Le SEL en lutte contre la faim (5) : la faim entraîne l'échec scolaire

La faim entraîne l'échec scolaire

Dans les pays en développement, 66 millions d'enfants, dont 23 millions uniquement en Afrique, vont à l'école le ventre vide.

La malnutrition affecte les résultats scolaires...

Pour bien fonctionner, le cerveau a besoin d'énergie. Un enfant malnutri souffre de plusieurs maux qui entravent sa capacité d'apprentissage.

  • le manque d'énergie entraine le manque de motivation.
  • une plus grande vulnérabilité aux maladies infectieuses augmente le taux d'absentéisme.
  • le taux d'absentéisme augmente le taux de redoublement.

En 2013, une étude menée sur 3 000 enfants(1) en Éthiopie, Inde, Pérou et Vietnam, montre qu'unenfant mal nourri au début de sa vie est grandement désavantagé. Cet enfant aura :

  • 19% de chance en moins de pouvoir lire une phrase simple à 8 ans
  • 12% de chance en moins de savoir écrire une phrase simple à 8 ans
  • 13% de chance en moins d'être dans le bon niveau scolaire

... et peut mettre en danger d'échec scolaire, dès la naissance !

Cela peut paraitre exagéré mais la réussite scolaire d'un enfant peut être mise en danger dès sa naissance.

La malnutrition empêche le bon développement du cerveau et détériore les capacités cognitives d'un enfant dès les premiers jours de sa vie.

Tout n'est pas irréparable car le cerveau a une capacité de récupération extraordinaire. Mais les carences alimentaires pendant la grossesse, notamment au moment de la formation du système nerveux, provoquent des dégâts irréversibles.

Par la suite, dans les 2 premières années de sa vie, un enfant carencé en vitamine A ou en iode peut subir une perte totale ou partielle de la vue, un retard mental et être plus vulnérable aux infections. 

Un enfant témoigne :

Au Sénégal, un élève de CM2, bénéficiaire d'un projet de soutien alimentaire financé par le SEL témoigne :

« Je suis élève à l’École Renaissance des Sourds et je suis très content d’être bénéficiaire de ce projet de cantine scolaire. Avant le projet je rentrais à la maison très fatigué et j’avais très faim. Grâce à cette cantine, tous les élèves mangent de bons plats de riz au poisson. Chaque enfant ici est content. Après les repas, je retrouve mes forces et je reste même à l’école l’après-midi pour faire mes révisions. En plus de l’aspect alimentaire, je gagne donc du temps pour mieux étudier. J'ai réussi mon certificat de fin d’études primaires. »

Les cantines scolaires constituent un moyen de prévention efficace pour éviter le phénomène des enfants des rues. Bien souvent, la faim pousse les enfants à traîner sur les places des marchés et aux abords des restaurants à la recherche de nourriture.Une cantine scolaire permet d’éviter qu’un élève affamé n’aille mendier pendant l’heure du déjeuner ou après les cours.

Les projets de soutien alimentaire des partenaires du SEL en milieu scolaire motivent la décision des parents d'inscrire leurs enfants à l'école. Les taux de scolarisation et les résultats scolaires augmentent.

 

 Voir le projet de soutien alimentaire pour les enfants de Kelo au Tchad

(1) Rapport Save The Children - 2013

SEL