Discussions internes


La Conférence annuelle de l'Église méthodiste unie (EEM) Suisse, France et Afrique du Nord réunie à Frauenfeld a décidé vendredi de se restructurer. Dès 2016, chaque pays abordera et traitera des affaires qui lui sont spécifiques en des Conférences de district distinctes.

Sonja Bitterli rend compte du groupe de travail

Jörg Niederer, secrétaire du Conseil stratégique, reçoit un cadeau des mains de l’évêque

Le Conseil stratégique et le devenir de la CA

Le point de l'ordre du jour suivant est le travail du "Conseil stratégique ». Ce groupe de travail a réfléchi depuis quelques années sur les infléchissements à donner à la CA. Elle est partie du constat, rapporte Sonja Bitterli, que l'assemblée annuelle était très suisse et très germanophone, bien que dans de nombreuses autres parties de la Conférence - on parle le français - en Afrique du Nord, France et Belgique.

Elle suggère par conséquent que les sujets propres à chaque pays soient traités en séances séparées. Toutefois,  la Conférence annuelle doit garder sa fonction de gouvernance. La Conférence annuelle continuera dans le futur de célébrer, de conférer et d’assumer ensemble sa mission d’Église : « Nous sommes remplis d’enthousiasme en partageant les uns avec les autres ce que Dieu fait parmi nous et ce que nous vivons (personnellement et dans les églises). Nous sommes stimulés et encouragés quand nous nous laissons remplir par Dieu. Confiants en Dieu, nous partageons ce qui nous anime, nos échecs et nos succès ». (Extraits du rapport)

Après une longue discussion, la Conférence annuelle a adopté les innovations proposées. D’ici la Conférence annuelle 2015, trois conférences spécifiques à chaque pays seront mis en place, -des conférences de district (selon l'article 657 du Règlement de l'Église). Pour la partie française, cette conférence existe déjà à travers l’organe de l’Union de l’Église évangélique méthodiste de France (UEEMF). En outre, une motion a été déposée qui déplacent à 2018 l’évaluation des changements en cours. Cet amendement a été, proposé par Markus Bach, pasteur de la paroisse de la région du Greifensee.

Le Conseil stratégique ayant achevé ses travaux à cette Conférence annuelle, l'évêque a remercié chaleureusement ses membres pour le travail accompli, et en particulier Jörg Niederer, secrétaire de ses longues et nombreuses séances.

Mise en œuvre de la stratégie dans le domaine de l’organisation de la Conférence annuelle

A l’origine

„Le conseil stratégique veillera également à remodeler les sessions de la Conférence annuelle afin de mettre davantage l’accent sur les thèmes prioritaires, de faire en sorte que le traitement des rapports prenne moins de temps et de prévoir de plus grandes plages pour „conférer“ sur des questions de fond.“ (Actes de la Conférence 2010, p. 83 – non traduit en français). Le conseil stratégique s’était fixé cet objectif dès le départ de la mise en œuvre de la stratégie en 2010. Après l’adoption par la Conférence annuelle 2013 de la restructuration des instances dirigeantes, nous abordons maintenant l’étape suivante, soit l’organisation des sessions de la Conférence annuelle.

Retours sur l’organisation antérieure

Des retours sur l’organisation des sessions de la Conférence annuelle ont été re- cueillis à diverses occasions et notamment lors de la séance des laïques de 2011. En voici une brève synthèse :

Mentions positives

 †Les thèmes prioritaires 

 †Les efforts pour trouver une manière commune de conférer 

 †Le sentiment de faire partie d’un tout plus grand 

 †Les moments célébrant ce qui nous réunit, en particulier le culte 
d’ordination 

 †La richesse d’informations du cahier des rapports 

 †Le temps pour échanger en petits groupes ou pendant les pauses Mentions négatives 

 †Manque de discussions sur les expériences des circuits au niveau de la CA 

 †Excès de rapports par rapport aux thèmes importants, sur lesquels on ne se concentre pas assez 

