SEL: 7 bonnes raisons de partager son pain avec celui qui a faim !

Même si le nombre de personnes souffrant de la faim a diminué de 17% depuis les années 1990, 14% de la population mondiale sont encore concernés par ce fléau soit 842 millions de personnes (source : FAO). Le SEL veut attirer l’attention sur 7 bonnes raisons de partager son pain avec celui qui a faim.

Raison n°1 : Les conséquences d’une carence alimentaire avant 2 ans sont irréversibles.

Les 1000 premiers jours de la vie d’un enfant sont déterminants pour sa croissance. Durant cette période, il est plus vulnérable aux infections, ses besoins nutritionnels sont plus importants et sa survie dépend entièrement de son entourage. Un enfant malnutri souffrira d’un retard de croissance qui aura des conséquences à long terme dans sa vie. C’est dès la grossesse que les besoins nutritionnels d’un enfant demandent à être satisfaits.

Les enfants souffrant de malnutrition vivent principalement en Afrique sub-saharienne et en Asie du Sud.

Les carences alimentaires ont des conséquences catastrophiques : par exemple, une carence en vitamine A peut entraîner la cécité ; une carence en zinc augmente le risque de diarrhées, de pneumonie, de paludisme ; une carence en iode peut causer des retards mentaux graves.

Si une bonne nutrition dans les premières années de la vie a des conséquences bénéfiques sur le reste de la vie d’une personne, on estime qu’un retard de croissance dans les premières années de la vie engendre une perte de revenus d’environ 20% à l’âge adulte.

Certaines mesures simples peuvent aider à améliorer la situation comme l’allaitement dès la naissance ou la diversification de l’alimentation de l’enfant à partir de 6 mois. Mais il est aussi nécessaire de travailler plus globalement à la réduction de la pauvreté.

Le SEL finance des projets de soutien alimentaire (Ticket-Repas) destinés principalement aux enfants et aux jeunes. Certains projets concernent des enfants en bas-âge ainsi que leurs mères. Ils sont mis en œuvre par des structures chrétiennes locales. Ces projets font une différence vitale pour ces enfants.

Le SEL lance une campagne choc pour sensibiliser au drame de la faim et cherche 300 personnes prêtes à « partager leur pain » en donnant pour des projets de soutien alimentaire (Ticket-Repas). http://partagetonpain.com/ 


4 juin 2014

SEL