HAITI : UN MEDECIN METHODISTE UNI AIDE A LA MISE EN PLACE D’UNE CLINIQUE

Un infirmier Bill Johnson, de Grand Rapids, Mich, encourage Castellane Drouillon à tirer la langue lors d'un examen dans une clinique de plein air mise en place par des bénévoles à Port-au-Prince, Haïti. Photos umns par Mike DuBose.

par Kathy L. Gilbert*

Les malades vont d'un bambin ayant la gale à un homme atteint du cancer de la prostate.


Dr. Troy Silvernale, un Methodiste uni
de Grand Rapids, Mich.,
examine Pierre Julien.

Dr. Troy Silvernale, médecin de famille méthodiste uni, traversait la cour arrière de la maison d'hôtes méthodiste, pointait les personnes tout en distribuant des numéros. Les patients les plus graves ont les numéros les plus bas. Ceux qui ne pouvaient attendre si l'effectif avaient les numéros les plus élevés.

Silvernale et Bill Johnson, infirmier spécialisé dans le traitement des traumatismes, est venu à Haïti dans le cadre d'une équipe médicale du Michigan. Ils ont trouvé des chambres à la Maison des Hôtes méthodiste et dès leur deuxième jour ont mis en place une clinique dans la cour arrière de la maison.

«Vous ne nous voyez pas sur CNN», déclare Silvernale. «Nous ne faisons pas de truc spectaculaire, mais nous montrons les gens dont nous nous occupons».

L'équipe œcuménique a été organisée par la «Holy Spirit Catholic Church» à Grand Rapids. Chaque jour avant leur départ, ils prennent le temps de méditation et joignent la main pour prier.

Liens missionnaires

Silvernale est né en Haïti et a vécu dans le pays pendant 12 ans.

«Mes parents étaient missionnaires méthodistes unis, a-t-il dit. Son aisance avec la langue l'a aidé à se déplacer parmi les quelque 500 familles qui vivent sur le terrain de l'église et du collège Méthodiste de Frères.


Bill Johnson examine une plaie à la jambe
 dans une clinique au Collège Méthodiste
de Frères.

La plupart de la population vit à l'extérieur parce que leurs maisons sont endommagés ou détruites, ou parce qu’ils ont peur de rester à l'intérieur d'un bâtiment.

Le 26 janvier, avec l'aide de deux femmes qui travaillent à la maison d'hôtes, Silvernale est allé à la rencontre des gens cherchant de l'aide. Tom Reichert, un prêtre de l'Eglise catholique à Atlanta, a réglé la circulation comme un agent de police pour l'équipe, vu que la queue ne cessait pas de s’allonger.

«Nous avons traité un homme atteint du cancer de la prostate, lui avons mis un pansement propre», dit Silvernale. Mais la plupart des gens dans le camp sont relativement en bonne santé, dit-il. «Nous voulons examiner tous les enfants pour la déshydratation».

Un autre patient est venu voir les médecins, car elle a été heurtée par la chute du béton au cours du tremblement de terre. Sa jambe, son dos et son cou étaient blessés. Elle a également dit qu'elle avait des troubles du sommeil et des cauchemars.

Johnson a vérifié délicatement l’état de sa jambe meurtrie et lui a dit qu'elle allait guérir. «Vous avez un os brisé, dit-il. «Cela prend plus de temps à guérir qu'une simple contusion de la peau». Elle s'en alla avec un médicament pour la douleur et un autre pour faciliter son sommeil.

Sur ses genoux

Johnson, un homme de grande taille, a passé la matinée principalement sur ses genoux.

«Ils se sentent pris en charge si vous les regardez en face, a-t-il expliqué, grimaçant quand il se redressa. Il a dit que la plupart des gens qu'ils voyaient dans les camps étaient bien physiquement, mais ils avaient besoin de savoir que quelqu'un se souciait d’eux émotionnellement.


Des patients attendent des soins médivcaux
À la clinique en plein-air.

Silvernale dit que les dentistes étaient en grande demande. Bon nombre des patients souffraient de maux de dents.

Un garçon de 12 ans est arrivé à la clinique en se plaignant de maux de tête. Quand Johnson a regardé dans sa bouche, il dit: «Oh, mon Dieu. Je dois prendre une photo pour montrer à mes enfants ce qui arrive quand on ne brosse pas les dents. «La plupart des dents de l'enfant avaient des caries.

«Ce sont les dents qui lui donnent un mal de tête, dit-il.

Une femme enceinte qui n'a reçu aucun soin prénatal a été proche de l’accouchement. «S'il vous plaît, attendez jusqu'à 17h, plaisantait Silvernale. «Nous aurons un autre médecin ici qui peut accoucher le bébé. Je ne veux vraiment pas faire ça maintenant».


* Gilbert est journaliste au service de presse de l’EEM, UMNS, envoyée spéciale en Haïti.

Traduction eemni

27 janvier 2010

UMNS