 †Prédominance des questions relatives à l’EEM Suisse 

 †Aspect de plus en plus publicitaire de la présentation des rapports 

 †Manque de prises de position sur la situation de la société 

 †Manque de témoignages sur des expériences avec Dieu 
En rassemblant les éléments essentiels dans la perspective d’un remodelage des sessions, le conseil stratégique est tombé sur un document relativement ancien qui regroupe nombre de points importants. Paru en 1998, il a été imprimé depuis lors dans tous les cahiers des rapports à la Conférence annuelle, mais il a été (trop) peu pris en compte dans l’organisation des sessions. Si nous ne le reproduisons pas ici, nous prions tous les membres de la Conférence de le lire comme partie intégrante du présent rapport : „Notre mandat en tant que Conférence annuelle Suisse-France-Afrique du Nord de l’Eglise Evangélique Méthodiste“ figure au début du présent cahier des rapports. 
Eléments importants pour une future organisation de la Conférence annuelle 
Motion sur laquelle la CA 2014 a statué
La Conférence annuelle soutient les propositions d’organisation A-C ci-après. Elle charge le Conseil de leur mise en œuvre d’ici la Conférence 2015. Elle approuve l’instauration des trois organes spécifiquement nationaux en qualité de Conférences de districts selon l’article 657 du Règlement de l’Eglise. Les adaptations des statuts et règlements nécessaires seront soumises pour approbation au plus tard à la Conférence annuelle 2020. 


A : Trois éléments prioritaires pour l’organisation de chaque session 
Ces trois éléments prioritaires doivent guider l’organisation de chaque session et bénéficier d’une durée semblable. Les exemples cités ci-après fournissent des idées pour leur application pratique. 
A1) Célébrer ensemble 
Nous célébrons, chantons et prions ensemble. Il s’agit de vivre la communion et d’entretenir nos relations aussi bien les uns avec les autres qu’avec Dieu.
Nous sommes remplis d’enthousiasme en partageant les uns avec les autres ce que Dieu fait parmi nous et ce que nous vivons (personnellement et dans les églises). Nous sommes stimulés et encouragés quand nous nous laissons remplir par Dieu. Confiants en Dieu, nous partageons ce qui nous anime, nos échecs et nos succès. 
Exemples d’application :

 Cultes festifs 
 Méditations,chants,temps de prières
 Pauses brèves pendant les sessions :(lecture, chant, prière, pensée ...)
 Rencontres et échanges en petits groupes
 Expériences encourageantes ou décevantes vécues dans les circuits /églises locales
 Discussion entre nous sur l’action de Dieu

 Envoi de personnes mandatées par l’Eglise

 Participation multiculturelle, plurilingue 

A2) Conférer et grandir ensemble 
Nous conférons ensemble : nous nous confrontons à différentes opinions, débattons et cheminons vers des convictions communes fortes.
Nous grandissons dans la foi, la compréhension et le savoir. Nous devenons plus riches en expériences, rencontres, révélations et idées. Nous tirons les leçons de nos expériences positives ou négatives. Nous sommes encouragés lorsque le risque a payé. Nous compatissons à des tentatives manquées et à des déceptions.
Nous prenons attentivement part à ce qui fait briller les yeux quand nous pensons à l’avenir de notre Eglise et à la façon d’atteindre ce but.

Exemples d’application :
 Thèmes prioritaires tirés de l’actualité de l’Eglise ou de la société, avec des options de mise en œuvre concrètes
 Débats de fond sur des questions fondamentales; donner des impulsions
 Discussion et réflexion sur des expériences négatives ou positives et sur les défis auxquels les circuits et les églises sont confrontés
 Ateliers, étals de marché, etc. sur différents domaines d’activités de l’Eglise
 Découverte les uns des autres et ensemble, en groupes ou en séances plénières (promouvoir la communication et la culture du conflit).

A3) Assumer la responsabilité ensemble

Nous assumons ensemble notre responsabilité de membres de la Conférence annuelle et en appliquons les résultats dans les circuits EEM. Nous remplissons les tâches qui nous sont attribuées par le droit civil et le Règlement de l’Eglise.
Nous assumons la direction ensemble. Après avoir conféré, en tenant compte des réalités pratiques et des personnes concernées, nous prenons des décisions et les mettons en œuvre.

Nous reconsidérons de manière critique notre façon de travailler et l’adaptons si nécessaire. Nous entreprenons les démarches voulues pour atteindre le but fixé.
Nous vivons une culture de la communication transparente et cohérente.

Exemples d’application :
 Fixer, mettre en œuvre, contrôler et adapter le mandat et le but de l’EEM dans toute l’étendue de la Conférence (niveau stratégique)
 Traduire les résultats de la conférence dans des actions ciblées
 Approuver des rapports d’activités et convenir de nouveaux objectifs

 Procéder aux élections

B : Attitude de la Conférence annuelle Suisse-France-Afrique du Nord par rapport aux affaires spécifiquement nationales

B1) Conférence annuelle Suisse-France-Afrique du Nord

Ce qui est traité par la Conférence annuelle Suisse-France-Afrique du Nord lorsque nous célébrons, conférons et assumons nos responsabilités doit être clair et pertinent pour tous les membres. La diversité des langues et des pays de la Conférence doit se refléter dans toutes nos activités, qu’il s’agisse de célébrer, de conférer et d’assumer des responsabilités. La Conférence annuelle doit être organisée dans tous les domaines comme un organe bilingue (allemand/français).

