenir rapidement un endroit dangereux pour les chrétiens. Elle occupe cette année la 37ème place (elle était 40ème en 2014) avec 55 points de persécution alors qu’elle n’en avait que 49 l’année dernière. L’attitude du gouvernement envers les chrétiens et les autres minorités religieuses s’est durcie et les pressions subies par les chrétiens dans leur vie privée, familiale et ecclésiale se sont renforcées. Les faits violents ont également augmenté au cours de l’année passée. Les chrétiens d’origine musulmane sont particulièrement pris pour cible. Les membres de leur famille et de leur communauté culturelle les isolent et leur font subir toutes sortes de pressions pour qu’ils reviennent à l’islam. Les observateurs sur place font état d’une rapide islamisation de la société. 

• Le combat des chrétiens ouïgours et tibétains en Chine (29ème) 

La Chine occupe le 29ème rang de l’Index Mondial de Persécution 2015, soit une augmentation par rapport à l’index 2014 où elle se classait 37ème.
Ces dernières années, la situation des chrétiens en Chine s’est considérablement améliorée. Cependant, un petit nombre de chrétiens ouïgours et tibétains d’origine musulmane, ainsi que des chrétiens dans le reste du pays, rencontrent des restrictions dans la pratique de leur foi. Les chrétiens sont également davantage persécutés dans leur vie ecclésiale. 

En 2014, davantage d’églises ont été surveillées et harcelées, particulièrement dans la province du Zhejiang. Les autorités locales y ont lancé une campagne contre les structures religieuses, et particulièrement les églises. Certaines ont été totalement détruites et des croix ont été arrachées. 

• Maroc, Bahrein et le Niger : situations toujours critiques 

Ces trois pays sont sortis de l’index, mais cela ne signifie pas que la situation des chrétiens s’est améliorée. Leur nombre de points de persécution est sensiblement le même que l’année dernière. Cependant, la persécution étant de plus en plus intense, les pays faisant partie de l’index obtiennent des points de persécution de plus en plus élevés (le 50ème pays en 2014 se situait à 45 points de persécution, le 50ème pays en 2015 obtient 49 points de persécution.


Les chiffres de la persécution

(du 1er novembre 2013 au 31 octobre 2014)

Les chiffres ci-dessous sont probablement en dessous de la réalité. De nombreux assassinats sont très certainement passés sous silence car ils ont lieu dans des endroits trop isolés, dangereux ou difficiles d’accès (comme en Syrie, en Irak, au Nigeria, au Cameroun, en Centrafrique, au Myanmar et en Corée du Nord). Cependant, ils montrent que le meurtre de chrétiens en raison de leur identification à Jésus-Christ est une dramatique réalité aujourd’hui. 

En 2014, l’équipe de recherche de Portes Ouvertes a compté : 

- Au moins 4 344 chrétiens assassinés pour des raisons liées à leur croyance, soit deux fois plus que l’année dernière (en 2013, ils étaient 2 123 et en 2012, 1 201) 

- Au moins 1 062 églises visées dans le but de les détruire, de les endommager ou de les fermer (en 2013, on en avait compté 1 111) 

Les 10 pays où les églises ont été les plus ciblées


NOMBRE DE CHRÉTIENS TUÉS 

C’est au Nigeria qu’on a assassiné le plus de chrétiens en raison de leur croyance l’année dernière. Ce nombre (2 484) a été multiplié par 4 par rapport à l’année précédente (612). 

Les 10 pays où ont eu lieu le plus grand nombre d’assassinats de chrétiens en 2014 

Le Kenya, l’Égypte et la Syrie font toujours partie des pays où le sang des chrétiens coule le plus. On constate aussi qu’en Centrafrique, beaucoup de chrétiens ont perdu leur vie dans les attaques des sélékas et des anti-balakas. En ce qui concerne la Corée du Nord, nous n’avons aucun point de comparaison, car l’accès aux informations dans ce pays est trop aléatoire. 

1. Les données présentées combinent les informations récoltées sur le terrain par nos chercheurs et les informations récoltées dans la presse et sur internet par notre équipe de veille informative. 

Les tendances pour l’avenir

  • Le danger du laïcisme intolérant : comme de nos jours, beaucoup de conflits proviennent de groupes religieux, on a toujours plus tendance à considérer le religieux comme dangereux et à le reléguer à la sphère privée. Les divisions et les clivages risquent de s'accroître dans la société.
  • L’effet à long terme de l’État islamique : avec le retour des djihadistes dans leurs pays d’origine se pose le risque d’attentats. Avec un effet positif peut-être : il se peut que les musulmans modérés vont défendre le droit des chrétiens de vivre leur foi.
  • Deux pays sont à surveiller, la Chine et l’Inde (qui représentent à eux seuls 40% de la population mondiale) : le gouvernement chinois ne sait pas quoi faire de cette église en pleine croissance (80/100 millions de chrétiens supposés). L’Inde compte à présent un gouvernement soutenu par un parti hindou extrémiste qui vient d’édicter une loi anti-conversion.

