LA CARTOGRAPHIE DE LA PERSECUTION ANTICHRETIENNE

La restriction des libertés religieuses affecte 70% de la population mondiale, en partie due à l’islam radical, selon l’enquête menée par le journaliste Henrick Lindell.

Henrik Lindell, journaliste

Les libertés religieuses sont restreintes pour 70 % de la population et l’islam radical fomente les persécutions les plus graves à l’encontre des chrétiens, signale le billet Actu du mois publié conjointement par quatre mensuels (Christ Seul, Pour la Vérité, Horizons Évangéliques et En route).


La persécution contre les chrétiens a plusieurs visages. Tout le monde connaît la répression systématique visant toutes les minorités religieuses dans des pays ultrarigoristes comme l’Arabie Saoudite, le Yémen, la Somalie ou l’Iran. Elle fait partie des traits marquants des régimes musulmans, monarchiques ou islamistes, dans ces pays. On connaît aussi la répression terrible qui vise les chrétiens dans des dictatures athées comme la Corée du Nord.
Mais, il existe aussi une répression moins systématique, moins visible. Pour y voir plus clair, rien n’égale une étude scientifique compréhensible. Ainsi Pew Forum, un institut de recherche américain spécialisé dans l’étude du fait religieux. Il a démontré dans une étude publiée en décembre que les libertés religieuses sont restreintes pour… 70 % des habitants de la planète. Les victimes sont chrétiennes, musulmanes, juives, bouddhistes, etc. L’enquête distingue deux formes de violences : celles qui sont légales et organisées par l’État ; celles qui sont « sociétales », organisées par des groupes violents non étatiques.
Au palmarès de la répression, légale et sociétale, figure une série de pays musulmans : Arabie Saoudite, Pakistan, Iran, Yémen, Irak, Afghanistan, Égypte… On y trouve aussi l’Inde, à cause des véritables « pogromes » antichrétiens et antimusulmans localisés qui ont eu lieu l’année dernière.
Les conclusions de Pew Forum correspondent à celles mises en avant par Portes ouvertes, association protestante évangélique vouée à la cause des chrétiens persécutés. Dans son dernier rapport, publié au même moment que celui de Pew, il isole le principal « persécuteur » des chrétiens : l’islam radical. Des 50 pays où les chrétiens souffrent le plus au monde, 35 sont majoritairement musulmans.
Le début de cette année a offert une panoplie de différentes formes complexes de persécution. Ainsi le massacre de six chrétiens coptes sortant de la messe de Noël à Nagaa Hamadi (1) en Haute-Égypte. Les suspects auraient voulu se venger pour le viol d’une fille musulmane commis par un chrétien. Mais la tuerie, visant la communauté des chrétiens dans leur ensemble, est le résultat du climat répressif et anti-chrétien en Égypte, sur fond de pauvreté et de mécontentement social. Même syndrome dans d’autres pays à forte majorité musulmane. Ainsi l’Algérie. Le 26 décembre, des chrétiens pentecôtistes de Tizi-Ouzou ont failli être lynchés. Des militants islamistes ont menacé de les égorger parce qu’ils se réunissaient dans une église. Ou prenons la Malaisie, où des catholiques ont été attaqués et leurs maisons incendiées par des islamistes début janvier. Motif : des chrétiens ont osé utiliser le mot arabe pour dire leur Dieu : « Allah ».
La violence antichrétienne est mondiale. Mais la dénonciation du phénomène se globalise aussi. Des ONG chrétiennes comme Portes ouvertes sont présentes sur les cinq continents. Et la communauté internationale, qui a fortement condamné les événements en Égypte, se préoccupe plus que jamais du respect de la liberté religieuse. L’espoir est donc permis.

  1. Célébrée dans la nuit du 6 au 7 janvier chez les chrétiens orientaux.


EEMNI