Vive préoccupation pour les chrétiens syriens


Le révérend Motoe Yamada, pasteure méthodiste unie, et le métropolite Mgr Eustathe Matta Roham de la Syrie, en 2006, lors d'une réunion du Comité central du Conseil œcuménique des Eglises. Photo fournie gracieusement par Motoe Yamada. 

Voir dans la galerie

Par Linda Bloom *

Les Méthodistes Unis qui ont eu des relations de longue date avec les chrétiens au Moyen-Orient par le biais d'organisations œcuméniques sont préoccupés par leur situation en Syrie et dans d'autres pays.

Le révérend Motoe Yamada, pasteure de l'Eglise méthodiste unie japonais à Sacramento, en Californie, s'est d'abord rapprochée de Mgr Eustathe Roham Matta, le métropolite orthodoxe syrien (archevêque) de Jazirah et de l'Euphrate, en 2006.

Tous deux sont membres du Comité central du Conseil œcuménique des Eglises . "C'est vraiment une personne pragmatique"», dit-elle. "Il est toujours prêt à expliquer ses traditions de l'Église orthodoxe syrienne."

Cependant, Yamada craint que la guerre civile en Syrie menace Matta et son église, tout comme Frances Alguire, ancien président du Conseil méthodiste mondial, qui se préoccupe du sort d’un ami de longue date, Mgr Gregorios Yohanna Ibrahim, l'archevêque orthodoxe syrien d'Alep.

Love Jan, qui représentait l'Église Méthodiste Unie depuis de nombreuses années dans divers rôles auprès du Conseil œcuménique des Eglises, a admis que les chrétiens de la région, notamment en Syrie, étaient «très menacés», en dépit de leur « présence fidèle de longue date qui remonte aux premiers siècles de l'église».

Love, doyen de la faculté de théologie Candler à l'Université Emory, a reconnu le "profond" dévouement des chrétiens syriens pour l’œcuménisme. «C'est profondément triste de penser que tous souffrent tellement de la peur maintenant au milieu de la guerre civile».

Garder le contact

Yamada a dit qu'elle avait fait un effort particulier pour "faire le point" avec Matta depuis les événements du printemps arabe. Quand elle le vit à la Commission au Conseil sur la mission et l'évangélisation à la réunion de Mars, il a mentionné qu'un tireur d'élite avait tué un évêque, se souvient-elle.

Au début de la réunion du Comité central en Grèce, Yamada a dit qu'elle avait demandé à Matta comment il allait. Il lui a dit que le restaurant où il avait déjeuné juste avant de s'envoler pour la Grèce avait été bombardé. «Il était en larmes,» a-t-elle indiqué.

 

Evelyn Parker, États-Unis, et le révérend George M. Kondothra, de l'Eglise orthodoxe malankare Syrie en Inde, dirigent une étude biblique au Conseil œcuménique des Eglises lors de la récente réunion du Comité central en Crète. Une photo réservé au web du Conseil oecuménique des Eglises / Mark Beach.

En tant que pasteur de l'église locale, "quand j'entends parler de la Syrie, je pensais souvent qu'il suffisait de penser à ce que je voyais à la télévision», se dit-elle. Mais, comme le dit Yamada à sa congrégation après ses conversations avec Matta, «ça n'arrive pas seulement dans les nouvelles. Quand on souffre, nous souffrons tous ensemble. En tant que corps du Christ, nous devons nous rappeler les autres parties du monde».

Ce message a été envoyé dans le monde entier par le conseil du Comité central, qui a publié le   4 septembre  une déclaration sur la Syrie appelant à mettre fin à toute violence et à favoriser le dialogue entre toutes les parties, y compris les chrétiens, comme "la seule solution ... pour sauvegarder l'unité et la nature pluraliste de la Syrie historique."

Alguire, une méthodiste unie de Chapel Hill, Caroline du Nord, a des souvenirs chaleureux de son amitié avec Gregorios à travers des dialogues annuels sur la paix à Saint Egidio Communita, un groupe catholique dont le siège est à Rome, elle s'inquiète donc des nouvelles d'Alep.

«Mon cœur saigne pour ces braves gens et amis chrétiens,» a écrit Alguire à l'Agence de presse méthodiste unie (UMNS). "Dans son dernier e-mail, elle déplorait la mort de son ami, un médecin tué pendant qu'il soignait les blessés."

Le 12 octobre, l'Église orthodoxe britannique a publié une lettre au secrétaire britannique des Affaires étrangères sur son site internet, appelant l'attention sur le sort des chrétiens en Syrie.

