HAITI : UN HOPITAL ACCUEILLE LES ENFANTS ABANDONNES

Winsley Polo, 2 dans son berceau à l'extérieur sous une bâche à l’Hôpital pour enfants de la Grâce à Port-au-Prince, Haïti. Une photo UMNS de Mike DuBose.

par Kathy L. Gilbert*

Tous les bébés sont innocents.

Les médecins et le personnel de l’Hôpital pour enfants de la Grâce prennent soin de 10 à 15 enfants depuis le séisme du 12 janvier Ce sont des enfants «abandonnés» qui se trouvaient dans l'hôpital au moment de la catastrophe, ou des enfants perdus, retrouvés seuls et qu’on a amenés ici.

Le personnel sait que la plupart de leurs parents sont probablement morts.

A l'ombre d'une bâche bleue sont posées quelques berceaux. Ce sont des enfants trop jeunes ou trop malades pour être placés dans les tentes avec les autres sur le terrain de l'hôpital.


Les mères et leurs enfants font la queue en attendant la consultation du médecin.

Ils sont tous frères et sœurs. Ceux qui ne sont pas connus reçoivent le prénom d'Innocent.

Innocent Leito est attaché à son lit par un morceau de tissu vichy bleu. À l'approche des étrangers, il se lève et tend la main vers eux. Winsley Polo, 2, a été un patient avant le séisme. Il a 2 ans, il est malade de la tuberculose et du VIH / sida.

Tout le monde est attiré par ces enfants. Les médecins et les infirmières bénévoles venus du Texas viennent câliner ces enfants et jouer avec eux avant leur départ pour la journée. Certains soldats de l'armée US qui apportent des secours viennent passer du temps à leur parler et à prendre des photos des bébés.

Deux des enfants ont été adoptés par des personnes en provenance des États-Unis cette semaine, a déclaré M. Robertson Lucceus, directeur des communications pour l'hôpital. «Nous prions pour les autres».


Longue histoire de soins

L’Hôpital de la Grâce s'occupe depuis longtemps déjà des enfants. Il a été construit en 1967 par un couple méthodiste uni des Etats-Unis comme un centre pour enfants atteints de tuberculose. L'hôpital a également commencé à se spécialiser dans le traitement des enfants affectés par le VIH / sida.


Leito Innocent attaché à son lit d’enfant.

«La plupart des gens qui souffrent de tuberculose sont aussi séropositifs», a déclaré le Dr Jeannine Hatt, pédiatre méthodiste uni de Denison, Texas.

Hatt, membre du conseil d'administration d'International Child Care USA, a été de nombreuses fois à Haïti. Cette fois, elle est venue avec une équipe de médecins et d'infirmières pour faire des «travaux pratiques».

International Child Care USA reçoit l'appui de l'Eglise méthodiste unie. «Ils travaillent pour des soins de santé dans la plupart des régions d'Haïti et la République dominicaine», déclare Hatt. L’Hôpital Grâce est leur ministère phare».

Dr. Rudolph McGloire, administrateur de l’Hôpital Grâce, dit la présence de l'Eglise méthodiste unie «veut tout dire».

«Vous êtes ici, vous êtes présents. De nombreux médecins et infirmières quittent le pays pour venir ici», dit-il.

Soins aux enfants

Les mères et les bébés ont la queue à l'extérieur de l'hôpital le 27 janvier .


Dr. Jeannine Hatt, une chrétienne méthodiste unie
de Denison, Texas, examine
Ashley Joyce Gaur.

Medina Alexis, 2 ans, est vêtue d'une robe blanche, froissée avec un papillon blanc dans les cheveux. Elle a des chaussettes en dentelle rouge et blanc des chaussures de cuir verni. Elle souffrait d’une infection sévère aux oreilles.

Sa mère, Ketly, 25 ans, a été en première ligne. Elle a dit que son bébé était malade depuis que le tremblement de terre a contraint la famille de dormir dans les rues.

Melissa Jean Baptiste, 21 ans, lavait les vêtements de son bébé quand la terre a commencé à trembler.


Après l’effondrement de sa maison, elle a trouvé son enfant d’un an sous des débris. Depuis ce jour, la jeune famille a vécu à l'extérieur, et Laury veille à ne pas tomber malade.

«Il était très bonne santé avant», a déclaré Jean-Baptiste, les larmes coulant sur son visage. «Je l’ai emmené voir un médecin à quatre reprises, et je me demande s'il va bien se porter tant que nous avons à dormir dehors».


Pouvoir de la foi

La foi est le soutien de nombreux patients et du personnel.


Dr. Honore Clogya examine
Natasha St. Pierre.

Dr Honoré Clogya a travaillé à l’Hôpital Grâce depuis 2008. Il était dans son bureau à la pharmacie voisine quand le séisme a frappé. Le magasin a été détruit, et sa famille a été ensevelie sous les décombres.

Sa belle-mère est morte. Lui et son épouse ont été libérés par des voisins. «Nous sommes encore en vie par la grâce de Dieu, parce que nous avons été écrasés, dit-il.

«Les Haïtiens doivent croire en Dieu, dit-il. «Prenez une grande respiration et bénissez Dieu, car tout est dans sa gloire».

Les Méthodistes Unis soutiennent la clinique pédiatrique de la Grâce.


* Gilbert est journaliste de l’agence de presse méthodiste unie, envoyé spécial en Haïti.

Traduction eemni

28 janvier 2010

UMNS