Les nouveaux pasteurs


Lors de la session pastorale à huis-clos, la Commission des ministères a communiqué sur son travail : Entre autres choses, elle a recommandé quatre nouveaux pasteurs pour être admis comme membres probatoires de la Conférence.

Walter Wilhelm, président de la commission des ministères (Suisse) à l’écoute du public.

La commission des ministères accompagnent les pasteurs  tout au long de leur parcours, depuis la formation initiale jusqu’aux affectations successives sans compter la formation continue. Cette année, la commission des ministères recommande quatre personnes comme membres probatoires à la Conférence annuelle: Urs Baumann (Affolter A ..), Catherine Ehoussou (France), Matthias Herrchen (Sevelen) et Annegret Jende (Eschlikon). Ces pasteurs commencent maintenant leur ministère dans une communauté et seront accompagnés au cours de leurs trois premières années de ministère par des membres de la commission.


En outre, la commission des ministères se réjouit d’accueillir comme de plein droit de la Conférence annuelle les pasteurs  Antoine Da Silva et Fredy Nzambe (France). Ils sont ordonnés anciens lors de la célébration solennelle du dimanche de Conférence.

thumb Fr 0110 1024

De gauche à droite : le surintendant Etienne Rudolph, les pasteurs Antoine Da Silva et Freddy Fredy Nzambe et lévêque Patrick Streiff.



Admission comme membre probatoire de la Conférence

Catherine Ehoussou

thumb Fr 0315 1024


Qu'est-ce qui est pour moi, personnellement, le noyau de ma foi (le plus important)?

De savoir que je suis toujours au bénéfice du sacrifice de Jésus à la croix pour moi. Ce qui me permet de vivre une relation de vérité avec Lui, dans l'obéissance, en étant consciente de mes faiblesses et de son amour pour moi. 

Qu'est-ce qui me conduit à vouloir être pasteure dans l'EEM Suisse/France? 

Le fait que j'appartienne à la grande famille Méthodiste Unie, habitant sur le territoire français. Je suis dans la continuité de la foi chrétienne dans laquelle j'ai grandi et servi. 

Comment est-ce que je comprends ma vocation? 

C'est une grâce. Je reconnais que ce n'est pas pour un quelconque mérite que je suis à ce stade. Graduellement, la conviction que je suis comblée de servir dans une voie que je trouve juste et fiable m'a habitée. Plus qu'une vocation, c'est un témoignage de ma foi et les bienfaits d'être en Jésus-Christ. 

Comment et où est-ce que je pense pouvoir m'impliquer en France et dans la communauté de service de l'EEM avec mes dons? 

Là où l'EEM le jugera utile, selon les besoins et, par rapport aux dons qu'elle aura discernés en moi. Puisque je sais pouvoir compter sur ses prières et son encadrement! Je demande simplement à Dieu de me garder fidèle au poste.

Qu'est-ce que je voudrais encore rajouter me concernant? 

Pendant ces années de formation, j'ai compris combien il est juste de bénir Dieu. Je suis rentrée à la faculté avec des nouveaux outils, utiles pour mon futur ministère, mais par-dessus tout, j'ai appris à « rencontrer» Dieu, dans mes peurs et mes limites, dans la vie communautaire ... tout était grâce! 

Au moment où je rentre dans le ministère, j'ai un cœur débordant de joie et plus de désir pour le service dans mon Eglise, à la Gloire de Dieu! 


Anciens ordonnés dimanche

NZAMBE NGAKOSO Freddy 

thumb Sa 0391 1024


Comment ma vocation pastorale s'est-elle confirmée pendant le temps d'accompagnement? 

Dans ma relation avec les personnes que je rencontre j'éprouve de plus en plus du plaisir d'être au service de l'autre, dans un accompagnement pastorale. 

Dans quels domaines se trouvent mes points forts?

Dans l'accueil, l'organisation et aussi l'enseignement. 

Comment et où est-ce que je pense pouvoir m'impliquer en France et dans la communauté de service de l'EEM avec mes dons? 

Dans un ministère du type pastorale, dans l'accompagnement spirituelle de personnes, la prière, la prédications, etc. 

Quels enjeux et défis me travaillent dans la perspective de l'Eglise en général et de mon Eglise locale en particulier? 

Ces derniers temps je réfléchis beaucoup sur les immigrations vers un «eldorado» dans ce monde (l'immigration pour rejoindre DAESH et l'immigration pour rejoindre l'occident) et quelle parole (et/ou action) prophétique l'Eglise doit-elle être porteuse? 


DA SILVA Antoine 

thumb So 0067 1024


Comment ma vocation pastorale s'est-elle confirmée pendant le temps d'accompagnement? 

Etre pasteur, c'est pour moi être Ancien, mais un Ancien chargé de l'enseignement. C'est par une recherche d'une manière d'être, et par un service que je conçois la mission d'Ancien et ma vocation pastorale. 