La session de la Conférence annuelle remplit les mandats qui lui sont conférés par le Règlement de l‘Eglise. Il lui appartient en particulier de renforcer et mettre en pratique le profil de l’EEM. Elle assume la responsabilité du mandat et du but de l’EEM sur tout le territoire de la Conférence (niveau stratégique). Elle sert ainsi la mission, le développement et l’unité de l’Eglise dans le cadre de l’EEM mondiale.

Les expériences et préoccupations des circuits doivent être prises en compte à titre d’exemples et en lien avec les thèmes abordés. Des contributions spécifiquement nationales doivent régulièrement favoriser l’échange mutuel au sein de l’ensemble de la Conférence annuelle. Cela implique un flux adéquat d’informations réciproques. Les liens dans le cadre de l’EEM mondiale, de la grande famille méthodiste et de l’œcuménisme sont régulièrement renforcés par des rencontres, des rapports et des conférences (y compris le réseau Connexio).
A côté de la session à huis-clos des membres pastoraux de plein droit, une session des membres laïques est organisée sous la présidence du/de la responsable laïque de la Conférence. Les rencontres séparées par pays ou par langues organisées jusqu’ici dans le cadre de la Conférence annuelle seront supprimées ; elles feront dorénavant parties intégrantes des conférences nationales spécifiques (voir B2).

La session de la Conférence annuelle ne doit pas uniquement traiter un sujet prioritaire ; elle doit plutôt être inspirée par un thème général imprégnant ses trois éléments (célébrer, conférer, assumer la responsabilité) et donner ainsi des impulsions aux églises locales.

Temps nécessaire estimé : vendredi à dimanche (arrivée jeudi soir).

B2) Affaires spécifiquement nationales

Les rapports et les affaires exclusivement et spécifiquement nationales doivent être traitées et décidées de manière spécifiquement nationale. Il convient de relever à cet égard qu’une distinction spécifique par pays ne suit pas les mêmes lignes de démarcation qu’une distinction linguistique. La langue française est utilisée pour le travail de l’EEM dans tous les pays de la Conférence annuelle. La langue allemande n’est utilisée que dans les trois districts germanophones de Suisse, où se situent pourtant le plus grand nombre de circuits. Contrairement aux lignes de démarcation linguistiques, la distinction par pays des pays suit les mêmes lignes que celles que le droit civil, ou le droit des Eglises reconnues par l’Etat, fixe comme cadre au travail de l’Eglise.

La répartition dont il s’agit ci-après repose sur la séparation par pays.
Les affaires spécifiquement nationales seront à l’avenir traitées par des organes spécifiquement nationaux (Conférences de district, conformément au Règlement de l’Eglise EEM). C’était déjà le cas pour l’EEM en France, puisqu’en 1972, les anciennes églises EG avaient créé une Union conformément aux dispositions régissant les Conférences de district. Il en a été de même en Afrique du Nord, où il y a d’abord eu une Conférence annuelle provisoire Afrique du Nord, avant que l’Algérie devienne une Conférence de district. Depuis 2002, il existe par ailleurs une plate- forme commune Afrique du Nord. Le traitement d’affaires spécifiquement nationales par un organe spécifique au pays n’a par contre guère été pratiqué en Suisse, sauf dans le cas du rapport du Comité directeur, examiné dans une séance séparée de la partie suisse (depuis 2001).
L’adoption d’une nouvelle structure dirigeante par la CA 2013 a réglé le rapport de subordination de la plupart des organes au Conseil - et la transmission de leurs rapports à ce même Conseil – et non plus à la Conférence annuelle. Du point de vue des structures et des contenus, il est désormais plus facile de traiter et décider toutes les affaires spécifiquement nationales de la partie suisse dans une instance spécifiquement nationale (une „Conférence de district Suisse“ conforme au Règlement de l’Eglise EEM – ci-après la „Session partie Suisse“").
Tous les organes spécifiquement nationaux au sein de la Conférence annuelle Suisse-France-Afrique du Nord tiendront compte, dans l’organisation de leurs sessions, des trois éléments prioritaires définis dans la partie A (Célébrer ensemble – conférer et grandir ensemble – assumer la responsabilité ensemble).
Trois organes spécifiquement nationaux seront ainsi constitués dans le cadre de la Conférence annuelle Suisse-France-Afrique du Nord („Conférences de district“ selon l’article 657 du Règlement de l’Eglise) :

France : l’Assemblée générale de l’UEEMF, qui s’est donné une autre clé de représentation des voix des circuits, raison pour laquelle la composition des membres n’est pas identique à celle de la délégation des membres laïques à la Conférence annuelle ; une fois par an au printemps, en fin de semaine, avec session de travail le samedi et culte le dimanche.