#indexdepersecution2015 

 Accès à toute la documentation de Portes Ouvertes sous https://www.portesouvertes.fr/persecution-des-chretiens/


Dossier préparé par EEMNI à partir des ressources fournies par Portes Ouvertes

Attentat contre Charlie Hebdo: réactions du CNEF et de la FPF

Le Conseil national des évangéliques de France réagit à l'attentat perpétré contre la rédaction de Charlie Hebdo

L'inqualifiable attentat de ce midi contre la rédaction du journal Charlie Hebdo attriste les membres du CNEF, horrifiés par ce fanatisme.

Nos pensées vont d'abord vers les journalistes assassinés ou blessés et les policiers qui ont été tués en essayant de les protéger. Nous exprimons notre solidarité avec les familles et les collaborateurs et nous les assurons de nos prières. Rien ne peut justifier ces actes barbares qui font fi de la dignité de la vie humaine et de toutes nos valeurs républicaines.

Comme l'indique déjà la constitution de 1789, « la libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux des hommes ».

Les membres du CNEF sont particulièrement attachés à ces valeurs précieuses, si malmenées aujourd'hui.

Le CNEF est mobilisé et plus que jamais déterminé à défendre la liberté de conscience et son corollaire, la liberté d'expression pour tous. 

Attentat à Charlie hebdo : réaction de la Fédération protestante de France

Texte en pdf

Au moment où un horrible attentat perpétré dans les locaux du journal Charlie Hebdo a fait au moins 12 victimes dont 10 journalistes et deux policiers, nous voulons exprimer ici notre plus vive émotion et surtout notre affection et notre solidarité pour les victimes, leurs familles, leurs proches, leurs amis.

Au nom du protestantisme français, nous exprimons notre révolte et nous condamnons cet acte odieux qui touche nos coeurs et nos consciences.
Jamais nous ne laisserons des hommes être ainsi lâchement assassinés sans réagir, ni rappeler combien la vie humaine est précieuse aux yeux de Dieu, et nous affirmons qu’aucune justification n’a de raison d’être à cet égard qui pourrait se prévaloir d’une religion quelle qu’elle soit.

Nous redisons que la République laïque et ses valeurs, notamment la liberté de conscience, la démocratie et la liberté de la presse demeurent pour nous au fondement de notre vivre ensemble.

François Clavairoly
Président de la Fédération protestante de France

Voeux 2015 du CPDH

« Tu me fais connaître le sentier de la vie ». Psaume 16 v. 11

Chers amis,

Ce « sentier de la vie » que le roi David peut trouver grâce à Dieu, n’est pas sans rappeler le « chemin étroit » dont nous parle Jésus, dans l’évangile de Matthieu (chapitre 7 v. 14) : « spacieux est le chemin menant à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là, mais étroite est la porte, étroit le chemin menant à la vie, et il y en a peu qui le trouvent ».

Au CPDH, nous croyons que c’est Dieu seul qui peut indiquer « le sentier de la vie » et notre plus cher désir, en ce début d’année 2015, c’est que chacun d’entre nous puisse en témoigner parmi ses proches puis collectivement ou individuellement auprès des autorités qui nous gouvernent. En 2015, le CPDH, dont le but est de promouvoir une éthique basée sur la Bible, sera à l’œuvre à vos côtés pour vous aider à mieux comprendre les enjeux des projets de lois, des débats de société ou des choix politiques complexes qui sont devant nous, allant – en ce début d’année - des pressions exercées par les promoteurs de l’euthanasie, au sort réservé aux migrants, en passant par la défense de la liberté d’expression et de conscience en Europe.

C’est donc à celui qui seul peut nous faire connaître « le sentier de la vie » que je veux vous confier et confier notre pays en ce début d’année. Soyez bénis.

Très fraternellement,

Franck Meyer
Président du CPDH

A l’agenda du CPDH pour le mois de janvier 2015 :

  • Du 11 au 18 janvier 2015 : semaine universelle de prière organisée par l’Alliance évangélique mondiale et relayée par le Conseil national des Evangéliques de France (CNEF). Thème : la prière du Notre Père. Le 14 janvier le texte proposé sera le suivant : « Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel …» Matthieu 11 v. 10b. « Lorsque nous prions : «Que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel », nous prions que la volonté de notre Père qui est aux cieux devienne la nôtre, et non l’inverse. Nous demandons aussi qu’elle l’emporte et s’accomplisse dans ce monde aussi bien que dans le monde à venir. » (Guide de la semaine de prière). Prions pour notre pays ce soir-là et intercédons en sa faveur.

  • Lundi 19 janvier : action de soutien au recours des « maires pour l’enfance » auprès du conseil d’Etat, pour le respect de la liberté de conscience des maires dans la mise en œuvre de la loi de « mariage et d’adoption pour tous ». Le CPDH invitera tous les conseillers municipaux chrétiens à soutenir ce recours (surveillez votre boîte mail !).

