Le temps des Synodes (EPUdF - FEEB)


epudf

L'ensemble des délégués laïcs et pasteurs au Synode de l'EPUdF à Valence du 29 mai au 1er juin 2014

La saison est aux Synodes dans chaque Union d'église. Nous faisons écho successivement au Synode de l'Église protestante unie de France (EPUdF) et à celui de la Fédération des Églises évangéliques baptistes de France (FEEB) et aux voeux formulés à cette occasion.

EPUdF Vœu n° 1 - Accueil des réfugiés

Le 28 mai 2014, deux camps d’exilés (Syriens, Afghans, Erythréens...) ont été démantelés à Calais au mépris de la circulaire du 26 août 2012, c’est-à-dire sans diagnostic préalable, sans concertation avec les Associations, sans solution humaine.

La situation de Calais dure depuis une vingtaine d’années, malgré les nombreuses alertes de la part des Eglises, fédérations d’Eglises et Associations. Cet événement est la partie visible de l’iceberg, la politique d’accueil des étrangers n’est pas conforme aux traditions de la République, ni à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Les décisions précautionneuses qui se sont succédées, faites pour satisfaire les uns puis les autres, produisent le contraire de ce qui est demandé, annoncé et souhaitable ; ces politiques sont ruineuses, ces décisions sont inhumaines (campements de fortune, situation sanitaire fortement dégradée, clandestinité mortifère). L’accueil des réfugiés syriens, limité à 500 personnes, est un autre exemple de ces politiques que nous appelons à changer.

C’est pourquoi le Synode national de l’Eglise protestante unie de France réuni en Avignon du 29 mai au 1er juin 2014, charge le Conseil national de l’Eglise protestante unie de France et au Conseil de la Fédération protestante de France de demander au Premier Ministre et au Ministre de l’Intérieur de mettre en place une politique généreuse et réaliste d’accueil et d’hospitalité, étayée sur l’expertise des Associations :

  • pour informer et accompagner les étrangers qui arrivent sur notre territoire ou qui ne veulent que le traverser ;
  • pour la mise en place d’hébergements d’urgence ; 
  • pour simplifier et faciliter les procédures de demande d’asile ;
  • pour mettre en place avec le Royaume Uni des conventions permettant des passages officiels sans prises de risques.

Le Synode national demande en outre au Conseil national de diffuser ce texte à toutes les Eglises locales de l’Eglise protestante unie de France. 

Synode de l’EPUdF à Valence

Grandir dans la communion et la solidarité

Le Synode national a tenu sa session annuelle à Avignon du 29 mai au 1er juin 2014. Les deux cents délégués représentaient les dix Régions de l’Eglise protestante unie de France et des invités venus de France et de plusieurs Eglises en Europe.

Dans son message d’ouverture le pasteur Laurent Schlumberger a notamment rappelé le travail accompli depuis un an, après la naissance de l’Eglise protestante unie de France, célébrée en 2013 à Lyon.
Le Synode national a anticipé la décision de la mise en place d’une région unie luthérienne et réformée Est-Montbéliard dès le 1er juillet 2014.

Les trois intervenants le professeur Ermanno GENRE, Madame Geneviève JACQUES, le pasteur Jean-Marc POTENTI ont débattu lors de la soirée publique On n’est pas Eglise tout seul ! Chacun a insisté sur la nécessité d’être Eglise ensemble auprès des migrants, dans le dialogue œcuménique et entre les Eglises.

Dans ce sens, le Synode national a voté un vœu de soutien auprès des refugiés à la suite du démantèlement des deux camps à Calais, le 28 mai dernier. Il a interpellé les autorités publiques pour mettre en place « une politique généreuse et réaliste d’accueil et d’hospitalité, étayée sur l’expertise des associations » (texte intégral au verso).

Le Synode national a validé un important chantier financier sur les cinq ans à venir, intitulé Responsables et solidaires. Il a préconisé une campagne d’animation financière, une évolution de la gestion immobilière et la création d’un fonds « témoignage et développement ».

Durant son message, le pasteur Laurent Schlumberger a évoqué plusieurs fois le Synode de l’Eglise confessante allemande réuni 80 ans plus tôt, dans la ville de Barmen. Cette Eglise, qui fut l’une des rares à résister à Hitler, écrivit une déclaration solennelle contestant l’idéologie nazie, déclaration qui est toujours un texte de référence pour les protestants européens.

Il a notamment appelé l’Eglise d’aujourd’hui à se laisser interpeller par les préoccupations de ses contemporains et à être semeuse de confiance. A la suite des élections européennes, il a déclaré que : « la forte hausse du vote d’extrême-droite doit conduire à une vigilance sans faille. Cette vigilance concerne aussi, et spécifiquement, les chrétiens. Fondés dans l’Evangile de Jésus- Christ, nous avons la conviction que Dieu pose sur chaque être humain un regard d’amour inconditionnel. Chacun est bienvenu sur cette terre, chacun a besoin d’y être accueilli, chacun est appelé à contribuer à la construction d’un monde vraiment humain. Oui, cette vigilance, cette lucidité confiante fait partie de notre foi et elle nous appelle, tout particulièrement aujourd’hui, à l’engagement. »

Lors du culte final au temple St-Martial d’Avignon, le Synode a accueilli onze nouveaux pasteurs ainsi que trois enseignants en théologie.