Afrique du Nord : la plateforme Afrique du Nord pour l’Algérie et la Tunisie, à laquelle participent aussi les organismes contributeurs Connexio, GBGM ainsi que le bureau épiscopal ; annuellement deux jours, généralement en automne.
Suisse (y compris Suisse Romande) : une „Session partie Suisse“, à créer, comprenant les mêmes membres que la Conférence annuelle actuelle ; durée : une journée ; la „Session partie Suisse“ peut avoir lieu le jeudi avant la Conférence annuelle ou à une autre date antérieure à la session commune de la Conférence annuelle (voir aussi esquisse de programme en annexe).

C : Rapports à la Conférence

La nouvelle structure dirigeante approuvée en 2013 modifie le système de présentation des rapports. Le nombre des rapports qui seront soumis à la Conférence annuelle sera considérablement réduit.
Rapports à la Conférence annuelle Suisse-France-Afrique du Nord :

 †Conseil (concernant l’ensemble de la CA) 

 †Rapport des surintendants 

 †Rapport du/de la responsable laïque de la Conférence 

 †Commission des ministères-CH et Commission des ministères-F 
(membres pastoraux) 

 †Laïques: Assemblée des responsables laïques et Conseil des jeunes 

 †Commission pour la préparation des élections 

 †Rapports des trois organes spécifiques nationaux („Conférences de 
district“) : France, Afrique du Nord, Suisse 

 †Fenêtre ouverte sur la société et l’Eglise dans le monde (délégués invités d’autres Conférences ; Connexio ; autres invités éventuels) Rapport à la „Session partie Suisse“ : 

 Conseil (concernant la partie EEM Suisse)
Les organes suivants soumettent leurs rapports directement au Conseil : Commission pour les questions théologiques et ecclésiastiques ; Commission Finances +Immeubles ; Connexio (rapport d’activité) ; Formation et Conseils ; Takano, Flambeaux inclus ; Carrefour des Femmes ; Groupe de travail des médias ; Cellule d’intervention en cas de crise /KIK ; Œuvres indépendantes.

Les motions éventuelles de ces organes ne sont soumises à la „Session partie Suisse“ que par le canal du rapport du Conseil.

Pour garantir un bon flux de l’information, les rapports partiels de ces organes sont publiés in extenso ou partiellement en annexe au rapport du Conseil.

Les sujets prioritaires à débattre et les motions sont transmis à la „Session partie Suisse“ par le biais du rapport du Conseil.

Rapports à la „Session partie France“ : comme par le passé Rapports à la „Session partie Afrique du Nord“ : comme par le passé

Chaque membre de la Conférence annuelle et/ou de l’un des organes spécifique- ment nationaux („Conférences de district“ selon Règlement de l’Eglise) a le droit de présenter une motion en séance plénière.

4. Thèmes et sujets prioritaires des prochaines

Conférences annuelles

2015 : 18 ou 19-21 juin à Aarau. Thème prioritaire : „Coexistence des générations“ – En collaboration avec Takano.
2016 : probablement Münsingen (semaine) et ??? ; lieu du dimanche et date à fixer.

2017 : 8-11 juin 2017 au centre sportif de Zuchwil près de Soleure. Thème prioritaire : Sotériologie (doctrine du salut). En collaboration avec la Haute école théologique et le projet Sotériologie.

5. Perspectives

Le conseil stratégique est heureux de ce que les objets majeurs qui avaient mené à sa création en 2007 aient pu être traités et mis en œuvre. La stratégie 2010-2018 a conduit aux niveaux des circuits, des organes et de la Conférence annuelle à une orientation vers un objectif commun. Les forces ont été réunies. L’espérance de la nouveauté a éclos. Des processus spirituels ont été amorcés. Que Dieu veuille donner la croissance, pour que de plus en plus de personnes soient amenées à devenir disciples du Christ.

Evêque Patrick Streiff, présidence Jörg Niederer, secrétaire

 RAPPORT DU CONSEIL STRATÉGIQUE CONCERNANT LA NOUVELLE ORGANISATION DE LA CONFÉRENCE ANNUELLE (fichier 113 ko)