DES MEMBRES DE L’EGLISE HAITIENNE DISTRIBUENT LA NOURRITURE APPORTEE PAR L’UMCOR

Des habitants de Mellier, Haïti,  portent un sac de secours alimentaire sur leurs têtes.
Photo umns de Mike DuBose.

Un reportage UMNS de Kathy L. Gilbert*

«Chers frères et sœurs, je vous remercie beaucoup pour cette nourriture».

Louis et Mme Felix, 74 et 76 ans, ont été les premiers à recevoir un sac en plastique blanc contenant 18 livres de riz, trois kilos de haricots, une pinte d'huile de cuisine et un sac d'une livre de sel de l’Œuvre d’entraide de l’EEM, l’UMCOR, le 29 janvier.

«Nous nous sommes mariés ici et avons été baptisés ici», a déclaré M. Felix, debout dans la cour de l'église méthodiste de Mellier. L'église et l'école ont tous deux été détruits dans le séisme du 12 janvier. 

Dix membres de l'église ont organisé la distribution de vivres et maintenu l'ordre.

Le représentant de chaque famille a attendu son tour jusqu'à ce que son nom soit cité à recevoir de la nourriture et des comprimés pour assainir l'eau Aquatab.


 
Madame Louis Felix, 74 ans, est la première femme à recevoir un pack de nourriture de l’UMCOR.

Quelques jours avant l’arrivée de l’UMCOR avec de la nourriture, les responsables de l’église ont sondé la communauté et décidé quelles familles recevraient la distribution. Les familles ont été choisies en fonction de l’urgence de leurs besoins; beaucoup étaient membres de l'église mais pas toutes.

Les travailleurs humanitaires sont habituellement pris d'assaut par une foule frénétique ; ici, il en était autrement : les bénévoles de l’église et l’UMCOR procèdent à une distribution pacifique, respectueuse.


Une distribution effectuée dans l’ordre

Les gens attendaient quand deux véhicules de l’UMCOR arrivent sur le terrain. Ils ont été patients alors que les bénévoles avaient disposé tables et chaises et parlé des modalités pratiques de la distribution des denrées alimentaires. Ils se sont assis tranquillement et accordé une attention particulière aux instructions données quant à l'utilisation de Aquatab pour purifier l'eau potable.

«Ne devenez pas fous, si vous n'obtenez pas des haricots et du riz», a averti Marc-Arthur Benoit. «Il y a juste assez de nourriture pour 140 familles, mais vous obtiendrez tous des comprimés Aquatabs.

On cite le premier nom à 10 heures, le dernier à 10h45. Hommes, femmes et enfants marchaient sur le chemin poussiéreux à côté d'un champ de canne à sucre et retournaient à leurs maisons de fortune leurs sacs sur la tête et le sourire sur leurs visages.

Les quelques personnes qui n'ont pas reçu de sac ont obtenu des comprimés et suivi une démonstration de l’usage de PUR, une poudre de Procter and Gamble, pour séparer de l’eau la saleté et les bactéries nocives.

L’UMCOR envisage de travailler en Haïti les années à venir, a déclaré Melissa Crutchfield, directeur exécutif de l’UMCOR.

Six jeunes gens qui ont contribué à répartir la nourriture la veille et les bénévoles de l'église de Mellier ont également reçu un sac. Cent soixante-dix ménages ont été servis, a déclaré Crutchfield.

Le Rév Gesner Paul, président de l'Eglise Méthodiste en Haïti, ont suivi la distribution.



Sharad Aggarwal (gauche) et Melissa Crutchfield de l’UMCOR défont un pack alimentaire à Mellier, Haiti.

"Quand nous avons entendu que l’UMCOR allait venir en Haïti pour apporter des secours, nous avons été très heureux», dit-il. «Mais vous savez qu'il y a une différence entre parler et agir. Vous n’êtes pas seulement venu dire quelque chose, mais vous mettez vos paroles en action».

Reconstruire Haïti prendra cinq ou 10 ans, voire plus, et nous aurons besoin de l'aide de la communauté internationale et de l'Eglise méthodiste unie, dit Paul. «Il faudra également le courage du peuple haïtien pour surmonter ce qui s'est passé le 12 janvier. Nous devons travailler ensemble pour reconstruire Haïti».

Crutchfield, Sharad Aggarwal et le Révérend Edgar Avitia Legarda, des responsables de l’UMCOR, sont venus en Haïti le 21 janv. pour commencer à évaluer les besoins du pays pour le reconstruire et le restaurer.

«Ce qui a vraiment m'a frappé lors de cette visite est de voir les Haïtiens aider d’autres Haïtiens», a déclaré Crutchfield. «Depuis ces jeunes gens venus nous aider à mettre en sacs la nourriture, au vendeur qui nous a donné un rabais sur le riz, car il était destiné à ses compatriotes Haïtiens, de l'église prenant aujourd'hui ses responsabilités dans l'organisation de la distribution alimentaire, jusqu’à ceux qui partent avec des sacs de nourriture promettant de de les partager avec leur voisin. L’UMCOR a fait office de facilitateur mais ils se sont vraiment entraidés».

«Aujourd'hui, la distribution alimentaire pilote était seulement l'une des premières étapes. L’UMCOR aura - main dans la main avec le peuple haïtien et de leurs dirigeants - à soulager les souffrances causées par le tremblement de terre et à restaurer leurs maisons, leurs moyens de subsistance et leurs communautés», a déclaré Aggarwal. «Témoignant de la force et de la résilience de la communauté de Mellier, je suis sûr que nous allons réussir notre mission».


Premier don

Le groupe a visité plusieurs des circuits où des églises méthodistes, des écoles et des dispensaires ont été détruits. Après des réunions avec des responsables de l'église ainsi que 29 résidents de Mellier, ils ont choisi cette communauté rurale pour une distribution de nourriture.

Les zones périphériques ne reçoivent pas autant d'attention des organisations humanitaires comme la capitale de Port-au-Prince.

Pour beaucoup, le don de l'Eglise méthodiste unie a été la première aide qu'ils ont reçue.


Bénéficaires de l’aide apportée par l’UMCOR à Mellier, Haiti.

Octande Grard, 50 ans, a dit que c'était la première nourriture qu'elle avait reçue depuis le tremblement de terre. «Nous allons demander à Dieu de bénir ceux qui ont envoyé cette nourriture».

Olga Cange, 62 ans, a déclaré que le tremblement de terre «avait cassé ma maison. Maintenant, je vis comme les chèvres sur le terrain. Je suis très heureuse d'obtenir cette nourriture. Puisse Dieu vous donner la force de revenir».

«La prochaine fois, peut-être que vous pouvez nous apporter quelques maisons en plastique», dit Félix Fredtz, 60. «Je suis très heureux pour le riz et les haricots».

Beaucoup de gens, comme Lucy Imacule, 60 ans, ont également exprimé une autre demande spéciale.

«S'il vous plaît, revenez reconstruire notre église».

2 février 2010

Traduction eemni

Umns