  • Mercredi 21 janvier : le collectif "soulager mais pas tuer" appelle à une journée nationale de mobilisation contre l'euthanasie et en faveur des soins palliatifs. Cette mobilisation se tiendra le jour même où les députés seront rassemblés pour un débat déterminant sur l'opportunité d'une nouvelle loi sur la fin de vie, débat demandé par François Hollande le 12 décembre lors de la réception du rapport Claeys-Leonetti. Cette journée se traduira par des initiatives multiples, dans toute la France, et un rassemblement dans la capitale, à proximité de l'Assemblée nationale. Le CPDH vous tiendra informés.

  • Jeudi 22 et vendredi 23 janvier : « liberté, égalité, laïcité », convention nationale du CNEF. Le CPDH y tiendra un stand.

  • Samedi 24 janvier : convention nationale des délégués régionaux de « la manif pour tous », à Paris. Le CPDH sera représenté.

CPDH

Nouvelle vague de violence à l’Est du Congo (RDC)



L'évêque Gabriel Unda Yemba en charge de l'Est du Congo appelle à la prière en faveur des victimes d'exactions de la part de rebelles.

Aux alentours de la ville de Beni située au Nord-Est de la République démocratique du Congo, il y a eu une nouvelle vague de violence. L’évêque EEM Gabriel Unda Yemba, en charge de l'Est du Congo, a indiqué qu’en décembre un groupe de rebelles venu de l'Ouganda avait attaqué les villages de Kamango, d’Oicha et de Mbawu. Entre autres choses, une famille méthodiste de quatre membres a été tuée à coups de machette.

Les habitants de la région, dont beaucoup de femmes et d’enfants, s’enfuient vers la ville la plus proche Beni et les communautés méthodistes sont surpeuplées de personnes qui ont dû quitter leur maison parce que l'armée congolaise était incapable de les protéger. Les communautés font de leur mieux pour aider les gens et l’éveilue Unda demande donc la prière pour les personnes concernées. De toute urgence sont nécéssaires de la nourriture et des lieux d’hébergement pour les réfugiés, car beaucoup n’ont aucun accès aux services de base.

Pensez à prier à nos frères et sœurs de l'Est du Congo! Ceux qui veulent faire un don peuvent le faire en ligne www.connexio.ch/spenden avec la mention « Congo-Est".

Source : Connexio, évêque Gabriel Unda Yemba

emkni

Le Défi Michée : Bonne année à tous ! En 2015 : Visons Plus Haut !

image001

Chers amis du Défi Michée,

Nous vous souhaitons une excellente année 2015 sous le regard de notre Seigneur !

Comme vous le savez, nous avons terminé l’année 2014 avec la campagne EXPOSED – Pleins feux sur la corruption et le G20 de novembre.

L’année 2015 sera une année charnière pour le développement du monde, pour la lutte contre la pauvreté et la construction d’un avenir durable pour tous. C’est pour cela que le Défi Michée veut sensibiliser les chrétiens sur les enjeux de l’année qui débute, notamment dans le cadre de la campagne internationale Action/2015 (www.action2015.org).

Trois événements internationaux majeurs ponctueront 2015 : la conférence sur le financement du développement en juillet, le sommet des Nations-Unies en septembre avec le vote des Objectifs de Développement Durable (ODD) successeurs des OMD, et la conférence des parties (COP 21) sur le changement climatique en décembre.

Notre objectif en termes de plaidoyer, est d’obtenir des accords et des objectifs de développement ambitieux pour le futur. Cette nouvelle campagne s’intitule donc : « 2015 : Visons Plus Haut ».

Nous vous proposons alors de vous mobiliser avec nous pour cette année décisive !

Des vœux de début d’année de plusieurs parrains du Défi Michée ont porté sur ces sujets, vous pouvez maintenant à votre tour participer sur les réseaux sociaux.

Un « arbre à souhaits » virtuel sera lancé sur Facebook et Twitter le 15 janvier prochain! Le but est simplement d’exprimer quels sont vos souhaits pour le développement et comment vous imaginez un monde meilleur. Vous pouvez laisser un message, une photo ou une vidéo sur la page Défi Michée, en utilisant #action2015 #VisonsPlusHaut, comme dans la photo d’exemple.

Le Défi Michée fête également ses 10 ans d’action cette année ! Vous êtes tous invités à répondre à un sondage par internet disponible sur http://goo.gl/OwUwXi. S’en suivra un colloque et un concert en mai/juin 2015 pour célébrer cet anniversaire mais aussi faire le bilan des Objectifs du Millénaire pour le Développement à travers l’analyse du sondage et réfléchir aux futurs Objectifs de Développement Durable.

Nous déclinerons encore l’importance de l’année 2015 par divers événements et mobilisations : des actions photos, une semaine de prière et bien d’autres choses.

Pour participer :

www.facebook.com/micahchallengefrance

@defimichee / @exposedcampaign / #corruption / #transparence

 DÉFI MICHÉE