Côte d’Ivoire : l’EMUCI vient en aide aux victimes de Duékoué

Un geste fort, en guise de solidarité avec les populations sinistrées de Duékoué

On sait les tensions existant en Côte d’Ivoire avec la crise post-électorale. On sait moins les affrontements interethniques meurtrissant les populations de Duékoué. Le bilan de ces affrontements qui ont débuté le 16 décembre 2010 et se sont poursuivis en janvier demeure préoccupant selon le Directeur national de la Caritas, le révérend Père René Agbo : «Le constat humanitaire est que les besoins en vivre sont acceptables, mais nous restons préoccupés par le retour des populations chez elles. 230 habitations ont été incendiées, 73 saccagées, 50 magasins pillés, 3 hôtels pillés, une pharmacie pillée, il faut réhabiliter les maisons».

Devant la situation précaire des populations, l’Eglise Méthodiste Unie de Côte d’Ivoire a lancé une action d’envergure pour le retour à une vie normale des populations en signe de solidarité avec les victimes de ces affrontements comme en témoignent les quotidiens le Temps et le Courrier du 19 janvier 2011.

Bishop Benjamin Bony (Emuci), lors de la cérémonie de don aux sinistrés de Duékoué -‘’La main tendue de Gbagbo doit être acceptée’’ - “Lorsque le sang coule l’Eglise a son mot à dire”

L’Eglise méthodiste unie de Côte d’Ivoire, conduite par le Bishop Benjamin Bony, a offert à cette population sinistrée, le mardi 18 janvier, au temple «Jubilé’» de Cocody, la somme de 2 millions de CFA, 1 tonne et demie de riz et plusieurs cartons de vêtements pour adultes et enfants.

Mme Marie Odette Lorougnon, présidente des femmes du Fpi, a réceptionné le don et remercié l’Eglise méthodiste unie pour son soutien aux sinistrés de Duékoué.

Pour le Bishop Benjamin Boni, l’Eglise méthodiste unie ne pouvait pas rester insensible à l’appel à la solidarité du député Lorougnon et surtout à la détresse des populations de l’ouest. «Très souvent, lorsqu’un problème se pose dans la société, les gens se demandent pourquoi les Eglises interviennent. Mais, il faut bien que l’Eglise s’interroge devant tant de problèmes», a-t-il indiqué. Selon le président de l’Emuci, «lorsque la vie de l’homme, de la communauté est en danger ou lorsque le sang coule, l’Eglise a son mot à dire», a-t-il clairement dit. 

Au dire du premier responsable de l’Eglise méthodiste unie de Côte d’Ivoire (EMUCI), l’homme, la communauté ou la Nation est la propriété de Dieu. «Et tout ce qui intéresse l’homme, doit toujours préoccuper l’Eglise», soutient-il. Aussi, le Bishop a-t-il invité les acteurs politiques à engager le dialogue, à saisir la main du dialogue tendu par Laurent Gbagbo. «La paix est là. C’est plutôt nous, par nos choix, qui avons abandonné la paix», a-t-il fait savoir. «La main tendue du Président de la République doit être acceptée, il faut engager le dialogue maintenant». Pour lui, il faut aller à la paix, de façon urgente, car le peuple ivoirien a tant souffert de la guerre.

A sa suite, d’autres responsables de l’Eglise méthodiste unie ont dénoncé : «La jalousie de Satan et de ses agents impénitents et patentés» qui s’acharnent sur le pays et qui sont à l’origine des attaques qui ont endeuillé la ville de Duékoué. De même que «la méchanceté des criminels qui cherchent à dépouiller le pays avec leurs armes».

19 janvier 2011


Le Temps/Le Nouveau Courrier/Afreekelection/EEMNI