DEFI MICHEE : Suite au Sommet OMD + 10 de l'ONU à New-York, les Eglises protestantes de mobilisent

Le 22 septembre dernier, les 144 présidents présents au Sommet de la Pauvreté organisé par l'ONU à New-York ont reconfirmé l'engagement pris en l'an 2000 de réduire l'extrême pauvreté de moitié dans le monde d'ici 2015 (Objectifs du Millénaire pour le Développement).

Le dimanche 10 octobre 2010, à travers le monde, les Eglises se mobiliseront pour demander aux élus de leur pays de respecter cette promesse. Pour marquer l’événement, 100 millions de chrétiens protestants et évangéliques s'uniront ce jour-là dans une même prière en faveur des pauvres et 10 millions prendront l’engagement de se soucier activement des pauvres. Puis les responsables des Eglises iront visiter les élus pour les appeler à respecter les promesses faites.

En France, près de 300 Eglises participeront à ce mouvement, individuellement ou en organisant des cultes communs. La demande particulière qu'ils adresseront au député de leur circonscription visera la préparation du budget triennal 2011-2013 de la France courant novembre et sera que la France respecte ses engagements en termes d'Aide Publique au Développement (augmentation de l'APD pour qu'elle atteigne 0,7% du PIB en 2015) et qu'à l'instar de la Grande-Bretagne ou de la Belgique, cet engagement devienne contraignant.

Cette action, unique en son genre, a pour initiateur le Défi Michée – Stop Pauvreté 2015, une campagne mondiale, créée en 2004 par l'Alliance Evangélique Mondiale (représentant 420 millions de chrétiens protestants dans 123 pays) et le Réseau Michée (une plateforme de plus de 300 ONG humanitaires). Le Défi Michée est parrainé en France par la grande majorité des unions d'Eglises protestantes et évangéliques et par la Fédération Protestante de France et le Conseil National des Evangéliques de France.


Commentaires du Défi Michée concernant la résolution finale de ce sommet :

 

1. le document reprend et confirme les promesses antérieures et réitère l'importance des objectifs, par exemple 

« Nous, …, nous félicitons du progrès accompli depuis notre dernière rencontre ici, en 2005, tout en constatant avec une vive inquiétude que ce progrès est très loin d’être suffisant.

Nous réaffirmons que nous sommes déterminés à travailler tous ensemble à la promotion de l’amélioration de la condition économique et sociale de tous les peuples. »  

  1. le document réaffirme l'importance de la réalisation des OMD, mais la formulation ne souligne pas l’urgence et il ne mentionne aucune nécessité d'un plan audacieux pour faire une percée au cours des cinq prochaines années. En définitive, il ya très peu d'engagements spécifiques. 

    3. Le document est assez léger sur l'objectif 8 (Aide au Développement). Ainsi, le document exhorte les donateurs à répondre aux "engagements existants" plutôt que de pousser fortement pour que tous atteignent une APD de 0,7% du PIB. 

    4. Il est fait mention de nouvelles personnes en tant que cibles pour les aides, celles vivant dans les zones touchées par des urgences humanitaires complexes, dans les zones touchées par le terrorisme et les conflits, ce qui pourrait signifier que davantage d'aide ira vers des pays où les donateurs ont des intérêts militaires ou anti-terroristes - ces états n’étant pas nécessairement les plus pauvres 

    5. il est fait mention de partenariats public / privé, reconnaissant le rôle des entreprises dans le développement mais il n'y a aucune explication de ces partenariats et il y a une certaine inquiétude que le gouvernement transmette sa responsabilité au secteur privé 

    6. il est fait mention du droit de tous à l’accès de services sociaux, ce qui est de bonnes nouvelles pour les plus pauvres 

    7. Compte tenu du niveau alarmant à l’échelon mondial  de la mortalité maternelle et infantile, il y a la reconnaissance de la nécessité de nouvelles mesures concernant la santé maternelle et infantile et le document parle également de l’importance de l'égalité des sexes.
      
    8. Le document reconnaît la nécessité de la bonne gouvernance, «Nous soulignons que pour que les progrès accomplis dans le sens de l’utilisation plus efficace de l’APD puissent se poursuivre, il importe de promouvoir la gouvernance démocratique, la transparence et le respect du principe de responsabilité, et de privilégier la gestion axée sur les résultats. »

    9. Le document reconnaît les défis de la crise alimentaire et la crise économique, sans offrir aucune des idées d'action, même s’il y a une section appelée "programme d'action". 



Tous les détails sur cette mobilisation sur www.michee2010.org, en particulier la liste des lieux où elle sera relayée en France


Défi Michée 2010