Solidarité

Conférence Générale 24 avril - 4 mai 2012 à TAMPA (Etats-Unis)

Acte de repentance par rapport aux Indiens - Repas partagé avec les sans-abri de Tampa - Focus sur la Journée mondiale contre le paludisme

Solidarité
Acte de repentance par rapport aux Indiens

Le Rév. George Tinker en train de prêcher lors du culte du 27 avril, Jour de «l'acte de repentance visant à restaurer les relations avec les Peuples autochtones» pendent la Conférence Générale 2012 de l'Eglise méthodiste Unie à Tampa (Floride). Photo UMNS / MikeDuBose. 


L'Eglise Méthodiste Unie s'est engagée à travailler avec les tribus Cheyenne et Arapaho dans la recherche de la justice tardive pour un massacre perpétré en 1864 sur 168 Amérindiens sans défense où des dirigeants méthodistes du Colorado ont été complices.

La résolution adoptée en 2012 autorise un groupe indépendant à «fournir des informations complètes» sur l'implication des Méthodistes dans le massacre de Sand Creek. Les troupes de l'armée qui ont détruit un village Cheyenne et Arapaho ont été dirigées par le colonel John M. Chivington, un pasteur méthodiste, et approuvé par John Evans, le gouverneur du Colorado qui était un laïc méthodiste éminent. Chivington n'a été ni puni ni censuré par l'Église.

Une autre action prévoit la généralisation de l'enseignement, la repentance et la confession confessionnelle en ce qui concerne le traitement passé des peuples autochtones. La CG demande à chaque congrégation à «démontrer une attitude sincère de repentir».
Trois nuits plus tôt, la Conférence 2012 a pris part à un «acte de repentance» pour les abus commis dans le passé à l’égard des peuples autochtones et indigènes, avec un accent particulier sur Sand Creek.


Repas partagé avec les sans-abri de Tampa

Lawrence Wilson offre des repas aux participants le 1er mai, fête du Ministère avec les pauvres dans un parc à proximité du site de la Conférence générale 2012 de l’Eglise Méthodiste Unie à Tampa, en Floride. Une photo UMNS par Paul Jeffrey.


Les délégués et les invités à la Conférence générale 2012 ont mangé et chanté avec les sans-abri au centre-ville de Tampa le 1er mai à midi. C’était une occasion spéciale pour mettre l’accent sur le ministère de l’Église avec les pauvres.

Plus de 500 personnes sont passées par une tente dans un parc public pour recevoir un pack-repas gratuit et «rompre le pain avec Tampa», parrainé par une association caritative locale.



Focus sur la Journée mondiale contre le paludisme


En 2008, l'évêque Thomas Bickerton a tiré 10 $ de son portefeuille et a poussé la Conférence générale à s'engager dans la lutte contre le paludisme en soutenant Nothing But Nets. Cette action a conduit la Conférence générale à tenir la santé mondiale pour sujet prioritaire. Aujourd'hui, pas de paludisme Imaginez est le fruit de ce geste.

À ce jour, l'Eglise Méthodiste Unie a récolté 20,2 millions de dollars pour soutenir la campagne de la dénomination Imaginez Pas de paludisme qui a eu un impact significatif sur des centaines de milliers de vies.

Le 25 Avril, Journée mondiale du paludisme, les délégués à la Conférence de 2012, en entrant dans le Tampa Convention Center, se voyaient rappeler leur engagement passés par des bénévoles vêtus comme des moustiques transmettant la maladie. Cette action a servi de rappel visuel comme quoi la lutte n'est pas terminée et que l'Église doit redoubler ses efforts pour éliminer le paludisme, source de mort et de souffrance. Un flash mob a attiré près de 1000 délégués au coeur du drame du paludisme.

«Nous voulions vraiment sensibiliser et montrer les progrès qui ont été réalisés. En quelques années, nous avons réduit de moitié les décès par paludisme. À peine en deux ans ... C’est très excitant! C'est formidable de faire partie d'un vaste effort mondial et cela nous rend fiers de savoir que les méthodistes unis sont à la pointe de ce combat».

«C'est une joie de participer à cette campagne parce que je sais son importance pour l'Afrique, et pour la première fois dans notre dénomination, nous sommes tous venus ensemble pour faire la guerre contre le paludisme», a déclaré Yambasu, évêque du Sierra Leone.

Cette campagne contre le paludisme a été centrée sur l'Afrique, principalement parce que l’Afrique sub-saharienne est touchée à 90 % par ce fléau. Les enfants et les femmes, surtout des femmes enceintes, sont les personnes les plus exposées.

Le paludisme est une affection évitable, cette maladie se soigne. Elle tue néanmoins une vie toutes les 30 secondes. L'initiative de l’Eglise Méthodiste Unie contre le paludisme a réduit le taux à une vie toutes les 60 secondes. Cette campagne habilite les peuples d'Afrique à renforcer leurs capacités de lutte contre la maladie et à prévoir les infrastructures nécessaires pour réduire les décès et les souffrances causées par le paludisme.


Traduction eemni

UMNS