LE COE FACE A LA RECONFIGURATION DU CHRISTIANISME MONDIAL

LE COE FACE A LA RECONFIGURATION DU CHRISTIANISME MONDIAL

Dans son rapport au comité central du Conseil Oecuménique des Églises son secrétaire général, le pasteur Samuel Kobia, a particulièrement insisté sur le rôle que joue et devra jouer à l'avenir cette communauté de 349 Églises. Au sein de son rapport exhaustif sur les activités du COE pendant les 18 mois écoulés depuis le dernier comité central, Samuel Kobia a insisté sur l'accompagnement du COE dans la reconfiguration du mouvement oecuménique pour le 21ème siècle.

La tenue du 1er Forum chrétien mondial (FCM) au Kénya en novembre 2007 constitue l'un événement marquant dans lequel le COE a engagé ses forces ces dernières années. Pour la première fois en effet, des représentants des Églises membres du COE, mais aussi de l'Église catholique et de nombreuses Églises évangéliques et pentecôtistes qui ne font pas partie de cette communauté se sont retrouvés. "Le Forum chrétien mondial a offert aux participants une occasion de dépasser les sentiments d'hostilité qui prévalaient par le passé et leur a offert une possibilité de corriger certains préjugés profondément ancrés qui existent entre "oecuméniques" et "évangéliques", ou encore entre "pentecôtistes" et Églises traditionnelles."

Cette reconfiguration de l'oecuménisme, si elle passe par "l'élargissement de la participation au mouvement oecuménique" ne doit cependant pas, pour Samuel Kobia, faire l'économie de "l'approfondissement de la communauté fraternelle" et "d'en assurer une plus grande cohérence". Ce triple enjeu sera à l'ordre du jour du comité central dans les jours à venir lors de l'étude des propositions pour la prochaine Assemblée du COE qui devrait s'ouvrir à une plus grande représentativité du christianisme actuel.

Une autre partie importante du rapport du secrétaire général traitait de la redéfinition des programmes du COE, suite au mandat reçu lors de l'Assemblée de 2006, qui s'était tenue à Porto Alegre, Brésil, résumée par ce mot d'ordre : "faire moins mais faire mieux". Samuel Kobia reconnait que les mois écoulés depuis l'Assemblée de Porto Alegre ont plutôt généré l'effet inverse au sein des équipes du COE, dû à la transition, représentant parfois "un pénible fardeau". La redéfinition des programmes est également à l'ordre du jour de cette session du comité central.

Le renouvellement du mandat de Samuel Kobia, secrétaire général du COE depuis 2004, sera également discuté lors de cette session.


14/02/2008 


Conseil Oecuménique des Eglises