Lettre aux candidats «Ne nous mentez pas !»

Daniel Matoby

D’un Daniel à l’autre «Ne me mens pas !»

Membre de l’église ADD de Béziers, Daniel Pialat a décidé d’ouvrir son ministère au monde séculier. Pour ce faire, il a décidé d’utiliser dans ce cadre-là un nom d’emprunt : Daniel Matoby.

Aujourd’hui, Daniel vient de réaliser un clip sur un de ses titres « Ne me mens pas ». Il a décidé d’envoyer ce titre sur un CD accompagné d’une lettre à tous les candidats ou candidates à la présidentielles 2012. Cette initiative est porteuse de sens.

Découvrez « Ne me mens pas » Le nouveau clip de Daniel Matoby, lié à un appel ! Jetez un coup d’œil sur : www.nememenspas.com

Vous y trouverez mon nouveau clip ainsi qu’une lettre adressée aux candidats. Voici sa lettre aux candidats :

Mesdames, Messieurs les candidats aux élections présidentielles 2012,

Loin de moi l’idée de prétendre à la présidence !
Je n’en ai pas la carrure ! Cette image est juste là pour attirer votre attention.

Je suis un artiste, citoyen français, mais je dois vous avouer… Je ne sais pas pour qui voter.

J’ai écrit cette chanson : « Ne me mens pas ».

À travers elle, je me fais le porte-parole de cette pensée qui prend de l’ampleur dans les cœurs et les esprits "Ne me mens pas, j’ai besoin de vrai".

Pub, com, média… Tous ces outils viennent polluer notre rapport à la politique. Le besoin de vérité se fait criant. Nous cherchons à établir un lien véritable, un cœur à cœur qui ne réponde pas à des codes de communications.

L’élection présidentielle est le rendez-vous d’un homme face au peuple.
Par sa personnification cette élection est porteuse d’espoir et de changement, mais face au vacarme médiatique cette question demeure : qui parle vrai ? Qui EST vrai ?

La France traverse une crise, nul besoin de vous le rappeler, vous êtes au cœur de la question.



Le péril ne se limite pas au domaine financier : il est jeune, il est social, il est identitaire, il est égalitaire.

La déception, la dépression et même la colère prennent le dessus sur l’espoir.

Les uns se méfient des autres. Les Français ont peur.

Nous avons besoin d’une société de la confiance et non de la défiance ou de la méfiance ; besoin d’un changement profond, besoin de revenir à des valeurs de base, telles que la fraternité, le respect, la vérité, l’authenticité dans nos relations.
La préoccupation de l’homme, la préoccupation de l’autre doit être au cœur de tous les projets.

Je suis un artiste, peut-être un peu rêveur ?…

Face aux enjeux de crise économique, de crise sociale, de crise politique, de crise écologique, de crise énergétique… J’attends des politiques une véritable préoccupation de l’intérêt général avant des intérêts personnels. J’attends des politiques qu’ils sortent des sentiers battus pour bâtir une économie sociale et solidaire. J’attends des politiques qu’ils aient le courage de s’engager pour de véritables solutions, au risque de déplaire et de marcher parfois à contre-courant.

Qui aura le courage de nous dire des vérités désagréables avant d’être élu ?

Qui aura le courage de nous dire des vérités qui lui feront peut-être perdre des voix ?

Nous cherchons plus que la vérité, nous cherchons une femme, un homme VRAIS.