La lettre cite des rapports de «violents combats» dans l'Eglise orthodoxe arménienne réunie à Alep en Septembre et a noté que Grégoire avait déclaré à l'Agence de presse Reuters que des centaines de familles chrétiennes avaient fui la ville ces dernières semaines.

Contribution des chrétiens orthodoxes

Love, qui faisait partie d'une commission sur la participation orthodoxe au Conseil œcuménique des Eglises, a été le témoin de l'importante contribution des leaders chrétiens orthodoxes dans le paysage œcuménique.

"Nous pensons à la tradition méthodiste comme une vieille tradition, mais vu la longue histoire du christianisme, les méthodistes sont relativement nouveaux," dit-elle. «C'est vraiment fort de pouvoir interagir avec des amis et de devenir amis avec des gens dont les églises remontent aux origines mêmes de nos traditions religieuses et qui ont vécu dans les lieux mêmes où l'Evangile a été prêché».

Pendant son temps avec le conseil, Love a été reçue à Damas par le patriarche grec-orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient, Ignacios IV Hazim, ancien président du conseil. «C'est un homme extraordinairement courtois et un esprit très accueillant pour les églises et les traditions qui se réunissent pour chercher l'unité», a-t-elle dit.

Love s'est également entretenue avec Moran Mgr Ignatius Zakka I-Iwas, pontife suprême de l'Eglise universelle syriaque orthodoxe. «Ils ont un complexe d'église extraordinaire juste à l'extérieur de Damas», se souvient-elle. "Je suis restée là pendant une semaine une fois."

Comment les aider ?

Tant la Commission d'entraide humanitaire de l'EMU (UMCR) et le Church World Service, les deux instances ont soutenu plusieurs partenaires aidant les Syriens, y compris les oeuvres de charité chrétiennes orthodoxes internationales, qui fournissent une aide humanitaire à l'intérieur de la Syrie par l'intermédiaire du Patriarcat grec-orthodoxe d'Antioche et de tout l'Orient et à l'extérieur de la Syrie dans des camps la Jordanie et le Liban.

Les dons peuvent être faits à l'UMCOR pour soutenir l'aide humanitaire de l'UMCOR aux réfugiés syriens.

En tant que minorité, les chrétiens courent le risque d'être pris pour cible et manipulés pendant la guerre civile, a-t-elle souligné. «Je suis sûre que c'est très dangereux pour eux et probablement un défi extraordinaire que d’essayer d'atteindre et de répondre aux besoins humanitaires de toutes les personnes», a déclaré Love.

On retrouve cette préoccupation pour les populations chrétiennes du Moyen-Orient dans le communiqué publié par l'Assemblée générale de la Communion des Eglises protestantes en Europe (CEPE) lors de sa réunion en Septembre à Florence, en Italie. Roseangela Jarjour, Syrien chrétien et haut dirigeant de la Fédération des Eglises évangéliques du Moyen-Orient, a pris la parole et a appelé les Eglises occidentales à « faire entendre leur voix prophétique et non pas simplement suivre l'exemple de leurs gouvernements».

Alors que les chrétiens et les musulmans étaient d'abord descendus ensemble dans les rues en Syrie, les chrétiens ont estimé qu'ils devaient se retirer quand la violence s'est intensifiée, déclare Jarjour, notant que sa propre famille a dû fuir Homs. Les chrétiens et les églises en Syrie ont été victimes de la destruction générale de pillages et d'incendies criminels.

Les chrétiens au Moyen-Orient «ne veulent pas devenir des réfugiés, mais vivre dans la paix et  à part entière comme citoyens munis des pleins droits et devoirs dans notre propre pays», a déclaré Jarjour.

«Les chrétiens de Syrie sont particulièrement profondément préoccupés par la menace de perdre les droits humains fondamentaux et la sécurité au cours de la guerre civile actuelle», déclare la déclaration de l'Assemblée . «En plus de cela, ils craignent une perte imminente de la pluralité religieuse et culturelle en Syrie et la perte du principe de la participation de tous les groupes de la société.

«Comme CEPE, nous sommes profondément préoccupés, car il est souvent difficile de reconnaître dans la politique de nos gouvernements une préoccupation pour la vie de nos frères et sœurs chrétiens en Syrie, pour leur liberté religieuse, et pour la préservation de la diversité religieuse et culturelle dans la Syrie».

* Bloom est journaliste multimédia du service de presse méthodiste unie basé à New York. 

Traduction EEMNI

16 Octobre 2012

UMNS