La déclaration théologique de Barmen

1. Je suis le chemin et la vérité et la vie, personne ne va au Père si ce n’est par moi. (Jn 14, 6)

« En vérité, en vérité je vous le dis, celui qui n'entre pas par la porte dans l’enclos des brebis, mais qui escalade par un autre côté, celui-là est un voleur et un brigand (...). Je suis la porte : si quelqu'un entre par moi, il sera sauvé. » (Jn 10, 1-9)

Jésus-Christ, selon le témoignage de l'Ecriture Sainte, est l'unique Parole de Dieu. C'est elle seule que nous devons écouter ; c'est à elle seule que nous devons confiance et obéissance, dans la vie et dans la mort.

Nous rejetons la fausse doctrine selon laquelle, en plus et à côté de cette seule Parole de Dieu, l'Eglise pourrait et devrait reconnaître d'autres événements et pouvoirs, personnalités et vérités, comme Révélation de Dieu et source de sa prédication.

2. Le Christ Jésus est devenu pour nous sagesse venant de Dieu, justice, sanctification et délivrance (1 Co 1, 30)

De même que Jésus-Christ nous communique de la part de Dieu la pardon de tous nos péchés, de même il est également la puissante interpellation de Dieu qui revendique notre vie tout entière ; en lui nous advient une joyeuse libération des entraves impies de ce monde pour un service libre et reconnaissant parmi ses créatures.

Nous rejetons la fausse doctrine selon laquelle il y aurait des domaines de notre vie dans lesquels nous n'appartiendrions pas à Jésus-Christ mais à d'autres seigneurs et dans lesquels nous n'aurions plus besoin de justification et de sanctification.

3. Confessant la vérité dans l’amour, nous grandirons à tous égards vers celui qui est la tête, Christ, par lequel tout le corps est uni. (Eph 4, 15-16)

L'Eglise chrétienne est la communauté des frères dans laquelle Jésus-Christ présent agit comme Seigneur, par le Saint-Esprit, dans la Parole et les Sacrements. C'est au milieu même du monde pécheur que, par sa foi et son obéissance, par son message et par ses institutions, elle doit confesser, Eglise des pécheurs sauvés par grâce, qu'elle n'appartient qu'à lui seul et qu'elle vit et voudrait vivre uniquement de la force qu'il donne et de ses enseignements dans l'attente de son retour.

Nous rejetons la fausse doctrine selon laquelle l'Eglise pourrait abandonner le contenu de son message et son organisation à son propre bon plaisir ou aux courants successifs et changeants de convictions idéologiques et politiques.

4. Vous le savez, les chefs des nations les tiennent sous leur pouvoir et les grands sous leur domination. Il ne doit pas en être ainsi parmi vous. Au contraire, si quelqu’un veut être grand parmi vous, qu'il soit votre serviteur. (Mt 20, 25-26)

S'il y a différentes fonctions dans l'Eglise, aucune d'entre elles ne doit dominer les autres, car toutes doivent concourir à l'exercice du ministère confié à la communauté toute entière.

Nous rejetons la fausse doctrine selon laquelle l'Eglise pourrait, en dehors de ce ministère, se donner ou se laisser donner un chef muni de pouvoirs dictatoriaux.

5. Craignez Dieu, honorez le roi. (1 Pi 2, 17)

L'Ecriture nous dit que selon l'ordre voulu par Dieu, l'Etat a, dans un monde qui n'est pas encore libéré et dans lequel l'Eglise est dressée, la tâche de veiller au droit et à la paix en usant de la menace et de la violence dans les limites de la clairvoyance et des possibilités humaines. Avec gratitude, et dans la crainte de Dieu, l'Eglise reconnait les bienfaits de cet ordre. En annonçant le Royaume de Dieu, sa loi et sa justice, elle rappelle, tant à ceux qui sont gouvernés qu'à ceux qui gouvernent, quelle est leur responsabilité. Elle se fie à la puissance de la Parole de Dieu et lui obéit, car c'est par elle que Dieu soutient toutes choses.

Nous rejetons la fausse doctrine selon laquelle l'Etat devrait et pourrait, dépassant en cela les compétences de sa mission particulière, prétendre devenir l'ordre unique et total de toute la vie humaine et remplir ainsi jusqu'à la vocation même de l'Eglise. Nous rejetons la fausse doctrine selon laquelle l'Eglise devrait et pourrait, dépassant en cela les compétences de sa mission particulière, s'approprier le caractère, les tâches et le prestige de l'Etat et devenir ainsi elle-même un organe de l'Etat.

6. Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu'à la fin des temps. (Mt 28, 20)

« La Parole de Dieu n'est pas enchaînée. » (2 Tim 2, 9)

La mission de l'Eglise, en quoi s'enracine sa liberté, consiste à communiquer à tout le peuple, à la place du Christ, donc au service de sa parole et de son œuvre, attestées par la prédication et les sacrements, le message de la libre grâce de Dieu.

Nous rejetons la fausse doctrine selon laquelle l'Eglise pourrait, en vertu d'un acte d'autonomie humaine, mettre la Parole et l'œuvre du Seigneur au service de désirs, de buts et de plans quelconques choisis de sa propre autorité.

Le Synode confessant de l'Eglise protestante allemande déclare voir, dans la reconnaissance de ces vérités et le rejet de ces erreurs, l'indispensable fondement théologique de l'Eglise protestante allemande, considérée comme une fédération des Eglises confessantes. Il invite tous ceux qui peuvent se joindre à ces déclarations à se souvenir de ces mises au point théologiques lorsqu'ils auront à prendre des décisions de politique ecclésiastique. Il prie tous ceux que cela concerne de revenir à l'unité de la foi, de l'amour et de l'espérance.

Verbum Dei manet in aeternum

Traduction : site web de l’Eglise protestante allemande (EKD). Citations bibliques : traduction Traduction œcuménique de la Bible (TOB).

Vœux adoptés au Congrès FEEBF 2014

Réuni au Parc des Expositions de Lisieux, le Congrès de la Fédération des Eglises Evangéliques Baptistes de France - FEEBF - a adopté en son dernier jour de travaux, le samedi 31 mai 2014, les quatre voeux suivants.

Vœu 1 - Situation en Ukraine

Le Congrès de la Fédération des Églises Évangéliques Baptistes de France réuni à Lisieux du 29 au 31 mai 2014 veut assurer ses frères et sœurs baptistes d’Ukraine et de Russie de son soutien dans les temps qu’ils traversent.

Ayant été informés de la rencontre du 8 avril 2014 entre des représentants de l’Union Baptiste d’Ukraine et celle de Russie, en vue d’être des artisans de paix, nous prions pour qu’ils puissent continuer cette œuvre de réconciliation dans laquelle ils se sont engagés. Nous invitons la Fédération Baptiste Européenne à relayer ce message en son sein.

Vœu 2 - Intolérance religieuse

Le Congrès de la Fédération des Églises Évangéliques Baptistes de France réuni à Lisieux du 29 au 31 mai 2014 manifeste son inquiétude face à l’intolérance religieuse présente dans de nombreux pays. Il s’inquiète notamment de la persécution subie par les chrétiens, comme l’illustre dramatiquement la menace de mort contre la Soudanaise Meriam Yahia Ibrahim Ishag pour « apostasie ».

Tout en s’engageant à continuer de prier et d’agir pour les victimes de persécutions et pour les personnes et associations qui luttent contre ces oppressions, le Congrès encourage les institutions dont la FEEBF est membre – Alliance Baptiste Mondiale, Conférence des Églises Européennes, Fédération Protestante de France et Conseil National des Evangéliques de France – à poursuivre intensément leur mission pour la liberté de conscience en faveur de tous et particulièrement pour Meriam.

Vœu 3 - Pour un dialogue citoyen

En écho au vœu adopté lors du Congrès de St Jean de la Ruelle en 2012 visant à promouvoir « un dialogue citoyen nourri de sérénité, d’écoute et de respect mutuel », et pour faire suite à la déclaration du président de la Fédération protestante de France du 27 mai 2014 à l’occasion du résultat des élections européennes, le Congrès de la Fédération des Églises Évangéliques Baptistes de France réuni à Lisieux du 29 au 31 mai 2014 rappelle que, quelles que soient les circonstances et les raisons, la crispation identitaire et le vote extrême ne sont jamais une solution.

Une logique d’exclusion et de stigmatisation est à l’opposé du message évangélique qui nous appelle à être au contraire artisans de paix et ouverts à la rencontre et au partage.

Vœu 4 - Mineurs Isolés Etrangers (MIE)

Le Congrès de la Fédération des Églises Évangéliques Baptistes de France réuni à Lisieux du 29 au 31 mai 2014 demande au conseil de la Fédération Protestante de France d’interpeller le gouvernement (ministère des Affaires sociales et ministère de la Justice) concernant la situation des Mineurs Isolés Etrangers (MIE) afin que :

les MIE arrivant en France soient tous hébergés durant l’évaluation de leur situation comme le demande la loi.

les MIE, une fois reconnus mineurs, soient traités conformément à la loi et ne restent pas ainsi SDF pendant plusieurs semaines avant d’être hébergés.

des solutions d’hébergement soient trouvées pour les MIE refusés après évaluation et dans l’attente d’un jugement en appel.

EPUdF / FEEB