UNE VIDEO MUSICALE REDONNE DE L’ESPOIR AUX HAITIENS

Une vidéo reprend la chanson "We Will Rise» dans le but de recueillir des fonds pour Haïti à travers l’organisation humanitaire de l’Eglise Evangélique Méthodiste (UMCOR).

United Methodist Committee on Relief.

Un reportage UMNS
par Susan Hogan

"Nous allons nous relever, une nouvelle fois nous relever,
 De l’endroit où nous sommes,
 Main dans la main, avec la foi nous allons tenir bon
 Et avec Dieu comme guide, côte à côte
 Ensemble, nous allons nous relever".


Ce navigateur ne peut pas lire le fichier audio intégré.


Stefan Youngblood a voulu donner de l'espoir à Haïti. 

Premièrement, il a donné de l'argent. Maintenant, il fait don d'une chanson. 

«We Will Rise», une chanson qu'il a composée, est utilisée dans une vidéo musicale pour amasser des fonds en faveur de Haïti à travers l’organisation humanitaire de l’EEM, l’UMCOR. 

«C'est une chanson destinée à inspirer des personnes plongées dans le désespoir et la désespérance», a déclaré Youngblood, 48 ans, de Raleigh, NC. Il dirige la musique de «The Gathering», un culte contemporain célébré à la «Edenton Street United Methodist Church». 

Le lundi, l'église du centre-ville de 4.200 membres, a été très animée avec des dizaines de bénévoles rassemblant des kits sanitaires pour les Haïtiens. Les jeunes coloriaient des images qui seront envoyées aux enfants haïtiens. 

«Les gens se mettent à utiliser les dons que Dieu leur a donnés autant que faire se peut, pour aider le peuple d'Haïti», a déclaré le révérend Ned Hill, le pasteur de l'église. 

La musique apporte souvent du réconfort aux personnes d'une manière plus efficace que les paroles, a dit M. Hill. La chanson de Youngblood, combinée avec des images en provenance d'Haïti, donne une vidéo puissante, a-t-il ajouté. 

«C'est une musique qui élèvera celui qui souffre et que la vie n’a guère épargné», a déclaré Martin Sorrell Rozlyn de Garner, NC, un chanteur de formation classique qui a participé à l'enregistrement. 

Youngblood reçoit des appels téléphoniques de partout dans le pays - et même du Canada - à propos de la chanson. Une personne qui appelait de Haïti s'est intéressée à l'enregistrement de la chanson en créole. 

«Les gens semblent surpris que je fasse don des partitions musicales», déclare Youngblood. «Tout est gratuit. C'est ce que je peux faire.» 

L’UMCOR espère que tous ceux qui auront visionné la vidéo seront poussés à faire un don en faveur de son engagement humanitaire en Haïti. 

Youngblood a écrit la chanson après l'ouragan Marilyn qui s’est déclaré dans les îles Vierges en 1995. Il vivait à Sainte-Croix à l'époque. 

«Le jour précédant l'ouragan, les gens prenaient place au bord des fenêtres et achetaient des bougies, dit-il. «J'ai acheté un piano.»

Il a écrit la chanson à la chandelle avec ses enfants dans son sillage. Il a rassemblé quelques dizaines d'enfants de l'île pour le premier enregistrement. 

La chanson a refait surface après un cyclone qui a dévasté la Birmanie en 2008. 

La version utilisée par l’UMCOR a été enregistrée en Caroline du Nord après l'ouragan Katrina en 2005. Youngblood a sélectionné des collégiens, des lycéens, des chanteurs professionnels et des enfants provenant de diverses églises pour chanter.

 Il a dit que sa sœur, ancienne productrice d'Oprah Winfrey, a réalisé la vidéo musicale après le séisme en Haïti la semaine dernière à partir d’un montage photos. 

Une autre chanteuse - Janice Fletcher, 45 ans, de Rolesville, NC - dit que les gens en Haïti sont confrontés à une tragédie qui dépasse tout ce que la plupart des gens peuvent comprendre. 

«Nous voulons qu'ils sachent qu'ils ne sont pas oubliés, dit-elle. «Nous voulons qu'ils sachent que nous nous rallions derrière eux.» 

* Hogan est un rédacteur pigiste basé à Chicago.

19 janvier 2010

UMNS