Au niveau personnel, cette vocation se renouvelle chaque matin. C'est d'abord auprès de Dieu que je recherche un renouvellement, c'est au milieu des frères et sœurs que j'essaye de vivre ce renouvellement. 

Cela fait bien des années que j'exerce le ministère pastoral. 

Ma vocation pastorale me semble confirmée par ce que le Seigneur fait par mon service, les encouragements transmis, les témoignages reçus mais aussi par ce qu'II m'apporte chaque jour, et particulièrement par le renouvellement du désir de le servir. 

Bien sûr, l'aspiration à mieux vivre cette vocation est toujours là, mes limites, mes incapacités me confirment que c'est en Dieu que je dois mettre mon espérance, tout en continuant à travailler comme je peux; mais je suis si loin de tant d'autres; malgré tout, je reste reconnaissant pour ce que je fais. 

Dans quels domaines se trouvent mes points forts? 

Le Seigneur m'a doté de qualités intéressantes. Certaines sont mises en œuvre d'autres pas. Certaines qualités peuvent être un obstacle, et bien des déficits peuvent se révéler un avantage. 

J'ai une formation musicale de guitariste, mais je n'utilise quasiment plus cette capacité. Mes études d'économie, et le professorat en matière d'économie et de gestion sont loin, il a fallu aller peu à peu vers le ministère pastoral. 

Quelques connaissances linguistiques sont encore là : français, espagnol, portugais, anglais qu'il faudrait approfondir. Je pratique encore un peu les langues bibliques. 

Où se manifestent quelques points forts à l'heure actuelle? Quels sont-ils? 

  • Certainement l'écoute dans la relation fraternelle, et dans l'accompagnement. 
  • L'analyse des situations en matière de groupes de travail ou d'Eglise m'apparait assez présente. 
  • Le désir de continuer à travailler à partir de la Parole de Dieu. 
  • Une capacité de lecture des besoins de la personne m'apparait aussi être là. 

Comment et où est-ce que je pense pouvoir m'impliquer en France et dans la communauté de service de l'EEM avec mes dons? 

En ce moment, je suis impliqué à Bischwiller et à Strasbourg; dans l'Union Méthodiste, mais aussi dans différentes pastorales. Je participe aussi à des cultes en maison de retraite, à un dialogue inter religieux qui vient de commencer, je reste vigilant au niveau de la ville de Bischwiller, et de l'actualité; cela fait déjà beaucoup. Il me faudra certainement être dans une situation de responsabilité plus allégée pour mener une réflexion par rapport à l’EEM.

Quels enjeux et défis me travaillent dans la perspective de l'Eglise en général et de mon Eglise locale en particulier? 

Le Seigneur a voulu l'Eglise. Ill'a appelée à son admirable lumière, à aller à sa rencontre lors de son retour. L'Eglise est composée de tous ceux qui participant au Saint-Esprit sont venus à la foi en Jésus-Christ, notre Seigneur et Sauveur. 

La mission de l'Eglise est d'être lumière dans un monde de ténèbres. Lumière par son témoignage, par son attitude, ses paroles, ses actes. 

L'Eglise présente une si grande diversité aujourd'hui, elle a tant de beauté et tant de tâches et de rides. Une de mes préoccupations est de regarder au quotidien vers ce qu'elle transmet au monde. Est-elle fidèle à l'Evangile dans sa foi, ses prises de position, dans sa diversité? Honore-t-elle Jésus-Christ, son Chef? 

Je veux rester encourageant, lorsque l'Eglise me parait suivre Christ, vigilant et attristé lorsque j'en constate l'éloignement, surtout lorsqu'elle relativise les fondements de la Parole de Dieu. 

Cependant, je souhaite être un encouragement en reconnaissant ce qui m'apparait faire partie de la vie, me distinguant lorsque cela ne semble pas être le cas. 

Favoriser l'unité de l'Esprit, tout en admettant les parcours différents en ce qui concerne l'unité de la foi. Etre un lien autant que possible, tout en reconnaissant les convictions. 

J'ai à cœur en ce qui concerne les différentes Eglises de faciliter la communion à Christ par l'Evangile, et oser participer à tout ce qui relève d'un dialogue respectueux des convictions. 

Au niveau de l'Eglise locale un défi permanent c'est de la concevoir comme un corps qui grandit, qui avance dans son édification et dans son service sans dépendre démesurément de son pasteur. 

Saisir et oser sensibiliser à la mission locale que le Seigneur donne à chaque Eglise. 

J'ai aussi à cœur que tout en voyant les Eglises vivre un vrai dynamisme, celui-ci se fasse en tenant compte des bases données par l'Ecriture et cela dans la diversité des personnes qui la dirigent ou participent à sa direction. 

J'ai à cœur que l'Eglise locale vive son unité dans la diversité, dans une attitude de consensus, du coup, j'aimerais favoriser des attitudes de modération, de compréhension et pourtant d'initiative.