SEL: la faim n'est pas une fatalité - Des solutions existent

raison7

La faim dans le monde. 

Quelles sont les solutions ? Peut-on agir durablement ? Et comment ?
Découvrez dans cette infographie, la 7ème et dernière raison de partager son pain avec celui qui a faim : La faim n'est pas une fatalité.

Les problèmes sont là… les solutions aussi !

805 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde : c’est une réalité aux nombreuses facettes avec des conséquences dramatiques dans les différents domaines de la vie des personnes qui en souffrent.

La bonne nouvelle c’est que pour chacun des thèmes sur lesquels le SEL a attiré l’attention, des solutions existent. En Afrique francophone subsaharienne, le SEL soutient l’action de structures chrétiennes locales qui sensibilisent, accompagnent, mettent en place des projets agricoles ou de soutien alimentaire. Pour les bénéficiaires de leur travail, la faim recule.

Des ressources naturelles à valoriser

Des végétaux riches en nutriments facilement accessibles localement à moindre coût sont utilisés par certains partenaires du SEL.

Le Moringa Oleifera, originaire d’Inde, s’est très bien adapté au climat tropical et résiste bien à la sécheresse. Ses feuilles contiennent 7 fois plus de vitamines C que les oranges, 4 fois plus de vitamines A que les carottes et 4 fois plus de calcium que le lait. Utilisé en complément alimentaire, il lutte efficacement contre la malnutrition.

La spiruline est une algue riche en protéines (60% de sa composition) et en divers vitamines et sels minéraux. Elle se cultive dans des bassins aquatiques peu profonds exposés au soleil à une température entre 30 et 35 degrés. Elle permet de lutter contre la malnutrition et les carences protéiques.

Les partenaires du SEL sont à l’œuvre

Depuis 1986, les partenaires du SEL pour les projets de soutien alimentaire (Ticket-Repas) ont accompagné des milliers d’enfants. Le SEL soutient actuellement 38 projets de ce type dans 12 pays. Ce sont des actions « sur mesure » qui prennent la forme que chaque structure chrétienne locale, partenaire du SEL et responsable de leur mise en œuvre, a jugé la plus adaptée à la situation : cantines scolaires ou préscolaires, orphelinats, distribution de vivres, réhabilitation nutritionnelle. En France, le SEL propose à ceux qui le souhaitent de donner 16 euros par mois pour le soutien d’un de ces projets.


SEL