7 mars, Journée mondiale de prière organisées par les chrétiennes égyptiennes

L’Égypte au cœur de l’intercession

Vendredi 7 mars 2014 préparé par des femmes pour toutes/tous

La Journée Mondiale de Prière des femmes est un mouvement œcuménique mondial. Créé en 1887

Ruisseaux dans le désert


aux États-Unis, son secrétariat est à New York. Actuellement, plus de 180 pays participent à cette journée de prière. Une fois par an, hommes et femmes de tous pays et de toute dénomination chrétienne prient AVEC et non POUR les habitants d’un pays. Cet œcuménisme est novateur. Il sollicite un esprit et un travail œcuméniques à tous les niveaux. La célébration du vendredi 7 mars 2014 est ouverte à tous.

Depuis trois ans, l’Égypte se trouve régulièrement propulsée au cœur de l’actualité. Les quelque 84,5 millions d’Égyptiens et d’Égyptiennes se sentent concernés par les événements survenus depuis le 25 janvier 2011 sur la Place Tahrir au Caire et ailleurs dans le pays, mais ils ne sont pas les seuls, le monde entier a suivi l’émergence de cette contestation : des hommes et femmes sont descendus par millions dans les rues pour exiger de la dignité, du pain et de la liberté pour tous. La vague de contestation s’est répandue ensuite sur toute la terre. Ainsi est né l’espoir d’un renouveau démocratique.

Mais entre temps cet espoir a été largement déçu : ce n’est pas demain la veille que l’égalité des femmes dans la société, la démocratie et l’essor économique seront de mise en Égypte. Il a fallu accepter les revers et faire contre mauvaise fortune bon c

Le nom de l’artiste de l’image de couverture est Farid Fadel. Il est né en 1958 en Égypte. Il est un peintre renommé et musicien doué et travaille aussi en tant qu’ophtalmologue à Gizeh. Son image rappelle l’importance des sources d’eau vive dans le désert en Égypte.

œur, même si le peuple entré en résistance collective a obtenu quelques changements substantiels.

Prier avec les Égyptiennes

Sous l’influence de ces événements, des représentantes de tous âges des différentes églises égyptiennes se sont retrouvées dès mai 2011 pour préparer la liturgie qui sera reprise lors de la célébration JMP du 7 mars 2014.

Le 7 mars 2014, le monde entier (des chrétiens de 170 pays) priera avec les paroles des Égyptiennes. Prier avec leurs mots, veut dire aussi se montrer solidaire avec leur réflexion.

Leur espérance : « Des eaux jailliront dans le désert ». Le rêve de ruisseaux dans le désert symbolise parfaitement leur soif de dignité, de pain et de liberté que Jésus-Christ, leur source d’« eau vive » vient étancher.

Les chrétiennes d’Égypte font part au monde entier des attentes de leur peuple et des Églises « la justice économique et sociale, la paix et la sécurité ». Le comité égyptien l’écrit : ces bienfaits seront comme « des eaux qui jailliront dans le désert ».

La prière est organisée par des femmes,

Pour toute la communauté : hommes et femmes !

Une soirée de prière pour et avec l’Égypte

Avec les soeurs égyptiennes, nous prierons...

Avec les sœurs égyptiennes, nous prierons

« Seigneur, entends notre prière selon ta promesse.

Nous prions pour que tu nous aides à devenir les messagers de tes promesses

comme annoncé dans Esaïe.

Puissions-nous conserver, comme un trésor, l’eau que tu nous donnes afin de

l’utiliser de façon responsable et durable.

Rends-nous sensibles aux régions frappées par la pauvreté et par les catastrophes

naturelles – en Égypte ou en d’autres parties du monde – afin d’unir nos efforts pour

chercher à soulager leur détresse.

Nous prions pour nos semblables, les femmes d’Égypte et de tous les autres pays,

puisque les femmes sont le plus souvent les premières à souffrir quand l’économie

va mal. Puissions-nous rechercher à étancher leur soif et irriguer les terres

desséchées… »

Nous ne manquerons pas de prier pour que la terre d’Égypte connaisse enfin la paix !

La grande communauté JMP veut offrir aux sœurs égyptiennes une prière informée et des actions éclairées avec la conviction profonde qu’elles leur apporteront la paix et la justice, à elles mais aussi au reste du monde.

Pour être vraiment en communion avec les sœurs égyptiennes, le comité JMP suggère à chacun de :

  1. Suivre de très près les nouvelles d’Égypte, il s’agit de « s’informer pour mieux prier » : la participation à des célébrations de la Journée mondiale de prière (JMP) donne accès à des informations de première main sur la situation des femmes en Égypte,
  2. Prier pour que Dieu donne Sa sagesse au peuple égyptien et protège l’Égypte de la violence et de l’intolérance,
  3. Élargir nos cercles œcuméniques pour célébrer les eaux jaillissantes dans nos communautés…
  4. « Comme la Samaritaine, rassemblons-nous autour du puits et partageons avec toutes nos communautés d’ici et d’ailleurs les sources d’eau vive, eaux jaillissantes dans le désert ! » invite avec insistance la présidente du comité JMP France Odile Leleu.
  5. « Prier pour agir »


Au cours de la Journée mondiale de prière et pendant toute l’année, il importe de se souvenir des Égyptiennes et de leur situation en tant que chrétiennes et de les soutenir par des prières, des pensées et des décisions. La collecte aide des femmes et des familles, en Égypte et dans d’autres régions défavorisées dans le monde entier.

Les dons recueillis lors de cette journée sont envoyés aux organismes sélectionnés avec la plus grande rigueur par le Comité national de l’association (ACO – Action Chrétienne en Orient/Diocèse épiscopal anglican d’Égypte/« L’Unité d’enfants malentendants » – Le CAIRE/CARITAS – ÉGYPTE – ALEXANDRIE et le SECOURS CATHOLIQUE.

Le 10 % de la collecte soutiendra pour une année les projets suivants en Égypte :

  1. Financement de différents projets de formation pour femmes et filles.
  2. Aide financière, sous forme de micro-crédits accordés à des femmes handicapées et seules avec enfants pour l’élevage de petits et gros animaux productifs.
  3. Projet au profit de femmes et enfants des bidonvilles.
  4. Cours en économie domestique, éducation et hygiène.
  5. Combattre l’analphabétisme en Haute Égypte paysanne et encourager les femmes à l’indépendance.
  6. Faciliter la formation et le développement de femmes veuves et divorcées.
  7. Cours d’autodéfense pour filles et jeunes femmes entre 11 et 20 ans.
  8. 90 % de la collecte sera versée dans nos projets pluriannuels et internationaux.

En route