HAITI : QUE SONT DEVENUS LES ETUDIANTS BOURSIERS ?

Un fidèle haïtien de l’Eglise Méthodiste Saint-Martin de Port-au-Prince, Haïti, prie dans le cadre d'un culte en plein air. Une photo UMNS de Mike DuBose.

L’agence missionnaire prie pour les étudiants disparus en Haïti

par Elliott Wright*

Le Conseil de la Mission mondial de l’EEM attend des nouvelles sur ce que deviennent des élèves boursiers qui se trouvaient dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince, où le séisme a frappé le 12 janvier.

En date du 24 janvier, des messages e-mail ont indiqué que trois étudiants sur les six qui reçoivent des bourses de l'Agence missionnaire étaient en sécurité. Un autre étudiant a été hors du pays à l’heure du séisme.

On a reçu des nouvelles le 21 janvier de Jose-Asnia Deriveau et de Jules Daniel Josée, selon Lisa Katzenstein, qui dirige le bureau des bourses au GBGM. Le 24 janvier, un e-mail de Jean Maxary Bourdeau laissait entendre qu'il avait rejoint la maison de ses parents de Jérémie. Il a signalé que les membres de sa famille n'ont pas été blessés.

«Le fait que nous n'avons pas de nouvelles au sujet des autres suscite des craintes, mais nous prions pour eux ; cela ne signifie pas qu'ils ont été blessés ou pire», déclare Katzenstein.

Des tentatives ont été faites pour atteindre les élèves par téléphone et par e-mail. Les réseaux de communication en Haïti ont été endommagés par le séisme.

«Nous sommes profondément préoccupés par la sécurité de nos étudiants à Port-au-Prince, a déclaré l'évêque Joël Martinez, directeur exécutif intérimaire du conseil. «Nous continuons à rechercher des informations et à partager ce que nous apprenons à l'église».

Deriveau, qui étudie la pédiatrie à l'Université Notre Dame d'Haïti, et Josée, un étudiant en administration des affaires à l'Université Quisqueya à Port-au-Prince, a signalé d'importants dégâts.

«Toutes les structures sont ravagées, déclare Josée. «Pas d'eau potable, pas d'université, beaucoup de morts et de blessés».

Deriveau a écrit qu'elle avait quitté l'université un peu trop tôt le 12 janvier et a été dans un véhicule sur le chemin de retour quand les maisons ont commencé à s'effondrer au bas côté de la route.

«J'ai dû rester dans la rue pendant deux jours, loin de chez moi et seule, dit Deriveau. «La capitale est complètement détruite; les institutions gouvernementales, les maisons, les établissements universitaires sont tous endommagés. ... C'est vraiment terrible. Maintenant, je suis à la maison dans la province».

Bourdeau, un étudiant en médecine à l'église Notre-Dame, a déclaré que sa maison s’était effondrée autour de lui et que son université a été gravement endommagée. Il a perdu plusieurs amis, dont un petit enfant dont le corps a aidé à dégager d’autres personnes des décombres.

Les sept boursiers du GBGM sont les récipiendaires de subventions pour le développement international du leadership. Les bourses financent plusieurs années d'études afin d'équiper les élèves à des fonctions dirigeantes dans l'Eglise et la société. Six effectuent des études de médecine et Josée étudie le commerce.

«Nous demandons instamment la prière pour les étudiants dont nous n'avons pas reçu de nouvelles, et pour l'ensemble de la population d'Haïti dont les vies ont été chamboulées par le séisme, a déclaré Martinez.


Tous les étudiants haïtiens boursiers sont en vie

par Linda Bloom*

 

Les survivants du séisme en Haïti recherchent du réconfort dans la Bible et la prière.

Une photo UMNS de Mike DuBose.

Les étudiants sont en sécurité.

Un mois après le tremblement de terre en Haïti, le bureau des bourses d'études au sein du Conseil de la Mission Mondiae de l’EEM a essayé de contacter les six étudiants de l'université, tandis que des responsables de l'église ont offert des prières et se sont inquiétés de leur sécurité.

Maintenant, tous les six étudiants sont signalés pour être sains et saufs. Quatre anciens étudiants boursiers, qui ont depuis obtenu un diplôme, ont également survécu au tremblement de terre. Un autre ancien élève semble avoir été aux Etats-Unis à l'époque.

«La joie, c’est qu'ils sont vivants», a déclaré le révérend Chris Heckert, un porte-parole du conseil d'administration. «Ils nous ont tous joints pour nous rassurer, l’un après l’autre, les deux anciens boursiers et les boursiers actuels».

Mais leurs messages ont également indiqué que - comme de nombreux autres Haïtiens dont les logements ont été endommagés ou dangereux - la plupart des étudiants et leurs familles vivaient dans la rue.

Si l'année scolaire perturbée demeure un problème, Heckert a déclaré que l'agence était consciente que beaucoup d'élèves avaient des besoins immédiats, comme l'accès à un logement, un abri, de la nourriture et de l’eau.

Les membres du personnel auprès du Conseil Mondial de la Mission de l’EEM (GBGM) et l’UMCOR, organisation humanitaire de l’EEM, envisagent à court terme et à long terme des plans pour aider les étudiants. «Nous cherchons des moyens pour permettre aux gens de poursuivre leur programme d'études, a-t-il ajouté.


 

Jose-Asnia Deriveau, à gauche, et Jules Daniel Josee. Une photo UMNS offerte aimablement par le GBGM.

Marie-Antoine Amos, étudiante en médecine à l'Université Quisqueya, est l'une des étudiants sans abri. Elle dit qu'elle avait subi une blessure à la jambe et que sa mère avait été heurtée par un véhicule.

Louis Mercier-Lamusique, qui étudie la médecine à l'Université Lumière, n'était pas dans sa salle de classe lorsque le séisme s'est produit le 12 janvier et est sorti indemne. Il a également indiqué que lui et sa famille vivaient dans la rue.

Le bureau des bourses d'études au GBGM avait également reçu un mot de la famille de Frabiola Chikel, étudiante en cours de la pédiatrie, et avait entendu plus tôt des nouvelles de Jose-Asnia Deriveau, Jules Daniel Josée et Jean Maxary Bourdeau.

Deriveau étudie la pédiatrie à l'Université Notre Dame d'Haïti, et Josée est un étudiant en administration des affaires à l'Université Quisqueya à Port-au-Prince.

Bourdeau, étudiant en médecine à l'Université de Notre Dame d'Haïti, a indiqué que sa maison était tombée sous ses yeux, ajoutant que son université avait été sérieusement endommagée. Il a perdu plusieurs amis, dont sa petite amie, dont le corps a aidé à dégager des décombres.

Les boursiers sont les bénéficiaires de subventions pour le développement international du leadership attribuées par le GBGM. Ces bourses s’étalent sur plusieurs années d'études supérieures en vue de préparer des étudiants au rôle de leadership dans l'Eglise et la société.

Au total, les administrateurs de l'agence missionnaire ont attribué 1,348,000 $ en bourses pour l'année scolaire 2009-2010. La plupart des fonds de bourses d'études proviennent d’une collecte spéciale opérée un dimanche par an dans le monde.

Jennifer Sévère, une ancienne boursière du GBGM, a écrit que la situation en Haïti était maintenant bien pire que ce qui est montré à la télévision. Elle a dit qu'elle avait perdu sa force de pleurer, mais je n'ai pas perdu la force de prier».

Bloom est journaliste de l’agence de presse UMNS de l’EEM en poste à New York.

Wright est écrivain et consultant pour le Conseil de la Mission mondiale de l’EEM (GBGM).


8 février 2010

Traduction eemni

Umns