LE COE INVITE A PRIER ET AGIR POUR LA PAIX A GAZA

Réitérant son appel au cessez-le-feu à Gaza, le Conseil œcuménique des Eglises a appelé les chrétiens du monde entier à prier pour la paix et à défendre la cause d'une paix juste en Israël et Palestine auprès de leurs gouvernements.

Dans un message du 7 janvier adressé aux Eglises membres du Conseil au Moyen-Orient et partagé avec toutes les autres Eglises membres, le pasteur Samuel Kobia, secrétaire général du COE, a appelé "les chrétiens du monde entier à prier pour la paix et, dans la mesure du possible, à inspirer et encourager leurs dirigeants à œuvrer de façon constructive pour dépasser l'inimitié et parvenir à la réconciliation."

Le pasteur Kobia a de nouveau appelé "à mettre fin aux hostilités et à s'investir une nouvelle fois dans la négociation d'un accord garantissant une paix juste et durable pour les Palestiniens et les Israéliens."

Cette paix "doit réinstaurer le cessez-le-feu des deux côtés de la frontière et accélérer la levée du blocus sur Gaza" et doit "susciter le respect de la part des autorités envers le droit international, car il s'applique aux droits de la personne, à l'aide humanitaire et à la protection des civils dans les zones de conflit".

Le message du secrétaire général du COE vient en réponse aux appels et aux préoccupations des patriarches et responsables d'Eglise de Jérusalem concernant la crise actuelle à Gaza.


*****


Le message dans son intégralité


Chers frères et sœurs en Christ,

La grâce et la paix de Dieu le Père et de notre Seigneur Jésus Christ soient avec vous. Nous envoyons cette lettre, que nous partageons avec les Eglises membres du monde entier, pour apporter des paroles d'encouragement aux Eglises du Moyen-Orient.

La famille œcuménique internationale a entendu vos appels et écoute avec attention vos préoccupations concernant la crise de Gaza. Il se trouve que le cycle de prière œcuménique invite en ce moment les croyants à prier pour les Eglises du Moyen-Orient et pour tous les peuples parmi lesquels vous officiez. Que la terre natale de Jésus trouve la paix promise dans le message de Noël et que Dieu vous protège et protège tous vos prochains de la spirale de violence, d'antagonisme et de châtiment à laquelle Gaza et Israël sont aux prises.

Nous avons entendu l'appel à la paix dans la récente déclaration des patriarches et responsables d'Eglise de Jérusalem et reconnaissons que les deux parties au conflit se doivent de "revenir à la raison et d'empêcher tout acte de violence, qui ne conduit qu'à la destruction et à la tragédie". Nous nous joignons aux Eglises de Jérusalem pour appeler la communauté internationale à résoudre une fois pour toutes "le conflit israélo-palestinien par une solution juste et globale fondée sur les résolutions internationales."

Accompagné des Eglises membres, d'autres agences œcuméniques et de partenaires de la communauté internationale, le Conseil œcuménique des Eglises appelle à mettre fin aux hostilités et à s'investir une nouvelle fois dans la négociation d'un accord garantissant une paix juste et durable pour les Palestiniens et les Israéliens. Cette paix doit susciter le respect de la part des autorités envers le droit international, car il s'applique aux droits de la personne, à l'aide humanitaire et à la protection des civils dans les zones de conflit. Elle doit réinstaurer le cessez-le-feu des deux côtés de la frontière et accélérer la levée du blocus sur Gaza.

Toutes celles et tous ceux qui reçoivent cette lettre sont invités à faire une prière pour la paix de Palestine et Israël (voir à la fin de cette lettre, ou sur le site web). Veuillez faire connaître cette prière autour de vous, afin que notre communauté prie Dieu d'une seule voix.

Le COE demande également aux Eglises et aux ministères de donner des informations sur les mesures qu'ils prennent en ce moment pour promouvoir la paix et la justice.

Nous allons continuer à défendre la cause d'une action concrète en faveur de la paix auprès des gouvernements, de la Ligue arabe, de l'Union européenne et des Nations unies. "Joignez

votre voix à la nôtre quand nous interpellons les pouvoirs et osons mettre un nom sur les injustices que nous constatons et que nous subissons", nous demande l'Appel d’Amman. "L’occupation illégale a volé la vie de deux générations … et menace la prochaine de sombrer dans le désespoir et la rage", poursuit-il, rappelant qu'à l'heure actuelle la moitié du million et demi d'habitants de Gaza a moins de 18 ans.

La crise actuelle va bien plus loin que les tirs de roquettes et les représailles. Comme l'avait souligné le Comité central du Conseil œcuménique des Eglises au début de l'année dernière:

Depuis des années, la situation humanitaire, politique et des droits humains de la population de Gaza est grave et ne cesse de se détériorer. L’enchaînement des mesures imposées à ce minuscule territoire ne connaît pas de fin. En outre, l’ordre public est toujours plus menacé par les pressions de l’intérieur. Pour les habitants de cette région, qui connaît l’une des plus fortes densités démographiques de la planète, l’horizon semble se rétrécir de jour en jour.

A mesure que l'année 2008 avançait, la situation s'est aggravée. Aujourd'hui, nous appelons les chrétiens du monde entier à prier pour la paix et, dans la mesure du possible, à inspirer et encourager leurs dirigeants à œuvrer de façon constructive pour dépasser l'inimitié et parvenir à la réconciliation. A l'aube de cette nouvelle année, nous prions pour vous avec une prière de Palestine et Israël.

Dieu de miséricorde et de compassion,
De grâce et de réconciliation,
Verse ton pouvoir sur tous tes enfants au Moyen-Orient.

Que la haine se transforme en amour, la peur en confiance,
Le désespoir en espoir, l'oppression en liberté,
L'occupation en libération,
Que les violents affrontements soient remplacés par des étreintes d'amour,
Et que chacun connaisse la paix et la justice. Amen

Tiré de "Imaginer la paix", un recueil liturgique de la Décennie "vaincre la violence", 2008.

Avec mes cordiales salutations dans l'amour et le service chrétiens,

 

Pasteur Samuel Kobia
Secrétaire général

07/01/2009


COE