Églises protestantes d’Europe: cap sur le jubilé de la Réforme

L’Assemblée générale de la CEPE à Florence a été un succès, selon la délégation de la Fédération des Églises. L’Assemblée a rendu hommage au président sortant de la CEPE, Thomas Wipf.


Les Églises protestantes d’Europe s’orientent résolument vers le jubilé de la Réforme en 2017. C’est la conviction de la délégation de la Fédération des Églises protestantes de Suisse à la fin de l’Assemblée générale de la Communion d’Églises Protestantes en Europe CEPE. Du 20 au 26 septembre, les délégués de 105 Églises européennes ont posé à Florence les jalons pour la CEPE des années à venir.


Durant l’Assemblée générale, le président de la Fédération des Églises Gottfried Locher a été élu membre du présidium de trois personnes, et le chargé de l’œcuménisme de la Fédération Martin Hirzel, membre suppléant du Conseil. Gottfried Locher succède à l’ancien président de la Fédération des Églises Thomas Wipf, qui se retirait à Florence après avoir été douze ans membre du présidium et six ans président exécutif de la CEPE. « Thomas Wipf a fait de la CEPE la voix des protestants en Europe. À Florence, la Communion d’Églises est apparue vivante comme jamais », a dit Gottfried Locher en hommage au président sortant.


Dans la législature à venir, la CEPE va réfléchir à l’état de sa Communion d’Églises et se penchera sur la pluralité des religions en Europe. La Fédération des Églises s’est engagée avec succès à Florence en faveur de ces champs de travail. En outre, les délégués de la CEPE ont adopté le projet « Europa reformata » pour la préparation du jubilé de la Réforme en 2017. La Fédération des Églises mène parallèlement un projet correspondant en Suisse.


Michel Müller, membre de la délégation et président du Conseil de l’Église Réformée du canton de Zurich, rappelle les débats animés au Forum « Les Églises d’Europe prêtes à un nouveau départ ». Pour la première fois, il y a eu une présentation uniforme des processus de réforme des Églises européennes. « La discussion des expériences d’échec et de réussite nous a donné des impulsions de valeur pour les processus dans nos Églises », a déclaré Michel Müller.


Ysabelle de Salis, membre de la délégation et pasteure de l’Église réformée évangélique du canton de Neuchâtel, souligne la fonction de réseau de la CEPE. Un signe de cette fonction est l’accord signé à Florence avec la Conférence des Églises Protestantes des Pays Latins d’Europe CEPPLE. « Vingt Églises minoritaires de six pays du Sud de l’Europe sont ainsi devenues un autre groupe régional de la CEPE. La région de langue française à l’intérieur de la CEPE en sort renforcée », conclut Ysabelle de Salis.


Florence/Berne, le 26.09.2012


FEPS