Le Soudan doit lever la peine de mort prononcée contre la femme qui s'est convertie au christianisme

La commission « Église et Société » de l’Église méthodiste unie (EMU/EEM/UMC) appelle le gouvernement du Soudan à lever la peine capitale prononcée à l’encontre de Meriam Yahya Ibrahim Ishag qui s’est convertie au christianisme. Nous dénonçons fermement cette sentence et exhortons le gouvernement du Soudan à respecter ses obligations en vertu du droit international des droits de l'homme et de sa propre Constitution.

En plus de la peine de mort, le tribunal de Khartoum a également condamné Mme Ishag à la flagellation pour adultère parce qu'elle a épousé «illégalement» un homme chrétien.

Nous appelons le gouvernement du Soudan à respecter le droit de Mme Ishag à la liberté religieuse, un droit de l'homme reconnu par la Constitution du Soudan. Ce droit est également indiqué dans la Déclaration universelle des droits de l'homme et dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques.

L'Eglise méthodiste unie défend depuis longtemps la liberté religieuse pour tous. Nos Principes Sociaux "encouragent les politiques et les pratiques qui garantissent le droit de tout groupe religieux de pratiquer sa religion sans restrictions juridiques, politiques ou économiques". L'Église méthodiste unie condamne toutes les formes visibles et invisibles d'intolérance religieuse.

PRINCIPES SOCIAUX (2009)

Article 164

V. La communauté politique

A) Libertés fondamentales et droits humains - La protection des droits de l’homme, du droit à des élections libres et justes, du droit d’opinion, de religion, de réunion et de la liberté d’expression incombe aux gouvernements qui ne peuvent en aucun cas répondre à des revendications portant sur des inégalités par des représailles. Les gouvernements sont également tenus de protéger la sphère privée de leurs citoyens et de garantir une alimentation, un habillement, une formation et des soins appropriés dans leur propre pays. La structure de l’État et la formation du gouvernement doivent être déterminées au cours d’élections libres auxquelles tous les citoyens adultes ont le droit de participer. Nous sommes contre la surveillance des opposants ou des dissidents politiques et rejetons l’intimidation et l’abus de pouvoir exercé sous toutes ses formes par des organes élus ou mis en place par le gouvernement. Toute tentative visant à éliminer, notamment par le biais de l’internement, les opposants ou les dissidents politiques constitue une violation des droits de l’homme. Les mauvais traitements ou la torture ainsi que toute autre forme cruelle, inhumaine et dégradante de traitement ou de punition infligée à ses citoyens par un gouvernement pour quelque raison que ce soit, sont en contradiction avec la doctrine chrétienne. Les chrétiens et les Églises doivent les condamner et les combattre partout et en tout temps.

L’Église considère que l’esclavage, le commerce d’êtres humains, les génocides, les crimes de guerre, les crimes contre l’humanité et les agressions ainsi que tout ordre exigeant de telles exactions sont des actes infâmes et atroces. Ces actes innommables sont nuisibles à l’humanité, favorisent l’impunité et doivent par conséquent être bannis de manière inconditionnelle par tous les gouvernements et par l’Église. 

Depuis 1999, le Département d'Etat américain a désigné le Soudan comme un «pays particulièrement préoccupant» pour ses violations des droits de l'homme et de la liberté religieuse. Nous exhortons le gouvernement du Soudan à remplir la promesse de sa propre Constitution de la liberté religieuse pour tous ses citoyens.

La commission 'Église et Société' est l'une des quatre commissions en charge de programmes internationaux de l'Église méthodiste unie. La responsabilité première de la commission est de rechercher la mise en œuvre des Principes Sociaux et autres déclarations de principe sur les questions sociales chrétiennes de la Conférence générale, organe suprême de décision de la dénomination. Les ministères de l’Église jouent dans les domaines de l’action du plaidoyer, de l’éducation, du leadership de la formation, des Nations Unies et des affaires internationales, et visent à apporter des ressources sur ces sujets à la dénomination. Elle possède des bureaux sur la colline du Capitole à Washington, DC, et au Church Center des Nations Unies à New York.

22 mai 2014 par la commission de l’EEM/EMU/UMC « Église et Société » 

Traduction eemni

United Methodist Reporter